Archives du mot-clé featured

RÉFORME DAVANTAGE QUE POUVOIR : L’ENJEU DU PROCHAIN GOUVERNEMENT CALÉDONIEN avec les dangers qui guettent les régimes sociaux et l’économie

En dépit des analyses plutôt rassurantes des organismes officiels sur l’année 2016, la Nouvelle-Calédonie poursuit son mouvement d’enlisement économique et social. En réalité, tous les voyants sont au rouge ou à l’orange : les comptes sociaux, l’emploi, l’économie et donc les recettes fiscales. Sans réforme forcément douloureuse, point de salut. Ce devrait être l’agenda prioritaire du prochain gouvernement. Exigences.

PROCÉDURE D’ALERTE À LA CAFAT ?
Alors que la Cafat ne se rend guère populaire en effectuant des contrôles ostensibles –et malvenus- au premier jour de la Foire de Bourail, ses responsables se demandent si « les politiques » auront le courage de mener les réformes susceptibles d’éviter la faillite du système. Faillite, le terme est approprié. « Ce serait le cas d’une entreprise privée au regard des dettes, de l’impasse de trésorerie et d’absences de perspectives de redressement », déclare ce haut responsable de la Caisse. De fait, la barque est en train de couler : 15 milliards de dettes du Ruamm, un besoin de trésorerie, pour tout juste les dépenses immédiates, de 2 milliards avant la fin de l’année, tous les régimes en déficit structurels à l’exception du régime de retraite. Si les commissaires aux comptes ne lancent pas une « procédure d’alerte », ils pourraient eux-mêmes endosser une part de responsabilité.

A cette situation, point de potion miracle. Juste un remède de cheval, tant les dérives se sont accumulées. Pour éviter la faillite, il conviendra de manier à la fois la réduction des dépenses –les prestations et le train de vie de l’organisme-, et l’augmentation des recettes –prélèvements obligatoires et concours publics-.

TOUTES LES RECETTES FISCALES ENGLOUTIES EN 2030
Mais il n’en va pas que de la Cafat, car les « régimes sociaux » couvrent un champ bien plus vaste : les allocations de solidarité, le plan handicap, les retraites de solidarité, les aides sociales notamment.

Au total, au rythme actuel de la croissance des dépenses, l’ensemble des recettes fiscales de la Nouvelle-Calédonie en 2030 suffira à peine à combler les déficits de l’ensemble de ces régimes, Cafat comprise, bien entendu !

C’EST L’ENTREPRISE QUI CRÉE LA RICHESSE D’UN PAYS
Quant à l’emploi privé, il a entrepris une réduction inquiétante. Dans ce contexte, parler d’une « compensation » par la création d’emplois publics relève d’une farce. Dans un bateau qui fait l’eau, c’est simplement y rajouter l’eau des citernes de la cuisine !

Car en Calédonie comme dans tous les pays du monde, c’est l’entreprise dans une économie de croissance qui crée la richesse. Les services publics, les institutions et les régimes sociaux ne font que vivre de cette richesse.

L’enjeu, pour les mois et les années qui viennent, n’est donc pas seulement la réduction des dépenses. Il est également et surtout, la stabilisation puis l’augmentation des recettes. Or celles-ci ne peuvent croitre d’un secteur pour l’essentiel exsangue, au risque de le tuer. En clair, augmenter les impôts pour augmenter les recettes serait économiquement suicidaire.

L’URGENCE : REDONNER DU SOUFFLE AUX ENTREPRISES
Redonner de la vigueur aux PME ainsi qu’aux grandes entreprises locales, puisque la mine et la métallurgie sont entrées dans un cycle incertain de crise, est l’unique solution pour éviter le naufrage de la Nouvelle-Calédonie. Révisions de la fiscalité, simplifications administratives, soutien des pouvoirs publics et de leurs services aux entreprises, innovations y compris dans des secteurs porteurs déjà en place comme le tourisme, ce sont les réformes à conduire.

D’ailleurs, sans les 160 milliards transférés annuellement par la métropole, véritable « amortisseur » de crise spécifique au Pacifique français, les Calédoniens seraient depuis plusieurs mois dans la tourmente.

Mais à présent, « l’amortisseur » n’est plus qu’un « ralentisseur » tellement l’urgence est prégnante. Assurément, le prochain gouvernement local aura du pain sur la planche.

LEVINA NAPOLÉON MISS CALÉDONIE 2017 – Des voiliers naufragés à L’orphelinat par un coup d’ouest – La liste Calédonie Ensemble démissionne et fait tomber le gouvernement – Succès pour la course du rein –

LEVINA NAPOLÉON MISS CALÉDONIE 2017 – La jeune beauté originaire du nord calédonien, étudiante en management, a été élue au cours d’une soirée de gala à l’Arène du Sud devant 2000 personnes.

Cette élection a eu un retentissement jusqu’en Polynésie où Polynésie 1ère titre « Une demi-polynésienne sacrée Miss Nouvelle-Calédonie » et précise  » Candidate numéro 8 à l’élection, la jeune demi-tahitienne a un père mélanésien et calédonien et une mère tahitienne et asiatique. »

Marine Lorphelin, Miss France 2013 et actuellement étudiante en médecine en stage d’internat au Médipôle, était présente.

LA LISTE CALÉDONIE ENSEMBLE DÉMISSIONNE DU GOUVERNEMENT QUI TOMBE – L’Éxécutif calédonien devait être renouvelé suite à la démission programmée de Philippe Dunoyer et de Philippe Gomes qui avaient choisi d’exercer leur mandat de député. Mais finalement, c’est toute la liste Calédonie Ensemble qui a quitté le gouvernement, provoquant sa chute et empêchant tout autre renouvellement pendant une période de 18 mois.

Jeudi, le Congrès devra décider du nombre de membres de l’Éxécutif jusqu’à présent fixé à 11.

HÉCATOME DE VOILIERS À L’ORPHELINAT SUITE À UN COUP D’OUEST qui avait pourtant été annoncé.

Nombreux étaient les badauds à la baie de l’Orphelinat dimanche matin, tandis que les infortunés propriétaires tentaient de remettre à flot leur voilier ou contataient les dégâts. Au total, 6 voiliers et un catamaran de 20 mètres ont été drossés contre les rochers.

410 PARTICIPANTS À LA COURSE DU REIN, une 6e édition organisée par l’association « un départ pour la vie ». Une belle action de sensibilisation et de solidarité par la promotion du don d’organe.

SOUVENIR DE MATHILE MOLINA samedi matin à l’Anse Vata où la jeune infirmière avait été victime d’un accident de la route, drame qui avait bouleversé la Calédonie.

NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION À LA VALLÉE DU TIR à partir d’aujourd’hui en raison des travaux du Néobus.

TOURISME : LA CALÉDONIE DESTINATION PRÉFÉRÉE DES MOUSTIQUES

C’est la revue « Tourist Mosquitoes Destinations » qui l’écrit dans son édition de juillet : la Nouvelle-Calédonie est devenue la destination préférée des moustiques. La raison de ce succès : un réseau de gîtes unique au monde mais surtout, des conditions d’accueil qui se sont considérablement améliorées ces dernières années. Record.

Le récent marché des anophèles bancroftii et des aedes scutellaris l’a mis en exergue : le trafic des visiteurs en provenance de la planète moustique s’est enrichi de deux nouveaux segments de clientèle. Après les porteurs de dengue, de chikoune-bougna et de zika, c’est celui du paludisme qui découvre les atouts de notre destination.

Pour le public averti, cette progression n’est pas surprenante. Mais le vulgum pecus se pose légitimement la question : « Nom d’un Moakem, kècekinoutrouvedemieuquelezotes ? »

Pour Jade Orpiquet, femelle anophèle transmetteuse potentielle de paludisme –souvent appelé malaria-, rédactrice en chef de « Tourist Mosquitoes Destinations », la motivation de vacances est évidente. « L’hébergement en gîtes est de très bonne qualité, et surtout, l’accueil est de réputation planétaire. Pour un touriste, en effet, la sécurité est une garantie essentielle tant les menaces qui pèsent sur le monde se sont accrues ces dernières années. Or, la Nouvelle-Calédonie, de ce point de vue, c’est top ».

Reste pour les autorités à gérer ce succès. C’est qu’en effet, les Tour Opérateurs spécialisés dans les marchés des moustiques porteurs de fièvre jaune ou encore de fièvre du Nil occidental s’intéressent fortement à la destination.

Pour ces touristes d’un genre nouveau, en tout cas, le slogan « L’île la plus proche du Paradis » n’est pas un vain mot. Un slogan qui fait mal dans un marché extrêmement concurrentiel, et particulièrement chez nos voisins. Piqués au vif.

Marthe

DRAMATIQUE ACCIDENT À POYA : UN MORT – La Bac interpelle 4 jeunes délinquants à Ducos – 2 nouveaux moustiques sur le territoire – Cyclisme : Florian Barket en bronze aux championnats de France

ACCIDENT MORTEL À POYA – Poya a encore été le théâtre d’un drame de la route. Bilan : un mort et un blessé grave. Deux voitures se sont téléscopées, l’accident ayant été provoqué par une fourgonnette se dirigeant vers Bourail. Le nombre de victimes de la route se monte à 32 depuis le début de l’année.

LA BAC INTERPELLE DES JEUNES DÉLINQUANTS À DUCOS – 3 majeurs et un mineur ont été arrêtés lundi soir et mardi matin dans la zone industrielle après un cambriolage du commerce « Arizona ».

DEUX NOUVEAUX MOUSTIQUES DÉCOUVERTS À TONTOUTA – Potentiellement porteurs de maladie, dont le paludisme, l’anophèle bancroftii et l’aedes scutellaris ont fait leur apparition sur le territoire, dans la région de Tontouta.

Un plan d’éradication a été mis en place par le gouvernement et les autorités sanitaires après plusieurs consultations et expertises.

LA GRÈVE DES PHARMACIENS SE POURSUIT et les files d’attente se forment devant les officines ouvertes qui sont débordées.

ENCHÈRES POUR 23 CARCASSES PRIMÉES À LA FOIRE DE BOURAIL – Carcasse de 710kg d’un boeuf élevé à Boulouparis enlevée par Géant Sainte Marie !

LA MAISON COMMUNE DE TRAPUT A ÉTÉ INAUGURÉE  dans cette tribu de Lifou. La construction a été aidée par la gouvernement.

CYCLISME : FLORIAN BARKET EN BRONZE AUX CHAMPIONNATS DE FRANCE en poursuite par équipe avec l’équipe de Bretagne. La compétition s’est déroulée sur le vélodrome de Hyères.

 

LES COMPTES 2016 DE LA CALÉDONIE ADOPTÉS PAR LE CONGRÈS – Grève des pharmacies : des files d’attentes – Le Général Marchand nouveau patron des Fanc – Le Sénat Coutumier au chevet des GDPL – Grand tournoi de judo à Dumbéa

LES COMPTES 2016 DE LA CALÉDONIE ADOPTÉS PAR LE CONGRÈS – Désormais, la présentation comptable du budget général du territoire se répartit en 3 comptes : celui de la Nouvelle-Calédonie, collectivité qui dispose de ses services, de ses interventions et de ses institutions, celui des Provinces et des communes qui jouissent d’une répartition des recettes fiscales définies dans la loi organique, et celui des établissements publics auxquels une partie des recettes est reversée.

Pour Philippe Dunoyer, « ministre » du budget jusqu’à sa démission prochaine pour exercer son mandat de député, s’agissant du budget propre de la Calédonie,  » avec un fonds de roulement qui redevient positif, avec une capacité d’autofinancement qui s’améliore, avec une trésorerie qui se redresses et avec un déficit épongé, on a effectivement, en 2016, une situation assainie pour mieux affronter les contraintes de 2018 et 2019« .

Contestation des chiffres et de leur présentation des Républicains Calédoniens qui évoquent « la méthode Coué » du Président du gouvernement et un « maquillage de la situation« . Pour Grégoire Bernut, les comptes sont marqués par « une chute des recettes fiscales » et une augmentation des impôts, « C’est le résultat de la politique économique et fiscale de Calédonie Ensemble que nous n’avons pas cessé de dénoncer« .

Le groupe Union Calédonienne et le FLNKS-Nationalistes s’est abstenu, conscient des difficultés économiques mais satisfait de la réforme de la fiscalité.

L’Uni, de son côté, s’est montrée favorable aux comptes de la Calédonie 2016 qui reflètent, pour le groupe, un assainissement de la gestion des deniers publics.

Les comptes ont successivement été adoptés par 33 voix pour, 6 contre et 12 abstentions.

LE SÉNAT COUTUMIER SOUHAITE UN MEILLEUR ENCADREMENT JURIDIQUE DES GDPL et organise un séminaire sur les sujets foncier, gouvernance et statut  des groupements samedi prochain à Arama.

LE GÉNÉRAL THIERRY MARCHAND NOUVEAU PATRON DES FANC, les Forces Armées de Nouvelle-Calédonie. Le général Marchand, diplômé de Saint Cyr, a notamment été engagé en 1991 dans la 13e demi-brigade de la Légion Etrangère avec laquelle il participa à des opérations à Djibouti, en Somalie, au Tchad, en Bosnie, au Gabon, en République Centrafricaine.

Instructeur, auditeur,  notamment des Hautes Etudes de la défense nationale, spécialiste des relations internationales,  il intégre en 2012 le cabinet du ministre de la Défense. Nommé général de brigade en 2014, il sert pendant un an à l’Etat Major de l’Armée de Terre.

GRÈVE DES PHARMACIENS : DES FILES D’ATTENTES dans les pharmacies de garde et certaines officines qui demeurent ouvertes. Les grossistes sont également en grève et les approvisionnements devraient rapidement se tarir, sauf pour les pharmacies mutualistes qui sont accessibles pour le public.

GRÈVE À LA MINE DE KAREMBÉ, à Koumac, où le syndicat Solidarité NC proteste contre les conditions de travail.

L’INCENDIE DE KOUMAC EST MAÎTRISÉ grâce aux renforts de la Sécurité Civile – Il ravageait les alentours du carrefour vers Ouégoa.

TOURNOI INTERNATIONAL DE JUDO À DUMBÉA – Une centaine de judokas sont inscrits, les sportifs locaux affronteront des judokas néo-zélandais et japonais.

ACI : LA COMPAGNIE CALÉDONIENNE REMPLACERA SES AVIONS VIEILLISSANTS

L’issue du débat paraissait incertaine sur le feu vert à Aircalin pour remplacer ses avions qui « plombent » son exploitation et pénalisent ses clients, et pour maintenir au tourisme calédonien une desserte de qualité. Hier au Congrès, stratégie, finances, tarifs ont été évoqués, parfois avec des informations à remettre à niveau. Ils traduisent une perception floue du rôle et de la situation réelle de la compagnie. Finalement, les ailes internationales calédoniennes seront modernisées. Économie.

Au cœur du débat : la caution de la Nouvelle-Calédonie sur 5 milliards d’un emprunt bancaire de 20. En arrière-plan : la défiscalisation sollicitée auprès de Berçy (10 milliards). En lumière : les tarifs.

FINANCES PUBLIQUES ET TARIFS
Ce qui a changé depuis les premiers échanges en commissions plénières du Congrès, c’est la situation économique et budgétaire, bien sûr. Avec au passage, des élections législatives … En tout cas, pour les indépendantistes comme pour les Républicains Calédoniens, les 5 milliards de caution ne doivent cacher l’étendue de la responsabilité financière du territoire qui pourrait être appelé pour la totalité du prêt en cas de défaillance de l’emprunteur, en l’espèce, la compagnie.

Et cheval de bataille de plusieurs conseillers : les tarifs, notamment en période scolaire, sujet sensible auprès du public calédonien.

PLAIDOIRIE ET CRITIQUES
Philippe Michel paraissait bien seul, pour rappeler, sans nier quelques réalités comme les critiques tarifaires, des fondamentaux économiques pour la compagnie comme pour la Nouvelle Calédonie. Les avions actuels entrent dans un cycle de pannes ruineuses pour la compagnie qui perd de surcroît du crédit auprès de ses clients. Si le territoire n’assure pas le transport des Calédoniens et de ses touristes, personne d’autre ne le fera, tant l’étroitesse du marché local condamne tout espoir de réel profit. Et de citer Air Micronesia, AOM, Corsair et plus récemment Air Austral qui sont venus et repartis « parce qu’ils perdaient beaucoup d’argent », a rappelé le chef de groupe de la plate-forme.

Et de souligner également que le retard à meilleure fortune de l’Adanc, actionnaire presqu’unique d’ACI, permettra à l’agence de se substituer en garantie dès 2022.

Les critiques, en général enrobées dans un « nous ne visons pas la gestion d’Aircalin qui est bonne, ni le personnel qui a fait de grands efforts », ont fusé de tous les autres camps, parfois sans ambages. « Il manque un épisode : la politique tarifaire », « on ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas », « la compagnie doit être présidée par le membre du gouvernement chargé des transports », « il faut une seule compagnie aérienne et un seul handling », « il faut mettre en œuvre les recommandations de la Chambre des Comptes ».

Au passage, quelques actualisations informatives ont eu lieu. « La compagnie n’achète plus de block-sièges à Air France qui paie ses sièges comme les autres compagnies ». « Il n’existe pas de monopole au profit d’Aircalin. Toutes les compagnies peuvent demander à atterrir à Tontouta. Une compagnie low-cost avait été autorisée, mais elle n’est pas venue ». Et enfin « Aircalin ne perd plus d’argent sur la desserte Japon qui est équilibrée ».

ÉCONOMIE : LES LEVIERS DE CROISSANCE
Au delà des arguments qui méritent presque tous d’être approfondis dans un débat complémentaire, ce qui ressort des échanges nombreux est de deux ordres :

  • la compagnie n’est pas comprise comme elle le souhaiterait, ce qui l’interpelle sur sa communication,
  • beaucoup oublient qu’il s’agit d’une entreprise, essentielle puisque la Nouvelle-Calédonie est une île et que sa desserte n’intéresse personne, qui recherche pour elle-même des leviers de croissance, et constitue également pour le tourisme – 5000 emplois actuels !- un levier de croissance fondamental.

Or, si la Nouvelle-Calédonie veut affronter la crise qu’elle subit dans les conditions les moins mauvaises, elle a besoin de soutenir son économie et de mettre en place des leviers de croissance.

C’est l’Union Calédonienne, par la voix de Rock Wamytan, qui a fait basculer le débat en offrant une alternative au vote négatif : appliquer les recommandations de la Chambre des Comptes, parler de la politique tarifaire, de l’emploi local, du tourisme, évaluer la situation financière de l’Agence pour la Desserte Aérienne, actionnaire ultra-majoritaire d’Aircalin, réintégrer la stratégie de desserte aérienne dans le Plan NC 2025. Propositions acceptées par le gouvernement et la compagnie.

Quant à Kotra Uregei, rappelant qu’Aircalin avait été créée sous le magistère de Jean-Marie Tjibaou, il avait indiqué que son groupe « prendrait ses responsabilités pour l’avenir de la compagnie« .

Finalement, l’intergroupe Calédonie Ensemble-Rassemblement-MPC, l’UC et les élus nationalistes ont apporté leurs 37 voix à la caution, contre 15 de l’Uni et des Républicains Calédoniens. ACI pourra annoncer à Bercy que son actionnaire presqu’unique la soutient, et confirmer ses commandes à Airbus.

Dans la foulée, le Congrès a donné son accord pour 2 ATR au profit d’Aircal.

8 BLESSÉS DANS UN BUS RENVERSÉ PAR UN CAMION – Les pharmaciens en grève illimitée à compter de lundi – Les jeunes Calédoniens brillent à l’Open junior du Sud Pacifique – L’ancien immeuble de la France Australe sera rénové

8 BLESSÉS DANS UN BUS RENVERSÉ PAR UN CAMION 
L’accident s’est produit à Moindah, entre Bourail et Poya. Un bus Raï se dirigeait vers Pouebo avec 53 passagers à bord. Il a été percuté par un camion frigorifique dont le chauffeur se serait endormi.

8 blessés sont à déplorer. Ils ont été évacués vers Bourail et le Médipôle de Dumbéa. La commune de Poya s’est immédiatement mobilisée pour réconforter les passagers.

L’IMMEUBLE DE LA FRANCE AUSTRALE SERA RÉNOVÉ – C’est un projet qui avait été cher à l’ancienne majorité mais impossible à réaliser en raison de la présence d’un accueil de SDF.

Cette fois, grâce à l’ouverture prochaine du nouvel emplacement d’accueil des SDF à la Montagne Coupée, l’opération sera lancée pour un coût estimé de 430 millions.

LES RÉPUBLICAINS CALÉDONIENS OPPOSÉS À LA CAUTION AIRCALIN concernant une partie du prêt destiné au nécessaire renouvellement de la flotte de la compagnie. Mais ils détermineront leur position en séance du Congrès ce matin.

Déclarant qu’ils ne critiquent pas la gestion d’Aircalin, ils souhaitent un débat de fond sur la desserte aérienne ainsi que sur le compte administratif de la Nouvelle-Calédonie.

De leur côté, les responsables de la compagnie doivent donner une réponse à Airbus le 31 août au plus tard.

PANNES À AIRCAL avec 2 avions successivement affectés. La compagnie fait son possible pour un retour à la normale.

GRÈVE ILLIMITÉE DES PHARMACIENS à partir du 14 août. Ils protestent contre le gel des prix.

L’OBSERVATOIRE DE L’ENVIRONNEMENT a pris connaissance de l’étude sur l’évolution des forêts du sud ainsi que sur la vallée de la Thy.

Le conseil d’administration de l’Oeil a récemment demandé le départ de Martine Cornaille de la présidence de l’Observatoire.

LES CALÉDONIENS S’IMPOSENT SUR LE SOUTH PACIFIC JUNIOR OPEN  devant les australiens, les néo-zéalandais, les tahitiens et les vanuatais. Les jeunes Dylan Benoit et Ariane Kotz ont particulièrement brillé

 

FERMÉE OU MAINTENUE : L’ANGOISSE REPREND À L’USINE DU SUD

Après les propos rassurants du Soenc nickel qui laissait entendre qu’il était acquis que l’usine Vale du sud poursuivrait ses opérations en 2018, une intersyndicale regroupant notamment l’UTFE-CGC et l’USTKE tire la sonnette d’alarme : la menace de fermeture au 1er janvier 2018 n’est pas écartée.

PRINCIPALE SOURCE DE PERTE DU GROUPE
Alors pour les 1350 employés de Vale, comme pour les quelques 4000 employés des sous-traitants, l’angoisse reprend.

Selon l’intersyndicale qui annonce un suivi hebdomadaire de la situation avec la direction, Vale n’aurait pas encore pris de décision définitive, et s’interroge sur la poursuite des opérations dans le sud calédonien. En cause, plusieurs facteurs : les coûts de production, qui ont déjà coûté 120 milliards FCFP à l’entreprise brésilienne, l’absence de perspectives sérieuses de remontée des cours, ou même de tendance de leur évolution.

Après des pertes colossales, Vale a retrouvé le chemin des profits en 2016, mais l’usine en Province sud est montrée du doigt et apparaît comme la principale source de pertes pour le groupe.

Pour sauver les emplois, les syndicats de l’intersyndicale se disent prêts aux efforts de productivité nécessaires pour atteindre l’équilibre financier. Sans occulter la probable réduction de la masse salariale indispensable à la réduction des charges.

PARTENAIRES PRIVÉS ET « GESTE » DES POUVOIRS PUBLICS
Il semblerait également que Vale attende « un geste » de la part des autorités locales comme de celles de l’Etat.

Les propos du patron de Vale, Fabio Schvartsman sont nuancés sur la fermeture de l’usine ; en clair, la décision de fermer ne sera prise qu’en toute dernière extrémité. Mais ils sont fermes sur les conditions de maintien de l’activité : plus un seul dollar investi, message nécessaire à l’égard de ses actionnaires.

Celà signifie-t-il qu’entre le coût de production actuel -aux alentours de 11.000$-, et les prix de vente -entre 9 et 10.000$-, des partenaires extérieurs, publics -l’Etat, le gouvernement local et la Province sud- ou privés, devront assurer l’équilibre ? C’est probablement la réponse.

Un dossier qui est loin d’être clos, et qui,en arrière plan, menace tout le fragile équilibre social de la Nouvelle-Calédonie, et très directement, celui de la Cafat.

TÉLÉ : « LES BRISES ATTEIGNERONS », C’EST LA LANGUE FRANÇAISE QUI EST ATTEINTE !

Le bulletin météo de dimanche soir à la télé nous a délivré quelques perles qui n’enlèvent rien, d’ailleurs, à la bonne tenue de sa présentation.

On a ainsi entendu à plusieurs reprises que les nuages, les brises et autre phénomènes météorologiques « atteigneront » la Nouvelle-Calédonie. Ces petites choses, à terme, atteindront la belle langue de Molière.

 

COUPE CLARKE : VICTOIRE DE PACIFIQUE DU CAP ET DE L’ÉCURIE DOLBEAU-USAIN BOLT BATTU AUX MONDIAUX DE LONDRES-Bagarre au couteau au squat « Coca Cola »-Encore un accident mortel de la route

LA COUPE CLARKE EST REMPORTÉE PAR PACIFIQUE DU CAP de l’écurie Dolbeau.  C’est la plus belle des victoire pour l’écurie bouraillaise, la famille Dolbeau et le père très connu, Jacques, actuellement hospitalisé. Sweet As partait favori, mais s’est fait coiffer au terme de la mythique course de 1600m où 12 chevaux étaient engagés.

USAIN BOLT BATTU POUR SON DERNIER 100m – La Foudre s’est incliné aux derniers mondiaux de Londres, battu par les américains Justin Gatlin et Christian Coleman.

ENCORE DES ACCIDENTS DE LA ROUTE – A Lifou, un piéton de 25 ans renversé par une voiture, est décédé. Un motard a perdu le contrôle de son deux roues dans la descente du Col de la Pirogue et a percuté un véhicule.

BAGARRE AU COUTEAU AU SQUAT « COCA COLA – Bilan : un blessé grave et deux légers.

KEA TRADER – 6 conteneurs ont été transbordés et le pompage du fuel a pu reprendre.

CYCLISME : LES NÉO dominent la Ronde des Cadets.

FOOT : les Calédoniennes de moins de 16 ans battent les Samoa aux Oceania de Samoa.