DENGUE : LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION EST PRÉSERVÉ. MAIS PAS LES VIES HUMAINES !

7 morts de la dengue. La liste s’allonge et va probablement s’aggraver après le cyclône Cook.

L’interdiction d’usage de ce produit en Europe vient … d’une absence de procédure pour renouveler son autorisation. En métropole, l’agence internationale de recherche sur le cancer avait indiqué qu’en ce qui concerne le caractère cancérogène du malathion – probable, et donc non-certain selon l’OMS- que « les preuves sont limitées ». « Il revient aux gouvernements et aux autres organisations internationales de recommander des réglementations de santé publique », avait-t-elle précisé.

La Guyane avait autorisé l’usage de ce qui demeure le seul produit efficace contre les moustique, en période d’épidémie.

En Nouvelle-Calédonie, il ne faut pas trop déranger les moustiques, vecteurs potentiellement mortels. Mieux vaut poursuivre le sinistre comptage des morts de la dengue en vidant les réceptacles contenant de l’eau.

A côté d’équipements ultra-modernes, pourquoi donc renoncer à l’archaïsme en matière de santé ?

LA CALÉDONIE ÉTAIT PROPRIÉTAIRE D’UN IMMEUBLE DE 6 ÉTAGES AU CŒUR DU QUARTIER LATIN À PARIS ! – Le Foyer des étudiants au 12 rue des Ecoles avait été vendu 70 millions en 1980

Le Foyer des Etudiants calédoniens à Paris, merveilleusement situé au 12 rue des Ecoles dans le 5e arrondissement, a hébergé des générations de jeunes étudiants locaux jusqu’en 1980.

A la suite d’une occupation de plusieurs mois par un groupe d’étudiants kanak épaulé par des personnes extérieures au monde étudiant, cet immeuble de 6 étages et comprenant 2 sous-sols avait été vendu précipitamment pour la somme de 70 millions en 1980.

Dommage. Mais les foyers de ce type n’ont guère eu de bonheur, puisque celui de Montpellier avait connu également bien des aléas d’occupation.

La vente de Paris, en tout cas, n’avait pas été une belle opération immobilière, c’est le moins que l’on puisse dire. Certains se sont amusés à valoriser le bien à la valeur d’aujourd’hui, de quoi attraper le tournis.

682 MÉNAGES ENCORE PRIVÉ D’ÉLECTRICITÉ APRÈS COOK – Présidentielles : Le Pen, Macron, Mélenchon et Fillon dans un mouchoir de poche

 

682 MÉNAGES ENCORE PRIVÉ D’ÉLECTRICITÉ APRÈS COOK
Une semaine après le passage du cyclône Cook, la situation se rétablit partout dans les zones affectées.

Toutefois, 350 foyers étaient encore privés d’électricité à Canala, et le Maire a demandé à nouveau à Enercal un raccordement de sécurité avec le réseau de Thio pour éviter de telles coupures à l’avenir.

A Kouaoua, le réseau routier permettra le passage des bus scolaire et des gros camions.

A Sarraméa, l’école sera fermée jusqu’à la semaine prochaine, l’école ayant été inondée.

A Thio, ce sont 80 foyers qui sont en attente du rétablissement de l’électricité. Au total, 682 foyers sont dans cette situation qui devrait désormais revenir assez rapidement à la normale.

PRÉSIDENTIELLES : LES 4 DANS UN MOUCHOIR DE POCHE
Dans un sondage publié samedi, le Point indiquait que Mélenchon devançait François Fillon et que même, dans un duel avec Marine Le Pen au second tour, il l’emporterait !

Ainsi vont les sondages qui n’empêchent pas François Fillon de croire en sa victoire possible, et dont les soutiens perçoivent « une
amélioration » sur le terrain.

Meetings enthousiastes, meilleure lisibilité de son programme, le leader de la Droite et du Centre pourrait bénéficier des effets du « danger Mélenchon » en incitant les électeurs de droite à s’engager.

En tout cas, Le Pen, Macron, Mélenchon et Fillon se situent tous dans la marge d’erreur des sondeurs, et bien malin qui pourrait aujourd’hui pronostiquer le résultat du premier tour.

De ce point de vue, la semaine qui s’annonce se révèlera décisive.

LES NOTES DU CONSEIL D’ANALYSE ECONOMIQUE SUR L’APRÈS-NICKEL: « EN HOMMAGE À EDGARD PISANI » … – Désindexation, augmentation de l’impôt sur le revenu, diminution des transferts vers les collectivités

Le Conseil d’Analyse Economique, créé auprès du Premier ministre, « a pour mission d’éclairer, par la confrontation des points de vue et des analyses de ses membres, les choix du gouvernement en matière économique ». La note, publiée en mars dernier, porte en sorte d’épitaphe, outre la référence à Michel Rocard, « en hommage à Edgard Pisani ». C’est tout dire.

Intitulée pompeusement « L’économie calédonienne au delà du nickel », elle porte à la fois les orientations qui ont contribué à l’échec économique de la France, et des recommandations réformatrices défendues par Manuel Valls et combattues par les frondeurs socialistes.

UNE ANALYSE DE LA PAUVRETÉ TRONQUÉE
L’analyse de la pauvreté, dans le but de dénoncer les inégalités sociales, se fonde sur l’observation stricte des revenus, à l’exclusion de toute contextualisation. Or, les revenus monétaires d’un salarié en milieu urbain qui doit se loger, se nourrir, s’habiller, se déplacer, ne peuvent être comparés, sans pondération, avec ceux d’un habitant de tribu, par exemple, habitant sur place, ne nourrissant en grande partie par autoconsommation, et dont les besoins de déplacement sont plus réduits.

De surcroît, on omet généralement d’ajouter à ces situation les aides sociales et scolaires innombrables, la couverture médicale pour tous, ou encore la scolarité gratuite, éléments qui viennent en diminution du concept de pauvreté.

Les procureurs peuvent ainsi exhiber avec jubilation des chiffres accablants de Nouvelle-Calédonie.

L’analyse du Conseil qui aurait été chère à Edgard Pisani n’échappe pas à cet exercice.

RÉDUIRE LES REVENUS ET AUGMENTER LA PRESSION FISCALE INDIVIDUELS
Pour juguler les coûts excessifs et réduire les inégalités sociales, les mesures recommandées demeurent désespérément les mêmes : supprimer l’indexation des fonctionnaires métropolitains « nouveaux », et augmenter la pression fiscale de l’IRPP à la fois en élargissant son assiette et en aggravant le taux de prélèvement sur certaines tranches.

En clair, appliquer à la Nouvelle-Calédonie ce qui a fait fuir des milliers d’investisseurs et de chefs d’entreprises de France.

CRÉER UN FONDS SOUVERAIN EN RÉDUISANT LES TRANSFERTS AUX COLLECTIVITÉS : UNE ANTICIPATION DE L’INDÉPENDANCE-ASSOCIATION
Dans la note du Conseil, l’idée d’un Fonds souverain, déjà plusieurs fois évoquée par des élus locaux, est reprise avec une alimentation originale : des subventions de l’Etat !

C’est qu’en effet, fonder un fonds souverain pour l’après nickel peut difficilement se concevoir avec une ressource nickel en ces périodes de vaches maigres.

Les auteurs de l’analyse proposent une solution « originale » : réorientation les dotations de l’Etat vers le dit Fonds. Voilà qui va faire bondir les collectivités locales, principales bénéficiaires de ces transferts, lesquels sont déjà en nette diminution.

Elles pourront également arguer d’un traitement discriminatoire au sein de la République, par comparaison avec les autres collectivités. Mais qu’à cela ne tienne : l’esprit est conforme à une Calédonie en situation d’indépendance-association chère à Pisani, et dont les collectivités devraient se prendre entièrement en charge.

INÉGALITÉS D’ACCÈS À L’ÉDUCATION : LE PROJET ÉDUCATIF ÉTRILLÉ
En économie, le capital humain est source de progrès et de croissance. La note dénonce les inégalités d’accès à l’éducation et à la formation. C’est la critique du système éducatif décrit dans le nouveau « projet éducatif calédonien », ainsi qu’aux généreux dispositifs de formation mis en place à renforts de milliards depuis près de 2 décennies.

Ce constat, toutefois, mérite d’être approfondi, car au regard des employeurs, il est partiellement fondé. En cause : le système éducatif français, dont le classement Pisa est accablant, et les choix locaux de formation qui sont loin de satisfaire les employeurs.

NOUVELLES TAXES SUR LE NICKEL
Les auteurs suggèrent l’alourdissement de la fiscalité sur le nickel : redevances sur les ventes de minerai aux usines, taxe à l’exportation, prélèvement sur les extractions.

Ils devraient préciser que ces taxes nouvelles ne doivent pas pénaliser les efforts drastiques des opérateurs métallurgiques pour devenir compétitifs, sous peine de tuer le secteur.

PLUSIEURS PISTES DE MODERNITÉ
Le Conseil, pour le reste, s’inscrit dans la démarche initiée par Manuel Valls et tient compte des réalités économiques du 21e siècle, notamment pour ce qui concerne le rôle essentiel de l’entreprise dans la croissance économique.

La TGC est saluée, et l’abaissement de l’IS est recommandé, avec en compensation une augmentation de l’impôt foncier.

La situation des secteurs protégés est pointée du doigt, et les auteurs soulignent avec justesse qu’ils sont les bénéficiaires de la rente minière.

La qualification des personnels est fort justement liée à la performance, notamment des entreprises, et le Conseil recommande l’emploi de compétences extérieures en tant que de besoin, et même d’un financement par emprunt d’une part de formation.

Enfin, il met en exergue l’attention qui doit être portée sur tous les réseaux reliant le territoire au monde extérieur et dont il n’est pas contestable que la défaillance ou les coûts excessifs peuvent ruiner le développement et aggraver les coûts de la vie.

UN ABSENT : LE RÔLE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE
Les prélèvements fiscaux et sociaux, le maquis des réglementations, l’hypertrophie du Code du Travail, le poids excessif des budgets publics, le train de vie des collectivités pèsent lourdement sur la vie économique. Le Conseil est plutôt discret sur ce volet pourtant lui aussi essentiel …

Dans la tradition de la gauche, il n’est pas de règle de parler de cela. Les économistes du Premier ministre qui se sont donnés pour tâche de conseiller la Calédonie sur ce qu’elle doit faire en vue de préparer l’après-nickel se soumettent désormais à quelques réalités du monde économique. Mais il reste ces éléments d’idéologie –parfois relayés par une certaine droite- qui ont « plombé » l’économie française. Inscrire « en hommage à Edgard Pisani » est révélateur de l’esprit de cette note. De fait, elle la disqualifie.

 

Un concept dépassé : « L’Etat décidait de tout, contrôlait les prix, gérait le droit à la concurrence » – Jean Tirole, Prix Nobel d’Economie

En affrontant une crise qui, pour l’instant, n’est anticipée que prudemment sous le terme d’un « ralentissement », la Nouvelle-Calédonie s’oriente délibérément vers une catastrophe annoncée en prenant certaines décisions qui ruinent le développement et la croissance.

L’économie administrée qui s’installe dans le territoire va à l’encontre des principes d’économie moderne, régie par la globalisation du commerce, s’inscrivant dans un libéralisme tel que décrit par Jean Tirolle, le plus illustre des économistes français : « … être libéral, c’est responsabiliser les individus pour éviter qu’ils n’adoptent des comportements néfastes pour la société … ».

La Nouvelle-Calédonie, au contraire, s’oriente vers une économie davantage dirigée : contrôle des marges, contrôle des prix, contrôle des autorisations à caractère économique et commercial, contrôle des échanges. Le tout agrémenté d’une augmentation de la pression fiscale, notamment à l’encontre des entreprises.

Il faut y ajouter le poids excessif de la fonction publique –près de 30% du PIB, soit près du double des économies normalement développées-, et qui de surcroît, ne cesse de croître : pertes d’emplois dans le secteur privé, et création d’emplois dans le secteur public !

La réalité est que tous les yeux des « budgétistes » sont orientés vers le cours du nickel et la décision des opérateurs concernant leur niveau d’activité d’une part, et vers le volume des transferts de la métropole vers la Nouvelle-Calédonie. Mais personne ne parle de la nécessaire croissance économique, seule source du rétablissement et de la bonne santé de l’emploi et des comptes publics.

Jean Tirolle rappelle que le concept de l’Etat qui décidait de tout, qui contrôlait les prix, qui gérait le droit à la concurrence est dépassé. Sauf peut être en Nouvelle-Calédonie.

LA GUYANE DEMANDE UN NOUVEAU STATUT D’AUTONOMIE – 465 voitures contrôlées au Mont Dore – Gomes candidat dans la deuxième circonscription – Difficile Trail des Cagous au Parc de la Rivière Bleue – PSG étrille Monaco en finale de la Coupe de la Ligue.

LA GUYANE DEMANDE UN STATUT PARTICULIER après que les responsables du mouvement de grève aient indiqué que le milliard d’euros débloqué par le gouvernement était loin de répondre aux aspirations des Guyanais.

Ces fonds devraient permettre la construction d’une prison et d’un tribunal, des travaux routiers, des constructions de collèges ou encore le renforcement des effectifs de gendarmerie.
Mais les leaders de la contestation ne sont pas satisfaits. Désormais, ils demandent u geste significatif sur le statut du département et réclament un nouveau statut d’autonomie

CONTRÔLE ROUTIER AU MONT DORE par les gendarmes, les policiers municipaux et les douaniers entre 2h et 5h du matin. 465 véhicules ont été contrôlés, et 52 conducteurs étaient en situation d’alcoolémie positive, 4 ne possédaient pas de permis et sans assurance, et du cannabis a été saisi. 42 contraventions ont été dressées.

PHILIPPE GOMES CANDIDAT AUX LEGISLATIVES sans grande surprise après son investiture par les Républicains et l’UDI. Il l’a officialisé samedi matin au cours d’un comité directeur de Calédonie Ensemble.

TRAIL DES CAGOUS au Parc de la Rivière Bleue avec 1700m de dénivelé. Une compétition redue difficile par la chaleur étouffante.

PSG BAT MONACO EN FINALE DE COUPE DE LA LIGUE par 4-1, une victoire qui replace le club parisien à son rang dans la Ligue 1 sans faire pour autant oublier l’humiliation subie récemment à Barcelone.

L’EX-CYCLONE DEBBIE PROVOQUE DES INONDATIONS dans la région de Brisbane.

LE NOMBRE DE MORTS DE LA DENGUE S’ALLONGE – ET LA CALEDONIE REFUSE TOUJOURS LE MALATHION TUEUR DE MOUSTIQUE … EN DEPLORANT LES VICTIMES DES MOUSTIQUES !

« Le malathion est le moins cher de tous les organophosphorés et ne présente que peu de danger pour l’homme s’il est appliqué suivant les recommandations de l’OMS ». C’est de plus le seul produit contre lequel l’Aedes Aegypti n’offre pas de résistance et la citation est extraite d’un rapport de l’IRD sur la lutte contre la dengue en Calédonie.

Contre la catastrophe de la dengue, la Calédonie équipée d’un hôpital dernier cri combat l’épidémie … en incitant la population a détruire les gîtes larvaires et en s’enduisant de répulsif. Un peu comme si ont demandait désormais aux gens de combattre les feux de brousse avec des branches de goyavier !

Certes, ont nous annonce des technologies prometteuses. Certes, quelques épandages de larvicides retardent une éclosion plus massive du tueur d’homme. Mais pendant une période de grave épidémie, comment ne pas s’interroger sur les moyens mis en œuvre alors que des personnes sont en danger de mort ?

Davantage d’ailleurs qu’en danger : près d’une dizaine de personnes sont déjà décédées.

DES PRIX QUI AUGMENTENT – UNE RELATION AVEC LA TGC ET LA LOI COMPÉTITIVITÉ ?

Alors que le gouvernement vient de confirmer l’application dès samedi de la TGC réduite dite « en marche à blanc » et que les dispositions de la loi dite compétitivité devront suivre, même avec un délai de grâce, un constat s’impose : la menace de contrôle administratif du commerce et les interrogations sur le TGC ont provoqué une hausse des prix sur la plupart des articles. Lutte contre la cherté de vie  …

Cette réaction était prévisible et parfois annoncée pour anticiper des échecs de négociations « compétitivité », et une compétitivité calédonienne réduite à l’imposition des marges des entreprises et des prix par le pouvoir politique !

Les dispositions de la TGC s’accompagnent également de quelques « punitions » fiscales à l’égard des entreprises, à l’exemple de la forte majoration de la valorisation fiscale des véhicules de fonction …

Au total, et alors que la campagne électorale pour les législatives se lance, les responsables économiques et beaucoup de ménages de revenu moyen vont toucher du doigt l’augmentation de la pression fiscale. Les consommateurs, quant à eux, s’interrogeront sur des promesses de baisse de cherté de vie allant jusqu’à moins 30% alors que le réalité présente est une augmentation des coûts.

DÉMENTI DU GOUVERNEMENT : LA TGC ENTRE BIEN EN VIGUEUR LE 1er AVRIL-Queensland : 25.000 personnes sont invitées à évacuer leurs habitations en prévision du cyclône Debbie-Lifou vers l’indépendance … énergétique-Wallis et Futuna ont élu leur nouvelle Assemblée

LA TGC DÉBUTERA BIEN LE 1er AVRIL et c’est son report qui était un poisson. Le gouvernement l’a confirmé, démentant ainsi les rumeurs selon lesquelles l’application du nouvel impôt « à blanc » pourrait être reporté en raison des difficultés de mise en œuvre.
On saura donc samedi si la préparation de cette révolution fiscale a été suffisante, et si le « bug » annoncé par certains ne s’est pas produit.
En revanche, les contrats de compétitivité pourraient eux se poursuivre au delà du 1er avril. Une majorité du Congrès a adopté des dispositions permettant à la première assemblée, en cas d’échec d’accords sur ces contrats, de fixer autoritairement les prix et les marges !
D’ores et déjà, une augmentation a été constatée sur un certain nombre de produits.

ERRATUM dans notre édition d’hier-En golf, les amateurs auront compris qu’il s’agissait du Grand Prix de Tina qui a vu la victoire de Jean-Louis Guépy.

25.000 PERSONNES INVITÉES À ÉVACUER LEURS HABITATIONS dans le nord Queensland en prévision de l’arrivée du cyclône Debbie. L’ouragan devrait atteindre la terre aux alentours de Mac Kay ce matin. Des pointes à plus de 200km/h sont prévues, mais elles pourraient s’intensifier jusqu’à 260km/h.
Des moyens de secours et d’intervention importants ont été mis en place par les autorités.

TOURISME : WORKSHOP INTERNATIONAL AU PHARE AMÉDÉE pour la 3e année consécutive, l’occasion d’une rencontre entre les professionnels locaux et un certain nombre de Tour Opérateurs.

PHOTOVOLTAIQUE À LIFOU dans le cadre d’un plan qui verra la mise en route de 6 fermes produisant de l’électricité grâce au soleil d’ici à 2018. Lifou a développé une stratégie en vue d’une alimentation électrique autonome en 2030.

WALLIS ET FUTUNA a vu une participation de 88% au scrutin de renouvellement de l’Assemblée Territoriale. Quelques nouvelles personnalités font leur entrée dans la chambre. Dans quelques jours, les élus désigneront leur Président et le Bureau.

 

GOLF : À GUÉPY LE PREMIER GRAND PRIX-Guyane : blocage mais pas de ministre-Incendie aux Tours de Magenta-Renouvellement de l’Assemblée Territoriale à Wallis-Cyclône sur Brisbane mardi

GOLF : À GUÉPY LE PREMIER GRAND PRIX qui se déroulait sur le parcours de la Ouenghi. L’ancien champion de France s’est imposé à l’issue des deux jours de compétition, prouvant qu’il avait de beaux restes.

INCENDIE ACCIDENTEL AUX TOURS DE MAGENTA dans un appartement du bâtiment J. Le locataire a été retrouvé en bas de l’immeuble, fortement alcoolisé …

WALLIS ET FUTUNA : RENOUVELLEMENT DE L’ASSEMBLÉE TERRITORIALE hier à raison de 13 élus pour Wallis et 7 pour Futuna. 13.000 électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir entre … 31 listes.

LA CALÉDONIE PRÉSENTE AU SALON DU LIVRE à Paris où le territoire partage un stand avec la Polynésie.

CYCLÔNE SUR BRISBANE qui est en alerte rouge à l’approche du phénomène nommé « Debbie » attendu pour mardi.

CONFLITS SOCIAUX DE GUYANE : LA TENSION MONTE alors qu’une mission de hauts fonctionnaires vient d’arriver dans le département. La quasi totalité des élus ainsi que l’intersyndicale guyanaise protestent contre l’absence d’un ou de plusieurs ministres pour conduire cette délégation interministérielle.
Un mouvement de grève générale a été lancé.

MACRON À LA RÉUNION a reçu un accueil mitigé avec notamment un meeting transformé en dialogue participatif pour manque de participants. Il s’est ensuite rendu à Mayotte.

FORMULE 1 : VICTOIRE DE FERRARI qui renoue avec le succès au Grand Prix d’Australie à Melbourne.

L'actualité calédonienne quotidienne et gratuite