Archives de catégorie : sport

CASSIUS CLAY-MOHAMED ALI EST DECEDE

Cassius Clay 2

Une légende du sport est morte. Le triple champion du monde de boxe Cassius Clay, converti et devenu Mohamed Ali, s’est éteint dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 74 ans. «Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l’âge de 74 ans», a annoncé son porte-parole Bob Gunnell.

Ce boxeur, d’une élégance incomparable, avait été plusieurs fois champion du monde poids lourd. Beaucoup estiment qu’il a été « le plus grand boxeur de tous les temps », ce que le boxeur avait lui même affirmé. Refusant son service militaire pendant la guerre du Vietnam, il s’était engagé politiquement.

En 96, il avait allumé, d’une main tremblante, la flamme olympique aux Jeux d’Atlanta.

Aux Etats Unis, la nouvelle a été suivie d’une pluie d’hommages. Toutes les télévisions passent en boucle la carrière de ce grand champion hors pair.

Ses obsèques auront lieu dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky.

ROLAND GARROS ET LA FEDERATION FRANÇAISE DE TENNIS RENDENT HOMMAGE À WANARO

Capture d’écran 2016-06-02 à 18.24.57

Non, les Français amoureux du tennis n’ont pas oublié. De manière tout à a fait exceptionnelle, un hommage émouvant a été rendu à l’ancien numéro 5 français sur le Court Central Robert Chatrier, en plein tournoi.

Sur un écran géant en haut des tribunes, plusieurs photos de l’ancien champion apparaissent tandis que le speaker égrène le palmarès impressionnant du Calédonien. Un film montre l’étendue de son élégante palette de jeu.

Les tribunes font silence. Respectueuses.

Patrick Proisy, ancien équipier de Wanaro en Coupe Davis, lui même héros de l’Open d’Australie en 1973, alors que le jeune N’Godrella atteignait les quarts de finale, confie son émotion et quelques souvenirs. Parmi eux, le jour où « Bill » lui a présenté sa fiancée, Hinano. Une occasion, pour Patrick Proisy, de dire sa tristesse à celle que Wanaro ne quittera plus.

Il rappelle aussi ce souvenir extraordinaire d’une tournée en Afrique du Sud avec Wanaro … en plein régime d’apartheid !

Et ce rappel souligne une autre performance du jeune kanak : il fut l’un des tous premiers joueurs noirs de ce niveau sur la planète tennis. De l’époque.

 

ADIEU WANARO

Sur les traces de "Bill" Wanaro NGodrella
« Bill » Wanaro NGodrella

Tu étais tellement doué que personne ne doutait de ta réussite, un jour, après que Della ait accepté que John Hillbrand –que nous appelions irrespectueusement « balai brosse »- et son épouse te prennent sous leur aile en Australie.

Revenu ici pour ton service militaire, tu as poursuivi ton chemin au Bataillon de Joinville puis sur les courts de métropole. Avec quel panache ! Continuer la lecture de ADIEU WANARO

FIDJI RESTERA CHAMPIONNE DU MONDE DE RUGBY À 7

Fidji asutralie

Après avoir étrillé l’Australie 26-0 au tournoi de Londres, et malgré sa défaite face à l’Angleterre, l’équipe de rugby à 7 de Fidji est assurée de conserver son titre de championne du monde.

Les Fidjiens affrontent la France dimanche en quarts et ne peuvent plus être rattrapés au classement général du circuit qu’ils remportent pour la deuxième année consécutive.

Pour accéder aux quarts de finale qui leur garantissent le maintien du titre, ils ont également battu le pays de Galles 42 à 5 !

Ce sont les Jeux de Rio qui sont à présent dans leur collimateur.

FOOT : VICTOIRE DE LA FRANCE SUR LES PAYS BAS

griezmannAvant dernier match amical pour l’équipe de France qui affrontait ce matin pour  nous l’équipe des « oranges » de la Hollande.

Finalement, la France s’est imposée 3-2 après avoir marqué 2 buts dans le premier quart d’heure par Giezmann sur coup frand, puis par Giroud.

Les « oranges » ont remonté en deuxième mi-temps et Matuidi a finalement délivré les Bleus.

ETONNANTE AUSTRALIE / TOBY PRICE REMPORTE LE DAKAR MOTO

Cocorico : le français Peterhansel et Peugeot remportent le Dakar 2016. Mais dans la catégorie moto, -que Stéphane Peterhansel a lui même gagné 6 fois !-, l’Australie se distingue grâce à la victoire de Toby Price sur KTM.

th-1Le jeune australien de 28 ans, qui vit en Nouvelles Galles du Sud, participait pour la seconde fois à l’épreuve. Ce prodige en enfourché sa moto à l’âge de 2 ans, et à commencé la compétition … à 4 ans. Il est vrai que papa était lui même champion d’Australie de buggy.

En 2004, à l’âge de 16 ans, Price devient pro et signe chez Kawasaki. Après quelques accidents, il engrange les victoires en Australie, et commence à briller dans les épreuves internationales.

En 2012, il est sélectionné dans l’équipe nationale pour les 6 jours Enduro d’Allemagne et conduit le team australien à la seconde place mondiale. En 2015, il court pour la première fois le Dakar, et termine 3ème.

toby-price-2

Il connaît la consécration cette année, en 2016.

Il n’est pas le premier australien au sommet mondial en moto, ni d’ailleurs dans bien d’autres disciplines, de la Formule 1 à l’athlétisme, au rugby ou le golf. Etonnante Australie, seulement peuplée de 25 millions d’habitants, pays décomplexé qui sait travailler le samedi et le dimanche, qui a simplifié son droit du travail et qui se place, en matière d’éducation comme en économie, parmi les plus performants au monde.

TENNIS OPEN DE NOUMÉA : Finale de niveau mondial sur courts obsolètes

Le public ne s’y est pas trompé. Et comme l’a souligné Gérard Winter, directeur du tournoi, « ce fut probablement la plus belle finale du Challenger de Nouméa », une finale remportée par Mannarino. Mais pour que la belle histoire se poursuive, la remise à niveau des équipements est urgente.

Deux anciens vainqueurs du tournoi désormais réputé de Nouméa s’affrontaient en finale, et pas n’importe qui : Adrian Mannarino, finaliste l’an dernier du tournoi d’Auckland doté de 250.000 dollars, Alejandro Falla qui a déjà battu Federer !

Capture d’écran 2016-01-10 à 19.32.04

Ces deux joueurs sont des habitués des rencontres au plus haut niveau mondial. Alejandro Falla a ainsi croisé le chemin de Federer plusieurs … centaines de fois depuis 1996 ! Quant à Mannarino, il a aussi rencontré les plus grands, jusqu’à Djokovic.

Balla et Federer
Falla et Federer

Samedi soir, les balles étaient cosmiques sur les courts du Ouen Toro. Malheureusement, Falla a connu quelques ennuis physiques qui semblent l’avoir gêné, après qu’il eut gagné de haute lutte le premier set. A partir du second, en tout cas, tout a basculé en faveur du français qui a littéralement plié le match au troisième set.

Mannarino et Balla finalistes. Mannarino vainqueur
Mannarino et Falla finalistes. Mannarino vainqueur

Ce sont deux finalistes sympathiques, qui déclarent adorer le Challenger Nouméa, qui vont ainsi poursuivre leur route vers le premier tournoi du Grand Chelem la semaine prochaine à Melbourne. Comme de nombreux participants au tournoi du Ouen Toro.

Autre image sympathique : les bénévoles, les fidèles sponsors, et surtout les jeunes du tennis calédonien qui, l’espace d’une semaine, ont cotoyé ces grands joueurs en ramassant les balles ou en surveillant les lignes.

Image sympathique : les bénévoles et les jeunes
Image sympathique : les bénévoles et les jeunes

Ces jeunes, peut être futurs champions, étaient aussi sous le regard de très anciens, toujours accros du beau tennis, comme Jacky Bégaud, Gérald Carnicelli, Roger Kaddour et même Gérard Berge.

Les anciennes lignes à côté des nouvelles ! Un casse tête pour les arbitres ATP
Les anciennes lignes à côté des nouvelles ! Un casse tête pour les arbitres ATP

Seule ombre au tableau : l’état des courts qui doivent impérativement être remis à neuf. Sur le terrain de la finale, il subsistait même … une ancienne ligne de service aux côtés de la ligne officielle. Le Challenger était aussi un véritable challenge … pour les arbitres.

TENNIS AU PARADIS-MAIS NOUMEA RISQUE DE PERDRE SON TOURNOI ATP

Le tournoi ATP Challenger qui se déroule chaque année sur les courts du Ouen Toro est l’un des plus côtés des Challenger français. Mais l’ATP risque de lui retirer son accréditation. Explications.

Tennis au Paradis : le Challenger ATP de Nouméa
Tennis au Paradis : le Challenger ATP de Nouméa

DES JOUEURS CÉLÈBRES À NOUMÉA

Marc Ledru a consacré une partie de sa vie au tennis. Joueur de talent, puis Président du Club doyen du Mont Coffyn, il s’est mis un jour en tête d’apporter à la Nouvelle-Calédonie le plus beau tournoi international de tennis à sa portée : un Challenger.

Méthodiquement, il a bâti son projet, mobilisant sponsors publics et privés. La ville a accepté de mettre les courts du Ouen Toro au niveau requis, la Nouvelle-Calédonie et la Direction de la Jeunesse et des Sports ont apporté des financements aux côtés des entreprises et des autres collectivités. Géniale inspiration : Marc Ledru a proposé de positionner le tournoi un peu avant l’Open d’Australie qui ouvre la saison des grand chelems. En quelque sorte, une préparation à l’Open d’Australie, avec en prime de précieux points pour les joueurs qui en manquaient en vue d’une qualification à ce tournoi majeur.

La recette a fonctionné au delà des espérances du monde tennistique calédonien : les meilleurs espoirs français  sont passés par les courts du Ouen Toro, mais également des étrangers, américains, européens. On a retrouvé ensuite leur nom aussi bien à Melbourne qu’à Roland Garros.

Cette année encore, et ainsi que toute la presse s’en est fait l’écho, des joueurs célèbres sont à Nouméa. Une des meilleurs paires au monde, des individuels parmi les 150 meilleurs mondiaux. De quoi « affuter » nos locaux dans les qualifs. Ou de donner l’occasion à nos espoirs de haut niveau comme Maxime Chazal de faire leur première expérience du tournoi de Nouméa.

UN FORMIDABLE APPEL POUR LES JEUNES CALÉDONIENS

L’Open de Nouvelle-Calédonie est aussi un formidable appel pour les jeunes calédoniens, joueurs en herbe ou en progression, de toutes ethnies et dans toutes les Provinces. D’ailleurs, l’un des courts du Central ne s’appelle-t-il pas « Wanaro N’Godrella » pour honorer le seul calédonien a avoir fait partie de l’équipe de France de Coupe Davis.

Aujourd’hui, Marc Ledru est spectateur. Des jeunes dirigeants ont pris la relève, et Gérard Winter est aux commandes. Le monde du tennis est en joie, le public est ravi. Pourtant, ce tournoi d’exception risque de s’arrêter.

QUALITÉ DE SURFACES DE JEU INSUFFISANTE : RETRAIT DU LABEL ATP

Sur les traces de "Bill" Wanaro NGodrella
Sur les traces de « Bill » Wanaro NGodrella

En cause, l’état des courts. Plus au niveau. L’ATP commence à s’en émouvoir, après avoir été indulgente pour un tournoi que tous apprécient, et désormais connu dans le monde entier tennistique. L’épée de Damoclès : le retrait du label ATP pour qualité des surfaces de jeu insuffisante.

Car la règle est la règle. Depuis des mois, les appels à un effort somme toute modeste au regard de ce que le tournoi « rapporte » et apporte à la Calédonie n’ont toujours pas rencontré d’écho.

Un enjeu : les jeunes, celles et ceux qui rêvent, un jour, de marcher sur les traces de « Bill » Wanaro N’Godrella.

NATATION CALÉDONIENNE : MOISSON D’OR À ANGERS-LARA GRANGEON LA PÉPITE

Depuis la création des Jeux du Pacifique, la natation calédonienne a généré des championnes et des champions, et surtout des championnes. Depuis la « sirène », Marie Josée Kersaudy, en passant par Simone Hanner. A l’échelle de la Calédonie, c’est tout simplement géant. La relève a toujours été assurée, grâce notamment au CNC, et à présent avec le Pôle Espoir de Koutio, fruit de la foi et de l’incroyable énergie de la Fédération Calédonienne. Coup de projecteur sur Angers, le week end dernier.

images-4Trois nageurs calédoniens étaient engagés du 19 au 22 novembre aux championnats de France de natation en bassin de 25m. La chef de file était évidemment Lara Grangeon du CNC et Pôle France de Font Romeu, mais avec elle nageaient aussi Adeline Williams (Pôle France Toulouse) et Emmanuel Limozin (Asptt Marseille). Objectif : les titres nationaux, pas moins.

LES CALÉDONIENS FRAPPENT FORT

Dès le premier jour, les « cagous » frappent fort. Lara Grangeon accroche le titre national en 200m papillon dame, avec un record des championnats à la clé … et récidive 30 minutes plus tard avec une médaille d’or au 200m 4 nages dames ! Le lendemain, elle complète sa moisson d’or avec la première place en 200m brasse dame. Au troisième jour, elle récolte deux médailles de bronze, au 100m papillon et au 400m nage libre. Au passage, elle bat, au cours de ces rencontres, pas moins de 6 records de Nouvelle-Calédonie !

Dans la foulée, ou dans la brasse, Adeline Williams fait à son tour parler la poudre et accroche l’argent au 50m brasse dames, record personnel battu. Quant au jeune Limouzin, il améliore son record personnel au 50m nage libre.

UN BEL EXEMPLE DE JEUNESSE CALÉDONIENNE

Voilà en tout cas un bel exemple de la jeunesse calédonienne qui en veut et qui gagne. Loin des faits divers alimentés par « les jeunes délinquants ». Car pour réussir à ce niveau sportif, agrémenté de la poursuite des études pour chacun d’entre eux, il faut un travail fou de tous les jours, de toute l’année, et donc une volonté de fer. Et accessoirement, des parents qui soutiennent leurs enfants, parfois au prix de sacrifices personnels.

Le haut niveau doit être d’ailleurs davantage soutenu. Le gouvernement, il y a 4 ans, et Pierre Forest, le Directeur de la Jeunesse et des Sports, ont initié une réflexion sur la haute performance en Calédonie. Les meilleurs entraîneurs de France, d’Australie et de Nouvelle-Zélande s’y sont associés. En natation, en hand ball ou en foot.

Car les sportifs d’exception font rêver. Non seulement ils sont un exemple, mais ils entraînent avec eux tous ces gamins qui veulent un jour être une Lara Grangeon, un Christian Karembeu, un Minh Dack ou un Wanaro N’Godrella.

Papouasie : un pays riche qui a consacré 30 milliards FCFP aux Jeux

A entendre de nombreux commentaires paternalistes sur la « pauvre Papouasie » par rapport à la « riche Calédonie », il faut se rendre à l’évidence : beaucoup ignorent ce qui se passe dans le Pacifique. Et en particulier, que la Papouasie est devenue infiniment plus riche que la Calédonie !

Depuis, le début des années 2010, en effet, la découverte de gigantesques gisements de gaz ont modifié le paysage économique de cette grande ile.

2000 milliards FCFP
pour un seul projet !

search-2C’est ainsi que le plus grand programme de développement jamais mené dans le Pacifique a été lancé par le géant américain Exxon. Exxon, par sa capitalisation boursière, est la deuxième plus grosse entreprise mondiale derrière Apple.

La compagnie a investi, au travers de la société PNG LNG (pour Papua New Guinea Liquefied Natural Gas) la somme colossale de 19 milliards de dollars, soit pratiquement 2.000 milliards FCFP !

Total a investi
en Papouasie

Pour faire bonne figure, la compagnie française Total est un important partenaire pour la valorisation de deux des plus importantes découvertes de gaz de ces dernières années en Asie-Pacifique. Ces investissement se montent à plusieurs centaines de milliards FCFP supplémentaires.

Des compagnies chinoises sont évidemment sur les rangs, pour profiter de ce nouvel eldorado pétrolier.

search-3D’autres compagnies françaises y trouvent leur compte. En particulier Vinci, dans la filiale Entrepose, bien connue en Calédonie, a achevé un contrat de 1,3 milliard de dollars australiens soit 105 milliards FCFP sur quatre ans pour le projet de gaz liquéfié « PNG-LNG » d’ExxonMobil en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il a posé 450 kilomètres de pipeline à travers la jungle.

Le gaz et le pétrole ont un cours à la baisse, mais certainement moins volatile que celui du nickel. Ces ressources considérables n’ont cependant pas les mêmes retombées pour tous les Papous … La Nouvelle-Calédonie a la chance de faire partie de la République, et d’avoir à en mettre en permanence, les règles de démocratie et de transparence.

30 milliards pour les Jeux de Papouasie
6,5 milliards pour NC 2011

Toujours est-il que c’est au moins 30 milliards FCFP que la Papouasie a consacré aux Jeux. Bien loin devant les 6,5 milliards d’équipements sportifs de NC 2011, auxquels s’étaient ajoutés les frais d’organisation et de construction de la Cité Universitaire, ainsi que le dernier grand bâtiment de cours de l’UNC.

search-1Au total, ces Jeux de Papouasie sont une réussite. Et l’esprit des Jeux a été respecté, à la fois par l’organisation, et aussi par l’attitude remarquable du public papou qui laissera certainement un souvenir ému à nos cagous.