Archives par mot-clé : featured

LA SLN POURRAIT « PLONGER », la Table Ronde sur l’environnement de Vale NC s’est tenue, 2e hôtel pour la quatorzaine payante

Tous les voyants sont désormais dans le rouge pour la SLN. A court de trésorerie, sans approvisionnement suffisant en minerai pour ses fours de Doniambo, la société semble plonger inexorablement vers la fermeture. Déjà sous procédure Ad Hoc, la SLN «  va solliciter dans les prochains jours une procédure de conciliation auprès du président du Tribunal de Commerce mixte de Nouméa. La société ne peut exclure, en cas de dégradation de sa situation, l’ouverture d’une procédure collective qui pourrait intervenir dans les prochaines semaines. »

Cela signifie en clair la mise en cause de tout ou partie des 2500 emplois à Nouméa et sur sites, ainsi que l’arrêt d’activité pour les sous-traitants. Et surtout, dans un premier temps, une procédure de sauvegarde consisterait à geler ses dettes notamment à l’égard de ses fournisseurs, mais également pour des organismes extérieurs et les institutions.

Demain jeudi 14, un appel à une mobilisation a été lancé, notamment pour « le sauvetage de la SLN » et un « Stop au blocage de nos centres miniers ».

En attendant, la demande d’autorisation d’exportation de minerai déposée par la société est toujours en attente. Hier, le gouvernement a arrêté une redevance à l’extraction et une taxe à l’exportation. Mais la Calédonie pourra-t-elle taxer une activité réduite à néant ?…

La table ronde sur l’environnement concernant l’usine du Sud s’est tenue. Une trentaine de personnes représentant les politiques, les employeurs, les bloqueurs, les associations environnementales étaient présente. Dimanche soir, à la télévision, la présidente de la province Sud, compétente en matière environnementale, avait déclaré être ouverte à la réalisation d’une nouvelle expertise sur le barrage.

La réunion duré plus 5 heures. Finalement, des expertises complémentaires sont envisagées. On est bien avancé …

L’hôtel Gondwana pourra accueillir les personnes désirant entrer en Calédonie sous le régime de la quatorzaine payante. La décision a été prise par le gouvernement. Tarifs tout compris : 390.000F pour une personne seule, 540.000 pour deux. Jusqu’à présent, seul l’hôtel Beaurivage appartenant à la province Nord était agréé.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues hier sur la Calédonie ont rendu la circulation difficile sur plusieurs points du territoire. Cet effet de la Ninã devrait perdurer durant une semaine, et le risque, pendant 4 semaines.

LE GOUVERNEMENT REND HOMMAGE À ERIC BABIN

Eric Babin a perdu la vie lors d’un tragique accident de moto. Eleveur à Voh, il avait été élu à l’assemblée de la province Nord en 1995. De 2004 à 2009, il a été membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie en charge des secteurs de l’agriculture et de la pêche, puis du développement durable à partir de 2007.

Eric Babin avait été en charge de l’agriculture dans le gouvernement présidé par Harold Martin

Figure de la Brousse et du monde agricole, il était connu pour son franc parler et une indépendance d’esprit.

Les membres du gouvernement ont observé une minute de silence à sa mémoire lors de la séance d’hier. Beaucoup d’hommages ont été exprimés aussi bien dans le monde agricole que de la part de responsables politiques.

SÉBASTIEN LECORNU : OUVERTURE ET FERMETÉ, ET PEUT ÊTRE, DERNIÈRE CHANCE

Le ministre des Outre mer, en s’adressant hier soir aux Calédoniens, a développé tous les sujets de l’heure, usine du Sud, SLN, solidarité, budget, avenir institutionnel, consultation directe des Calédoniens, conséquences du « oui » à l’indépendance, conséquences du « non » à l’indépendance. Une allocution marquée par des propositions et des annonces innovantes, mais surtout, par des gestes d’ouverture et l’affirmation de la fermeté de l’Etat. Enfin, ultime proposition pour résoudre le conflit de l’usine du Sud. Et peut être, la dernière chance.

LA FERMETÉ
Pas de langue de bois. Le ministre a dit les choses clairement.  » La France, c’est le respect de l’Etat de droit ; c’est l’ordre républicain ; c’est l’indépendance de la justice. C’est la paix civile.« 

Sur la SLN et sa prise en otage : « Là encore, je veux être très clair : l’Etat ne discute pas sous la menace. Ceux qui bloquent la SLN devront répondre des conséquences de leurs actes.

La nationalisation de l’usine n’est pas la solution.

On ne peut pas brûler une usine, puis demander à l’Etat de la reprendre.

On ne peut pas asphyxier la SLN parce que l’Etat en est actionnaire, puis demander à l’État de reprendre l’usine du Sud. »

Sur l’ultime proposition d’une participation de l’Etat au rachat de l’usine du Sud : « Dans l’hypothèse où elle serait refusée, l’État prendra ses responsabilités et ceux qui cherchent à faire échouer l’offre devront prendre les leurs.« 

USINE DU SUD : DERNIÈRE CHANCE
L’annonce forte de Sébastien Lecornu est une proposition prochaine d’implication de l’Etat dans le processus de rachat, mais ce sera la dernière. « Parce que nous voulons tendre une dernière fois la main, je suis cependant prêt à faire une proposition nouvelle et forte.« 

Pas de nationalisation ( » La nationalisation de l’usine n’est pas la solution« ), mais « une proposition nouvelle et forte« , « une implication plus forte de l’Etat dans l’usine du sud« .

En quoi pourrait consister cette proposition ?

On pense a priori à une entrée au capital de l’Etat, au travers de son agence de participation, déjà présente au capital d’Eramet. Cette introduction devrait se faire au titre des actionnaires non locaux dont Sonia Backes indiquait qu’ils pourraient monter leur participation à 51%

Les actions de l’Etat pourraient donc soit se situer aux côtés de Trafigura et de la Compagnie Financière de Prony, Trafigura diminuant sa participation, soit au sein de la compagnie financière de Prony.

Sébastien Lecornu pose deux conditions à cette hypothèse :

(…) « les leaders indépendantistes doivent revenir à la table des négociations : je ne peux pas discuter avec une chaise vide. Des rencontres bilatérales, avec les uns comme avec les autres, sont possibles pour préparer les discussions. Mais, quand il s’agit de décider, il ne peut y avoir de destin commun sans que tout le monde soit autour de la table.

(…) « une nouvelle implication de l’Etat sera liée à l’avenir institutionnel. Si la Nouvelle Calédonie devient indépendante, la France se désengagera de l’usine du Sud. La proposition que je fais devra donc être assortie d’une clause résolutoire en ce sens.« 

SOLIDARITÉ NATIONALE
Le ministre a souligné la livraison par la France de 14.000 doses de vaccin anti-covid. Elles seront utilisées dans le respect des compétences du gouvernement.

En ce qui concerne les finances publiques et l’économie, il a rappelé l’intervention de l’Etat au travers du prêt de 28,5 milliards, et du dispositif de soutien aux entreprises à hauteur de 25 milliards.

Autre intervention annoncée : « je vous confirme ce soir que l’État accompagnera le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie dans la prise en charge du coût de la quatorzaine, selon des modalités que nous devrons définir ensemble. »

Mais pour les comptes locaux, et notamment les budgets des collectivités, les élus devront trouver des solutions.  » Il vous revient de définir entre Calédoniens la réponse aux déficits structurels des comptes du Pays. »

AVENIR INSTITUTIONNEL
Sébastien Lecornu a confirmé que l’Etat clarifiera les conséquences de l’accession à l’indépendance, comme celles du maintien de la Calédonie dans la France. Il répondra notamment aux interrogations suivantes :

  • Dans l’hypothèse de l’indépendance : pourrez-vous conserver la nationalité française ? quelle sera votre monnaie ? quel serait le modèle économique ? le modèle fiscal ? qui remplacera les gendarmes ? qui rendra les décisions de justice ? quels seront les droits des minorités, les droits des femmes, les droits des homosexuels ? avec quels pays de la zone formerez-vous des alliances ? dans quels pays pourrez-vous étudier demain ? est-ce que le droit de vote sera ouvert à ceux qui en sont aujourd’hui exclus ?
  • Si la Nouvelle-Calédonie choisit de rester française : est-ce qu’il sera possible de choisir l’indépendance dans quelques années ? qu’est-ce qui doit changer par rapport à aujourd’hui ? dans le partage des compétences, dans le partage des richesses ? que pouvons-nous faire de mieux pour le rééquilibrage ? pour sauver l’industrie du nickel ? qu’est-ce que la France peut apporter à la Nouvelle-Calédonie dans cette zone du Pacifique où les tensions montent ?

Ces questions seront remises prochainement aux élus qui seront invités à y « réagir formellement« . Et  » chacun devra prendre ses responsabilités« .

GRANDE CONSULTATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE CALÉDONIENNE ET DES PARTIS POLITIQUES NATIONAUX
Dans les jours prochains, le Haut Commissaire définira les modalités d’une grande consultation sur l’avenir auprès de la société civile calédonienne, citoyens calédoniens ou non.

Mais certains sujets comme ceux touchant à la nationalité relevant du Parlement, le ministre entreprendra une consultation des partis politiques nationaux.

Enfin, a-t-il indiqué, « j’engagerai enfin des contacts sur le plan international pour évoquer la situation calédonienne avec l’Organisation des Nations unies. Nous arrivons à une étape décisive du processus de décolonisation. Le moment est venu de tirer les leçons de plus de 30 ans de rééquilibrage, de partage du pouvoir, de construction du “destin commun” et de partager en toute transparence, devant l’ONU, les enjeux du “oui” comme du “non”. »

DES RÉACTIONS DÈS AUJOURD’HUI
A n’en pas douter, le contenu aussi bien que le ton du ministre va susciter des réactions, et surtout des réponses.

Ce sont d’abord les indépendantistes qui sont interpelés, aussi bien les élus que des responsables qui n’apparaissent pas toujours sur le devant de la scène. Première étape : la participation au Comité Leprédour. Sébastien Lecornu a indiqué qu’il ne formulerait pas de proposition sur l’usine du Sud à des chaises vides.

Ce sont ensuite les entraves aux libertés, les violences et les exactions. Il a rappelé que « La France, c’est le respect de l’Etat de droit ; c’est l’ordre républicain ; c’est l’indépendance de la justice. C’est la paix civile. » On devrait donc s’attendre à un renforcement des personnels en charge du maintien de l’ordre, et dans le respect de l’indépendance de la Justice, la poursuite active des enquêtes et des instructions menées par la gendarmerie, la police et le Parquet.

Mais au delà, le sentiment est qu’il s’agit d’une dernière chance de conciliation. Si « la main tendue » est refusée, la Nouvelle-Calédonie devra se résoudre à entrer dans une période que personne ne peut prédire.

UN HOMME TOMBE DES TOURS DE MAGENTA, 2 bateaux sauvés en mer, nouvelles alertes au requin

Un homme tombe d’une des tours de Magenta et se tue. Selon les premières informations, il aurait tenté d’échapper à une altercation

Sonia Backes formule de nouvelles propositions pour régler le conflit de l’usine du Sud. Lire notre article.

Deux opérations de sauvetage en mer ont été menées avec succès ce week end. La première concernait un voilier victime d’une avarie de barre au sud de la Grande Terre, et la seconde, une embarcation à moteur en panne au large de Boulari. Bateaux et équipages ont pu être ramenés à bon port.

Alertes au requin, à Poé et à l’ilôt Canard. Dans les deux cas, un requin tigre a été aperçu.

Les Femmes en Colère ont manifesté une nouvelle fois contre les violences conjugales. Cette protestation fait suite au meurtre d’une jeune maman et de sa mère au Mont Dore.

Un Comité Directeur de l’UC s’est réuni non loin de Saint Louis. En ouverture et dans un long discours, le président du mouvement à fustigé l’Etat, rappelé la position de l’UC sur l’usine du Sud, et évoqué le troisième référendum.

Des orages et quelques crues ont été enregistrés en plusieurs points du territoire. Le mauvais temps devrait perdurer. Le bulletin en ce début de semaine :

Ce matin :
Le soleil l’emportent souvent voilé par des nuages d’altitude. Des nuages bas circulent également et donnent quelques averses éparses notamment aux Loyauté en début de journée.
Sur la pointe Nord et aux Loyauté, le vent se maintient au Nord-Ouest autour de 10 noeuds. Sur la pointe Sud, l’Ile des Pins et le Sud-Ouest, il s’oriente au Sud-Est 10 noeuds. Il est variable faible partout ailleurs.
Cet après-midi :
Sur l’extrême Nord et le Sud-Ouest, le soleil reste bien présents. Ailleurs, le ciel se charge, notamment sur la chaîne où des averses localement orageuses se développent puis débordent principalement sur la côte Est.
Sur la pointe Nord, l’Est et aux Loyauté, le vent reste de Nord-Ouest entre 10 et 15 noeuds. Sur la pointe Sud, l’ile des Pins et le Sud-Ouest, le vent de Sud-Est atteint 10 noeuds, localement 15 noeuds sur l’extrême Sud-Ouest.
Les températures maximales sont toujours chaudes, mais en légère baisse par rapport à la veille, allant de 28 à 31 degres.
Aperçu pour mardi et mercredi :
Mardi, sur la moitie nord de la Grande Terre et Bélep, nuages, faibles averses et belles éclaircies alternent. Ailleurs, les nuages sont plus nombreux et donnent des averses plus fréquentes et localement orageuses sur le Sud-Est. Dans l’après midi, les averses reprennent sur le relief et se décalent plutôt sur la côte Est. Sur les Loyauté et l’Ile des Pins les averses persistent.
Sur la Grande Terre, le vent de Sud-Est souffle autour de 15 noeuds, localement 20 noeuds sur l’extreme Sud. Il se renforce l’après midi 20 noeuds sur la côte Ouest avec de possibles rafales à 30 noeuds. Il est variable faible sur l’extrême Nord-Est. Sur les Loyauté, il est de Nord-Ouest 5 à 10 noeuds en matinée puis devient variable faible l’après midi.
Les températures sont stationnaires, et toujours au-dessus des valeurs de saison.
Mercredi matin, alors que la côte Ouest bénéficie d’un temps plutôt lumineux, ailleurs, se sont les nuages qui l’emportent, et donnent quelques averses, plus soutenues sur le Sud-Est. L’après-midi, les nuages bourgeonnent aux Loyauté et sur le relief, des averses se déclenchent, localement orageuses, et progressent sur le littoral.
le vent de Sud-Est souffle autour de 15 noeuds sur la Grande Terre temporairement 20 noeuds sur la côte Ouest l’après midi. Il est plus faible sur le Nord-Est, de Nord-Ouest 10 noeuds sur les Loyauté en mâtiné puis de secteur Sud 10 noeuds l’après midi.
Les températures restent élevées pour la saison, malgré une légère baisse des minimales.
Tendance pour la période de jeudi à dimanche :
Le temps reste chaud et instable sur la période avec un ciel souvent très nuageux et des averses parfois fortes, voire de l’orage, en particulier sur le relief les après-midi, débordant largement sur les cotes, ainsi que sur les Loyauté.
Circulation dépressionnaire sur le pays, avec un vent modérée, de Sud-Est sur l’Ouest et de Nord-Ouest sur les loyauté. Le vent est faible sur la côte Est.
Les températures restent chaudes et au-dessus des valeurs de saison, même si elles ont tendance à baisser lentement.

NOUVELLES PROPOSITIONS DE SONIA BACKES POUR L’USINE DU SUD

C’est sur NC1ère que Sonia Backes a choisi de dévoiler ses nouvelles propositions pour débloquer la situation de la reprise de l’usine du Sud, et réouvrir le dialogue. Les intérêts calédoniens seraient désormais en majorité absolue avec 51% dans Prony Resources, majorité détenue par les collectivités et les salariés. La participation de Trafigura descendrait au dessous de 20%. Enfin, la présidente de la province Sud accepterait des expertises complémentaires sur le barrage, tout en rappelant que plusieurs dizaines d’études ont déjà été effectuées, et qu’elle serait personnellement responsable en cas de dégâts environnementaux.

Cette nouvelle donne, qui paraît ultime, sera-t-elle de nature à susciter la reprise du dialogue avec les opposants et à régler le conflit sur le fond ? Selon Sonia Backes, certains indépendantistes seraient favorables à une reprise des discussions pour empêcher la mise au chômage de plusieurs milliers d’emplois.

Concernant les exactions et le maintien de l’ordre, la présidente de la province Sud a livré deux informations. La première concerne la demande de recherche en responsabilité des commanditaires des violences et des dégâts matériels notamment subis à l’usine de Prony. La seconde est relative au maintien de l’ordre et des capacité opérationnelles des gendarmes mobiles. « Pendant les événements, nous avions 22 escadrons de gendarmes mobiles. Aujourd’hui, on en a 5. Alors nous ne sommes pas dans la situation des événements, et personne ne le souhaite. Simplement, entre 22 et 5, il y a une différence » (…) « et je pense que l’Etat devra apporter une réponse sur ce sujet« .

LE COUP DE GUEULE DES EMPLOYEURS CONTRE LE FLNKS ET LES EXACTIONS

Dans un communiqué commun, l’interpatronale des employeurs pousse un coup de gueule contre les récentes déclarations du FLNKS relatives aux pressions sur la SLN et l’usine du Sud. Elle s’insurge face « à la prise d’otage assumée par une organisation politique d’un outil productif essentiel à l’économie du Territoire » et estime que cette action « constitue un acte d’une gravité exceptionnelle« .

Les employeurs demandent que les auteurs de troubles « ne puissent bénéficie d’aucune clémence et que la Justice puisse librement faire respecter l’Etat de Droit en Nouvelle-Calédonie« .

COVID : IMMUNITÉ DE 8 MOIS APRÈS UNE CONTAMINATION

Des chercheurs australiens affirment que les patients contaminés par le Covid-19 restent immunisés contre la maladie pendant au moins huit mois.  Selon une étude parue dans la revue Science Immunology, l’immunité à la CoVid-19 dure au moins 8 mois. Des chercheurs australiens (Alfred Health Human Research and Ethics Committee Numbers, Monash University) ont analysé des échantillons de sang prélevés sur 25 patients positifs au SARS-CoV-2. Ces échantillons ont été comparés à un groupe contrôle en bonne santé. Les chercheurs ont ensuite introduit des morceaux de virus, pour voir comment le sang réagissait. Dans le système immunitaire, ce sont les lymphocytes T et les lymphocytes B mémoires – qui font partie des globules blancs – qui permettent une mémoire immunitaire de longue durée. Cette étude montre que même 8 mois après un première infection, les lymphocytes B à mémoires se souviennent du virus et produisent rapidement des anticorps protecteurs.

Autre bonne nouvelle, chez les patients contaminés, les chercheurs ont également constaté une autre forme d’immunité. « Même si les anticorps disparaissent peu à peu, l’immunité mémoire reste très présente même plusieurs années après la contamination, détaille le chef du département d’immunologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Cela signifie que si des patients sont à nouveau exposés à la maladie, une réaction immunitaire aura lieu. En cas de recontamination, les formes graves se feront donc plus rares. »

Cette immunité n’est pas une contre-indication à la vaccination. « Le vaccin ne génère pas les mêmes réponses immunitaires. Il empêche de tomber malade et de déclencher une forme grave. Il faut donc que tout le monde se fasse vacciner, en premier lieu les personnes à risques et les soignants, exposés en permanence au virus« , plaide le co-directeur du centre d’Immunologie et des Maladies Infectieuses.

LES VOEUX DES INDÉPENDANTISTES : « NON » … à Trafigura et à Prony Resources. En attendant le budget ?

Les indépendantistes n’ont pas annoncé de nouveauté. L’année 2021 sera celle du refus de la reprise de l’usine du Sud par une entité crédible et solvable, celle de la poursuite d’une mise en danger inconséquente de la SLN, et au final, le souhait d’une consultation référendaire « dans un climat serein ».

Dans les déclarations d’intention, aucune perspective de construction. Des oppositions, et des contradictions. Comment imaginer, en effet, après les violences cautionnées, les opérations de destruction d’outils de travail, de déconstruction d’une économie calédonienne fragile, d’une quasi-racialisation des conflits, que la prochaine consultation d’autodétermination puisse se dérouler dans un « climat serein » ?

Mais bien avant, les élus devront résoudre la situation budgétaire des collectivités. Personne n’a mis en exergue les propositions indépendantistes pour assurer le fonctionnement des services publics en 2021.

Certes, le gouvernement est présidé par un loyaliste, Thierry Santa. Mais l’alliance réalisée en 2020 entre l’Éveil Océanien et le FLNKS reflète une nouvelle majorité. Sans compter Calédonie Ensemble …

De surcroît, et finalement, les groupes séparatistes possèdent désormais la majorité au Congrès. Or, c’est cette assemblée, et non le gouvernement, qui est souveraine en matière de budget général pour la Nouvelle-Calédonie, les ressources des provinces et celles des communes.

Même le règlement par 12e provisoire imposé en début d’année pour cause d’absence de vote du budget, ne pourra perdurer. C’est qu’en effet, le budget 2020 n’a pu s’exécuter que grâce à la prise en compte d’un prêt de 28,5 milliards de la France, prêt presqu’entièrement consommé et non reconduit en 2021.

C’est dire si le régime des 12e provisoires va se trouver rapidement à court de trésorerie, et même de sincérité puisque reposant sur des bases financières … amputées désormais d’une trentaine de milliards.

Cette majorité, qui prétend gérer un Etat indépendant, se montrera-t-elle capable de gérer au moins une collectivité soutenue par la République ?

COVID : VACCINATIONS EN AUSTRALIE DÈS FÉVRIER

Le déploiement du vaccin contre le coronavirus devrait  être entrepris en Australie le mois prochain, près de six semaines plus tôt que prévu initialement par le gouvernement. Au lieu de la date initialement annoncée pour la fin du mois de mars, les Australiens pourraient – si tout se passe comme prévu – commencer à se faire vacciner de la mi-février.

La phase 1a (qui est la première phase), composée de 678 000 personnes, comprend les agents de quarantaine et frontaliers, les agents de santé de première ligne, le personnel de soins aux personnes âgées et les personnes handicapées et les résidents.

La phase 1b devrait couvrir 6,1 millions de personnes, y compris toute personne âgée de plus de 70 ans, d’autres travailleurs de la santé, de jeunes adultes atteints d’une maladie et des travailleurs à haut risque tels que le personnel des services d’urgence et les employés de la transformation de la viande. Elle comprend également les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres âgés de plus de 55 ans.

La phase 2a concerne les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres âgés de 18 à 54 ans, ainsi que les Australiens de plus de 50 ans et d’autres travailleurs à haut risque.

La phase 2b est le reste de la population adulte.

La phase 3, la phase finale, sera pour les enfants mais seulement «si cela est recommandé» étant donné qu’ils ne transmettent pas la maladie comme les adultes.

TRUMP DÉCLARÉ INAPTE À EXERCER LA PRÉSIDENCE ? Certains de ses ministres évoqueraient le recours au 25e amendement après l’envahissement du Capitole par ses supporters

Selon le JDD, « plusieurs dizaines de partisans de Donald Trump ont envahi hier soir le Capitole, où siègent les représentants et sénateurs américains, interrompant la session qui devait confirmer définitivement la victoire de Joe Biden à la présidentielle. Pendant plusieurs heures, les élus américains ont été calfeutrés tandis que le vice-président Mike Pence avait été évacué par son service de protection. Quatre personnes sont mortes, selon le chef de la police locale cité par plusieurs médias américains, dont une femme, ardente partisane du président américain, abattue dans l’enceinte du Congrès par la police. On ne connaît pas encore la cause des trois autres décès, survenus aux alentours du Capitole. Le calme est finalement revenu au Parlement, où les débats ont recommencé depuis quelques heures. A Washington, un couvre-feu a été instauré à 18 heures et l’état d’urgence sera prolongé durant deux semaines. »

« Après avoir incité ses partisans ces derniers jours à refuser la victoire de Biden, Donald Trump a finalement publié une vidéo les appelant au calme mais réitérant ses mensonges sur l’issue du scrutin. Facebook et Twitter l’ont supprimé et ont bloqué le compte du président. Selon certains médias américains, des ministres de Donald Trump ont discuté de la possibilité d’invoquer le 25e amendement de la Constitution, qui autorise le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le milliardaire « inapte » à exercer ses fonctions. »