Archives du mot-clé featured

SONIA BACKES PROPOSE UN NOUVEL ESPACE DE DIALOGUE ENTRE INDÉPENDANTISTES ET NON-INDÉPENDANTISTES

Dans la bataille de fréquentation des derniers meetings de deux poids lourds de la province Sud, chacun a rappelé les points saillants de son programme tout en délivrant quelques coups à ses adversaires. Au delà des démonstrations de force, une proposition nouvelle visant à faciliter le dialogue entre indépendantistes et non-indépendantistes a été formulée par Sonia Backes.

LE QUOTIDIEN DES CALÉDONIENS
Pour la tête de liste de l’Avenir en Confiance, si le dialogue sur l’avenir institutionnel est déjà encadré et organisé sous l’égide de l’Etat, il est nécessaire de dialoguer plus sereinement sur le quotidien des Calédoniens et son lot de difficultés.

AU DELÀ DES POSTURES AU CONGRÈS
Sonia Backes propose que ce débat puisse se dérouler au delà des prises de positions partisanes au Congrès. « Un espace de dialogue nouveau qui nous permette d’aborder de manière fréquente et régulière, sans être tenus par les postures que nous prenons dans l’hémicycle du Congrès, tous les sujets qui constituent le quotidien des Calédoniens et qui ne relèvent pas de la compétence de l’Etat« .

TROUVER DES POINTS D’ACCORD SUR LA SOCIÉTÉ CALÉDONIENNE
Cet espace de dialogue « régulier et formel« , rassemblerait les « responsables politiques qui président au destin des Calédoniens« .  Objectif : trouver des points d’accord sur les grands sujets de la société calédonienne. Sonia Backes cite en exemple le nickel, la lutte contre les addictions, la relance économique, la protection de l’environnement calédonien ou encore la préservation du système de santé.

DERNIERS MEETINGS : CALÉDONIE ENSEMBLE AU KUENDU, AVENIR EN CONFIANCE À L’ARÈNE DU SUD – Hommage aux combattants de la dernière guerre mondiale – Bagarre générale Place des Cocotiers

DÉMONSTRATIONS DE FORCE POUR LES DERNIERS MEETINGS DE CALÉDONIE ENSEMBLE ET DE L’AVENIR EN CONFIANCE
Pour les deux principaux partis concurrents en province Sud, c’était le dernier grand meeting hier soir. Calédonie Ensemble rassemblait ses troupes au Kuendu Beach, et l’Avenir en Confiance, à l’Arène du Sud de Paîta.

 

Chacun affichait ses principaux soutiens. Les maires de l’agglomération, pour l’Avenir en Confiance, avec, en particulier, le renfort des jours derniers de la Maire de Nouméa, Sonia Lagarde, et notamment celui de Gael Yanno, le président du Congrès, pour Calédonie Ensemble.

Au compteur, les chiffres de fréquentation. Les Nouvelles Calédoniennes ont dénombré 1700 personnes à l’Arène du Sud pour l’Avenir en Confiance, de 800 à 1000 personnes au Kuendu Beach pour Calédonie Ensemble. Pour les organisateurs, respectivement 3000 et 1500.

CÉLÉBRATION DE LA FIN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE et de ses combattants – Dépôt de gerbes à la Place Bir Hakeim hier matin. Le lieutenant de vaisseau Thomas Vibert a été décoré de la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze pour « acte de courage ». Ce jeune pilote de chasse de l’aéronautique navale s’est illustré au Levant en détruisant seul aux commandes de son avion une base de commandement de l’Etat Islamique.

BAGARRE GÉNÉRALE sur la Place des Cocotiers entre une cinquantaine d’individus alcoolisés. Les faits se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi et ont nécessité l’intervention des forces de l’ordre.

« FLAG » POUR DEUX JEUNES VOLEUSES qui avaient dérobé des vêtements dans une galerie du centre-ville. Le larcin était caché … dans une poussette.

PROVINCIALES : GAEL YANNO SOUTIENT CALÉDONIE ENSEMBLE

Ancien député, ancien premier adjoint au maire de Nouméa, et actuel président du Congrès, Gael Yanno a déclaré soutenir « Philippe Gomes et l’ensemble des candidats de Calédonie Ensemble« .

Gael Yanno explique son choix par l’attachement qu’il porte au dialogue avec les indépendantistes, et celui de vouloir maintenir le territoire au sein de la République.

Le président du Congrès n’est pas candidat aux élections provinciales et ne fait partie d’aucune liste. Il entend cependant demeurer « engagé dans le débat politique« .

LA SERPENTINE À NOUVEAU INCENDIÉE – Solidarité NC manifeste devant le Congrès – Un insecte menace les cocotiers d’Ouvéa

KOUAOUA : LA SERPENTINE ENCORE INCENDIÉE ! C’est le 22e du genre, alors que la SLN est engagé dans une course contre la montre pour retrouver le chemin de la compétitivité. Le coût matériel de ces incendies s’élève à près de 200 millions. Et surtout, les arrêts d’approvisionnement pénalisent fortement la production de l’usine Doniambo.

SOLIDARITÉ NC MANIFESTE devant le Congrès. Ils ont interpelé les élus sur la question de l’emploi local.

PROVINCIALES – L’actuel président du Congrès, Gael Yanno, a déclaré soutenir Philippe Gomes et la liste de Calédonie Ensemble pour les élections du 12 mai prochain.

LE BRONTISPA MENACE LES COCOTIERS D’OUVÉA – Cet insecte ravageur des feuilles de cocotier, originaire d’Asie du Sud-Est, peut également s’attaquer à d’autres palmiers. Un plan de sauvegarde va être mis en place sur l’île dont le cocotier représente une ressource précieuse.

PAITA : DÉBRAYAGE À L’ÉCOLE JAMES PADDON pour protester contre le saccage dont l’école a été victime.

LES 4 RÉVOLUTIONS POLITIQUES POSSIBLES EN FIN DE SEMAINE

Dernière semaine de campagne électorale. Et dimanche prochain, 169 635 électeurs sont convoqués pour élire leurs représentants aux assemblées de province. Et dans le même temps, ceux du Congrès, conditionnant la composition du gouvernement. Avec en arrière-plan, le poids des élus qui auront à négocier le statut d’après referendum, au cas où, dans l’intervalle, une majorité n’aurait pas opté pour une indépendance de la Nouvelle-Calédonie. 

Au total, 4 révolutions peuvent survenir dimanche prochain dans le territoire. Enjeux.

PREMIÈRE RÉVOLUTION :
UN CONGRÈS INDÉPENDANTISTE

Scénario possible : les indépendantistes remportent la majorité au Congrès. Ou font jeu égale avec les non-indépendantistes : 27 contre 27.

Il faudrait, pour cela, que les listes non-indépendantistes ne franchissent le seuil de 5% des inscrits, ni au Nord, ni aux Iles. Ou que les indépendantistes réalisent un score fleuve dans le Sud.

Contrôler le Congrès, c’est contrôler le régime fiscal de la Nouvelle-Calédonie, les lois du travail, les réglementations économiques, la législation minière, l’enseignement, la formation professionnelle, la clé de dotations budgétaires aux provinces …

DEUXIÈME RÉVOLUTION :
UN GOUVERNEMENT INDÉPENDANTISTE

Le Président du gouvernement est chef des services publics, ordonnateur du budget, et possède des compétences personnelles pour ce qui concerne les relations régionales.

Disposant d’une majorité au sein de l’Exécutif et au Congrès, il aurait la capacité de faire préparer et approuver tous les textes qu’il souhaiterait.

Au plan international, il apparaîtrait comme « le Premier ministre » de la Nouvelle-Calédonie.

TROISIÈME RÉVOLUTION : LE CONTRÔLE DES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS PAR LES INDÉPENDANTISTES

Celui-ci va de pair avec le contrôle du Congrès et du gouvernement. Ocef  Apican, Agence Sanitaire et Sociale, Conservatoire et autres établissements publics passeraient sous la quasi-autorité de la nouvelle-majorité.

Air Calédonie International, bien que n’étant pas un établissement public, mais dont l’actionnaire quasi unique est l’Adanc, établissement public de la Nouvelle-Calédonie, passerait sous le contrôle des indépendantistes.

QUATRIÈME RÉVOLUTION :
L’INTERLOCUTEUR INDÉPENDANTISTE DE L’ETAT

Certes, dans cette hypothèse, les indépendantistes ne deviendraient pas l’interlocuteur unique de l’Etat, donc du gouvernement et du Chef de l’Etat.

Ces derniers devraient en particulier tenir compte du résultat des referendum.

Mais le Congrès étant l’émanation démocratique de la Nouvelle-Calédonie, et le gouvernement, l’Exécutif de cette émanation, le rapport de force avec l’Etat en serait quelque peu bouleversé.

Bien sûr, dans ces hypothèses, les non-indépendantistes ne manqueraient pas de prendre courage en se référant à l’expérience de la Polynésie française. Celle-ci a connu, dans un passé récent, une majorité ayant conduit Oscar Temaru à la Présidence, non pas du gouvernement de Polynésie, mais bien à la présidence de la Polynésie.

Depuis, dans le territoire voisin, la page a été tournée. Celle de la Nouvelle-Calédonie va s’écrire dimanche prochain, vers 21 heures.

169635 INSCRITS AUX PROVINCIALES – MAJORITÉ INDÉPENDANTISTE AU CONGRÈS : INFO OU INTOX ?

169 635 inscrits, c’est le chiffre définitif pour les élections provinciales du 12 mai à l’issue des ultimes révisions des listes électorales. Désormais, la question est de savoir qui participera à la répartition des sièges, et quelles majorités vont se dégager dans chacune des provinces. Avec, à l’issue, un enjeu inédit : une majorité ou non pour les indépendantistes au Congrès et au Gouvernement.

Jacques Lafleur ne l’avait jamais imaginé, Jean-Marie Tjibaou l’espérait : les indépendantistes majoritaires au Congrès et au gouvernement … avant une hypothétique indépendance. Comment cela est-il possible, et quelles chances ont les uns, quels risques courent les autres ?

INFO OU INTOX ?
Alors que le résultat du referendum s’est soldé par une marge confortable en faveur de anti-indépendantistes, la campagne électorale a mis en relief, du côté indépendantiste, l’objectif de conquérir la majorité au Congrès et au gouvernement, et du côté loyaliste, le risque résultant de cette hypothèse. Info ou Intox ?

DES REPRÉSENTATIONS PROVINCIALES AU CONGRÈS UN PEU « À LA LOUCHE »
La réalité est que pour le referendum, chaque voix est égale. Ce n’est pas le cas pour les élections provinciales. Explication.

Lors des Accords de Matignon, puis de ceux dits de la rue Oudinot, les discussions ont tourné autour du nombre de représentants de chaque province au Congrès.

Les chiffres proposés par le gouvernement avaient d’ailleurs provoqué un premier désaccord : le nombre d’élus prévus pour la province Sud, et donc la représentation de cette province au Congrès. Le ministère proposait 22 élus provinciaux, proposition refusé par la délégation du RPCR qui jugeait ce nombre insuffisant pour avoir … une majorité RPCR au Congrès. Finalement, les délégations s’étaient accordées sur le chiffre de 32 élus provinciaux pour le Sud. Un chiffre qui sera porté ultérieurement à 40.

LES PROVINCES NORD ET ILES SUR-REPRÉSENTÉES AU CONGRÈS
Cependant, malgré ces ajustements, une voix de la province Sud compte moins que celle d’un électeur du Nord et des Iles pour élire un représentant au Congrès !

En province Nord, il faut 2661 voix pour être élu au Congrès, aux Iles, 3029, et au Sud, 3391.

Résultat : une sur-représentation des provinces Nord et Iles au Congrès, et donc, une sur-représentation des indépendantistes !

DEUX SIÈGES POUR CHAMBOULER LE RAPPORT DE FORCE
Dans l’assemblée sortante, les indépendantistes disposent de 25 sièges, et les non-indépendantistes, 29 sièges. Si les indépendantistes gagnaient 2 sièges supplémentaires, cela résulterait évidemment de la perte de 2 sièges dans l’autre camp.

Au total, le Congrès serait alors composé de 27 indépendantistes, et de 27 non-indépendantistes. Une assemblée pratiquement ingouvernable.

LE CASSE TÊTE DU GOUVERNEMENT
L’élection du gouvernement virerait au casse-tête. Viendrait s’ajouter à la complexité du vote, la jurisprudence qui avait, en son temps, opposé Raphael Mapou (alors sur la liste RPCR-FCCI) à Akusitino Manuhohalalo (alors FLNKS-RDO).

Et si les indépendantistes progressaient de 3 sièges, plus d’interrogation : ils contrôleraient sans opposition possible l’assemblé délibérante et l’Exécutif de la Nouvelle-Calédonie. Tout cela, avec des « si », bien sûr …

DEUX SDF CAMBRIOLEURS ARRÊTÉS – Dramatique accident de chasse à Ouenghi – Succès de la Fête de Boulouparis – Recueil à la mémoire de Tjibaou et Yeiwene – Accident de la route mortel à Houailou

DEUX SDF S’INTRODUISENT DANS UN BATEAU ET LE CAMBRIOLENT
Les SDF méritent la solidarité de la société. C’est d’ailleurs dans ce but qu’un centre d’accueil a été édifié par la mairie dans le quartier de la Montagne Coupée. Mais les SDF peuvent aussi être un trouble à la tranquillité publique, notamment lorsqu’ils abordent des personnes, parfois de manière peu amène.

Cette fois, deux d’entre eux ont cambriolé un bateau à Port Moselle. Plusieurs milliers d’euros, des cartes de crédit, des objets personnels. Heureusement, la police les a rapidement interpelé. Mais il manquait déjà, dans le butin restitué, quelques milliers d’euros. Les SDF, une problème récurrent que les autorités seraient bien inspirées de prendre -enfin-, au sérieux.

ACCIDENT MORTEL DE CHASSE À LA OUENGHI
La victime est un jeune de 18 ans, atteint en pleine poitrine. Il s’agirait d’un accident.

ACCIDENT MORTEL DE LA ROUTE à Houailou, où une voiture avec 5 passagers à bord, a effectué une sortie de route. Un passager est décédé. Le conducteur, en fuite, est activement recherché. Il s’agit, en fait, d’un individu recherché pour agression sexuel depuis plusieurs semaines.

SUCCÈS DE LA FÊTE DE BOULOUPARIS qui ouvrait la saison de rodéo. 13 000 visiteurs se sont rendus sur le champ de foire.

RECUEIL POUR LA DISPARITION DE JEAN-MARIE TJIBAOU ET YEIWENE YEIWENE à la tribu de Tiendanite ainsi qu’à Maré. Les deux leaders avaient été assassinés le 4 mai 1989 à Ouvéa par un autre indépendantiste, Djoubelli Wea. A Ouvea, également, les habitants, notamment de Gossanah, se sont souvenus de Wea, neutralisé par le garde du corps de Tjibaou, et des 19 disparus lors de l’assaut de la grotte.

MOTO GP : EXPLOIT DU JEUNE FRANÇAIS, Fabio Quartararo, qui devient le plus jeune « poleman » de l’histoire à tout juste 20 ans. Au grand prix d’Espagne, il a devancé -excusez du peu-, le grandissime Marc Marquez qui courait sur ses terres.

DRAPEAU KANAKY AU DÉFILÉ DU 1ER MAI À PARIS

Au défilé du 1er mai à Paris organisé par la CGT, se trouvaient aux côtés des militants syndicaux, des gilets jaunes et des black blocs. Mais pas que.

Dans la foule, peut être un étudiant, peut être un visiteur, peut être un militant permanent, brandissait le drapeau de Kanaky.

Cela n’a pas échappé aux nombreux téléspectateurs calédoniens des chaînes  infos nationales !

SONIA LAGARDE APPORTE SON SOUTIEN À « L’AVENIR EN CONFIANCE »

La Maire de Nouméa a créé l’événement hier, en annonçant son soutien à la liste « Avenir en Confiance » conduite par une autre Sonia, Sonia Backes.

Elue aux élections provinciales en 2004 sur la liste de l’Avenir Ensemble, élue à l’Assemblée Nationale sous les couleurs de Calédonie Ensemble, puis candidate en 2014 aux municipales dans ce même parti, Sonia Lagarde explique son choix dans un communiqué qu’elle a rendu public jeudi à 17h.

La Maire de Nouméa s’est surtout déclarée déçue par les résultats de la mandature provinciale exercée sous l’égide de Calédonie Ensemble, une mandature qu’elle considère être un échec. La première magistrate de la capitale estime donc qu’un changement est nécessaire.

« Nous voici arrivés à un moment charnière de notre histoire avec pour perspective deux référendums et une négociation cruciale concernant l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

J’ai toujours souhaité un regroupement des loyalistes attachés aux valeurs de la République Française avec une volonté permanente de recherche du dialogue avec les indépendantistes.

Les Calédoniens vont choisir le 12 mai prochain dans une élection à un tour, celles et ceux qui auront à gérer le pays pour cinq ans. Les élu(e)s issu(e)s des urnes devront surmonter leurs différences pour aboutir dans la sérénité à une solution permettant à toutes et à tous de continuer à vivre ensemble dans la France.

Face à une situation économique très dégradée et un contexte anxiogène, il y a urgence pour nos futurs responsables politiques à renouer les fils du dialogue avec les acteurs économiques et les partenaires sociaux afin de sortir de ce marasme et redonner confiance tant aux investisseurs qu’à l’ensemble des Calédoniens.

L’heure du choix a sonné. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé à titre personnel de faire confiance à « l’Avenir en confiance », et j’invite les électrices et les électeurs à en faire de même le 12 mai prochain ».