Archives du mot-clé featured

LES CHIFFRES DÉFINITIFS DES PRÉSIDENTIELLES EN NOUVELLE-CALÉDONIE

Emmanuel Macron est en tête avec 47.889 voix et 52,57% des voix en Nouvelle-Calédonie. Marine Le Pen obtient 43.214 voix soit 47,43% des suffrages. Les blancs ou nuls totalisent 8.894 bulletins.

Marine Le Pen sort en tête dans les communes suivantes :
Farino : 321 (74,13%) contre 112 (25,87%)

Koumac : 991 (63,65%) contre 566 (36,15%)

Nouméa : 17.784 voix (50,90%) contre 17.156 (49,10%) à Emmanuel Macron

Mont Dore : 5.885 (57,62) contre 4.328 (42.38%)

Dumbéa : 5.848 (58,32%) contre 4.180 (41,68%)

Boulouparis : 1.122 (68,83%) contre 508 (31,17%)

Bourail : 1.529 (61,60) contre 953 (38,40)

La Foa : 1.119 (57,89%) contre 814 (42,11%)

Dans toutes les autres communes, c’est Emmanuel Macron qui réalise le meilleur score, avec, en Province nord et aux Iles, des scores importants en pourcentage (Iles Loyauté : 3.138 voix soit 88,77% contre 397 soit 11,23% à Marine Le Pen).

Pour les autres provinces, les résultats sont les suivants :
Province Sud : Le Pen 38.317 (53,86%), Macron 32.822 (46,14%)

Province Nord : Macron 11.929 (72,61%), Le Pen 4.500 (27,39%)

 

NEAOUTYNE : MACRON LUI DOIT D’ÊTRE EN TÊTE EN CALÉDONIE

Paul Néaoutyne lors de la visite d’Emmanuel Valls

– Passez-moi les résultats de Nouvelle-Calédonie
– Les voici, Monsieur le Président

Emmanuel Macron parcourt le document, et son regard s’arrête sur les chiffres du premier tour.

– Mais dites moi, au premier tour, Marine Le Pen était en tête sur la côte Ouest de l’île, et mon score était bien modeste. Que s’est-il passé ?
– Le Président de la Province nord qui est également le patron du Palika a appelé à voter pour vous au second tour …
– Il a été le seul ?
– Non, Gomes, le député UDI de la seconde circonscription sortant l’a également fait.

Le Président de la République marque un temps. Puis interroge de nouveau.

– Je constate que le second tour a davantage mobilisé, et que je « cartonne » dans beaucoup de communes hors agglomération ainsi qu’aux Iles Loyauté …
– Ça, c’est l’effet Néaoutyne, Monsieur le Président.
– Ah !

Le dialogue est évidemment imaginaire. Ce qui est frappant, c’est que le résultat est grosso modo le remake électoral des Accords Matignon. Ces derniers n’avaient du leur adoption qu’à une mobilisation du FLNKS, l’agglomération et la Province sud s’étant largement exprimé contre les Accords.

Cette fois, l’affichage du score de Macron, en tête et devant Marine Le Pen, c’est l’appel de Paul Néaoutyne qui en est le principal artisan. Dans toutes les communes à forte implantation Palika, et probablement même avec l’appui des électeurs de l’UC, le candidat d’En Marche distance largement son adversaire, avec un différentiel suffisant pour sortir en tête du scrutin territorial.

Emmanuel Macron avait pourtant affiché sa préférence : que la Nouvelle-Calédonie demeure au sein de la République. Mais Paul Néaoutyne avait fait voter Benoît Hamon au premier tour : il a appliqué les demandes de report.

Ce qui est frappant, c’est qu’il l’a fait avec zèle. Pragmatisme politique : indépendantiste mais probablement réaliste sur le résultat du referendum, il a fait ce qu’il fallait pour être un interlocuteur toujours incontournable mais désormais apprécié par celui qui est, pour 5 ans, le Président de la République.

APRÈS OUVEA, LE CYCLONE VA SE RAPPROCHER DU SUD DE LA GRANDE TERRE

Le cyclône Donna qui était ce matin au nord d’Ouvéa, se rapprochait de l’île et se situera dans ses environs dans l’après-midi. Il poursuit ensuite sa route entre Maré et la Grande Terre dont il touche le sud , selon Windyty, avant de s’éloigner par le sud-est.

Evolution prévue par Meteo NC  : Le cyclone tropical intense DONNA va poursuivre sa route vers le sud sud-est en accélérant légèrement, ce qui devrait l’amener aux environs d’Ouvéa mardi après-midi. Ensuite, sa trajectoire le fait passer entre Maré et la pointe Sud de la Grande Terre, puis s’éloigner vers le sud sud-est à partir de mercredi. DONNA a atteint son intensité maximale et va commencer à s’affaiblir. Il devrait toutefois encore être au stade de cyclone en arrivant sur Ouvéa et le nord de Lifou. En conséquence, les conditions se dégradent dans la journée de mardi et la nuit prochaine aux Loyauté, sur la côte Est et le sud de la côte Ouest, et jusqu’à mercredi matin sur la pointe Sud. DONNA pourrait générer sur Ouvéa et le nord de Lifou des vents moyens de 120-130 km/h avec des rafales à 180 km/h. Sur la côte Est et le reste des Loyauté, les vents seront un cran en-dessous (rafales à 130 km/h). Sur le Sud et le Sud-Ouest, des rafales à plus de 100 km/h sont prévues. Les fortes pluies pourront atteindre 200 à 300 mm en 24 heures sur la moitié sud de la côte Est et aux Loyauté, pouvant générer des débordements rapides des cours d’eau, surtout sur la côte Est mais aussi par endroits sur la côte Ouest. Des vagues de plus de 6 mètres sont à craindre sur Ouvéa et sur Lifou dans la journée de mardi, s’ajoutant à un risque de submersion marine (c’est-à-dire une élévation du niveau moyen de la mer) renforcée au moment de la marée haute à 17h15.

Vers Ouvéa en début d’après midi
Le phénomène touchera le sud de la Grande Terre selon Windyty, puis s’éloignera par le sud-est

Présidentielles : on vote davantage avant midi

Au second tour des présidentielles en Calédonie, la participation est légèrement en hausse à midi. Sur l’ensemble du territoire, selon le Haut Commissariat, elle s’établit à 25,43% contre 19,86% au premier tour.

Elle est relativement élevée en Province sud et légèrement en hausse en Province nord.

Aux Iles Loyauté, elle est désespérément basse : entre 4 et 8% pour les scores les plus élevés. 5,84% à Xépénéhé où on se frotte pourtant les mains en attendant le nouveau centre d’accueil des croisiéristes largement financé par l’Etat. C’est la France qui paie …

Que signifierait une participation plus forte, si elle se confirmait à 19h ? Dans tous les cas, une meilleure mobilisation sur la Grande Terre ! Pour Marine Le Pen ou pour Emmanuel Macron ? Réponse vers 21h.

A moins que le soleil de la matinée aidant, les électeurs aient décidé de voter un peu plus tôt pour profiter de leur journée …

DONNA SE RAPPROCHERA DE LA CALÉDONIE LUNDI

Situation actuelle : Le samedi 6 mai à 11h00 locales, le cyclone tropical intense DONNA était à environ 650 km au nord-ouest de Port-Vila et 700 km au nord de Bélep. Sa pression au centre est estimée à 963 hPa avec un déplacement vers l’ouest à environ 10 km/h. Il génère près de son centre des vents de 165 km/h avec des rafales à 230 km/h.

Evolution prévue : Durant les 24 prochaines heures, le cyclone tropical intense DONNA devrait peu s’intensifier. Il va ralentir sa progression vers l’ouest, et incurver sa trajectoire vers le Sud. Il sera à environ 600 km au nord-ouest de Port-Vila et 625 km dans le nord de Bélep, en fin de nuit de samedi à dimanche. DONNA devrait s’intensifier à nouveau dans la journée de dimanche et incurver sa trajectoire vers le sud sud-est. Sur la Nouvelle-Calédonie, dans les 24 prochaines heures, le vent de secteur est sud-est va se maintenir entre 20 et 25 noeuds (35-45 km/h), rafales à 30/35 noeuds (55-65 km/h), localement 25 à 30 noeuds (45-55 km/h), rafales à 40 noeuds (75 km/h) sur le nord de la côte Est et l’extrême Nord. Les averses deviennent plus nombreuses et parfois fortes au cours de la nuit et demain aux Loyauté, puis sur la façade Est et le Sud, débordant parfois sur le Nord-Ouest. DONNA constitue un danger potentiel, qui doit être pris en considération et surveillé avec attention.

Dimanche
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi

 

UNE ENQUÊTE POUR METTRE (ENFIN) EN ADÉQUATION L’OFFRE ET LA DEMANDE SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL – Philippe Dunoyer lance sa campagne pour les législatives avec sa suppléante – Concert Prestige violon et piano avec deux artistes de renom au Conservatoire – Une tortue remise en liberté au Rocher à la Voile – Chantier Neobus : le Gie Pacifique a été entendu – Une pelleteuse municipale incendiée à Ouvéa

L’IDCNC lance une enquête visant à mettre en adéquation l’offre de formation et les besoins des employeurs. 6500 entreprises sont ciblées pour une campagne qui va durer 5 mois / Première visite de terrain du candidat de Calédonie Ensemble, Philippe Dunoyer ; il l’a effectuée hier matin en compagnie de sa suppléante, Annie Qaeze, dans les locaux de la condition féminine de la Province sud ; Annie Qaeze est conseillère municipale de Nouméa et ingénieure / Décès d’Alain Méar, ancien membre du CSA, conseiller d’Etat, qui était venu plusieurs fois en Calédonie dans le cadre de ses fonctions / La dépression au nord du Vanuatu va s’intensifier ; elle est suivie avec attention mais ne constitue pas une menace pour le territoire / Une pelleteuse municipale incendiée à Ouvéa vendredi dernier / Le GIE Pacifique sud a obtenu gain de cause et 2 petites entreprises vont travailler davantage sur le chantier Neobus / Une tortue relachée au Rocher à la Voile par les équipes de l’Aquarium ; cette tortue avait été rapportée de l’ilôt Maître par des personnes qui s’inquiétaient de son état ; les membres du groupe musical Danakil (nouveau reggae) qui doit se produire prochainement assistaient à cette remise en liberté / Concert Prestige violon et piano au Conservatoire avec deux artistes de renom : Annie Clamagirand au violon et Laetitia Bougnol au piano

ACCIDENT MORTEL À YATÉ : UN MORT – La dépression du Vanuatu va-t-elle devenir cyclône ? – Julia Paul poursuit son aventure dans l’émission « The Voice » – Bertrand Brial premier arbitre calédonien en Coupe du Monde – Le nouveau statut des journalistes au gouvernement

ACCCIDENT MORTEL à Ounia, dans la commune de Yaté ; un homme de 40 ans a perdu la vie dans sa voiture qui a brûlé-un passager a pu s’extraire du véhicule / Formation d’un possible cyclône au sud du Vanuatu à partir d’une petite dépression ; pas de raison pour s’alarmer pour l’instant, selon Meteo France  (lire notre article en cliquant ici) / Un incendie prive 1300 foyers d’électricité à Kouaoua et Canala hier après midi ; le sinistre s’est produit dans le secteur de Houailou et a conduit Enercal à couper le courant pendant l’intervention des pompiers / le Gie Pacifique grogne et souhaite obtenir davantage de travaux du chantier Neobus / Statut des journalistes hier matin au gouvernement – La carte professionnelle sera délivrée par la métropole, comme auparavant – L’indemnité de licenciement sera de 1 mois de salaire par année d’ancienneté, limitée à 15 ans / Le LKS prône l’abstention au second tour de la présidentielle / Julia Paul poursuit son aventure dans l’émission de chanson « The Voice » à la suite de son repêchage / Bertrand Brial sera le premier arbitre calédonien à officier pendant une Coupe du Monde, celle des moins de 20 ans à Seoul du 20 mai au 11 juin.

SONDAGE BVA-LA DEPÊCHE : MACRON EN TÊTE mais l’écart se resserre

C’est la lutte au couteau entre les deux finalistes de la présidentielle 2017. Projets et attaques personnelles se côtoient quotidiennement.

Selon le dernier sondage BVA-La Dépêche, Emmanuel Macron devancerait Marine Le Pen en second tour par 59% contre 41%.

Pour ce qui est de la sûreté du choix des électeurs, les deux candidats font presque jeu égal : 89 % pour le premier, 85 % pour la seconde.

Le meilleur report de voix enregistré par le leader d’En Marche ! est celui des électeurs de Benoît Hamon. Côté Melenchon, 41% voteront Macron au second tour, 18% Marine Le Pen, et le reste s’abstient ou vote blanc.

Chez les Républicains, le score est identique pour Macron (41%), mais plus important pour Marine Le Pen (26%). Près d’un tiers votera blanc ou nul.

Quant à Dupont-Aignan, il attire près d’un sur deux de ses électeurs.

Autres enseignements de ce sondage : l’intérêt pour cette élection ne faiblit pas depuis le 21 avril et progresse même de 2 points à 78 %. Par contre, invités à évaluer sa qualité, les sondés estiment qu’elle ne mérite que 4, 3 sur 10.

PRESIDENTIELLES/LÉGISLATIVES : LES CALÉDONIENS VONT-ILS « RENVERSER LA TABLE ? »

Les élections présidentielles sont des rendez-vous à double détente. Leurs résultats impacteront la gestion de l’Etat et sa vie politique, mais d’ores et déjà, et davantage encore après le second tour, ils auront des effets sur les situations politiques des territoires, et à court terme, sur les institutions locales. La Nouvelle-Calédonie n’échappe pas à la règle. Premiers effets.

UN PREMIER TOUR DESTRUCTEUR POUR LES RÉPUBLICAINS/UDI
Côté loyaliste, quasiment tout l’échiquier politique s’est mobilisé pour les primaires de la droite et du centre. Résultat : les sarkozystes et les juppéistes, très majoritaires, KO. C’est Fillon qui a gagné. Chacun reprenant ses esprits, report sur Fillon, avec dans l’intervalle, l’épisode « Plan B » consécutif aux ennuis judiciaires du candidat, et à nouveau des soutiens à Juppé. Rien n’y a fait, le « Plan B » a été balayé, et patatras : c’est Fillon qui est passé à la trappe !

Mauvaise surprise, désarroi des troupes, et le sentiment qu’une nouvelle fois, les partis politiques dominants se sont trompés !

LA VAGUE MARINE LE PEN
Mais ce premier tour des présidentielles est marqué par un autre phénomène : la formidable montée de Marine Le Pen.

En Nouvelle-Calédonie, elle sort en tête dans toutes les communes de la côté Ouest à l’exception de Nouméa, Koné et Voh ! Encore faut-il souligner que dans la capitale, elle talonne Fillon dont le score nouméen lui permet in extremis d’afficher une position de n°1 dans le territoire.

Peine perdue, d’ailleurs, puisque désormais, tout se joue entre Le Pen et Macron.

VOTE DE SANCTION ET DE REJET
Immédiatement, les candidats aux élections législatives se jettent dans l’analyse de ces résultats décoiffants. Que signifient ces votes pour Marine Le Pen ?

Point n’est besoin d’être grand clerc pour l’interpréter, à la lumière, d’ailleurs, du scrutin national.

Ce vote envoie trois messages aux décideurs :

  • « Nous en avons marre de l’insécurité qui dure depuis plus de 15 ans et qui ne fait que s’aggraver, et accessoirement, de la dégradation économique »
  • « Nous ne faisons pas confiance aux partis de gouvernement »
  • « Nous commençons à en avoir assez de la bien-pensance de l’Accord de Nouméa ».

Premier point : l’insécurité. Les partis politiques en avaient déjà fait un axe de campagne fort aux élections de … 2004. Depuis, elle n’a fait que croître, notamment dans le domaine de la délinquance, marquée par les cambriolages, les vols de voitures, les incendies de voiture, les comportements agressifs à l’école et dans la rue, les grafitis partout. En brousse, bris de barrière, braconnage, abattage de bétail, caillassages complètent le tableau. Mais le point de rupture a été atteint avec les « événements » de Thio et de Saint Louis, les tirs sur les gendarmes, et une forme d’incapacité de l’Etat à rétablir le respect des lois de la République.

Deuxième point : être maître de la gestion de ses affaires internes, pouvoir conféré aux Calédoniens par notre statut, ne peut les exonérer des désordres qui peuvent s’y produire. C’est ainsi que les électeurs protestataires expriment leur défiance à l’égard des partis de gouvernement qu’ils associent à l’incurie sécuritaire. Viennent s’y ajouter à coup sûr, les difficultés économiques dans le cadre d’une gestion de l’économie qui ne fera pas date dans les manuels de bonne gouvernance.

Troisième point : au delà, ce vote protestataire peut signifier également une lassitude –pour ne pas encore dire un rejet-, de la sempiternelle référence « aux Accords » et au « destin commun » alors que le contexte sécuritaire et économique, qui touche au quotidien des gens, est de moins en moins supportable.

Ce mouvement de protestation et de rejet va-t-il s’amplifier au second tour ? C’est un point important pour qualifier et quantifier son ancrage.

Va-t-il se transformer en vote d’adhésion à Marine Le Pen et au Front National ? C’est du résultat de l’élection présidentielle que cet aspect du vote dépend.

LES CONSÉQUENCES POSSIBLES POUR LES LÉGISLATIVES
Les conséquences des élections présidentielles pour les législatives locales sont déjà perceptibles. Ainsi, la défaite de François Fillon est une déconvenue et un handicap pour le candidat qui avait été investi. Mais elle frappe également les partis qui ont soutenu l’ancien Premier ministre, et qui se trouvent face à un choix entre deux adversaires farouchement combattus : Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Certains ont déjà « pris le vent ».

Gael Yanno se met dans le sillage de Marine Le Pen, espérant ainsi récupérer à Nouméa, les suffrages qui se sont portés sur l’ex-présidente du FN, en même temps que les déçus des Républicains. Si cette stratégie marchait, et que de surcroît Marine Le Pen était élue, nul doute que ce soutien se transformerait en adhésion. Mais il faut d’abord attendre le 7 mai.

Philippe Gomes, lui, a pris la roue de Macron. Philippe Dunoyer, aussi, par voie de conséquence. Un risque : celui que les électeurs ruraux et les Pieds-noirs n’oublient pas la sortie du jeune candidat en Algérie sur sa qualification de la colonisation comme « crime contre l’humanité », alors que la Nouvelle-Calédonie est une terre de colonisation. Une perspective, celle qu’Emmanuel Macron soit élu Président, avec la dynamique que cette victoire conférerait. Un espoir, celui de bénéficier des voix « anticoloniales » en cas de ballotage et de second tour face à un autre candidat loyaliste.

Quant aux autres, ils n’ont pas pris parti. Le Rassemblement, par la voix de Pierre Frogier, pratique le ni-ni. Sonia Backes laisse le choix à l’intelligence des électeurs. Harold Martin ne donne pas de consigne, mais on comprend qu’il comprend les électeurs qui ont voté Marine Le Pen …

UNE ÉLECTION N’EST JAMAIS ARITHMÉTIQUE
« En politique, 1+1, cela fait rarement 2 », rappellent souvent les élus d’expérience. De fait, il serait illusoire de croire que les additions produisent le résultat espéré –ou redouté-. La réalité est plus complexe.

Après « le coup de gueule », certaines fidélités reprendront le dessus, c’est indéniable.

Mais la grande question est aujourd’hui le niveau de désillusion et de lassitude d’un nombre important l’électeurs de Calédonie. Les partis politiques sont anciens oou ont pris un coup de vieux. Les gouvernances successives créent une lassitude à la fois de ces gouvernances –bonnes ou mauvaises-, mais également des gouvernants.

Ici comme en métropole, comme ailleurs, les nouveaux modes de communication, le bombardement informatif accélèrent les « indigestions politiques », et procurent l’envie de changement.

C’est là, peut être, la quatrième surprise qui nous attend, après les primaires à gauche et à droite, le premier tour, puis le second tour des présidentielles : les Calédoniens vont-ils « renverser la table ? »

DUPONT AIGNAN SAUTE LE PAS ET SOUTIENT MARINE LE PEN

Après Marie France Garaud, Christine Boutin et d’autres, c’est Nicolas Dupont Aignan qui annonce avoir signé un accord de gouvernement avec Marine Le Pen.

« Je pense que la France est à la croisée des chemins, je pense que notre pays est très mal parti, a vécu cinq ans terribles avec Hollande. Je pense que Macron est un Hollande puissance dix et que tout est fait pour l’imposer à la tête de notre pays. Tous ceux qui ont échoué en France depuis trente ans sont avec Emmanuel Macron » a déclaré le leader le « La France debout ». Il avait réalisé 4,7% au premier tour.

Moins d’une heure après cette annonce, le vice-président de Debout la France, Dominique Jamet, a annoncé sur Twitter qu’il quittait le parti

Un responsable de DLF a expliqué à l’AFP que « ce qui est en question, c’est la nomination de M. Dupont-Aignan comme premier ministre » si Marine Le Pen gagne au second tour. Cette dernière a dit vendredi soir qu’elle annoncerait le choix de son premier ministre avant le deuxième tour, le 7 mai.