Archives du mot-clé featured

LE 18 NOVEMBRE 1984 ÉCLATAIENT « LES ÉVÉNEMENTS », C’ÉTAIT IL Y A 34 ANS

Deux semaines après un referendum qui s’est déroulé paisiblement, et dans l’absolu respect des règles républicaines et démocratiques, nous sommes le 18 novembre 2018. 34 ans exactement après un funeste 18 novembre 1984.

Ce jour là s’ouvrait pour la Nouvelle-Calédonie une longue période troublée, marquée par des tragédies, que les Calédoniens dénomment « les événements« .

La formule « les événements » n’a pas le même sens dans un salon parisien et en Nouvelle-Calédonie. Ici, point n’est besoin de qualifier ces « événements » : ils évoquent ce qui s’est passé le dimanche 18 novembre 1984, et couvrent les 6 mois de guerre civile qui ont suivi, puis la période troublée qui s’est soldée par le drame d’Ouvéa en 1988.

« Les événements » commencent le dimanche, à 5h30, par l’incendie de la mairie de Sarraméa. Un peu plus tard, la mairie de Poum est investie par des hommes armés. A Poya, 150 indépendantistes sont contenus par 6 gendarmes devant le bureau de vote. Dans l’intervalle, une maison est incendiée.

A Lifou, le maire brûle le matériel électoral. A Ouvéa, la mairie est incendiée. A Ponérihouen, la poste est saccagée.

A 16 heures, Eloi Machoro pénètre dans le bureau de vote de la mairie de Canala et fend l’urne d’un coup de hache. L’image, qui fera le tour du monde, résume à elle seule, le début des « événements« .

La suite est terrible. Entre le 18 novembre et le 31 janvier 1985, des dizaines de maisons sont brulées, des agressions sont perpétrées, des assassinats sont à déplorer. Puis la Calédonie sera ballotée entre couvre-feu, retour à une vie institutionnelle, troubles et incertitudes permanents, et la tragédie d’Ouvéa. La fin des « événements » sera la signature des Accords de Matignon.

« Les événements« , une page tragique de la Nouvelle-Calédonie que tous ceux qui l’ont subie aspirent à ne plus revivre.

COMITÉ DES SIGNATAIRES LE 14 DÉCEMBRE – Newrest va investir massivement pour moderniser ses cuisines – PALIKA : conquérir le Congrès de la Nouvelle-Calédonie – Indice de consommation à la hausse après la TGC – Opération charme de Wamytan

LE COMITÉ DES SIGNATAIRES VA SE RÉUNIR LE 14 DÉCEMBRE
La réunion se tiendra à Paris sous l’égide du Premier ministre. Le chef du gouvernement avait annoncé qu’un accent particulier serait mis sur le contexte économique et social de la Calédonie.

LES OBJECTIFS DU PALIKA : CONGRÈS, PROVINCES, REFERENDUM – Le parti est revigoré par les résultats de scrutin du 4 novembre et se mobilise pour la conquête des provinces, du Congrès tout en préparant le prochain referendum. Il s’est déclaré hostile à tout réexamen du corps électoral avant la fin de l’Accord de Nouméa, à l’issue du 3e referendum.

NEWREST VA INVESTIR MASSIVEMENT pour mettre à niveau ses installations et offrir des garanties renforcées pour la nourriture des écoliers. Notamment cuisine centrale moderne, tournée vers la liaison froide, avec bacs plastique recyclables. Son PDG souligne que la chaîne de distribution est partagée entre sa société à 60% et les collectivités à 30%.

OPÉRATION CHARME DE ROCH WAMYTAN qui présente ses excuses pour sa récente déclaration sur « le défoulement » des jeunes de Saint Louis et le blocage de la RT1. Entouré des autorités de la tribu, il a déclaré qu’il fallait à la fois garantir la libre circulation des Mont Doriens, la sécurité des habitants de la tribu qui souffrent de l’ensemble des troubles, et tenter de comprendre les raisons de la violence de certains jeunes.

L’INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION EN HAUSSE de 0,4 % pour le mois d’octobre avec un certains nombre de produits à la baisse, et d’autres à la hausse. Si l’on inclue le tabac, cette hausse est de 0,9%. Le mois d’octobre est le premier mois sous l’égide de la fameuse TGC. (lire notre article).

FOOT : 7e TOUR DE LA COUPE DE FRANCE : Magenta va affronter Bobigny samedi

UN A320 D’AIRCALIN IMMOBILISÉ pour quelques semaines. Il semblerait qu’il ait été endommagé au cours d’une mauvaise manoeuvre en opération de maintenance …

LE TIREUR DE PAITA IDENTIFIÉ et déféré devant la Justice avec 4 de ses complices. Les fait des violence s’étaient déroulés le soir du referendum. Le tireur présumé est un jeune de 18 ans.

17 PERSONNES INTERPELÉES DANS LE CADRE DES OPÉRATIONS ANTI-CAMBRIOLAGE entre le 5 et le 11 novembre. 10 l’ont été par la police, et 7 par les gendarmes.

PRÉAVIS DE GRÈVE POUR LE 20 NOVEMBRE dans les écoles déposé par l’UTFE-CGC et la Fédération des Fonctionnaires. Les syndicats ne sont pas satisfaits des programmes et de l’organisation actuels.

FORMATION – DISSOLUTION DE 3 ORGANISMES : l’Ecole des Métiers de la Mer, l’IDC et l’EFPA. Ces disparitions s’inscrivent dans la réforme de la formation professionnelle concoctée par le gouvernement.

LES AVOCATS ONT MANIFESTÉ leur inquiétude face à la réforme nationale de la Justice en cours, visant notamment les Cours d’Assises.

JAMES COOK REMPORTE LE 1er PRIX  de la finale du Rallye Mathématique devant 33 collèges.

LES PRIX AUGMENTENT EN OCTOBRE, MOIS D’APPLICATION DE LA TGC

Le coût de la vie devait diminuer « de 10 à 15% » grâce à la TGC. Si quelques produits ont baissé, la tendance générale est à la hausse de la cherté de vie, c’est à dire le contraire de ce qui était promis. La baisse sera-t-elle pour plus tard ?

LES PRODUITS MANUFACTURÉS EN HAUSSE avec une augmentation totale de 0,4%. L’Isee note une baisse de 5,4% sur les pièces détachées mais ne dit mot sur l’accord intervenu pour … une augmentation du tarif horaire d’intervention.

« Rapportés au mois d’avril 2018, les prix des produits manufacturés sont stables avec une évolution de +0,2 % », indique le rapport. Si à +0,2%, les prix sont réputés stables, à partir de combien faut-il considérer qu’il y a une hausse ?

L’ÉNERGIE EN HAUSSE de 1,6% en incluant les carburants.

L’ALIMENTATION EN HAUSSE DE 0,2%.  » Les prix de l’alcool et des autres boissons ont augmenté respectivement de 35,1 % et de 6,9 % en glissement annuel, portant l’inflation alimentaire totale à 1,9 % sur un an« .

ÉTONNANT : LES PRIX DE RESTAURATION EN BAISSE comme les services d’hébergement. C’est un relevé qui risque de ne pas être partagé par les clients des restaurants à chaque fois qu’ils ont demandé la note en octobre ! Mais peut-être n’était-ce qu’un « ressenti » …

HAUSSE DU TABAC de 20,9%.

LE NIET DU PALIKA AUX EXCLUS DU CORPS ÉLECTORAL

Depuis quelques semaines, un collectif ainsi qu’une association ont décidé de demander l’inscription des actuels « exclus » du corps électoral provincial et référendaire. Ce sont en effet plus de 41 000 citoyens français qui sont concernés.

L’ouverture de ce dossier est demandée par les intéressés dont beaucoup arguent que cette évolution est désormais possible à l’issue du scrutin du 4 novembre dernier.

RIEN AVANT LE TROISIÈME REFERENDUM
Pour le Palika, Emile Nechoro a signifié une fin de non recevoir. « On reste sur le corps électoral actuel tant qu’on n’a pas été au bout des consultations pour l’accession à la pleine souveraineté. On reste sur ce qu’on a décidé, signé, à un moment donné, et qui court tant qu’on pas décidé autre chose ensemble« .

En clair, le parti de Paul Néaoutyne formule un « niet » pendant la durée de l’Accord de Nouméa, c’est à dire jusqu’au troisième referendum théoriquement en 2022.

UN CONSENSUS, NÉCESSAIRE, ÉCARTÉ D’ENTRÉE
L’Etat pourrait-il réouvrir ce dossier brûlant ?

C’est peu probable. Le partenaire-arbitre s’est, en permanence, inscrit dans l’Accord de Nouméa. Celui-ci prévoit 3 referendum, lesquels auront probablement lieu. Dans ces conditions, la question du corps électoral ne pourra venir sur le tapis qu’à l’issue.

Une seule hypothèse pourrait modifier ce calendrier : le consensus entre les signataires et les nouveaux partenaires réunis en Comité des Signataires désormais élargi. La seule position du Palika écarte de fait cette spéculation.

FAUT-IL REFUSER LA SOUVERAINETÉ PLEINE ET ENTIÈRE … AUX PROVINCES QUI LA VEULENT ? L’exemple de Saint Martin …

Le modèle « Matignon-Nouméa » a fait long feu. Les nouvelles institutions, concoctées en 1988 puis en 1998, censées donner les responsabilités les plus éminentes aux indépendantistes et les convaincre de renoncer à leur revendication, sont dépassées : ceux-ci ne veulent que l’indépendance. Les milliards déversés pour développer le Nord et les Iles sont sans effet : la majorité veut l’indépendance. Le destin commun qui devait résulter des « Accords » est un idéal qui n’a pas progressé d’un pas : pire, désormais, la quasi-totalité des Kanak veut l’indépendance. La méthode est donc obsolète. Au sein de la population civile, hors les milieux politiques professionnels, une opinion anti-conformiste se forme. Radicalement « politiquement incorrecte ». Dangereuses élucubrations ? Vision  progressiste ? Saint Martin l’a fait …

PARTENARIAT AVEC LA FRANCE
Ce qui a évolué depuis 1975, date de la première revendication d’indépendance, c’est le concept même d’indépendance, explique-t-on.

Il s’agissait, initialement, d’une demande d’indépendance dite « kanak et socialiste ». En 1984, le FLNKS admet dans cette indépendance, les « victimes de l’Histoire », Calédoniens de vieille souche.

En 1988, lors des Accords de Matignon, le Front consent à reconnaître comme population « intéressée », donc légitime à se prononcer sur le destin de la Nouvelle-Calédonie, pratiquement tous les habitants présents sur le territoire depuis au moins 3 ans.

En 2018, le revendication d’indépendance évolue vers une non-rupture avec la France. Les termes sont utilisés avec précaution : d’abord souveraineté pleine et entière, il s’agit désormais d’une indépendance avec partenariat avec la France. Appellation moins inquiétante qu’une indépendance-association avec la France.

UNE PARTITION QUI S’EST CONSTRUITE … DÉMOCRATIQUEMENT
30 ans après les Accords de Matignon dont les signataires espéraient entraîner le plus grand nombre vers « un destin commun », dans l’indépendance pour les indépendantistes, dans la France pour les « loyalistes », le clivage provincial s’est accentué.

En Province nord, 76% des électeurs demandent une indépendance en partenariat avec la France. En Province des Iles, ils sont plus de 80% !

En Province sud, c’est l’inverse : 74% des votants choisissent une Calédonie ancrée dans la République.

La « partition » était un terme honni en 1988. Contre la bien-pensance, elle s’est imposée par les urnes, de la manière la plus démocratique qui soit .

TOUS AVEC LA FRANCE MAIS PAS TOUS DANS LA FRANCE
Élément rassurant pour ces théoriciens : tout le monde veut conserver un lien fort avec la France. Les indépendantistes, au travers d’un partenariat comprenant le champ de certaines compétences régaliennes, les « loyalistes, par le maintien de statut de collectivité de la République.

En d’autres termes, tous avec la France, mais pas tous dans la France.

Cette situation inédite pourrait mériter, disent-ils, d’être examinée avec soin. Bien sûr, elle impose une réflexion institutionnelle approfondie. Elle exige, des juristes et des autorités de la France, une probable novation institutionnelle, contraire au jacobinisme traditionnel de l’Etat.

Mais la République en est capable. Elle l’a démontré en 1988 et en 1998.

PRAGMATISME ET RÉALISME
Voila donc, prédisent les pessimistes, la Nouvelle-Calédonie prête à se radicaliser politiquement, tandis que l’économie risque de s’effondrer, entraînant probablement un funeste chaos social.

Le Président de la République et le Premier ministre semblent en avoir la prémonition.

Certes, le territoire est en mauvais état moral, économique et social. Mais ce n’est pas encore le chaos.

Pourtant, le temps presse.

Faut-il persister dans un schéma qui a conduit à l’échec, entend-on ça et là, ou faire preuve de pragmatisme ?

LES FRUSTRATIONS SOURCES DE VIOLENCE
Le referendum a généré des frustrations dans les deux camps. Jusqu’à quel point ?

Éteindre ces frustrations sera le moyen d’apaiser les tension qui ne feront que croître, au fil des deux autres referendum annoncés.

Il n’existe, disent ces analystes iconoclastes, qu’une façon d’y remédier : proposer aux indépendantistes comme aux loyalistes une voie démocratique leur permettant de satisfaire chacun leur légitime aspiration. Une solution, jusqu’alors, rejetée par les politiques.

Elle passe par une étape supplémentaire, d’un caractère inédit, et révolutionnaire pour la République.

Le statut de Saint Martin pourrait en constituer une illustration.

SAINT MARTIN est une île des Caraïbes peuplée de 75 000 habitants. Elle est divisée entre 2 pays distincts : sa partie nord, appelée Saint-Martin, est française, et sa partie sud, Sint Maarten, est néerlandaise.

La Saint Martin française est une collectivité de la République. Elle est peuplée de 35 000 habitants. La seconde partie de l’île, étrangère et néerlandaise, pourrait aussi bien être indépendante comme dans le cas de figure de l’île de Chypre.

UN DESTIN À LA CARTE POUR CHAQUE PROVINCE
En dotant les Provinces calédoniennes d’une capacité d’autodétermination, disent les partisans de cette idée, chaque collectivité choisirait selon son écrasante majorité. Tout en demeurant liée à la France.

Toute cette construction est évidemment plus simple sur le papier. Elle ne doit pas éluder, pour autant, le droit des minorités, indispensable à garantir, notamment dans le Nord.

Elle nécessiterait des solutions économiques viables, pour que les « contrats institutionnels » soient gagnant-gagnant.

Partition ? Horrible mot pour beaucoup, mais c’est vrai qu’il faut être aveugle pour ignorer qu’elle s’est construite dans les urnes, … démocratiquement.

Utopie dangereuse ?

Tout cela n’est que supputations parmi d’autres, peut être sans lendemain. Et en tout cas, très loin du « politiquement correct ».

Mais se réfugier derrière « les 18 000 voix » qui séparent la Calédonie entière de l’indépendance, ou entreprendre la conquête échevelée d’une partie de ces voix pour faire « basculer » une collectivité dans une indépendance refusée par une bonne moitié de sa population, ne serait-ce pas là l’utopie dangereuse ?

LE SUSPECT DU MEURTRE DE LA VALLÉE DES COLONS MIS EN EXAMEN – L’auteur présumé de l’incendie du « Grand Cerf » à Koumac arrêté – Le premier bus de Neobus en fin de mois – 50 nouveaux lots à la Zac Panda

LE SUSPECT DU MEURTRE DE LA VALLÉE DES COLONS MIS EN EXAMEN – Cet homme de 51 ans a reconnu avoir poignardé sa compagne au cours d’une dispute sur fond de divorce.

L’AUTEUR PRÉSUMÉ DE L’INCENDIE DU « GRAND CERF » INTERPELÉ. Le 6 novembre dernier, 3 bungalows de cet hotel emblématique de Koumac avaient été incendiés. Il s’agit d’un mineur de 17 ans.

LE PREMIER BUS DU NEOBUS ATTENDU EN FIN DE MOIS – Quant aux travaux, les responsables assurent qu’ils seront achevés pour la rentrée 2019. Restera ensuite la mise en place des équipements d’accueil des passagers, de la surveillance video ou encore de la billettique.

NOUVELLE TRANCHE DE LOTS À LA ZAC PANDA de 50 unités inaugurée hier matin à Dumbéa.

RÉSIDENCE FSH ALIMENTÉE EN SOLAIRE pour son alimentation électrique. Cette première expérience est un succès avec une facture diminuée en moyenne de 61%.

STATUT POUR LES PÊCHEURS – Il a été présenté par le gouvernement.

UN MINÉRALIER MANQUE DE S’ÉCHOUER PRÈS DE KOUMAC – Harold Martin innocenté dans l’affaire des terrains de Paita – La production locale va bénéficier d’un taux réduit de TGC pour ses entrants – L’UC veut une majorité indépendantiste au Congrès

UN MINÉRALIER MANQUE DE S’ÉCHOUER PRÈS DE KOUMAC  Alors qu’il arrivait dans le lagon pour charger du minerai dans la région de Ouaco, un minéralier chinois, le Shiny Halo, a subi une avarie de moteurs et menaçait de s’échouer sur la barrière de corail.

Prévenu, le MRCC a envoyé 3 remorqueurs de Koumac pour prendre en charge le navire qui était situé à 4km environ du récif.

Trois autres remorqueurs ont été mobilisés à la demande de l’armateur. Finalement, le Shiny Halo a pu être mené au mouillage de Téoudié vers 22h. Les faits se sont produits en fin de journée, lundi.

HAROLD MARTIN DÉCLARÉ INNOCENT DANS L’AFFAIRE DES TERRAINS DE PAITA – C’est le jugement prononcé par la Cour d’Appel hier qui a déclaré le dossier clos.

VISITE DU CHANTIER DU KEA TRADER par une délégation civile et coutumière qui a pu constater l’avancement et la difficulté des travaux.

MOTO CONTRE VOITURE, un accident s’est produit hier matin à proximité de Mageco.

LE FEU EST MAÎTRISÉ À POUM par les pompiers et la Sécurité Civile . 1200 ha ont été brûlés.

TGC RÉDUITE POUR LA PRODUCTION LOCALE, c’est ce qu’envisage le gouvernement sur l’importation des matières premières.

LES CALÉDONIENS APPRÉCIENT LA PRODUCTION LOCALE mais à condition que les prix et la qualité des produits conviennent aux consommateurs. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par I-Scope à la demande de la Finc.

L’UNION CALÉDONIENNE OFFENSIVE – Son Comité Directeur s’est réuni ce week end avec pour objectif que les indépendantistes soient majoritaires au Congrès à l’issue des provinciales de mai 2019.

LE GOUVERNEMENT VEUT PROMOUVOIR LA PRATIQUE DU SPORT en signant une convention avec la Province sud et les comités olympiques et sportif sud et nord. L’objectif affiché est de lutter contre la délinquance.

UN ENSEIGNANT DE CHAMPAGNAT MENACÉ ET BOUSCULÉ PAR UN ÉLÈVE qui transportait un couteau dans ses affaires. Plainte a été déposée. L’élève a été renvoyé et sera traduit devant un conseil de discipline.

HAROLD MARTIN RELAXÉ EN APPEL DU JUGEMENT DE L’AFFAIRE DES TERRAINS DE PAITA

Finalement, dans cette affaire ou une prise illégale d’intérêt supposée constituait le chef d’accusation dans une affaire dénommée « des terrains de Paita », Harold Martin a été reconnu non coupable et relaxé ce matin. Le jugement de première instance a été annulé et la Justice abandonne toute poursuite.

Pour mémoire, cette dernière juridiction l’avait condamné à deux mois de prison avec sursis, à 5 millions d’amende, et à 2 ans d’inéligibilité.

Cette affaire avait largement défrayé la chronique judiciaire et politique. Au vu du jugement de la Cour d’Appel, on se demande bien sur quels fondements.

LA MINE SLN DE KOUAOUA RÉOUVERTE – Une femme arrêtée dans le Queensland dans l’affaire des fraises piégées – Une femme de 51 mortellement poignardée à la Vallée des Colons – Les exclus du corps électoral s’organisent

SLN KOUAOUA – Les employés sont de retour sur la mine Méa à Kouaoua. Pour l’occasion, le président Katrawa était sur place. Le préjudice subi par la société calédonienne est proche de 2 milliards. ‘

EXCLUS DU CORPS ÉLECTORAL – Une association a été créée pour que les exclus du corps électoral se mobilisent afin de demander leur inscription.

UNE FEMME DE 51 MORTELLEMENT POIGNARDÉE par son conjoint qui était, semble-t-il, en état d’ébriété. Les faits se sont passés hier après midi à la Vallée des Colons.

PRÉVENTION CONTRE LA DENGUE, le zika et le chikungunia, lancée par la Dass. Avec le retour de la saison chaude, les moustiques porteurs des virus peuvent sévir.

FRAISES PIÉGÉES EN AUSTRALIE : UNE FEMME ARRÊTÉE – La principale suspecte dans l’affaire des fraises piégées avec des aiguilles à coudre en Australie, une ancienne employée d’une ferme produisant les fruits, a été placée lundi 12 novembre en détention de crainte qu’elle ne soit l’objet de représailles.

L’Australie a vécu en septembre plusieurs semaines dans l’angoisse de la découverte d’aiguilles et d’épingles dans des barquettes de fraises, provoquant la détresse des producteurs, la panique de certains consommateurs et une épidémie de canulars sur les réseaux sociaux.

L’UC IRA AU DEUXIÈME REFERENDUM ET RÉFUTE « LA CHARTE DES VALEURS »

Daniel Goa interrogé par Angélique Souche

Interrogé par Angélique Souche sur NC la 1ère, le Président de l’Union Calédonienne également porte-parole du FLNKS, Daniel Goa, a livré ses sentiments sur le résultat du referendum et la suite que ce parti indépendantistes compte donner au scrutin.

Il a souligné que le score obtenu par le « oui » est supérieur au nombre de Kanak électeurs, ce qu’il considère être un succès. Enfin, il a dénié tout crédit à « La Charte des Valeurs ».

PROVINCIALES : PLUSIEURS LISTES OU PAS
« Aller avec plusieurs listes, ou poursuivre la dynamique unitaire« , ce sera la réflexion menée à l’intérieur du FLNKS dans le cadre de la préparation des provinciales. Daniel Goa relève qu’une stratégie unitaire permettrait d’obtenir un meilleur score.

SECOND REFERENDUM : « IL FAUT S’Y TENIR »
Concernant le second referendum, le Président-porte parole est clair : il est prévu dans l’Accord de Nouméa et « il faut s’y tenir« . Utilisant l’image d’un match de foot, il estime que la première mi-temps a eu lieu, et qu’il faut à présent poursuivre avec la seconde mi-temps. Ce sera la consultation de 2020. Si enfin celle-ci ne débouche pas sur l’indépendance, « il faudra jouer les prolongations« , avec le scrutin de 2022.

L’ENTERREMENT DE LA « CHARTE DES VALEURS »
Quant à la fameuse « Chartes des Valeurs Calédoniennes », il prononce un avis tranché.  » Personne n’a voulu la valider. Nous, nous continuerons à travailler avec les valeurs qui sont les nôtres et jusqu’à présent, cela a bien fonctionné. Il n’y a pas besoin d’aller écrire sur une feuille « …  » On a déjà un cadre qui rassemble nos valeurs, c’est celui de l’Accord de Nouméa« .