4130 visites en une journée sur noumeaPost

page 3 1Merci à la fidélité des abonnés, aux visiteurs de tous horizons (14 pays recensés), aux amis de Facebook, au réseau Linkedin.Le 23 novembre dernier, 4130 visites ont été enregistrées.

Ce résultat est d’autant plus intéressant que notre site, ouvert il y a 9 mois à peine, a progressé régulièrement sans promotion particulière. Il s’est attaché à présenter des articles divers, sous une forme magazine, et sur un ton toujours mesuré.

HALLUCINANTE VIOLENCE : UNE CHANTEUSE « MASSACRÉE » DANS UN GRAND HOTEL DE NOUMEA

 

Ils sont venus se produire dans le populaire Gypsy Jazz Festival. Dans ce groupe argentin, la chanteuse est également accordéoniste. Samedi soir, elle est blessée à la bouteille par un individu aviné dans un grand hôtel de Noumea. Ce délinquant vient de surcroît « l’achever » d’un violent coup de poing. Sanctions vraiment fermes attendues.

gypsy-jazz-festival-600x390Plusieurs musiciens avaient regagné leur hôtel après leur ultime prestation samedi soir au Centre Tjibaou. Certains d’entre eux se félicitaient même du climat de sécurité régnant à Nouméa, par opposition à celui de Paris durement éprouvée par les récents attentats de Daech. Ambiance conviviale et fraternelle entre artistes.

Non loin se déroulent deux mariages. Quand arrive un individu, fortement éméché, qui vient chercher « quelque chose à fumer ». L’importun insiste et se heurte à la réponse négative d’un responsable de groupe qui lui indique en anglais qu’il n’y a rien de ce genre, et que les visiteurs s’attachent à respecter les interdictions en vigueur.

Cela a le don d’irriter le colosse qui se saisit d’une bouteille et la lance à la volée. La chanteuse d’un groupe argentin est malheureusement sur la trajectoire. Elle est percutée en plein visage. Le fauteur de troubles éructe et hurle, renversant du mobilier, et s’approche de la jeune femme à terre. Il lui assène un terrible coup de point en plein visage !

L’individu a depuis, fort heureusement été appréhendé.

Dans le contexte d’une délinquance qui ne cesse de progresser, de vols à Nouméa qui deviennent de plus en plus fréquents, il faut espérer que les sanctions pour une telle brutalité sauvage seront exemplaires.

Tant il est vrai qu’au delà des peines de prison, il serait temps de mettre en pratique des peines d’éloignement et d’interdiction de séjour.

NATATION CALÉDONIENNE : MOISSON D’OR À ANGERS-LARA GRANGEON LA PÉPITE

Depuis la création des Jeux du Pacifique, la natation calédonienne a généré des championnes et des champions, et surtout des championnes. Depuis la « sirène », Marie Josée Kersaudy, en passant par Simone Hanner. A l’échelle de la Calédonie, c’est tout simplement géant. La relève a toujours été assurée, grâce notamment au CNC, et à présent avec le Pôle Espoir de Koutio, fruit de la foi et de l’incroyable énergie de la Fédération Calédonienne. Coup de projecteur sur Angers, le week end dernier.

images-4Trois nageurs calédoniens étaient engagés du 19 au 22 novembre aux championnats de France de natation en bassin de 25m. La chef de file était évidemment Lara Grangeon du CNC et Pôle France de Font Romeu, mais avec elle nageaient aussi Adeline Williams (Pôle France Toulouse) et Emmanuel Limozin (Asptt Marseille). Objectif : les titres nationaux, pas moins.

LES CALÉDONIENS FRAPPENT FORT

Dès le premier jour, les « cagous » frappent fort. Lara Grangeon accroche le titre national en 200m papillon dame, avec un record des championnats à la clé … et récidive 30 minutes plus tard avec une médaille d’or au 200m 4 nages dames ! Le lendemain, elle complète sa moisson d’or avec la première place en 200m brasse dame. Au troisième jour, elle récolte deux médailles de bronze, au 100m papillon et au 400m nage libre. Au passage, elle bat, au cours de ces rencontres, pas moins de 6 records de Nouvelle-Calédonie !

Dans la foulée, ou dans la brasse, Adeline Williams fait à son tour parler la poudre et accroche l’argent au 50m brasse dames, record personnel battu. Quant au jeune Limouzin, il améliore son record personnel au 50m nage libre.

UN BEL EXEMPLE DE JEUNESSE CALÉDONIENNE

Voilà en tout cas un bel exemple de la jeunesse calédonienne qui en veut et qui gagne. Loin des faits divers alimentés par « les jeunes délinquants ». Car pour réussir à ce niveau sportif, agrémenté de la poursuite des études pour chacun d’entre eux, il faut un travail fou de tous les jours, de toute l’année, et donc une volonté de fer. Et accessoirement, des parents qui soutiennent leurs enfants, parfois au prix de sacrifices personnels.

Le haut niveau doit être d’ailleurs davantage soutenu. Le gouvernement, il y a 4 ans, et Pierre Forest, le Directeur de la Jeunesse et des Sports, ont initié une réflexion sur la haute performance en Calédonie. Les meilleurs entraîneurs de France, d’Australie et de Nouvelle-Zélande s’y sont associés. En natation, en hand ball ou en foot.

Car les sportifs d’exception font rêver. Non seulement ils sont un exemple, mais ils entraînent avec eux tous ces gamins qui veulent un jour être une Lara Grangeon, un Christian Karembeu, un Minh Dack ou un Wanaro N’Godrella.

LA SLN DEVIENT « L’ENNEMIE » DU GOUVERNEMENT

imgresAlors que les pertes abyssales s’accumulent pour Eramet et la SLN et que le « différé » de la construction de la centrale électrique fragilise l’avenir de la production de Doniambo, le gouvernement calédonien vient de prendre une mesure « hostile » à la plus vieille entreprise métallurgique calédonienne.

L’argument selon lequel le veto à une exportation de un million de tonnes vers un client japonais porterait atteinte « aux générations futures » et qu’il faut « garder le nickel pour les usines pays » semble même être une provocation à l’égard du Conseil d’administration d’Eramet tant il est grossier.

Les réserves en nickel métal, recensées par les propres services du gouvernement calédonien, sont en effet estimées à 180 années de production maximale, c’est à dire en considérant que les usines en place ont atteint leur pleine capacité. De quoi rassurer les générations futures, d’autant que dans 180 ans, un substitut au nickel, moins coûteux, aura sûrement été mis au point …

Quant aux « usines pays », qui peut croire que l’unité délocalisée en Corée du Sud en est une ?

Les conséquences de cette hostilité marquée de la Nouvelle-Calédonie à l’encontre des entreprises françaises vont probablement trouver un premier prolongement lors d’un Conseil d’Eramet qui pourrait se tenir en décembre prochain.

D’ores et déjà, on sait que la non-construction de la centrale électrique prive les entreprises calédoniennes d’une part importante du budget de 100 milliards que coûte cet équipement.

La réduction de l’activité des Bessmers, et peut être l’évocation de la cession d’actifs parmi lesquels le nickel pourraient y être un sujet de discussion.

En tout cas, le bras de fer est engagé. Curieux pays que le nôtre qui maltraite les entreprises créatrices de richesse au moment où celles-ci sont en difficulté.

A ce jeu là, à part les Calédoniens, qui peut être perdant ?

BUDGET 2016 : LE GOUVERNEMENT « À CÔTÉ DE LA PLAQUE » ?

Tout ne peut être dit, dans une interview, ce qui laisse le bénéfice du doute. Mais il n’empêche. Les réponses du Président du gouvernement aux journalistes des Nouvelles « pour relancer une économie atone » ont de quoi laisser perplexe. Il y manque l’essentiel : les moyens de la croissance des entreprises. Décryptage.

interview Ph GermainLe traitement du budget 2016, le premier de la plus grave crise économique que la Calédonie ait à affronter depuis 25 ans, sera, au terme de l’entretien visé, technocratique et habituel : réduction des dépenses, et ouverture de pistes … de réflexion. Il faut toutefois y ajouter l’appel à l’Union Sacrée. Une union qui, sans doute aucun, serait nécessaire, mais un appel peu crédible, après les polémiques provoquées par les autorisations d’exportation de latérites vers la Chine.

… La fiscalité est une compétence de la Calédonie
depuis longtemps …

Plusieurs constats indiqués par le Président de l’Exécutif reflètent cependant la réalité. Parmi ceux là, le manque de « financement dédié » pour financer le régime handicap et les minima vieillesse et retraite. Sauf qu’il convient de compléter l’information en rappelant que le gouvernement Martin avait proposé un financement … refusé par  ses ex partenaires de l’Avenir Ensemble.

Ou encore lorsqu’il acquiesce à la question « les politiques se sont-ils trop occupés d’avenir institutionnel et pas assez d’économie ». Cependant « ça tient à l’histoire » parce que « les transferts de compétence sont récents » n’expliquent pas tout. La fiscalité est une compétence de la Calédonie depuis longtemps. Le transfert du droit du travail date de près d’une décennie. Le dialogue social a commencé sa réforme en 2006. Et les réglementations économiques sont de la compétence du territoire depuis plusieurs années.

Mais il faut rendre cette justice à Thierry Cornaille, responsable du budget au gouvernement : depuis sa prise de fonction, il ne cesse de pointer du doigt le cycle inquiétant dans lequel les finances publiques se sont inscrites.

… difficile de trouver
les voies concrètes du développement …

Pour ce qui concerne la relance expliquée par le Président du gouvernement, c’est à dire la reprise de la croissance, les choix de l’agriculture, du foncier et du logement aidé sont difficilement convaincants. « L’idée est de développer la production locale créatrice d’emplois et d’activités induites. L’économie de comptoir doit être remplacée par la création de valeur ajoutée ». Même s’il est question du statut de l’agriculteur, du Smag, du droit de préemption, difficile de trouver les voies concrètes du développement agricole.

Quant au bâtiment, si le logement social et la défiscalisation sont des éléments importants de l’activité, comment réduire la croissance du secteur à ces seuls sujets ?

… Les questions reflètent des interrogations fondées.
Mais le rôle des autorités est justement d’y répondre …

L’analyse des filières de production se traduit essentiellement par des questions. « Des contrats de compétitivité sont en cours de négociation ». Certes. Mais le reste est pétri d’interrogations : en agro-alimentaire « Comment réduit-on les coûts de ces produits ? Que peut faire la politique publique ? Comment la filière peut-elle améliorer son organisation ? » Et les questions se poursuivent. Pour les produits de grande consommation. Pour l’automobile et le transport. « Comment peut-on faire mieux dans la filière ? ». Pour le logement « Comment faire pour que la filière s’organise mieux, afin que les coûts des normes, des études, des matériaux, du gros œuvre et du second œuvre, de la promotion, puissent être réduits ? ».

Quant à l’exportation, des pistes sont tracées. Mais « il faut que » demeure, en général, l’expression d’un voeu.

Certes, toutes ces questions reflètent des interrogations fondées. Mais le rôle des autorités est justement d’y répondre.

L »économie du Tourisme
est de la compétence
des Provinces

Quant au tourisme, il s’agit simplement un remake. « Il faut une offre suffisante d’au moins 5000 chambres ». « Il faut aussi un offre complète allant du 4 étoiles au gîte ». « La visibilité et la qualité de services sont aussi indispensables ».

Sauf que tout cela avait été écrit, professé, annoncé dans le Plan de Développement Touristique Concerté de Nouvelle-Calédonie … en 2005.

Mais à la décharge du Président du gouvernement, il faut rappeler que l’économie du tourisme est de la compétence des Provinces. La Nouvelle-Calédonie gère le transport aérien et la fiscalité, ce qui en matière de développement touristique, n’est pas rien. Mais n’est pas tout.

L’enjeu est la réforme
de ses politiques publiques,
celles qui seront votées en décembre

Les recettes éculées ne pourront répondre aux difficultés sans précédent auxquelles la Nouvelle-Calédonie doit faire face dès 2016. Les régimes sociaux appellent à l’aide, les finances publiques sont dans le rouge, les entreprises métallurgiques baignent dans le marasme boursier des matières premières, Eramet songe -peut être- à se séparer de sa branche SLN et reporte l’investissement de 100 milliardsFCFP pour la construction de sa nouvelle centrale électrique, Glencore ne répare pas le deuxième four de Koniambo, Valé perd près de 40 milliardsFCFP. Et les entreprises calédoniennes sont en plein doute, orientées vers une croissance zéro. Ou pire.

Ce n’est donc pas seulement en réduisant -même de manière drastique-les dépenses budgétaires des collectivités, en suscitant des questions qui, au demeurant, sont fondées, en indiquant ce qu’il conviendrait de faire ou en reprenant ce qui a échoué il y a 10 ans, que la Calédonie évitera la faillite économique qui s’annonce.

Le Président du gouvernement évoque des sujets importants dans la recherche du redressement des finances publiques. Mais l’essentiel n’y est pas : ce sont les entreprises qui créent la richesse d’un pays, et leur propre croissance provoque l’amélioration des ressources fiscales et sociales.

L’enjeu est la réforme des Politiques Publiques, celles qui seront votées en décembre. L’exigence est de mettre, au cœur de ces politiques, ce qui est nécessaire à la croissance des entreprises calédoniennes. En matière fiscale, en droit du travail, en dialogue social, en formation professionnelle, en réglementation économique, en investissements publics.

Dans le cas contraire, il y a fort à craindre que le vote du budget 2016 ressemble aux débats du Sénat romain qui traitait de procédure alors que l’invasion barbare était aux portes de Rome.

LE CONGRÈS DES MAIRES REPORTÉ

imagesLe congrès de l’Association des maires de France (AMF), qui devait se tenir de mardi à jeudi à Paris, a été annulé et reporté au 31 mai « à la demande de l’État », à la suite des attentats dans la capitale. Il est reporté en raison des « impératifs de sécurité ».

Plusieurs élus calédoniens se sont rendus dans la capitale ou devaient s’y déplacer à cette occasion.

CALÉDONIE : BUDGET DE CRISE POUR 2016

 

Le projet de budget 2016 de la Nouvelle-Calédonie, qui comprend celui de la Nouvelle-Calédonie « en propre », celui des provinces, des communes et des établissements publics doit être déposé le 15 novembre au terme de la Loi Organique. Ce ne sera pas le cas. Motif : une clarification de présentation pour faire apparaître le budget des missions relevant du seul gouvernement, et surtout une situation des rentrées fiscales délicate. En cause : la situation économique dégradée. Commentaires.

L’argent ne pousse pas dans les arbres, fussent-ils endémiques à la Nouvelle-Calédonie ! Les élus du congrès auront donc, pour l’exercice 2016, à ne prendre en compte que les recettes estimées d’une situation économique plus proche du marasme que de la flamboyante croissance.

DEFICIT DE PLUSIEURS MILLIARDS

images-2De fait, la situation de trésorerie a commencé à se dégrader dès 2011. Au troisième trimestre 2013, elle était insuffisante pour payer les dépenses à mandater ! Les services ont donc du procéder à de « la cavalerie », faisant trainer des règlements et proposant un emprunt de trésorerie auprès de l’Agence Française de Développement.

Quant à la situation budgétaire, elle était « réglée » en deux temps pour répondre à l’insuffisance de recettes inscrites au budget primitif : la plus grande partie inscrite au budget primitif et … le solde au budget supplémentaire.

A présent, les chiffres sont inquiétants. Pour 2014, le budget propre de la Calédonie accusait un déficit de 4,2 milliards. Avant les derniers arbitrages, celui de 2015 affichait une impasse de 8 milliards, chiffre qui pourrait croître dramatiquement pour 2016. Certains évoquent même un risque de cessation de paiement pour 2017 …

DES RÉDUCTIONS DRASTIQUES

Pour réduire le « trou », des mesures drastiques ont du être imposées aux directions du gouvernement. D’abord, en 2015, la restitution d’une partie des crédits non consommés, et pour 2016, un cadrage imposant une contraction globale des dépenses proche de 20%.

Mais la Nouvelle-Calédonie dépense aussi énormément pour des interventions en tout genre par voie de dotations et de subventions. Certaines d’entre elles dépassent le milliard. Les réductions imposées aux directions vont également impacter des interventions dont la règle était jusqu’à présent une tendance à la hausse. Dans le domaine agricole, notamment, cela risque « de faire mal ».

Cet exercice difficile pour le gouvernement va se solder par le dépôt du projet de budget pour l’année 2016 au début du mois de décembre. Ce sont ensuite les membres du congrès qui devront voter le document définitif, à l’issue, on peut s’en douter, de bien des états d’âme et de quelques modifications.

FAILLITE ANNONCÉE ?

couve LivreL’important sera d’observer les orientations des décideurs. Pour la première fois depuis 25 ans, la Nouvelle-Calédonie se trouve dans une situation économique grave. Cette situation économique sera-t-elle prise en compte, ou bien les élus se contenteront-ils d’ajuster des chiffres au budget ?

Car le nœud gordien est bien la création de la richesse intérieure, laquelle est la seule à alimenter l’essentiel de la ressource budgétaire des collectivités. Tout comme Manuel Valls et le gouvernement socialiste qui scandent désormais « nous aimons l’entreprise », les élus calédoniens vont-ils être capables de placer au cœur des Politiques Publiques la nécessaire croissance des entreprises calédoniennes ?

Si tel n’est pas le cas, les ajustements de chiffres ne seront qu’un cataplasme sur une jambe de bois. Dans un rapport de commission traitant de la construction budgétaire et de la nécessaire clarification de présentation, une spécialiste indiquait que cette construction avait été un élément contribuant « à créer les conditions d’une faillite annoncée ».

PHARAONIQUE ! LE COMPLEXE AQUATIQUE DE MAGENTA

Le terme avait été utilisé pour qualifier le projet de Front de Mer attribué à Gaby Briault. En réponse, ce dernier y avait toujours substitué le terme « d’une ambition à la mesure de Nouméa », en faisant observer qu’il s’agissait d’une perspective à 15 ans. Et surtout, d’un financement essentiellement privé. Ce n’est pas le cas du méga-projet de piscine à vague et d’ensemble aquatique de Magenta, qui sera financé sur fonds publics. Pharaonique.

Une simple piscine avait été envisagée par l’équipe de Jean Lèques. Mais l’idée avait rapidement été abandonnée dès les premières estimations financières. Trop cher ! En lieu et place, la construction d’un Centre Socio-Culturel avait été décidée, en faveur des jeunes, des familles et des associations de Magenta, Ouémo et Portes de Fer.

EXIT LE CENTRE SOCIO-CULTUREL
La nouvelle-majorité en a décidé autrement. Exit le Centre Socio-Culturel, dont les appels d’offres étaient prêts à être lancés, au profit d’une animation très « Gold Coast ». Ce centre était pourtant attendu. Destiné à l’animation jeunesse, à l’action parentale, aux liens de cohésion sociale entre les quartiers périphériques, il avait fait l’objet d’une étude approfondie et partagée avec les habitants des quartiers.

Le complexe projeté est d’une toute autre nature. Sans conteste, il représenterait une animation exceptionnelle pour la ville, puisque son attraction devrait dépasser les frontières des quartiers de proximité. Trois questions se posent cependant.

2 MILLIARDS

Un complexe de 2 milliards au bas mot
Un complexe de 2 milliards au bas mot

La première relève du coût de construction. Lorsque l’on se souvient que la piscine de Koutio, certes de 50 mètres et non de 25 mètres avait coûté 1 milliard, on peut s’interroger sur le coût annoncé de 1 milliard pour ce complexe grandiose. Le double paraît plus réaliste.

La seconde concerne les frais de maintenance. Il est couramment admis qu’ils représentent aux alentours de 10% du coût de l’investissement. Autrement dit, quelques 200 millions par an, réduits des recettes qui devront toutefois servir à l’exploitation du complexe. Car celui ci, en personnel de service, de surveillance, d’encadrement spécialisé, ne sera pas … une goutte d’eau dans les piscines.

La troisième concerne la priorité. Certes, suite de campagne oblige. Et puis, l’avantage de la nouvelle majorité sera par ailleurs d’inaugurer les réalisations lancées par l’équipe de Jean Lèques, comme le prolongement de la promenade Pierre Vernier, le Carré Rolland ou encore le Parc de la Rivière Salée.

QUEL PLAN DE FINANCEMENT ?
Mais malgré tout, dans un contexte de crise économique, et alors que l’équipement des quartiers et la sécurité en dégradation relèvent de plus grandes attentes de la ville, le complexe aquatique de Magenta semble quelque peu déplacé.

Reste toutefois à trouver les financements. Celui de l’Etat paraît plutôt hasardeux, avec 700 millions pourtant annoncés. Les autres communes de l’agglomération ont du probablement s’étonner à la fois du chiffre et de la destination de l’aide nationale.

Le projet de budget 2016 de la ville devrait donc dévoiler le plan de financement du complexe de Magenta. Et, à n’en pas douter, donner quelques grains à moudre à l’opposition municipale.

EXPORTATION DE NICKEL VERS LA CHINE : LA DECISION UBUESQUE DU GOUVERNEMENT

 

 

Alors que la Nouvelle-Calédonie s’apprête à entrer plus rapidement que beaucoup le pensent dans une des plus graves crises économiques de ces 25 dernières années, le gouvernement refuse aux mineurs, à l’exception de MKM, au mieux, une légère croissance, au pire, le maintien de leur activités. Et des emplois. Commentaires.

C’est donc MKM, dont le patron est proche de l’Union Calédonienne, qui a gagné à la tombola des exportations de minerai pauvre vers la Chine. L’affaire a ainsi traîné plusieurs mois, entrecoupée par la rocambolesque convocation du congrès en session extraordinaire, contestée par le Haut Commissaire et la juridiction, puis finalement aboutie sur injonction de l’Etat.

Entretemps, plus de 3 millions de tonnes d’exportation vers la Corée a été votée par l’Exécutif au projet de la SMSP.

« NIET »

Ce mardi matin, il s’agissait donc de statuer sur les demandes des mines Montagnat, Ballande, Maï, et SLN, pour exporter ce que les mineurs estiment être des « déchets », minerais pauvres poussés au rebut, vers la Chine.

Compte tenu des faibles volumes sollicités, les conséquences au regard des réserves considérables de saprolites et de latérites étaient sans conséquence aussi bien dans l’immédiat que pour le futur à moyen et à long terme.

La réponse de l’Exécutif a été un « niet » sans appel.

Sa décision est difficilement explicable autrement que par des règlements de compte, ou par la volonté d’une appropriation de l’économie du nickel par la puissance publique.

SANCTION POUR LA SLN

search-1Elle sera sans nul doute lourde de conséquences. D’abord pour la pérennité de l’emploi au sein des entreprises minières privées. Elle est ensuite un mauvais signe pour l’économie de marché et la liberté d’entreprendre. Elle vient enfin pénaliser des entreprises minières au moment où la quasi totalité des entreprises calédoniennes va entrer en crise.

Il faut enfin souligner le message adressé à la SLN et à Eramet. C’est, à n’en pas douter, une sanction. Alors qu’ Eramet, en difficulté, vient de différer 100 milliards d’investissements pour la nouvelle centrale électrique, au moment où certains de ses actionnaires seraient favorables à la cession –pour ne pas dire l’abandon- de la SLN, ce message risque peut être de précipiter des décisions catastrophiques pour la Nouvelle-Calédonie.

L'actualité calédonienne quotidienne et gratuite