Archives de catégorie : sport

3M PGA : BARJON TERMINE À UNE HONORABLE 31E PLACE

Paul Barjon n’a pu améliorer son score au cours du quatrième jour de l’Open 3M qui se déroulait dans l’État du Minnesota. Il a cependant pu maintenir une carte en négatif, mais à -4, ce qui lui vaut de passer de la 24e place samedi, à la 31e au leaderboard final.

La performance est toutefois très encourageante pour le Calédonien. Le 3M a été remporté par Tony Finau à -17. Pour rappel, 72 joueurs avaient passé le cut.

PAUL BARJON À -3 AU TOURNOI PGA 3M DANS LE MINNESOTA

Le 3M, créé en 1993, est un tournoi de golf professionnel au Minnesota sur le PGA Tour, joué chaque année aux TPC Twin Cities à Blaine, une banlieue au nord de Minneapolis. Basé à Saint Paul, 3M est le principal sponsor de la compétition.

Après un premier tour à +1, Paul Barjon améliore son score au second jour. Il affiche une carte de -3, ce qui le place actuellement dans le Top 20. Scott Piercy mène à -12. Il est suivi par l’Argentin Emiliano Grillo (-10) et Callum Tarren (-8). Tony Finau est à -7.

GOLF : L’AUSTRALIE AUX ANGES APRÈS LA VICTOIRE DE CAMERON SMITH À THE OPEN

Il y avait plusieurs Australiens engagés dans la phase finale du British Open, « The Open », le plus ancien tournoi de golf au monde, et l’un des plus prestigieux. Il y avait également beaucoup d’Américains, et un Irlandais, un certain Rory McIlroy. La France était également présente avec Victor Pérez. C’est finalement Cameron Smith, déjà vainqueur des Players, et au total de 6 tournois du PGA, qui a soulevé la « Claret Jug ».

Cameron Smith, l’Australien, avait mené deux tours. Le troisième jour, il avait été dépassé par McIlroy, co-leader avec le 4e mondial, le Danois Hovland. Dimanche, il est revenu comme un boulet, alignant 6 birdies au cours des 9 derniers trous !

Cameron Smith est le cinquième Australien à remporter l’Open, après Peter Thompson, Kel Nagle, Greg Norman et Ian Baker-Finch. Il est originaire du Queensland et a la réputation d’être « humble et modeste ».

Il figure désormais au pinacle du golf mondial après cette magnifique victoire qui souligne que l’Australie est un nation majeure dans la planète golf.

GOLF : LE CAMOUFLET DE LA PGA À GREG NORMAN

L’ancien n°1 mondial, membre du World Golf Hall of Fame, deux fois victorieux de la Claret Jug en 1986 (à Turnberry) et en 1993 (au Royal St George’s) paye sa très large contribution à l’émergence d’une Ligue dissidente, le LIV Golf, dont il est le Directeur général. L’Australien, soutenu à coups de millions de dollars par le Fonds d’Investissement Public (PIF) d’Arabie saoudite, a lancé au début du mois de juin les LIV Golf Invitational Series au sein desquelles évoluent plusieurs stars du PGA Tour et du DP World Tour. Le 11 juillet dernier, alors que traditionnellement, les anciens vainqueurs de l’Open britannique se réunissent, l’ancien champion australien s’est vu signifier qu’il était persona non grata à ce rassemblement hautement traditionnel qui a célébré les 150 de l’Open.

Il y a quelques semaines de cela, celui que l’on surnomme le « Requin Blanc » avait déjà essuyé un refus de la part du  pour disputer ce 150e Open britannique dans le Saint des Saints. A 67 ans, il n’est en effet plus éligible, l’âge limite pour défier les links britanniques étant de 60 ans pour un ancien vainqueur…

Le White Shark a estimé que cette décision « était petite ». Pourtant, au sein du monde du golf, et de celui très fermé dans grands champions, c’est bien une humiliation qu’il a subie. Tiger Woods et Rory McIlroy ont soutenu la décision de la R&A.

L’Open de cette semaine met en vedette six champions majeurs qui ont choisi le circuitLIV – Phil Mickelson, Brooks Koepka, Dustin Johnson, Bryson DeChambeau, Patrick Reed et Louis Oosthuizen, qui ont remporté l’Open à St Andrews en 2010.

« Je ne vais pas en vouloir à qui que ce soit s’ils gagnent la cruche Claret et qu’ils jouent sur une tournée différente de la mienne. C’est toujours une merveilleuse réussite, et ils pratiquent toujours le même sport. Mais je veux égoïstement que cette personne soit moi, et je vais faire de mon mieux pour que cela se produise » a déclaré MacIlroy.

LA FRANCE RENCONTRERA L’AUSTRALIE EN DÉBUT DU MONDIAL FOOT

L’équipe d’Australie a battu le Pérou aux tirs aux buts et s’est donc qualifiée pour les phases qualificatives de la Coupe du Monde de foot au Qatar en fin d’année.

France-Australie sera même le premier match des Bleus dans cette compétition, le 23 novembre prochain, heure de Calédonie. Les Bleus doivent ensuite rencontrer le Danemark le 26 novembre et la Tunisie le 30 novembre.

Match facile pour les hommes de Didier Deschamps ? Sûrement pas. La sélection australienne ne manque pas de talent et elle est animée par un « fight spirit » très anglo-saxon. Il y a quatre ans, les Bleus avaient battu l’Australie grâce au premier penalty accordé par l’arbitrage vidéo dans l’histoire de la Coupe du monde, pour une faute sur Antoine Griezmann. Celui-ci l’avait transformé lui-même (58e). Mike Jelinak (62e) avait égalisé sur penalty aussi, mais Paul Pogba avait redonné l’avantage à la France d’une frappe sous la barre (81e). La seule défaite concédée par la France face à la sélection australienne (0/1) avait été enregistrée en 2001, en Corée du Sud, lors de la Coupe des Confédérations.

PAUL BARJON DANS LE TOP 50 DU CANADIAN OPEN

Rory MacIIroy a finalement défendu victorieusement son titre au Canadian Open auquel participaient l’élite du golf mondial.

Selon Golf Planète, « derrière ces mastodontes du jeu parfaitement affûtés à quelques jours de l’US Open, Paul Barjon n’a pas démérité avec un week-end dans le par (70-70). On retiendra surtout son 67 de vendredi pour passer le cut ». Le Calédonien avait quelque peu galéré depuis son Top 10 dans l’American Express en février dernier, et renoue enfin avec un Top 50 qui le replace en compagnie des meilleurs.

Classé à la 46e place au Canadian Open, on trouve ainsi derrière lui Cameron Smith, ce qui n’est pas rien.

BARJON PASSE LE CUT AU CANADIAN OPEN

Bonne nouvelle pour le golfeur calédonien, en quête d’un meilleur classement pour continuer son magnifique parcours en Amérique du nord. Paul Barjon vient en effet de passer le cut du Canadian Open et participera aux phases finales de la compétition. Pour mémoire, cette compétition (l’Omnium canadien) est un tournoi du PGA Tour, le plus ancien de la planète golf derrière l’Open britannique et l’US Open.

Le tenant du titre est Rory Macllroy qui a été devancé au deuxième tour par Wyndham Clark. Paul Barjon a passé facilement le cut grâce à un superbe -3.

Golf Planet écrit à son sujet : « Paul Barjon a bien failli frapper un grand coup vendredi ! Parti comme une fusée du trou numéro 9 (une des particularités de cet Open du Canada), le Néo-Calédonien affichait un score du jour de -6 après sept trous, pour pointer soudain dans le top 10 ! Malheureusement, ses mises en jeu imprécises au 2 et au 7 (bogeys) et au 4 (double-bogey) le rejettent au-delà du top 30. Avec un score total sous le par (-1), aux côtés notamment du danseur Justin Rose, il va rejouer un week-end pour tenter de rentrer enfin dans un top 50 qui le fuit depuis sa 10e place à The American Express fin mars. »

Les meilleurs mondiaux sont de la partie. Le numéro un mondial Scottie Scheffler et son dauphin à la FedEx Cup Sam Burns sont dans le top 10. Avec un deuxième 69 de suite, Justin Thomas se rapproche du top 20 (21e, -2). En perdition jeudi, l’Australien Cameron Smith a signé la plus belle carte vendredi (65) grâce notamment à un eagle sur le par 4 du 5, pour passer tout juste le cut.

GOLF : PAUL BARJON ÉCHOUE À L’US OPEN

Après deux participations à l’US Open en 2020 et 2021, Paul Barjon ne sera malheureusement pas au départ de l’édition 2022.

Au terme d’un marathon de 36 trous à boucler en une journée, Paul Barjon, auteur de cartes de 71 et 66, a échoué à 5 coups de la troisième et dernière place qualificative décrochée par le Japonais Satoshi Kodaira sur le parcours de RattleSnake Point G.C. dans l’Ontario, au Canada.

Rickie Fowler qui fut n°4 mondial en 2016, n’a pas, lui aussi, passé le cut.

GOLF : LE CALÉDONIEN BARJON AUX PORTES DE L’EXPLOIT

C’est, pour l’instant, un véritable exploit que signe le golfeur Calédonien Paul Barjon sur le circuit américain. Jugez plutôt. Dans le prestigieux et richement doté American Express 2022, il pointe … à la première place, ex-æquo avec Lee Hodges, avec un score de -18 à la fin du troisième tour.

Certes, il reste encore le quatrième tour, au cours duquel beaucoup de changements sont possibles, et où les nerfs peuvent craquer.

Mais déjà, figurer en tête d’une telle compétition à l’issue du troisième round a placé Paul Barjon sous les feux des projecteurs, parmi les plus grands. C’est qu’en effet, loin derrière lui figurent des grands champions comme Jason Day, ancien numéro un mondial, Rickie Fowler, ou encore Phil Mickelson. Sans compter les joueurs chevronnés, souvent titrés, bien connus sur le circuit américain, le plus difficile et le plus relevé au monde.

Les « prize money » sont évidemment à la hauteur de l’événement : une dotation globale de 800 millions FCFP (…), un premier prix de 140 millions, 85 millions au deuxième, et 55 millions au troisième !

Ce n’est pas tout. Outre ces prix en argent, le vainqueur recevra 500 points FedEx ainsi que 50 points au classement mondial. Il pourra bénéficier de deux saisons ou plus d’exemption sur le PGA Tour, une place au Masters et au PGA Championship de cette année ainsi qu’au Sentry Tournament of Champions de l’an prochain !

Tous les golfeurs calédoniens croisent les doigts et souhaitent bonne chance à Paul Barjon.