LES DERNIÈRES NEWS DE LA SITUATION SANITAIRE

C’est ensemble, président du gouvernement et Haut Commissaire, que les deux personnalités ont tenu cet après midi une conférence de presse sur la situation Covid, et les décisions prises.

Louis Mapou a d’abord annoncé 7 nouveaux décès, et présenté ses condoléances aux familles, rejoint par Patrice Faure dans l’expression de sa compassion.

Les décisions annoncées sont les suivantes :
– prolongation du couvre feu jusqu’au 4 octobre, dans l’espoir que la cadence de vaccination permettra alors un retour progressif à la vie normale,
– étude de la mise en place d’un pass sanitaire,
– appel à l’Etat pour un renfort sanitaire de 300 personnels soignants,
– livraison au gouvernement des premiers travaux de la Mission d’évaluation dépêchée par la métropole,
– arrivée des premiers renforts dès mercredi prochain, suivis d’une seconde vague samedi prochain,
– déploiement de moyens militaires pour vacciner les tribus éloignées,





LE NOMBRE DE DÉCÈS AUGMENTE BRUTALEMENT

La Nouvelle Calédonie entre rapidement dans le drame. Le nombre de décès du Covid s’accélère, et nous allons probablement connaître une situation à la polynésienne. C’est, en l’espace de 24 heures, 7 nouveaux décès qui sont venus allonger la liste enregistrée depuis une semaine, portant à 14 le nombre de familles endeuillées.

Ce ne sont plus désormais que les personnes âgées qui sont touchées. L’une des victimes n’était âgée que de 48 ans.

Si, comme l’estiment les spécialistes, le virus circule en Calédonie depuis près d’un mois, nous allons nous orienter vers le pic épidémique en enregistrant, malheureusement, de plus en plus de victimes.

L’appel à l’Etat pour bénéficier du soutien de la réserve sanitaire nationale, lancé par le gouvernement calédonien, est d’ailleurs un signe qui ne trompe pas. 29 personnes se trouvaient en réanimation en début d’après midi, ce qui signifie clairement que nous approchons à grand pas de la saturation des lits, par manque de personnel qualifié.

L’armée est à la rescousse, avec du personnel médical du RSMA qui sera transporté par hélico dans les tribus éloignées.

Les jours à venir risquent d’être très sombres.

QANTAS OUVRE L’INTERNATIONAL EN DÉCEMBRE

C’est la revue Escape qui l’annonce : Qantas a programmé des dates de départ pour une sélection de destinations internationales en décembre.
Les premiers vols commerciaux internationaux du transporteur en près de deux ans devraient décoller le 18 décembre à destination de Londres, Los Angeles, Vancouver et Singapour. Ils partiront de Melbourne et de Sydney et, dans le cas des vols de Londres, passeront soit par Perth, soit par Singapour.


D’autres destinations vont être rajoutées aux programmes, dont Fidji. Des vols partiront également de Brisbane. De leur côté, Fidji Aiways et Air Canada ont programmé à cette date, des vols.

Escape publie des horaires qui restent évidemment conditionnés par la levée d’interdiction de voyages, une levée annoncée par le gouvernement fédéral le 17 décembre :
Sydney-Londres 18 déc.
Melbourne-Londres 18 déc.
Sydney-Los Angeles 18 déc.
Sydney-Vancouver 18 déc.
Sydney-Singapour 18 déc.
Melbourne-Singapour 18 déc.
Melbourne-Los Angeles 19 déc.
Brisbane-Los Angeles 19 déc.
Brisbane-Singapour 19 déc.
Sydney-Tokyo 19 déc.
Sydney-Fidji 19 déc.
Sydney-Honolulu 20 déc.

Tous les passager voyageant sur Qantas devont être vaccinés, et pour certaines destinations, présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures.

La Nouvelle Calédonie ne figure évidemment pas sur ce tableau. Il lui faudra probablement, pour y prétendre, atteindre un niveau de vaccination et un état sanitaire comparable à celui de l’Australie. On n’en est pas encore à ce stade …

RICHARD FARMAN, LE DIRECTEUR DE L’AQUARIUM DES LAGONS, PART EN RETRAITE

Richard Farman, le directeur bien connu de l’Aquarium des Lagons, avait fait partie des premières équipes en charge de la mer et de l’environnement lors de la mise en place de la province Sud.

Ses compétences et sa passion pour le mer l’avaient conduit à prendre la direction du prestigieux aquarium fondé en 1956 par le docteur Catala et son épouse Ida Stucki, également scientifique.

C’est le docteur Catala qui avait mis en relief le fluorescence des coraux dont la galerie dédiée est un des joyaux de l’établissement rebaptisé Aquarium des Lagons.

Les personnels ont tenu à célébrer le départ à la retraite du directeur dans un message sur Facebook :
« Aujourd’hui nous devions célébrer avec vous la réouverture de l’Aquarium après 1 an de travaux, l’occasion pour Richard Farman, notre directeur, d’accomplir jusqu’à la fin ce dernier gros dossier.
Vous êtes nombreuses et nombreux à connaître Richard, ce grand Monsieur aux cheveux blanc, avec son grand sourire et sa bonne humeur qui vous accueille à l’Aquarium !
Vous avez entendu sa voix des centaines de fois, que ce soit à la radio ou lors des nombreux relachés d’animaux ou il vous racontait l’histoire, les soins apportés et le plaisir de voir les animaux retourner dans le lagon.
Depuis 2005 il était le directeur de l’aquarium des lagons, et en 16 ans il a oeuvré à la mise en route et à l’amélioration du nouvel aquarium au fil des années : construction d’une zone technique, agrandissement de l’espace de visite avec l’ouverture du parc, remise en état des malfaçons…
Malheureusement le confinement ne lui permet pas de vous dire au revoir lors de la nocturne initialement prévue pour la réouverture mais nous sommes certains que vous allez nous partager plein de bons souvenirs dans les commentaires !
Bonne retraite Richard
! »

SONIA BACKES SUR TOUS LES FRONTS DE LA CRISE SANITAIRE

Dans la crise sanitaire sans précédent qui s’abat sur les Calédoniens, la population est en mesure d’observer l’attitude de ses dirigeants. Elle jugera ensuite.

Dans ce registre, incontestablement, la présidente de la province Sud, Sonia Backes, se détache aussi bien des autres présidents de province, que du président du gouvernement et du président du Congrès.

Sonia Backes est en effet sur tous les fronts. Présente physiquement en tous points de sa province, y compris à l’Ile des Pins, elle a en outre pris des mesures sur les différents secteurs touchés par la Covid. Bien sûr, elle a fait installer des vaccinodromes avec l’aide des communes et de la Nouvelle Calédonie. Elle a impliqué la province dans le soutien à l’économie. Elle a impulsé des accompagnements sociaux, parmi lesquels l’aide au logement conduite par Muriel Malfar.

En matière de communication, elle s’est appliquée à maintenir un lien avec les habitants de la province, et même au delà, en publiant des informations sur sa propre page facebook, complétant les informations officielles délivrées par la province.

Enfin, elle a lancé une intervention hebdomadaire sur facebook dans laquelle elle répond aux questions des internautes. Pour cette première, elle était accompagnée par le docteur Saïdi, désormais bien connu des Calédoniens.

Intervention Facebook ci-dessous (cliquer puis avancer à 2’50 »)

LES AUTRES DIRIGEANTS, quant à eux, ont un palmarès en retrait, à l’exception des maires, très actifs dans une discrétion de proximité, et qui agissent au quotidien, en lien avec les provinces, la Nouvelle Calédonie et l’Etat, pour être au chevet de leurs populations.

Le nouveau président du gouvernement n’est guère visible. Aux conférences de presse, le porte parole Slamet, également en charge de la Santé, est « au charbon ». Sur le soutien économique annoncé aux entreprises, on attend le « ministre » de l’économie.

Les autres présidents de province sont également plus discrets. Celui du Nord ne s’est guère manifesté. Celui des Iles intervient davantage. Le président du Congrès n’a pas de rôle exécutif. Il a organisé un vaccinodrome au sein de l’institution, mais lui aussi est relativement discret.

L’ÉTAT EST TRÈS PRÉSENT, avec un Haut Commissaire très actif, présent dans les médias, et surtout, dans la gestion de la crise pour ce qui concerne les compétences régaliennes. Les forces de l’ordre sont ainsi à l’ouvrage, avec les polices municipales depuis le début de la crise. L’Etat intervient également dans un domaine normalement réservé au territoire : le soutien à l’économie, et aux entreprises.

Au total, et sur un plan politique, les électeurs sont en mesure d’apprécier en « grandeur nature », l’activité et la bienveillance des dirigeants qu’ils ont portés au pouvoir. Et de manière plus « fine », de juger de la gouvernance indépendantiste au gouvernement, succédant à une séquence loyaliste.

Ils peuvent enfin apprécier, dans la « vie réelle », ce que serait la Nouvelle Calédonie sans la France.

BIDEN A NIQUÉ LA FRANCE EN AUSTRALIE

Ohé matelots,
Vous aviez l’impression qu’y avait un « méchant Trump » et un « gentil Biden » ? Z’avez tout faux ! Biden, allié à Boris Johnson, vient de niquer la France en Australie qui a résilié le « contrat du siècle » pour la construction de 12 sous-marins. Les Pokens ont finalement choisi des sous-marins nucléaires américains. Normal, pour un pays qui dénonçait l’utilisation du nucléaire jusqu’à présent …

Le Premier ministre australien s’appelle Scott Morrison. Celui qui était parti en vacances à Hawaï quant l’Australie flambait de gigantesques incendies. Celui qui a raté la gestion de la crise du Covid dont son pays va sortir difficilement. D’après le Parisien, « le savonnage de planche en règle » de l’administration Biden aux États-Unis, puis « le forcing » américain pour récupérer le contrat » s’inscrivent « dans un vaste accord de coopération militaire entre Américains, Australiens et Britanniques, qui vise notamment à contenir l’appétit de la Chine dans la zone indo-pacifique. »

Bon. Naval Group qui devait fabriquer les sous-marins Attack ne va pas perdre de sous. Juste un marché global de 4000 milliards de CFP.

Les Affaires Etrangères française se sont fendues d’un communiqué : « Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d’un partenariat structurant avec l’Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région Indopacifique (…) marque une absence de cohérence que la France ne peut que constater et regretter ». Okay guys. Comme aurait dit Chirac : « les Amerloques, ça leur en touche une sans faire bouger l’autre ! ».

Et nous, lad’dans ? Ben rien. On compatit. On ira comême à Goscosse quand les vols vont réouvrir, mais on va regarder les douaniers de travers. Ah si : demain matin, en signe de protestation, au lieu de manger mes Saos au p’tit déj, je prendrai de p’tits Lu. Non mais …

Salut matelots, et God save Macron.
L’amiral

LES CHIFFRES EXACTS ET LA SITUATION COVID CE JEUDI

Le porte parole du gouvernement a annoncé que 3 décès supplémentaires étaient à déplorer dans la crise du Covid. Il s’agit de personnes âgées de plus de 50 ans, ce qui tend à indiquer que le risque menace des populations de plus en plus jeunes, ou de moins en moins âgées. Le gouvernement a lancé un nouvel appel à la vaccination. 30% de la population seulement, est complètement vaccinée.


2487 cas de Covid ont été enregistrés depuis le 6 septembre après une augmentation de 1300 hier.
Couvre feu : 80% des infractions sont commises dans l’agglomération. 5000 contrôles sont effectués quotidiennement.
27 patients sont en réanimation dont les 20 lits ont été augmentés avec les lits de surveillance continue. La situation est très tendue pour le personnel, et l’on se rapproche à grands pas de la saturation.
161 personnes sont hospitalisées, 80 personnes sont en « hospitel » dans les 3 provinces
116.000 premières doses ont été injectées, soit 43% de la population. 78.000 injections des deux doses soit 28%, l’ont déjà été. Cela représente un total de 195.607 doses déjà injectées.
L’obligation de vaccination pour les voyageurs, acte du pouvoir central, est attendue avant la fin de la semaine.
La demande de manifestation des antivax doit être examinée par le Haussaire demain. Seul pour l’instant, un accusé de réception à cette demande a été effectué. La décision sera prise à l’issue de l’examen des conditions de sécurité sanitaire avec les organisateurs.

FINANCEMENT DES PERSONNELS DE SANTÉ ET SOUTIEN ÉCONOMIQUE AU CONGRÈS PROCHAINEMENT

Le Congrès devrait en urgence se réunir en session extraordinaire à la demande du gouvernement pour examiner deux mesures importantes dans le contexte de crise actuelle.

La première délibération amende le budget et propose d’apporter au Ruamm un financement exceptionnel de 3,530 milliards de francs. Il permettra d’assurer le versement de la dotation globale de fonctionnement des hôpitaux pour les mois d’octobre et de novembre et en clair, de payer les personnels.

En complément, une deuxième décision modificative du budget 2021 est en préparation pour apporter le reste du financement, soit un complément de 1,77 milliard. S’ajouteront enfin les mesures fiscales en cours qui, si elles sont approuvées par le Congrès, produiront leurs effets à partir du premier trimestre 2022, précise le communiqué de l’Exécutif.

La seconde mesure vise à prolonger jusqu’au 31 décembre , le dispositif de soutien aux secteurs économiques durablement touchés par la crise du Covid-19 et de l’étendre aux entreprises impactées par les mesures liées au nouveau confinement.

Cette décision concerne :
– les entreprises durablement touchées par les conséquences économiques liées à la crise sanitaire ;
– les entreprises qui subissent une baisse d’activité durant la nouvelle période de confinement qui a débuté le 7 septembre.
Rappelons que l’allocation Covid-19 offre un régime plus favorable que l’indemnité classique de chômage partiel avec un montant égal à 70 % de la rémunération brute. Cette rémunération est limitée à 4,5 fois le salaire minimum garanti du secteur d’activité concerné. Ce montant ne peut être inférieur à 100 % du salaire minimum garanti du secteur d’activité concerné.
QUEL FINANCEMENT ?
Le financement de cette décision modificative est assuré grâce à des prêts à taux zéro provenant d’établissements publics disposant de fonds de roulement importants. Il s’agit de:
– l’Office des postes et télécommunications pour un montant de 2,730 milliards de francs
– le Fonds Nickel pour un montant de 500 millions de francs
– le port autonome pour un montant d’un milliard de francs.-

UN PASS SANITAIRE EN CALÉDONIE EST INÉLUCTABLE

Le Danemark a été le premier pays européen à mettre en place un pass sanitaire au début du mois d’avril de cette année, le coronapass. Il a levé cette obligation depuis le 1er septembre, ainsi d’ailleurs que toutes les restriction Covid.
La France a instauré un passe sanitaire le 5 juin dernier, un pass dont la durée est prévue jusqu’au 15 novembre.

Ce pass peut être au format numérique et au format papier et constitue une preuve sanitaire parmi les trois suivantes :

  • L’attestation de vaccination, à la condition que les personnes disposent d’un schéma vaccinal complet :
    o 7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
    o 28 jours après l’injection pour les vaccins à une seule injection (Janssen/Johnson & Johnson) ;
    o 7 jours après l’injection du vaccin chez les personnes ayant eu le Covid-19 (1 seule injection).
  • La preuve d’un test négatif RT-PCR, antigénique ou un autotest réalisé sous la supervision d’un professionnel de santé de moins de 72h maximum.
  • Le résultat d’un test RT-PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement du Covid, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois. Il permet d’indiquer un risque limité de réinfection au Covid-19.
    Un certificat médical attestant d’une contre-indication médicale à la vaccination peut être présenté à la place des 3 documents précités.

    La métropole n’a pas rendu la vaccination obligatoire, contrairement à la Nouvelle Calédonie. Le pass sanitaire correspond donc à une restriction de libertés des non vaccinés, et en revanche, à une surcroît de libertés pour les vaccinés.

    Plusieurs manifestations anti-pass se sont déroulées, sans que le gouvernement ne fléchisse. Ainsi, il est incontestable que l’obligation de pass sanitaire a boosté la vaccination.

    En Australie, dans le New South Wales, la Première ministre a elle aussi opté pour l’abandon de la stratégie « covid free » pour passer à celle de la vaccination massive. Mais Gladys Berejiklian a prévenu : “Même à 80%, les personnes non vaccinées n’auront pas les mêmes libertés que les autres!”

    En Nouvelle Calédonie, que risque-t-il de se passer ?

    D’abord, il ne fait pas de doute que tous les spécialistes, et notamment, le mission d’évaluation arrivée sur le territoire, vont proposer de s’inspirer des expériences qui ont marché, notamment en métropole, et comme on l’a vu, au Danemark.

    Tous s’accordent à dire que l’on va s’acheminer vers un pic épidémique qui sera une tragédie locale, puis, renforcée par la vaccination, la Calédonie pourrait connaître un « plateau » suivi d’une décrue. La durée de ces phases, leur échéance dépendra essentiellement du pourcentage de vaccination de la population.

    C’est pourquoi, afin « d’encourager » les Calédoniens à se faire vacciner, tout en permettant le retour à une activité économique et à une vie normale, l’instauration d’un pass sanitaire local est logique. Mais bien évidemment ce retour à la normale serait prioritairement réservé aux vaccinés.

    Dans une telle hypothèse, pourraient également avoir accès au travail et aux lieux fréquentés par le public, notamment les personnes disposant d’un test PCR de moins de 72 heures. Mais ce test pourrait devenir payant.

    Les équipements pour obtenir un QRCode papier ou intégrable à une application numérique sont déjà en place. L’application « TousAntiCovid » est téléchargeable. Il ne reste qu’à déterminer une décision : quand ?

VACCIN : L’OBLIGATION QUI N’EST PAS OBLIGATOIRE !

Le Congrès de la Nouvelle Calédonie avait voté, avec beaucoup de solennité, l’obligation vaccinale sur le territoire. Sauf qu’il semble que tous ont déjà oublié … que la vaccination est obligatoire !

C’est, comme beaucoup de sujets, une affaire traitée à la calédonienne, comme les grandes causes, genre lutte contre l’alcoolisme, ou lutte contre la délinquance. Ou encore les violences faites aux femmes. Ou encore, prévention routière : zéro mort en 2025, ou en 2030, on ne sait plus. Ou encore, dans le même chapitre, des plaques d’immatriculation en noir et blanc d’urgence, pour des radars qui ne sont toujours par arrivés.

Cette fois, c’est « l’obligation vaccinale ». Aux points de presse quotidiens sur le Covid, on presse les Calédoniens de se faire vacciner. Sans rappeler une seule fois … que cette vaccination est obligatoire !

Dans un reportage télé, hier soir, un responsable d’hébergement déclarait encourager ses pensionnaires à se faire vacciner, mais pas trop, … parce qu’il faut respecter les opinions.

Mais avant de respecter les opinions, ne faut-il pas d’abord respecter la loi ?