NOUVELLE-CALÉDONIE : L’IMPASSE

La Nouvelle-Calédonie, à l’issue du deuxième référendum, est comme un funambule amateur en équilibre incertain sur un fil agité, pouvant autant conserver un équilibre instable que basculer dans le vide. Le rapport de force possède deux faces : électoralement, le territoire est coupé en deux, démographiquement, la partie indépendantiste est moins nombreuse que la partie favorable au maintien de la Calédonie dans la République. Quant à la France, elle se trouve dans l’obligation de respecter la loi organique, et d’éviter une décolonisation ratée en pleine campagne présidentielle. Toutes conditions réunies pour que les trois « partenaires historiques » soient aujourd’hui dans une impasse.

Les indépendantistes ont le vent en poupe, mais la suite présente bien des dangers pour eux. Ils réclament, à bon droit, l’organisation du troisième référendum, convaincus de leur victoire future dans les urnes. La victoire, comme la défaite, présentent toutes deux des risques majeurs.

En cas de victoire, les indépendantistes auraient rapidement à rendre compte des assurances apportées à leurs partisans dans des matières qui touchent à la vie de chacun. Or, les affirmations de campagne devraient alors faire place à la cruelle réalité : la chute brutale, à court terme, du niveau de vie, du niveau d’enseignement, du niveau de santé, de l’emploi, ainsi que du système de couverture sociale. En cas d’indépendance, Kanaky-Nouvelle Calédonie ne devra compter que sur ces seules ressources. Possible, mais avec d’inévitables remises en cause des « droits acquis », quant les électeurs auraient cru que tel ne serait jamais le cas. Et qui pourraient alors demander des comptes à leurs dirigeants.

En cas de défaite, un scénario toujours possible, ils devraient subir l’ouverture du corps électoral, hypothèse admise par toutes les juridictions française, européenne et onusienne. Les scrutins ayant été suivis et validés par l’ONU, difficile, alors, de se mettre hors la loi internationale.

Les loyalistes ont gagné, et en démocratie, la « petite majorité » et la « grosse minorité » n’existent pas. Seule compte la majorité. En revanche, la réalité est la faiblesse de l’écart entre le refus d’indépendance et la demande d’indépendance. Certes, si la trajectoire indépendantiste est ascendante, un infléchissement de la courbe est possible, compte tenu du niveau exceptionnel de participation au second scrutin.

Exclure une troisième victoire du « non » serait donc une erreur de calcul des probabilités. Mais exclure une victoire du « oui » serait un déni de réalité électorale.

Les uns comme les autres ne pourraient probablement pas gérer leur victoire au troisième référendum tant les rapports de force s’équilibrent. En cas d’un « non », concentré en grande partie sur l’agglomération, comme en cas d’un « oui », démographiquement minoritaire, et couvrant des zones économiquement et fiscalement peu productives, la frustration, comme la peur, pourraient générer « la » situation de tous les dangers ». Quant à la France, comme en 1984, elle risquerait de se retrouver dans un nouveau bourbier. Après les présidentielles et les législatives, dans le moins risqué des cas, pendant la campagne dans l’hypothèse de graves dérapages.

L’exigence de trouver un « nouvel accord » est une lapalissade, mais point de cette perspective si celle de l’indépendance n’est pas sur la table. Ce « ticket » d’entrée est-il évitable ? Jean-Marie Tjibaou a été assassiné pour avoir signé un accord dans lequel ne figurait pas l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Qui peut croire un seul instant qu’à trois pour cent de la victoire, ses successeurs renonceront ?

L’Etat, prudent et disposant de quelques chiffres qui lui avaient été fournis avant la tenue du second référendum, a ouvert, par la voix du président de la République, la possibilité d’approfondir les conséquences du « oui » à l’indépendance.

Sur ce sujet sensible, les loyalistes pourraient se diviser un temps. Certains craignent qu’admettre que la Calédonie pourrait devenir indépendante provoquerait la fracture de digues anti-indépendantistes. D’autres estiment qu’un compromis difficile vaut mieux qu’une rupture brutale et catastrophique.

Encore une fois, l’Etat jouera le rôle majeur. D’abord, c’est lui qui possède les clés essentielles pour chacune des parties calédoniennes. Le maintien de l’ordre, d’abord, avec, si nécessaire, des unités spécialisées. Les finances, ensuite, quel que soit la suite du processus, parce qu’une intervention d’un pays étranger tiers pour un montant de 1,3 milliard d’euros relève de l’incantation, et que, notamment, l’essentiel des budgets de l’enseignement relève aujourd’hui de la générosité de la France. La compétence de la monnaie, par ailleurs, si précieuse pour les équilibres économiques et le niveau de vie. Enfin, parce dépendent de lui les conditions de nationalité française en cas d’indépendance, c’est à dire notamment, l’accès à l’Europe et aux enseignements français et européens.

Cette écrasante responsabilité de l’Etat n’est pas nouvelle. Elle s’est présentée en 1988, à Matignon, en 1998, à Nouméa. Comme un hoquet de l’Histoire, elle est de retour en 2020.

REMBOURSER 1 MILLIARD À LA SLN ? Le Conseil d’Etat juge que la redevance superficiaire minière est un impôt, le Palika confiant pour le 3e référendum

GROS SUCCÈS POUR LE PREMIER CYCLO TOUR DU CAILLOU avec une participation record de 175 cyclistes locaux, dont une cinquantaine de féminines. David Schavitts s’est imposé au prologue devant Patrick Vernay et Florent Vincent. Chez les Dames d’Au Tour d’Elles, Manon Brasseur a réalisé le meilleur temps devant Céline Hirzel et Nathalie Viratelle.

LES MARINS DU CAILLOU REMPORTENT LA RÉGATE DES TOUQUES qui a connu son succès populaire habituel avec plusieurs milliers de spectateurs. 19 touques étaient en lice. L’Université de Nouvelle-Calédonie et le Lycée Jules Garnier ont complété le podium.

LE PALIKA PRÉPARE LE TROISIÈME RÉFÉRENDUM et s’est déclaré optimiste à l’issue de sa réunion samedi. Il compte sur la dynamique enregistrée à l’issue du premier scrutin pour parvenir à l’objectif d’indépendance, fondateur du parti.

DEUX GENDARMES LÉGÈREMENT BLESSÉS dans la nuit de samedi à dimanche, dans la zone de la baie des Citrons. Au cours d’une intervention en raison d’une attroupement de personnes alcoolisées, deux militaires ont été, l’un frappé, l’autre atteint par une pierre. Les auteurs ont été interpelés.

STAND UP PADDLE : NOUVEAU TITRE NATIONAL POUR UN CALÉDONIEN – Le Calédonien Noïc Garioud et la Bretonne Anaïs Guyomarch ont remporté le titre national sur le sprint (200m) des championnats de France Dacia de Stand Up Paddle, ce samedi après-midi à Annecy/Talloires. En finale messieurs, les six concurrents sont partis tous à fond mais c’est le junior Noïc Garioud qui parvenait à se détacher pour couper la ligne avec 1sec25′ d’avance sur Titouan Puyo. Quatrième mondial junior de la spécialité, Garioud démontre qu’il est un vrai spécialiste de cet effort particulier. 

LA REDEVANCE SUPERFICIAIRE MINIÈRE EST UN IMPÔT estime le Conseil d’Etat devant lequel la SLN s’était pourvue. L’enjeu est d’un montant d’un milliard FCFP payé par la société alors que celle-ci se prévaut d’un pacte de stabilité fiscale en vertu duquel, et pendant la durée du dit pacte, aucun impôt nouveau ne doit s’ajouter au ceux existants à la signature de la garantie. Le territoire arguant que le prélèvement supplémentaire était une « redevance », le Conseil d’Etat vient de juger qu’il constituait un « impôt ».

3000 VISITEURS AU SILO – Le rendez-vous littéraire a connu, comme chaque année, un grand succès au Centre Tjibaou. En catégorie Littérature, la lauréate est Claudine Jacques avec « Caledonia Blues », en Documentaire, « le Cheval en Nouvelle-Calédonie » de Nicolas Petit et Claude Debeaumoulin, en catégorie Jeunesse, « Mon amoureuse » d’Akal Waia. Un prix spécial a été décerné à Louis-José Barbançon pour son ouvrage « Le Mémorial du Bagne ».

FÊTE DE LA NATURE À DUMBEA où l’association Mocamana a accueilli les visiteurs au Parc Fayard.

LA SMSP A FÊTÉ SES 30 ANS DE RACHAT PAR LA SOFINOR – C’est à Ouaco, le village mythique de Jacques Lafleur dont la cession de l’entreprise minière a connu le développement qui a conduit jusqu’à l’usine de Koniambo, que les célébrations se sont déroulées.

LE PÉLÉRINAGE ANNUEL DE TOMO consacré à la Vierge Marie a réuni plusieurs centaines de fidèles à la messe célébrée par Monseigneur Calvet.

LA FOIRE DU PACIFIQUE A REÇU 30.000 VISITEURS à l’issue de 4 jours d’expositions, notamment touristiques, et d’animations consacrées à la Nouvelle-Calédonie.

ACTU NATIONALE ET INTERNATIONALE

COVID EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZÉLANDE

TENNIS : NADAL PULVÉRISE DJOKOVIC À ROLAND GARROS
L’Espagnol n’a pas fait de détails. 6/0 au premier set, un match expédié en 3 sets secs, le numéro un mondial a littéralement été pulvérisé par le Majorquin !

Le toit fermé du court central – nouveauté cette annéee – était censé avantager Novak Djokovic. Mais Rafael Nadal n’en a eu cure. Il n’a jamais levé son emprise sur le match, renvoyant toutes les balles comme un métronome.

Novak Djokovic a bien tenté de se révolter au troisième set, parvenant à breaker, mais en vain. Nadal, en remportant une nouvelle fois l’Open français, rejoint Federer au sommet du palmarès de victoire en Grand Chelem avec 20 succès.

VIDEO : L’ÉPAVE DU TOHO II PRÈS DU RÉCIF RICAUDY

A deux coups de palmes du récif Ricaudy, à la côte Blanche, git l’épave du palangrier Toho II. Le lieu est un foisonnement de poissons, mais également en particules, ce qui rend la visibilité médiocre.

Posée à 26 mètres de profondeur, l’épave est riche en carangues, ludjans, lanternes et autres bossus. Mais dès 12 mètres, les poissons apparaissent. Mais attention, la zone est réserve marine !

Parfois, majestueuse et nonchalante, une mère loche daigne se montrer …

Images Claude Bretegnier

LES DISCUSSIONS SUR LA REPRISE DE VALE SE POURSUIVENT

Les discussions sur la reprise de Vale NC se poursuivent aurait précisé le ministre des Outre mer à Outre mer la 1ère, suite à la déclaration du directeur financier de Vale évoquant la mise en sommeil de l’usine du Sud au 31 décembre (lire notre article). Il y a quelques jours, Alain Jeannin, pour France Télévisions avait indiqué que des négociations sérieuses devraient s’engager à Paris sur ce sujet. Un intérêt aurait été manifesté par « un consortium franco-européen qui associerait cinq repreneurs potentiels, du secteur bancaire, de la transition énergétique et du négoce des batteries électriques » (Alain Jeannin – 4 octobre 2020). Selon lui, un nom circule dans les milieux spécialisés, celui d’un géant suisse, Trafigura, créé par deux Français en 1993, Claude Dauphin et Eric de Turckheim.

UN MARCHÉ DU NICKEL TRÈS SOLLICITÉ
La demande de nickel, en tout cas, ne cesse de s’affirmer sur les marchés. Le constructeur Tesla veut actuellement à la fois doper sa production de voitures électriques, et augmenter la part de nickel dans ses batteries.

Présent dans la composition des cathodes aux côtés du lithium et du cobalt, le nickel permet en effet d’améliorer la performance des batteries tout en réduisant la part de cobalt, métal cher et dont la production, dans certains mines, est controversée.

« J’ai parlé avec les dirigeants des plus grands groupes miniers et je leur au dit : s’il vous plaît, faites plus de nickel« , aurait déclaré Elon Musk, patron de Tesla, selon le journal « Les Echos ».

Or, l’essor des voitures électriques devrait conduire à un déficit de l’offre de nickel dès 2023. Devant cette perspective, Tesla a entrepris des discussions avec le groupe minier BHP pour sécuriser son approvisionnement en nickel, avait rapporté Bloomberg. La compagnie avait également discuté avec Vale NC

Quant au géant suisse, il indique dans son récent rapport intermédiaire :  » Nous avons constaté une augmentation exponentielle des volumes que nous avons échangés sur le nickel principalement en provenance d’Indonésie, d’Inde et du marché intérieur chinois, et nous le considérons comme un métal stratégique étant donné son importance en tant que composant des batteries de véhicules électriques (VE).

« Nous prévoyons que 2020 sera une année charnière pour le nickel. D’une part, la demande de nickel dans les véhicules électriques n’a pas encore d’impact significatif sur le marché et les approvisionnements devraient augmenter. D’un autre côté, la mise en œuvre de l’interdiction par l’Indonésie des exportations de minerai de nickel à partir de 2020 compensera toute augmentation, et l’épuisement des stocks de minerai et de métal devrait soutenir le prix dans l’attente d’une 2021 plus robuste, lorsque l’effet de la forte demande être évident.« 

RÉFÉRENDUM : L’HISTOIRE A DES HOQUETS. JUSQU’À QUAND ?

Début des années 80. Le RPCR, parti anti-indépendantiste, allié à la FNSC, gère le Conseil de gouvernement présidé par Dick Ukeiwé, avec en appui, une majorité à l’Assemblée territoriale.

C’est en mi-2019. L’Avenir en Confiance, regroupement anti-indépendantiste, accède à la présidence du gouvernement avec l’appui des représentants de l’Eveil Océanien et de Calédonie Ensemble.

15 juin 1982. La FNSC, parti né de la scission du RPCR, prend l’initiative d’un renversement d’alliances et l’Assemblée Territoriale censure le gouvernement Ukeiwe qui tombe. Le nouveau Conseil de gouvernement, présidé par un indépendantiste, Jean-Marie Tjbaou, est composé du Front indépendantiste et de la FNSC.

25 juillet 2020. L’Eveil Océanien rejoint le groupe UC-FLNKS-Nationalistes, et par ce renversement d’alliances, donne une majorité aux indépendantistes lors du renouvellement du Bureau du Congrès.

8 juillet 1983. Une « table-ronde » organisée à l’initiative de Georges Lemoine, Secrétaire d’Etat à l’Outre mer, et rassemblant des représentants du Front indépendantiste, de la FNSC et du RPCR, se solde par un échec. La déclaration finale n’est pas signée par le RPCR, et seule la FNSC reconnaît au « peuple kanak » un « droit inné et actif à l’indépendance » exigé par les indépendantistes. Le RPCR refuse, en outre, que soient écartés de la reconnaissance calédonienne tous ceux dont la légitimité n’est pas « reconnue par les représentants du peuple kanak« .

18 novembre 1984. L’application d’un nouveau statut d’autonomie interne refusé par le Front indépendantiste devenu le FLNKS, fait l’objet d’une élection territoriale. A l’issue du scrutin, qui marque le début de 4 années de violences, la FNSC disparaît de la vie politique.

20 mai 1988. Après les événements sanglants de la grotte d’Ouvéa et la nomination de Michel Rocard comme Premier ministre par François Mitterrand, réélu président de la République, une « mission du dialogue » arrive à Nouméa. Elle est composée du pasteur Jacques Stewart, protestant, du Chanoine Paul Guiberteau, catholique, de Roger Leray, franc-maçon et ancien Grand Maître du Grand Orient de France, de Jean-Claude Périer, spécialiste du droit, et deux anciens préfets connaissant la Nouvelle-Calédonie, Christian Blanc et Pierre Steinmetz. Le 26 juin, les Accords de Matignon seront signés.

4 octobre 2020 – Le second référendum d’autodétermination se solde par une victoire du « non », mais la réalité politique est que la Nouvelle-Calédonie est coupée en deux blocs d’importance électorale équivalente. Une situation qui ressemble à une impasse et qui annonce un troisième référendum de tous les dangers.

5 octobre 2020. Alors que le jeune ministre des Outre mer, Sébastien Lecornu, s’apprête à prendre l’avion pour Nouméa, Dominique Bussereau, ancien ministre et grand connaisseur de la Nouvelle-Calédonie depuis les « événements », propose au Premier ministre la formation d’une mission du dialogue pour tenter de trouver, avec les partenaires calédoniens, une issue pacifique et acceptée à la situation créée par ce que Jacques Lafleur définissait comme « un référendum couperet ».

L’Histoire va-t-elle connaître ces hoquets qui abondent dans ses durées ? La Nouvelle-Calédonie semble partie pour l’organisation d’un troisième référendum. Roch Wamytan a indiqué que ce serait la demande des indépendantistes. Hier, cette position a été confirmée. Les loyalistes dont les interprétations sémantiques diffèrent, sont au moins d’accord pour qu’une solution « consensuelle » soit trouvée et se substitue à la question déjà posée par deux fois aux « populations intéressées ». Mais les indépendantistes veulent bien dialoguer … sur la base de l’indépendance.

Impasse.

A bien des égards, la Nouvelle-Calédonie se trouve dans une situation politique rappelant -la violence en moins- celle de 1988. Certes, nous sommes loin des confrontations qui ont conduit au drame d’Ouvéa. Mais, à moitié de la population calédonienne contre l’autre moitié, qui peut dire les conséquences d’une frustration des indépendantistes si le « non » l’emportait une nouvelle fois en 2022, et qui peut dire la réaction des non-indépendantistes s’ils avaient le sentiment que la victoire du « oui » leur ferait tout perdre ?

A nouveau, la France se retrouve dans une sorte de bourbier calédonien. Le Premier ministre comme le ministre des Outre mer ne connaissent pas grand chose aux réalités historique et actuelle locales, en dépit de leurs grandes capacités intellectuelles. Mais Michel Rocard en savait-il davantage ?

Quant à l’éventuel troisième référendum, il devrait se situer, comme en 1988, juste après les prochaines élections présidentielle et législatives. Pur hasard du calendrier mais peut être hoquet de l’Histoire.

Dans ce cas, l’éventuelle « mission du dialogue », version 2020 et les protagonistes-partenaires sauront-ils trouver une solution « consensuelle » aussi intelligente que ces illustres prédécesseurs que furent Michel Rocard, Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur ?

MISE EN SOMMEIL DE L’USINE DU SUD ÉVOQUÉE PAR LE DIRECTEUR FINANCIER DE VALE SUR BLOOMBERG TV

Interrogé par Shery Ahn sur la chaîne TV Bloomberg, Luciano Siani Pires, Vale CFO (directeur financier de Vale) a rappelé que l’annonce de la mise en sommeil au début de l’année prochaine avait été faite. La journaliste de Bloomberg, avant la fin de l’interview consacrée à la bonne notation de Vale, aux négociations avec Tesla sur un contrat d’approvisionnement de nickel exploité au Canada, et aux perspectives en Chine, est revenue sur la situation de Vale NC. « Rapidement, projetez-vous toujours de vendre votre exploitation de nickel en Calédonie ? Cela semble étrange, avec cette forte demande de batteries, que vous persistiez à la vendre ou à la fermer« .

En réponse, Luciano Siani Pires a déclaré : «  Malheureusement, nous n’avons pas été capables de trouver un meilleur opérateur capable, peut être, d’obtenir de meilleurs résultats que les nôtres. La Nouvelle Calédonie produit un important composant de batterie, presque directement utilisable. Quoi qu’il en soit, la compétitivité de nos installations n’a pas été ce qu’elle aurait du être. Nous nous sommes battus pour trouver un repreneur. Et nous avons annoncé que nous les mettrons en sommeil et en maintenance au début de l’an prochain ».

Cette annonce a surpris les analystes du marché du nickel, alors que l’envolée attendue des voitures électriques, et donc des besoins en nickel est devenue une réalité. Les experts prévoient même une offre de nickel insuffisante en 2023.

La déclaration de Luciano Siani Pires fait-elle simplement référence à une perspective annoncée à la suite de l’échec des négociations avec New Century Resources, sans hypothéquer le résultat de discussions qui devraient être entreprises à Paris avec un groupe de plusieurs repreneurs, dont un géant suisse du négoce ?

Vale avait en effet annoncé se donner jusqu’au 31 octobre pour trouver un nouveau repreneur, avant de prendre la décision de fermer le site de Goro le 31 décembre 2020.

Voila, en tout cas, un sujet qui devrait faire l’objet d’une information de la part du ministre des Outre mer qui arrive samedi sur le territoire.

https://www.bloomberg.com/news/videos/2020-10-07/vale-cfo-on-credit-upgrade-tesla-talks-china-video

Le FLNKS veut un 3e référendum, Les Loyalistes privilégient le dialogue, La province Sud et l’Etat investissent 267 millions pour de nouveaux projets

LE FLNKS VEUT ALLER AU TROISIÈME RÉFÉRENDUM, c’est ce qu’il a confirmé au cours d’une conférence de presse hier matin. Il s’est dit prêt à discuter, mais sur la base de son projet de pleine souveraineté. Il a également précisé qu’il pourrait rencontrer le ministre des Outre mer, et participer à un éventuel Comité des Signataires.

LES LOYALISTES PRIVILÉGIENT UN DIALOGUE, une position exprimée au cours d’un conférence de presse tenue par les représentants des partis les composant. Constatant que la Nouvelle-Calédonie est coupée en deux et que cette situation « ouvre la porte à des tensions », ils attendent que l’Etat pèse pour que les parties calédoniennes se mettent autour d’une table dans la perspective de trouver une solution.

LA PROVINCE SUD ET L’ÉTAT INVESTISSENT 267 MILLIONS Financement de la création de la base nautique de Bouraké, amélioration du réseau d’eau potable de Farino, création d’un marché communal à La Foa, revégétalisation de sites miniers à Thio, poursuite de la sécurisation des commerces, poursuite développement des ZAC de Dumbéa-sur-Mer et de Panda figurent parmi les nombreuses opérations que la province Sud accompagnera financièrement.

PROVINCE SUD/VALE NC – Les élus de la province ont adopté la constitution d’une mission d’information chargé de suivre l’opération de rachat de Vale NC. Constituée des représentants des partis politiques siégeant dans l’assemblée, elle n’interviendra pas dans le processus de rachat. La province sera cependant directement concernée par les garanties environnementales, et demeure un actionnaire de l’usine du Sud.

NOUVEAU NICKEL POUR UN NOUVEAU MONDE
Thierry Santa a lancé officiellement hier matin un cycle de travail baptisé « Un nouveau nickel pour un nouveau monde ». Pendant trois mois, l’ensemble des partenaires du nickel en Nouvelle Calédonie planchera en groupes de travail sur les grandes questions qui se posent sur l’avenir de la métallurgie en Calédonie

RIFIFI À L’ÉCOLE NOTRE DAME DE LA FOA
Les parents d’élève de l’école catholique Notre Dame de La Foa étaient mobilisés hier matin pour dénoncer les violences physiques et psychologique dont seraient victimes les enfants de la part d’une enseignante. Il demandent le départ de l’institutrice et de la directrice de l’établissement. L’institutrice mise en cause a cédé sa place à une remplaçante jusqu’à la prochaine rentrée.

ACTU NATIONALE ET INTERNATIONALE

COVID EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZÉLANDE

EN MÉTROPOLE, NOUVELLES RESTRICTIONS FACE À LA POUSSÉE DU COVID

L’épidémie de coronavirus continue de s’accélérer en France, avec plus de 18 000 nouvelles contaminations en 24 heures. 76 décès ont été enregistrés. Lyon, Lille, Saint-Étienne et Grenoble passent en zone d’alerte maximale, et le ministre de la santé a annoncé le renforcement du dispositif anti-Covid.

  • Les villes de Dijon et Clermont-Ferrand sont placées en zone d’alerte renforcée. Cela sera effectif à partir de samedi matin.
  • Lille, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne sont placées en zone d’alerte maximale, comme Marseille, Paris et La Guadeloupe. Cela sera effectif à partir de samedi matin. Des restrictions nouvelles sont donc attendues et seront très vite présentées. La principale mesure prévue pour cette catégorie d’alerte est la fermeture des bars et cafés.
  • Les indicateurs sont mauvais à Toulouse et Montpellier : ces deux villes pourraient passer en zone d’alerte maximale lundi, si la tendance ne s’inverse pas dans les prochains jours.
  • La situation s’améliore dans quelques communes, notamment à Bordeaux, Rennes et Nice. Les départements de la Nièvre et du Morbihan quittent la zone d’alerte.
  • Le ministre a tenu à remercier tous les soignants qui font face à la pression épidémique qui augmente et appelé « tous les personnels soignants qui le peuvent à rejoindre la réserve sanitaire » en cette période de crise.
  • Le fond de solidarité est considérablement élargi, a annoncé Bruno Le Maire. Au total, 75 000 nouvelles entreprises vont pouvoir bénéficier des aides de l’Etat. Le plan d’aide concerne désormais les entreprises allant jusqu’à 50 salariés, et ayant enregistré une baisse du chiffre d’affaires de plus 70%. Le fond de solidarité va aussi concerner désormais de nouveaux secteurs : blanchisseries, bouquinistes, fleuristes, graphistes notamment.
  • Les mesures de chômage partiel sont prolongées, le chômage partiel sera pris en charge à 100% pour les entreprises du tourisme, jusqu’à la fin de l’année. De nouvelles exonérations de charges sociales sont aussi prévues, certaines seront rétroactives. A partir de janvier 2020, des entreprises en difficulté vont pouvoir profiter des prêts garantis de l’Etat.
  • Aucune restriction de déplacement n’est pour l’heure prévue par le gouvernement, même à l’approche des vacances de la Toussaint.

TENNIS : LA FINALE DAMES À ROLAND GARROS verra s’affronter la Polonaise Iga Swiatek et l’Américaine Sofia Kenin.

UNE CAGNOTTE INTERNET POUR SOUTENIR ROGER ALOSIO

Un mouvement de solidarité a été lancé via une cagnotte internet « leetchi » pour soutenir Roger Alosio, victime de l’incendie de deux des bungalows de son gîte à Ouvéa.

Bien que l’enquête soit en cours, il est notable que l’intéressé ne s’est pas caché de manifester sa confiance à la France lors du dernier référendum. Rien, évidemment, n’est encore établi officiellement sur cette éventuelle corrélation, mais les loyalistes qui y répondront par avance ont l’occasion d’effectuer une belle action solidaire.

Le compte leetchi pour cette action est affiché ci-dessous

https://www.leetchi.com/c/soutenons-ceux-qui-ont-vote-non

LA FOIRE DU PACIFIQUE OUVRE SES PORTES

LA FOIRE DU PACIFIQUE OUVRE SES PORTES – Elle sera exclusivement calédonienne pour sa 10e édition en raison de la crise sanitaire et donc, de l’impossibilité pour les participants extérieurs, de se rendre à Nouméa. La Foire 2020 accueille 250 exposants, et consacre une belle part au tourisme intérieur avec la participation des GIE tourisme des 3 provinces. Un rendez-vous incontournable.

NOUMEA-PARIS-NOUMÉA POUR AIRCALIN qui effectue un vol cargo à la demande du gouvernement. L’A330Neo transportera notamment des médicaments, du courrier et du thon calédonien.

SAMEDI 17, LES CALÉDONIENS EXCLUS DU DROIT DE VOTE MANIFESTERONT devant le Haut-Commissariat à 10 heures. Représentant plus de 40.000 votants, 70.000 personnes avec les familles, les Calédoniens exclus représentés par l’association « Un Coeur, une Voix » veulent se faire entendre et réclament le dégel du corps électoral.

Le corps électoral calédonien avait été gelé sous la présidence de Jacques Chirac par une décision du Parlement français réuni en Congrès à Versailles. Il s’est agi d’un véritable coup de force puisque préalablement, les Institutions calédoniennes n’avaient pas été réunies pour donner leur avis.

L’Accord de Nouméa prévoyait pourtant que le droit de vote aux provinciales était acquis par les citoyens français au bout de 10 ans. Cette restriction devrait tomber à l’issue de l’Accord de Nouméa, considéré par les instances nationales, européennes et onusiennes comme une « période transitoire ».

LA CPME APPELLE À REPRENDRE EN COMPTE L’ÉCONOMIE et à sortir de l’affrontement politique. Il est vrai que les Calédoniens savent quels sont les problèmes économique actuels, et les orientations données ou à venir en matière économique, mais que ce volet n’a pas été abordé par les indépendantistes en cas d’accession à la pleine souveraineté.

L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE RECRUTE pour la mise en service du centre de détention de Koné. Ce sont 70 emplois rémunérés par l’Etat qui seront ainsi créés.

LE NOUVEAU PONT DE DUMBÉA franchit d’abord une première étape technique délicate : la pose des deux grandes poutres qui supporteront le tablier au dessus de la rivière.

NOUMEA NUMÉRIQUE s’est tenue hier Place de la Marne, à la mairie, a la médiathèque de Kaméré et sur la Place Constantine, à la Vallée du Tir. C’était l’occasion, pour le grand public, d’appréhender les nouvelles technologies.

ACTU NATIONALE ET INTERNATIONALE

COVID EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZÉLANDE

UNE FRANÇAISE PRIX NOBEL DE CHIMIE – Le Nobel de chimie a été décerné à deux scientifiques, une Française et une Américaine, pour leur conception de « ciseaux » capables de moduler le génome. Il s’agit de l’un des outils actuellement les plus pointus du génie génétique : grâce à eux, les scientifiques peuvent modifier avec une extrême précision l’ADN des animaux, des plantes et des micro-organismes. Le comité Nobel précise que « les ciseaux génétiques CRISPR / Cas9 ont révolutionné les sciences de la vie moléculaire, apporté de nouvelles opportunités pour la sélection végétale, contribué à la mise au point de thérapies anticancéreuses innovantes et pourraient permettre de guérir des maladies héréditaires ». La paire de ciseaux génétiques conçue par les deux chercheuses permet en effet de cibler une zone en particulier de l’ADN puis de la découper afin de supprimer un gène malade.

APPLE VA PRÉSENTER SON iPHONE 12 MARDI PROCHAIN– Le géant américain, comme à son habitude, n’a pas donné d’autres informations que la date, se contentant de donner une sorte de nom de code à son grand rendez-vous : « Hi, speed ». S’il faut attendre le jour-J pour vraiment découvrir ce que cela signifie, il semble évident qu’Apple va insister sur les innovations concernant les performances en termes de vitesse : avec l’intégration de la 5G et la nouvelle puce dite Soc14, il faut en effet s’attendre à des gains sur ce plan.

RÉFÉRENDUM : NOUVELLE MISSION DU DIALOGUE AVEC MANUEL VALLS ? Deux bungalows incendiés à Ouvéa

DOMINIQUE BUSSEREAU A PROPOSÉ AU PREMIER MINISTRE LA CONSTITUTION D’UNE MISSION DU DIALOGUE POUR LA NOUVELLE-CALÉDONIE
Le résultat du référendum a consacré la fracture de la Calédonie en deux camps d’égale importance, l’un pour l’indépendance, l’autre pour le maintien dans la France. Chez les loyalistes, les violentes critiques de Calédonie ensemble à l’égard autres partis favorables au « non » met de l’huile sur le feu, dans un contexte où la recherche d’apaisement est pourtant impérative. Les propositions de lois du pays déposées au Congrès sur l’extension de l’article 27, la restriction de liberté d’achat de foncier et d’immobilier vont accroître les tensions. Au lendemain du scrutin d’autodétermination, la situation de paix créée par les Accords de Matignon pourrait s’altérer.

Dans ces conditions, la proposition de mission de dialogue, rapportée par Les Nouvelles Calédoniennes, prend une dimension particulière. Selon le quotidien, l’ancien ministre Dominique Bussereau, grand ami du regretté Pierre Maresca, et connaisseur de la Nouvelle-Calédonie depuis 40 ans, propose l’instauration d’une « mission du dialogue » à l’instar de l’initiative de Michel Rocard en 1988, pour la recherche d’une solution paisible et aussi sereine que possible au risque calédonien. Dominique Bussereau suggère que cette mission « de conciliation, d’écoute, de dialogue et de proposition » soit conduite par Manuel Valls, ancien Premier ministre et ancien rocardien, et comprenne des personnalités de tous bords, au fait de la situation calédonienne. L’objectif serait à la fois de clarifier davantage les conséquences d’un choix des Calédoniens pour l’indépendance, et de rechercher les voies et moyens pour éviter les éventuelles conséquences funestes de l’extrême bipolarisation.

Alors que le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, s’apprête à prendre l’avion pour la Nouvelle-Calédonie, la proposition rapportée par Les Nouvelles, ne manque pas d’intérêt dans un climat où les inquiétudes et les tensions vont inévitablement dégrader la cohésion de la société calédonienne.

DEUX BUNGALOWS INCENDIÉS À OUVÉA sur les 7 hébergements que comptait le gîte « la porte du paradis ». Le propriétaire, Roger Alosio, ne cache pas qu’il est en faveur du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France, et que cette opinion est la cause de l’acte dont il est victime. Une enquête été ouverte. Le Sénat Coutumier va-t-il condamner ce délit ?

RÉUNION DES FAMILLES D’ACCUEIL AU CHATEAU HAGEN, organisée par la province Sud. Une initiative pour favoriser les échanges et le partage de retours d’expérience, ainsi qu’un meilleur accompagnement de ces familles.

LES CANDIDATS AU SERVICE CIVIQUE À NOUMÉA PEUVENT SE FAIRE CONNAÎTRE. La ville lance en effet une nouvelle session.  Les candidats peuvent accéder au dossier sur le site Nouméa Ma Ville. Aucun diplôme n’est requis pour être candidat aux missions proposées et le volontaire recevra une indemnité de près de 75 000 francs par mois. 

CALÉDONIE ENSEMBLE : « IMAGINER UN OUI COLLECTIF POUR L’AVENIR DU PAYS » – Après sa conférence de presse, le parti lance une série de réunions sur le thème du « consensus pour un avenir partagé ». Dans un communiqué, un long chapitre est surtout consacré à la critique de l’Avenir en Confiance et du « Front loyaliste ». Est-ce bien le moment ?

L'actualité calédonienne quotidienne et gratuite