Archives du mot-clé featured

CAMBRIOLAGES, 25 VOITURES BRULÉES, DÉLINQUANCE DÉBRIDÉE : LE NAUFRAGE DE THIO

Après l’incendie du collège, l’agression des gendarmes, les grandes déclarations ronflantes suivies de réunions « importantes » et de l’installation d’un CLSPD (Comité Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance), on aurait pu penser que la restauration de l’ordre et de la sécurité étaient de nouveau … en marche à Thio. Tout laisse à penser que non seulement il n’en est rien, mais que l’évolution de la situation ressemble fort à une espèce d’abandon. Naufrage.

Thio se vide peu à peu. Plus de boucherie, plus de boulangerie. Le plus grand centre minier de Calédonie doit faire venir son pain tous les jours … de la côte Ouest ! La plupart des employés qui ne sont pas installés dans la commune retrouvent leur famille à Nouméa ou ailleurs le week end. Pas question d’habiter sur place.

« ILS SONT CONNUS : TOUS DES MINEURS »
Les cambriolages, les vols de voiture, parfois des agressions ont abouti au fil des mois à ce désastre. « Pourtant, on connaît les fauteurs de troubles, dit cet habitant désabusé. Il y a 3 bandes de jeunes, pratiquement tous des mineurs ». Oui mais voilà, les mineurs appréhendés sont interrogés puis relâchés. Et viennent faire « un bras d’honneur » à ceux qui les recherchent … « Certains ont un palmarès de plusieurs voitures incendiées. Et sont toujours en liberté ! ».

Tout le monde est ou pourra être victime de cette situation. Les particuliers, les commerçants, et même la SLN. La société, déjà en difficulté financière, a enregistré depuis le début de l’année … 23 vols de voitures dont 20 ont été incendiées. Une véritable hémorragie qui suit le bilan de 2016 : 40 voitures volées, dont certaines sortaient tout juste du parc du concessionnaire !

NISSAN NAVARRA ET ISUZU D-Max
Les malfaiteurs affichent des préférences pour certains véhicules. Les Navarra et les D-Max Isuzu sont particulièrement choisies pour leur plus grande facilité à être dérobées.

Les sites miniers ne sont pas non plus épargnés. Un 4×4 a été volé sur le Plateau, puis a servi aux délinquants pour défoncer le portail du Camp des Sapins et y effectuer le vol de voitures toutes neuves. Plus grave, quelques tentatives de sabotage de matériels …

« Thio la riante », présentée comme le « Valparaiso de Calédonie » au temps où les voiliers venaient y chercher le nickel, est bien loin. La mairie et les coutumiers sont dépassés. Si les habitants n’avaient la chance du maintien des exploitations SLN, ce serait pour eux une catastrophe. Pour l’heure, ce n’est qu’un naufrage …

LA CALÉDONIE AMÉLIORE SES COMPTES EN 2016 – Le concours d’instituteurs aura bien lieu grâce à une nouvelle dérogation – Festival ô Livres à partir d’aujourd’hui – La Province sud réduit les quotas de pêche de plaisance – Erasmus : 14 jeunes Calédoniens en Belgique

LE COMPTE ADMINISTRATIF 2016 DE LA CALÉDONIE EST EXCÉDENTAIRE – C’est ce qui ressort du document arrêté hier matin par le gouvernement. Le Président de l’Institution a mis en relief les efforts en matière de réduction des dépenses : 9 milliards de dépenses de moins en fonctionnement, ¼ de moins pour celui du gouvernement, la trésorerie qui était négative devient excédentaire, augmentation de la capacité d’investissement. Au total, le budget 2016 se clôture avec un excédent de 11 milliards.

2 milliards seront pris en compte dans le prochain budget supplémentaire.

DÉROGATION D’UN AN SUPPLÉMENTAIRE POUR LE RECRUTEMENT D’INSTITUTEURS accordée par le ministère de l’Education nationale. 40 postes seront ouverts.

VIOLENCES À TIÉTI : INFORMATION JUDICAIRE OUVERTE – Une famille avait agressé une autre famille de week end, dégradé 2 maisons et 2 véhicules dans le cadre d’un litige familial. Un coup de feu a été tiré et un homme a été grièvement blessé à la cuisse. Un juge d’instruction devra faire toute la lumière sur cette affaire coutumière.

SLN : LES GRÉVISTES REÇUS – Ils appartiennent au syndicat SGTINC-COGETRA et leur mouvement concerne essentiellement l’usine Doniambo où 50 grévistes se sont manifestés. Les discussions reprennent ce matin.

L’USTKE CONTRE L’EXTERNALISATION DU NETTOYAGE DU MEDIPOLE et a débrayé hier devant l’établissement. Le hic, c’est que des entreprises extérieures ont du intervenir en raison de l’absence de nombreux agents … en arrêt maladie.

QUOTAS DE PÊCHE DIMINUÉS POUR LES PLAISANCIERS par la Province sud dans le cadre de la préservation des ressources.

LUTTE CONTRE L’ECHEC SCOLAIRE en faveur des étudiants : la Direction de l’Agriculture, de la Forêt et de l’Environnement a mis en place un dispositif de suivi pour les jeunes Calédoniens en métropole. 50% d’échec dès la première année ont été enregistrés jusqu’alors.

14 JEUNES SE RENDENT EN BELGIQUE dans le cadre du programme Erasmus Jeunesse et Sport. Un dossier mis en place par le Service Information Jeunesse.

FESTIVAL L’ILE Ô LIVRES à partir d’aujourd’hui sur la Place des Cocotiers et à la Maison Higginson. Pour l’occasion, 5 illustrateurs français et 2 japonais ont fait le déplacement.

 

TAHITI, MEILLEURE QUE LA CALÉDONIE, SÉDUIT UNE START UP FRANÇAISE DE NOUVELLE TECHNOLOGIE – 17 emplois déjà créés !

imaKumo est un spécialiste de l’informatisation des « process » en entreprise. Elle propose des services hébergés dans le « Cloud » qui permettent de faciliter la gestion de l’entreprise, de son réseau commercial ou la collaboration dans ses équipes.  Elle compte déjà la moitié du CAC40 dans ses clients et vient de se voir décerner le label « Champion de la croissance 2017 ».

Pour assister ses clients en continu selon le principe « follow the sun », la start-up française a choisi la Polynésie où ses techniciens peuvent conseiller leur clients américains et asiatiques alors que Paris s’endort.

Imakumo a hésité entre la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie.

Elle a finalement choisi Tahiti. En raison de la motivation affichée des pouvoirs publics et du régime fiscal …

CAMBRIOLAGES, VOLS DE VOITURE, VOITURES BRULÉES ET MAINTENANT, EMPOISONNEMENTS DE CHIENS ! La délinquance devient insupportable à Nouméa.

Les délinquants tournent en ridicule les forces de l’ordre et la Justice tant les faits délictueux progressent et font augmenter le sentiment d’insécurité à Nouméa.

Il y a un peu plus d’une semaine, 5 pick up à benne ont été volés dans la région de Val Plaisance-Anse Vata. L’un deux a été vu le lendemain aux alentours de Voh.

Quant aux cambrioleurs, il s’enhardissent tant ils ont l’impression d’avoir « le champ libre ». Ce commerçant, par exemple, n’en revient pas : les malfaiteurs ont carrément … creusé un trou dans le mur pour s’introduire dans les bureaux et tout rafler.

Dans tel autre quartier, ce sont les chiens qui sont les victimes des délinquant-empoisonneurs, dérangés dans leurs larcins par les véritables alarmes que constituent les bêtes.

Rien ne semble y faire. Les Nouméens, guère protégés, savent que s’ils agissent, ce sont eux qui seront condamnés !

Sentiment d’insécurité, racisme latent, qualité de vie qui se dégrade, le malaise est partout, en dépit du soleil et d’un cadre urbain exceptionnel. C’est cela aussi qui a détourné autant d’électeurs des urnes législatives, après qu’avec leur vote pour Marine Le Pen, ils aient poussé « un coup de gueule ». Dans le vide.

Jusqu’au jour où …

ECONOMIE : L’EMPLOI EN BAISSE … MAIS TOUT VA BIEN ! Quand dira-t-on toute la vérité aux Calédoniens ?

L’IEOM vient de publier son rapport sur l’économie calédonienne en 2016. « Année de contraste », avec un double record de production de nickel métal, et d’extraction de minerai de nickel. La performance à l’exportation est « satisfaisante » et les résultats du tourisme sont en hausse. Au plan intérieur, l’immobilier des ménages a eu « un très bon comportement ».

En revanche, le marché de l’emploi s’est fortement dégradé. En clair, le nombre de demandes d’emploi a augmenté tandis que celui des offres d’emploi a diminué. Mais compensé par … l’emploi public qui a enregistré une croissance de 1,3% en 2016.

Mais tout de même, le rapport note que la situation des collectivités publiques accuse une hausse de 20% de l’endettement qui demeure néanmoins à un niveau raisonnable. « L’endettement des collectivités est soutenable, mais le rythme de cet endettement ne l’est pas ».

Au total, la Calédonie est en bonne santé, à part une petite gangrène qui la ronge progressivement. Pas d’inquiétude, donc !

L’EMPLOI EST L’INDICATEUR IRRÉFUTABLE DE LA SANTÉ ÉCONOMIQUE
Il n’est qu’à se souvenir de la course effrénée à la réduction du chômage pendant le quinquennat de François Hollande pour affirmer qu’en économie aussi, une hirondelle ne fait pas le printemps.

Certes, le rapport rend compte de vérités, et la crédibilité de ses énoncés ne peut être mise en doute. Mais au total, au delà des secteurs « bien orientés », ou « orientés positivement », faut-il lire entre les lignes ?

Quant l’emploi se dégrade, il y de quoi s’interroger.

PLUSIEURS CENTAINES D’EMPLOIS PRIVÉS DÉTRUITS
C’est le principal enseignement de l’année 2016 du document de l’Institut d’Emission : « LE DÉFICIT DU MARCHÉ DU TRAVAIL CONTINUE À SE CREUSER EN 2016 – Les tensions s’intensifient sur le marché de l’emploi en 2016, avec un écart toujours croissant entre le nombre de demandeurs d’emplois en fin de mois (+9,7 % sur un an en moyenne annuelle) et les nouvelles offres d’emploi déposées (-13,5 %).
Le nombre d’entreprises employeuses se stabilise (-0,3 % en 2016, après -3,9 % en 2015). Le nombre total d’emploi salarié diminue de 0,4 % en moyenne annuelle, soit une destruction nette d’environ 350 emplois. Ces destructions concernent le secteur privé (680 emplois perdus, principalement dans les secteurs de l’industrie, du commerce et de la construction) »

LES COMPTES PUBLICS PLOMBÉS PAR LA CRÉATION DE … 331 EMPLOIS PUBLICS !
Tout se passe comme en métropole ces dix dernières années avec le résultat que l’on sait : les collectivités recrutent, sans se rendre compte que ces charges ont pour bail une génération. En terme économique, avec une hypertrophie du secteur public qui atteint les 30% du PIB, c’est à dire une charge insoutenable pour les 20 ans qui viennent, la Nouvelle-Calédonie s’achemine inéluctablement vers une quasi-faillite.

Affirmer que la création d’emplois publics « compense » la destruction d’emplois privés n’est pas économiquement pertinent.

ON NE PARLE PAS DES COMPTES SOCIAUX …
« Tout va très bien Madame la Marquise », mais qu’en est-il des comptes sociaux ?

Avec un régime de couverture sociale PARMI LES MEILLEURS DU MONDE, la Calédonie va rapidement se trouver en panne de moyens pour satisfaire ses excessives prétentions. Avec un Ruamm qui explose, un Médipôle dont les coûts réels n’ont pas été annoncés sauf des dizaines de recrutements supplémentaires, des couvertures maladies et sociales de plus en plus onéreuses, le prochain gouvernement va devoir annoncer une partie de la vérité aux cotisants et aux contribuables.

DES RECORDS DONT ON NE DIT PAS TOUT
Certes, avec 3 usines métallurgiques, la production de nickel métal a été au plus haut en 2016, et c’est heureux. Mais avec des coûts au dessus des cours mondiaux, les pertes des entreprises s’accumulent.

Certes, la production de minerai atteint des records. Mais pour quel prix de vente, et quelle marge pour les exploitants ?

Certes, le tourisme gonfle la poitrine avec une année record d’arrivées. Mais on oublie de préciser que les chiffres recèlent, à côté des Australiens, Néo-Zélandais, Japonais et Métropolitains, près de 30.000 autres, … essentiellement constitués de Vanuatais, de Wallisiens, de Futuniens et de Polynésiens !

L’OPTIMISME À TOUT CRIN NUIT À L’APPLICATION DES REMÈDES
A vouloir à tout prix affirmer que la Nouvelle-Calédonie ne subit qu’une petite récession et surtout pas une crise, les responsables publics encouragent la poursuite d’un modèle économique dépassé. Et ce n’est probablement pas le « loi compétitivité » qui n’est qu’une disposition réduite à un contrôle des marges des entreprises qui peut être assimilée à une grande réforme.

En revanche, le territoire s’enfonce chaque mois un peu plus dans l’augmentation des secteurs non marchands, l’inflation des productions locales compensée par une relative modération des produits à l’importation, et des entreprises de plus en plus nombreuses à connaître des difficultés auxquelles s’ajoute la situation de mauvais payeurs des collectivités.

L’immobilier est soutenu par les programmes en défiscalisation, mais ceux-ci vont trouver des limites.

Dans un système en danger qui est à l’évidence dépassé, la Nouvelle-Calédonie pourrait utilement s’inspirer du sursaut de la France en matière économique et observer les mesures qui seront prises par le gouvernement d’Edouard Philippe et sa majorité à l’Assemblée Nationale.

Les réformes véritables peuvent la sortir de ce très mauvais pas. La poursuite d’une forme d’aveuglement précipitera sa chute.

UNE BONNE NOUVELLE annoncée par l’Institut dans ce « paysage contrasté » :  » le Conseil de surveillance de l’IEOM a décidé de rénover la politique monétaire de la zone franc Pacifique. Ainsi, les banques calédoniennes disposeront prochainement d’instruments de refinancement modernisés et mieux adaptés aux besoins de l’économie. »

UN MILITAIRE POLYNÉSIEN TUÉ AU MALI PENDANT L’OPÉRATION « AQUILA »

L’Elysée a annoncé dimanche soir « la mort accidentelle » la nuit précédente d’un soldat français « lors d’une opération aéroportée » au Mali, dans un communiqué.

« Le président de la République a appris avec tristesse la mort accidentelle la nuit dernière au Mali d’un soldat du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers lors d’une opération aéroportée effectuée dans la région d’Almoustarat », dans le centre du pays, a déclaré la présidence.

Le chef de l’Etat a salué « la mémoire de ce militaire français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays et la protection de nos concitoyens » et adressé « ses sincères condoléances à sa famille, ses amis et ses frères d’armes »

Sur Twitter :

LEGISLATIVES : CARTON PLEIN POUR CALÉDONIE ENSEMBLE

La mobilisation a été faible dans les deux circonscriptions de la Nouvelle-Calédonie : 38% dans la première, et un peu plus dans la seconde avec 52,5%. Grâce à un bon report des voix consécutif à la signature d’une déclaration commune du Rassemblement, de Gael Yano, de Pascal Vittori et de Calédonie Ensemble, Philippe Dunoyer conforte son avance sur Sonia Backes, et Philippe Gomes fait plus que combler son retard sur Louis Mapou. Au total, les deux candidats de Calédonie Ensemble sont élus, Philippe Dunoyer dans la première où il prend la suite de Sonia Lagarde, et Philippe Gomes dans la seconde où il se succède à lui-même.

Quels enseignements tirer de ce scrutin ?

DÉSINTERÊT DES ELECTEURS
D’abord, le désintérêt d’une majorité d’électeurs, notamment à Nouméa et aux Iles, pour ces législatives, et peut-être, pour la chose politique. Si le taux de participation n’est pas très étonnant aux Loyauté, il interpelle en revanche à Nouméa. Quant aux résultats, en considérant que les reports se sont correctement effectués pour les partenaires de la « plate-forme » (+7000 à Philippe Dunoyer), c’est Sonia Backes qui a trouvé des réserves nouvelles, et probablement chez des abstentionnistes du premier tour. Elle passe ainsi, à Nouméa,  de 6.000 voix à 11.500 avec le seul appui du MRC et du FN.

Dans la seconde circonscription, « l’effet plate-forme » semble avoir joué pleinement, et Philippe Gomes fait un bond dans toutes les communes à fort électorat loyaliste. Il peut ainsi, non seulement refaire son retard du premier tour sur Louis Mapou, mais s’assurer une confortable avance pour être élu.

SUCCÈS DE CALEDONIE ENSEMBLE
Après le succès des candidats de Calédonie Ensemble, c’est l’avenir de la « plate-forme » et la perspective des élections provinciales de 2019 qui constituent les enjeux électoraux à venir. Avec dans l’intervalle, les élections sénatoriales, et le scrutin d’autodétermination.

En ce qui concerne les sénatoriales, les effets de la plate-forme devraient, là aussi, assurer une victoire des loyalistes. Le résultat du scrutin d’autodétermination, quant à lui, ne fait guère de doute. C’est donc la préparation de l’échéance, puis sa suite qui en sont le véritable enjeu. Avec un pouvoir central peu au fait des Accords et d’une manière générale, de la question calédonienne, la réunion des loyalistes prendra tout son sens. Question : intégrera-t-elle les électeurs qui se sont portés hier sur Sonia Backes ?

LES ENJEUX DE LA « PLATE-FORME »
Reste à connaître les attentes de la cohorte des abstentionnistes, et même au delà si l’on considère que l’amélioration de la participation est essentiellement due au réflexe anti-indépendantiste. Manifestement, l’abstention marque un déficit d’adhésion à la politique conduite en Nouvelle-Calédonie. Les états-majors devront donc s’intéresser à cette insatisfaction pour « corriger le tir ».

C’est un des enjeux de la « plate-forme », à moins qu’elle ne se limite qu’à des décisions concernant ce qu’il est convenu d’appeler « les postes ». Réponse dans les semaines  à venir.  Et dans l’immédiat, la répartition des secteurs au prochain gouvernement …

LA CAFAT DEVRA SE DOTER D’UN NOUVEAU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le Tribunal administratif a fait droit à la requête du Medef qui contestait la composition du Conseil d’administration de la Cafat. Le gouvernement avait en effet désigné à égalité les représentants du Medef et de la CPME, alors que précédemment, le Medef comptait 4 sièges, et la CPME, 2 sièges.

La juridiction l’a suivi sur cette interprétation, reconnaissant la plus grande représentativité du Medef.

L’organisation patronale demande que l’application de ce jugement soit rapidement effectuée par le gouvernement qui dispose d’un délai de 2 mois pour s’exécuter.

COUP DE THEÂTRE AUX LÉGLISLATIVES : LES PARTIS LOYALISTES SE REGROUPENT

C’est ce qui marquera le second tour des élections législatives : Pierre Frogier, Philippe Gomes, Gael Yanno et Pascal Vittori ont signé une plate-forme d’union pour préparer la sortie de l’Accord de Nouméa. Pas de consigne de vote explicite, en revanche pour dimanche, mais la dynamique va, à l’évidence, jouer en faveur des candidats issus de cette union, c’est à dire Philippe Gomes et Philippe Dunoyer.

Selon les signataires, cette initiative répond à plusieurs constats qu’ils jugent alarmants : le désintérêt des Calédoniens pour le scrutin mesuré par le taux exceptionnellement élevé d’abstentions, la persistance de la division des loyalistes, la crise économique et, souvent citée, la position d’Harold Martin sur le vote de dimanche dans la seconde circonscription. Point d’orgue : la proximité du scrutin de sortie, et la volonté exprimée des partenaires de préparer cette sortie, et pour la majorité d’entre eux, de construire « une sortie apaisée ».

« Nous avons, tous les quatre, a déclaré Pierre Frogier, une préoccupation depuis toutes ces années : c’est de faire en sorte que nos populations ne subissent pas une sanction lors de cette consultation. Mais bien au contraire, que ce soit une nouvelle étape, une nouvelle opportunité pour ancrer le vivre ensemble », précisant, après avoir rappelé ce qui s’était passé « il y a 30 ans » : « il n’est pas question, pour nous, de préparer cette consultation de la sortie de l’Accord de Nouméa dans la confrontation ».

Pour Philippe Gomes, aborder l’échéance de 2018 en ordre dispersé chez les loyalistes, c’est prendre le risque à la fois « de fossoyer la France et la paix ». « Il faut, poursuit-il, avec nos sensibilités non-indépendantistes, avec nos différences, essayer de mettre des passerelles entre nous pour aborder, avec une approche partagée, cette échéance de 2018 ».

Pas de consigne expresse de vote, mais « dans les deux circonscriptions, les candidats qui se reconnaissent, qui se sont engagés dans cette ligne de discussion, de dialogue, non seulement avec la famille non-indépendantiste, mais aussi ce dialogue approfondi avec les indépendantistes, ce sont ces candidats que nous soutiendrons ».

L’accord évoque « la stabilité des Institutions », et suggère qu’il concerne notamment le gouvernement lequel, en cas d’élection de Philippe Dunoyer, devra être recomposé.

Interprétation toute autre, en revanche, du côté de Sonia Backes qui évoque une « tambouille politique », de Philippe Blaise qui ne cautionne pas la démarche et réaffirme son soutien à Sonia Backes, et d’Harold Martin, candidat malheureux dans la seconde circonscription.

LES CONSIGNES DE VOTE DU SECOND TOUR : RIFIFI ET DESACCORDS

Couac au Front National. Le siège parisien invite ses électeurs à voter Philippe Gomes dans la seconde circonscription et Sonia Backes dans la première. Mais Bianca Hénin, candidate dans la deuxième et responsable locale du Front National ne l’entend pas de cette oreille. Dans un propos très dur, elle affirme : « Moi je voterai blanc parce que j’ai une certaine morale à garder devant les électeurs que j’ai rencontrés et à qui j’ai dit que Monsieur Gomes était en train de vendre la Calédonie ».

Harold Martin, en l’absence d’une rencontre avec Philippe Gomes, est lui aussi très dur. « Je ne vous dis pas que je vais voter pour Monsieur Mapou, mais au bout du compte, je préfère avoir un Monsieur Mapou à l’Assemblée Nationale parce qu’on ne sera pas étonné avec lui. Il a une position parfaitement claire, lui, il veut l’indépendance, il ne nous « fera pas dans le dos ». Tandis que Monsieur Gomes, il va se précipiter chez Macron et dans cette grande auberge espagnole, il va nous enfumer ! ». Philippe Gomes qui a immédiatement réagi en déclarant « C’est de la part d’Harold Martin une trahison, une trahison de son électorat, une trahison de la Calédonie française. On ne peut pas, à certains moments, privilégier des réglements de compte personnels par rapport à l’intérêt supérieur du pays ».

Dans la première circonscription, Alain Descombels appelle à voter pour Sonia Backes, tandis que Macate Wenehoua, candidat indépendantiste, appelle à voter pour Philippe Dunoyer.

Le Rassemblement et le MPC devraient donner leur position dans la journée. Mais Philippe Blaise, membre de l’UCF, s’est d’ores et déjà prononcé en faveur de Sonia Backes dans la première, et appelle à faire barrage au candidat indépendantistes dans la seconde.