Archives pour la catégorie sport

ROGER KADDOUR : LES SPORTIFS LUI DOIVENT TANT !

Roger Kaddour aux côtés de Numa Daly

Avec sa modestie permanente, Roger Kaddour s’en défendrait ; pourtant, le sport calédonien et ses sportifs lui doivent tant ! Fondateur avec d’autres des Jeux du Pacifique Sud, après Numa Daly et Pierre Issamatro, Roger Kaddour a déplacé des montagnes pour obtenir l’organisation des Jeux de 1966. Il a du en bouger d’autres pour faire construire des infrastructures qu’on lui doit aujourd’hui. Depuis, sans discontinuer, son action, sa présence sont associées aux Jeux renommés « du Pacifique » en 2005. Pionnier visionnaire.

66 000 HABITANTS
La Nouvelle-Calédonie d’alors est quelque peu différente de celle d’aujourd’hui ! En 1961, elle compte 81 200 habitants, 5 969 voitures de tourisme appartenant à des particuliers, 700 véhicules dans les collectivités, et un manoeuvre, dans la métallurgie, gagne 14 000 FCFP par mois. Le Conseil de gouvernement est dirigé par Michel Kauma.

En brousse, on produit, en ce temps, plus de 1 000 tonnes d’un excellent café !

Le budget du territoire, modeste, est essentiellement alimenté par des taxes indirectes et des recettes douanières. Une part importante des financements provient directement de l’Etat.

IL PARVIENT À CONVAINCRE L’ETAT
Accompagné de Numa Daly et de Marcel Anglès, Roger Kaddour et ses compagnons emportent la décision du comité organisateur des Jeux : après Fidji en 1961, ce sera Nouméa en 1966.

Homme d’affaires entreprenant, Roger Kaddour prend le taureau par les cornes. Il convainc l’Etat et les autorités calédoniennes de doter Nouméa d’infrastructures sportives dignes de ce nom : un stade de foot et d’athlétisme, un vélodrome, une salle omnisports et une piscine olympique. Démesuré, pour l’époque et pour certains !

A Paris, aidé de Jacques Vendroux et de Maurice Herzog, le célèbre alpiniste vainqueur de l’Annapurna et Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, il emportera la décision avec une confirmation de Georges Pompidou, devenu Premier ministre.

LES « CORBEAUX » CRITIQUENT SON AMBITION POUR LA NOUVELLE-CALÉDONIE !
Immédiatement, localement, de nombreux « corbeaux » le critiquent. On l’accuse de folie des grandeurs, de gaspilleurs de fonds publics. On le surnomme « Monsieur 250 millions », montant des investissements qu’il fera conduire. Ce sera d’ailleurs la même critique des « corbeaux » 35 ans plus tard, pour les Jeux de 2011 avec la résidence des athlètes destinée ensuite aux étudiants, ou encore la piscine olympique de Dumbéa !

UN VISIONNAIRE
Mais des critiques, Roger Kaddour n’en a cure. Seul lui importe l’intérêt du sport, et le défi, pour la Calédonie, d’organiser les Jeux en 1966.

Grâce à l’Etat, les équipements sont réalisés. Fort heureusement. Et 43 ans après, ils servent encore le sport et ses athlètes. Et avec le recul, les 250 millions, somme importante à l’époque, paraissent dérisoires.

Le stade en construction. On remarque la faible urbanisation autour !

Roger Kaddour, lui, savait qu’un tel investissement s’amortit sur plusieurs générations.

La jeune équipe de tennis aux Jeux

UN PATRIARCHE
Dans le monde des Jeux, Roger Kaddour est infiniment respecté, et sa parole pèse. A travers lui, ce sont la Nouvelle-Calédonie et la France qui rayonnent. Pour les sportifs, il fait figure de patriarche.

A Samoa, le Conseil des Jeux lui a rendu hommage en le nommant « membre à vie » du Conseil des Jeux.

Il faut souligner que le CTOS n’avait pas attendu : depuis plusieurs années, le monde sportif calédonien l’a honoré en donnant à sa « Maison » le nom de Roger Kaddour. Monsieur Kaddour.

LARA GRANGEON : UNE CALÉDONIENNE AUX JO DE TOKYO

Le 10km en eau libre au Mondial de natation

Aux championnats du monde de natation, en Corée du Sud, dans le 10km en eau libre, Lara Grangeon rate la troisième marche du podium pour … un dixième de seconde !

La nageuse calédonienne a néanmoins réalisé une belle performance, et a devancé la championne du monde en titre, la Française Aurélie Muller (11e).

« À 300 m de l’arrivée, je sens qu’on est encore plus de dix », a déclaré Lara à l’Equipe. « Je me suis dit que je n’avais pas fait tout ça pour rien, je me suis bien battue et je réalise une belle touche ». Elle a pu compter, dans ce finish, sur ses qualités de sprinteuse développées en bassin.

Mais si le podium lui a échappé, Lara Grangeon enregistre l’immense satisfaction d’obtenir son ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Bonne chance Lara.

VAA’A AUX JEUX : L’AUTHENTIQUE EXPLOIT DES RAMEURS CALÉDONIENS

Richard Drouet comme toute la communauté du Vaa’a calédonien ont de quoi être fiers : les Cagous ont réalisé un authentique exploit en remportant la médaille d’or en catégorie V12 aux Jeux du Pacifique. Devant les Tahitiens.

Dans cette discipline, les rameurs polynésiens ont toujours été les rois incontestés. Mais c’était compter sans des Cagous, avec une ossature « cousine germaine » des Tahitiens, le dynamisme de la ligue, et l’entrainement acharné des passionnés de ce sport.

C’est probablement une des plus grosses surprises de ces Jeux. Mais il semble néanmoins que les Polynésiens n’aient pas été au mieux de leur forme, puisqu’ils ont été également battus par Wallis et Fidji.

Mais qu’importe. Les rameurs calédoniens sont désormais entrés dans le club des grands de la rame traditionnelle dans le Pacifique.

FOOT CHAMPIONNAT D’OCÉANIE : LE TRIOMPHE DES CALÉDONIENS

Cela ne s’était jamais produit : deux équipes calédoniennes vont s’affronter en finale de la Ligue des Champions d’Océanie (comprenant la Nouvelle-Zélande, mais pas l’Australie).

Hier après midi, Hienghène Sport a battu le tenant du titre, Team Wellington 2-0, tandis que l’AS Magenta est venue à bout de Auckland City (2-1).

Les deux équipes calédoniennes s’affronteront en finale le 11 mai à Nouméa. Et une équipe calédoniennes participera à la Coupe du Monde des clubs en fin d’année.

Une performance exceptionnelle du foot-ball local.

FOOT : DIJON ET KOMBAOURÉ SIGNENT UN EXPLOIT EN BATTANT LYON

(Infos Dijon-Alix Berthier) – « Voilà un début de match qui donnait un coup de fouet à l’apathie dijonnaise ce samedi en fin d’après-midi au Groupama Stadium.

« Si l’équipe d’Antoine Kombouaré était menée au score dès la première minute de jeu, elle réagissait cette fois-ci rapidement et efficacement, avec d’abord l’égalisation de Wesley Saïd (3ème minute de jeu) puis une tentative payante quelques minutes plus tard de l’attaquant dijonnais, que la déviation du lyonnais Marcelo aidait à terminer au fond des filets d’Anthony Lopes.

« Il ne s’était pas encore joué dix minutes dans ce match et le score était de deux buts à un pour le DFCO. Le plus dur allait évidemment être de garder l’avantage, sachant que les assauts lyonnais se répétaient en direction de la cage d’Alex Rúnarsson.

« Peu après la demi-heure de jeu, certes contre le cours de jeu, Julio Tavares ne trouvait pas le cadre sur une belle occasion de «doucher» en quelque sorte les velléités lyonnaises… Mais c’est surtout l’Olympique Lyonnais qui manquait de réalisme, pendant que le DFCO avait enfin la chance de son côté, comme sur le troisième but dijonnais marqué par un autre défenseur lyonnais, Rafael, avec encore Wesley Saïd à la tentative pour centrer.

« Le rapport de forces très particulier pouvait amener le DFCO jusqu’à l’exploit, surtout que son gardien islandais, très sollicité par les adversaires, tenait bon. 3-1 pour le DFCO, oui, c’était le score final. Un exploit donc. Un miracle même.

« Dans un contexte tendu où l’entraîneur dijonnais a appelé à ne rien lâcher, à ce que l’équipe joue son va-tout dans cette dernière ligne droite, cette victoire, bien qu’elle soit très spéciale dans le déroulement du match, l’est aussi sur le papier. Alors que la donne était autre avant le coup d’envoi, même si l’OL sortait d’une semaine complexe, le résultat est surprenant… Il n’empêche que des motifs de satisfaction sont à en tirer, dans une course au maintien (plus justement aux barrages) où il faudra serrer les dents et retenir son souffle jusqu’au bout.

« Le DFCO prend les points et remonte à la 18ème place de la Ligue 1 Conforama en attendant les matchs de Caen et de Guingamp. »

ATHLÉTISME : ASHLEY BOLOGNA CHAMPIONNE DE FRANCE AU POIDS

La junior calédonienne Ashley Bologna (18 ans) a mis fin au règne de Jessica Cerival ce samedi aux Championnats de France à Miramas.

Ashley Bologna, de l’Etoile Filante du Mont Dore, en même temps qu’elle s’offrait le record de France juniors, a été sacrée championne de France du lancer du poids, ce samedi à Miramas. A dix-huit ans, la jeune femme a réussi une performance de 16,78m pour devancer Jessica Cerival qui avait monopolisé les sept derniers titres nationaux de la spécialité.

LE TOUR de CALÉDONIE AIR FRANCE : C’EST PARTI

C’est la plus ancienne épreuve mythique de Nouvelle-Calédonie. Portée par l’emblématique Gérard Salaun et une poignée de fidèles bénévoles, renforcée depuis l’an dernier par Thierry Fondère, double vainqueur de l’épreuve, le Tour Air France de Nouvelle-Calédonie débute ce samedi à Lifou. Sport.

SPORT ET COHÉSION SOCIALE
Le Tour cycliste de Calédonie est aussi la plus grande manifestation de cohésion sociale calédonienne. A preuve, pour la 6e fois, elle s’élancera de Lifou, grâce au soutien sans faille de la Province des Iles. Et pour la troisième année consécutive, deux équipes de compétiteurs kanak, au sein de l’équipe d’Ouvéa « Walenu Iaai », sera dans les pas, ou plutôt dans la roue, des 50 autres coureurs venus de plusieurs continents.

8e ACCUEIL DE LIFOU
Lifou accueille cette année deux étapes : un contre-la-montre, puis une course en ligne samedi, une grande étape vers le nord de l’île samedi.

Comme le rappelle la Brochure du Tour, l’étape des Iles n’est ni une promenade de santé, si sans conséquence pour la suite de l’épreuve. Florian Barket s’en souvient, lui qui, il y a deux ans, s’est fait piéger à Maré, perdu toute chance de figurer sur le podium.

LE VAINQUEUR DE L’AN PASSÉ PRÉSENT
Mardi prochain, les coureurs affronteront les épreuves de la Grande Terre. Pour les Tahitiens, les Japonais, plusieurs métropolitains, les Suisses, les Italiens, les Belges ou les coureurs de La Réunion, ce sera une découverte. Pour Leo Danes, vainqueur l’an dernier, l’enjeu sera de conserver sa couronne. Difficile, parce que comme chaque année, la participation est relevée.

C’est qu’en effet, le Tour Air France attire des cyclistes de haut niveau amateur. Plusieurs passeront professionnels, d’autres sont déjà devenus champions du monde dans leur spécialité. Et plane toujours sur « le Tour », l’ombre de Laurent Fignon et de Gilbert Duclos-Lasalle.

JUSQU’À QUAND ?
La première étape de la Grande Terre se fera devant la stèle érigée en mémoire du jeune Mathieu Riebel, disparu l’an passé dans un dramatique accident au Col de la Pirogue.

Cette tragédie qui a plongé une famille lointaine dans le deuil, a ébranlé toute l’équipe d’organisation. Ce n’est pas le moindre de ses mérites que de poursuivre pourtant son engagement, pour le sport, pour les jeunes, et pour la formidable cohésion sociale générée par l’épreuve. Jusqu’à quand?

FOOT : LA FRANCE CHAMPIONNE DU MONDE

Photo L’équipe

(Reproduction de l’article « Linternaute.com »)
RESULTAT FRANCE – CROATIE – A l’issue d’un match complètement fou et très crispant, l’équipe de France a finalement battu la Croatie en finale de cette Coupe du monde 2018, sur le score de 4-2. Découvrez le résumé du match et les buts en vidéo

Pour le compte de la finale de la Coupe du monde, la France et la Croatie avaient rendez-vous ce dimanche à Moscou. Le dernier match entre ces deux équipes dans cette compétition s’était déroulé en 1998, à l’occasion des demi-finales. La sélection française avait alors remporté la victoire sur le score de 2-1.

20 ans après son dernier sacre, la France a gagné son 2 titre de championne du monde à la suite de sa victoire obtenue face à la formation croate (4-2).

Mario Mandzukic (contre son camp), Antoine Griezmann (sur penalty), Paul Pogba et Kylian Mbappe ont inscrit les buts de l’équipe française, et Ivan Perisic et Mario Mandzukic ceux de la Croatie.

Un but sur penalty de Griezmann a permis à la France de prendre le contrôle du match à la 38e minute, suite à une faute d’Ivan Perisic (2-1). Mario Mandzukic avait ouvert la marque contre son camp pour la formation française à la 18e minute (1-0). La sélection croate avait comblé son retard à la 28e minute grâce à Perisic, servi par Vida (1-1).

Un but de Paul Pogba à la 59e minute a accru l’avance de la France (3-1). Kylian Mbappe, à la suite d’un service d’Hernandez, a ensuite marqué le 4e but de la formation française à la 65e minute (4-1). Le dernier but de l’affrontement a été marqué par la Croatie grâce à Mandzukic (4-2).

Deux joueurs ont reçu un carton jaune du côté des Bleus, Kante (27e) et Hernandez (41e), de même que Vrsaljko (92e) dans les rangs de la sélection croate.

Les Français sont parvenus à cadrer 6 tirs (sur 7 tentatives au total), et se sont donc révélés plus agressifs que les Damiers, qui en ont cadré 4 (sur 11). Avec 61 % de possession contre 39 %, les Croates ont davantage eu la maîtrise du ballon.

Feuille de match :

  • France – Croatie : 4-2 (2-1 à la mi-temps)
  • Affluence : 78 011 spectateurs
  • Arbitre : Nestor Pitana
  • Buts : Mario Mandzukic (18e, c.s.c.), Antoine Griezmann (38e, s.p.), Paul Pogba (59e) et Kylian Mbappe (65e) pour la France, Ivan Perisic (28e) et Mario Mandzukic (69e) pour la Croatie
  • Avertissements : Kante (27e) et Hernandez (41e) pour la France, Vrsaljko (92e) pour la Croatie
  • Aucun joueur expulsé
  • Composition de la France : Lloris (1), Pavard (2), Umtiti (5), Varane (4), Hernandez (21), Griezmann (7), Kante (13) [puis Nzonzi à la 55e ], Pogba (6), Mbappe (10), Giroud (9) [puis Fekir à la 81e ] et Matuidi (14) [puis Tolisso à la 73e ]
  • Entraîneur de la France : Didier Deschamps
  • Composition de la Croatie : Subasic (23), Vrsaljko (2), Lovren (6), Vida (21), Strinic (3) [puis Pjaca à la 82e ], Brozovic (11), Rakitic (7), Modric (10), Rebic (18) [puis Kramaric à la 71e ], Mandzukic (17) et Perisic (4)
  • Entraîneur de la Croatie : Zlatko Dalic

LA CROATIE TERRASSE L’ANGLETERRE DANS LES PROLONGATIONS

Par Ouest France.

La Croatie affrontera la France en finale de la Coupe du monde dimanche prochain. L’Angleterre a ouvert le score dès la 5e minute par Kieran Trippier, mais les Three Lions ont reculé pour finalement craquer. Ivan Perisic a égalisé et relance la Croatie. Le pays des Balkans dispute sa 3e prolongation de la compétition ! Mandzukic libère les Croates à la 109e minute du match et envoi la Croatie en finale d’un Mondial pour la première fois de son histoire.

La Croatie affrontera la France en finale du Mondial-2018, dimanche à Moscou, après avoir éliminé l’Angleterre après prolongation (2-1 a.p.), mercredi.

Les Croates disputeront leur première finale, après avoir échoué en 1998 en demi-finale contre la France. Ce sera la troisième finale pour les Bleus, qui fêtent cette année les 20 ans de leur seul titre mondial.

La France, qui a battu la Belgique mardi (1-0) et donc bénéficié d’un jour supplémentaire de repos, aura un avantage fraîcheur sur son adversaire en finale: les Croates ont disputé trois prolongations dans la phase à élimination directe de ce Mondial, soit l’équivalent d’un match en plus dans les jambes.

C’est Mario Mandzukic qui a inscrit le but de la victoire en prolongation (109e). Kieran Trippier avait ouvert le score pour les Anglais sur un superbe coup franc dès la 5e minute, avant qu’Ivan Perisic n’égalise à la 68e minute en prenant le meilleur sur Kyle Walker.

L’Angleterre n’ira donc pas en finale pour la deuxième fois de son histoire, après le sacre de 1966 chez elle.

Elle rencontrera la Belgique samedi à Saint-Pétersbourg pour terminer sur le podium.

En 1998, Didier Deschamps soulevait la Coupe du monde comme capitaine de la France sur le terrain. Cette année il est assis sur le banc, en tant que sélectionneur. La finale est programmée dimanche à Moscou au célèbre stade Loujniki (17h00 française).

Article extrait de Ouest France

KOMBOUARÉ : HÉROS KANAK DE GUINGAMP

Guingamp, Côtes d’Armor, Bretagne, 6 900 habitants recensés en 2015, soit approximativement, la population de Bourail. Un club de foot hors du commun, qui a failli battre le Paris Saint Germain lors du dernier match de Ligue 1. Et un entraîneur calédonien, Antoine Kombouaré, Kanak de Kunié. Itinéraire hors norme.

Tout est exceptionnel, d’abord dans ce club. C’est, à l’origine, un patronage laïque, créé en 1912 par le directeur de l’école supérieure de garçons, Pierre Deschamps. Le « patro », société d’éducation physique, est nommé « En avant ». C’est en 1913 que l’équipe de foot-ball est formée. Pour une épopée qui dure encore.

Division d’honneur, deuxième division, descente en national, puis en 1995, la Ligue 1. Une progression extraordinaire marquée notamment par la présidence d’un certain … Noel Le Graet, aujourd’hui patron du foot français. Et par des joueurs qui connaîtront de brillantes carrières. Qui se souvient que Didier Drogba fut pensionnaire de Guingamp en 2003 ?

Dans ce parcours hors norme, le club breton accroche deux Coupes de France à son palmarès. Pourrait-on imaginer l’équipe de foot de Bourail deux fois vainqueur de la Coupe de France ?

Aujourd’hui, Antoine Kombouaré est le coach de l’équipe. Lui aussi est un phénomène du foot. Parti des terrains du Mont Dore, le jeune Kunié a fait ses classes à Nantes à la grande époque de Suaudeau. C’est au Paris Saint Germain que Kombouaré deviendra un joueur célèbre, après son coup de tête victorieux contre le Real de Madrid en mars 1993.

Mais, fait encore plus exceptionnel, ce grand joueur va devenir un entraîneur réputé, parmi l’élite des entraîneurs français. On se souvient de sa prise en main du Paris Saint Germain après Valenciennes et Strasbourg, puis de son éviction. Ce sera ensuite Lens, et enfin l’En Avant Guingamp.

Pour ce passionné de golf, c’est un véritable challenge. D’abord de prendre la suite des entraîneurs qui se sont inscrits dans une si belle histoire avec Guingamp, ensuite de maintenir le club breton dans le haut du tableau de la Ligue 1, l’élite française du foot.

Après avoir étrillé Bordeaux, le petit club des Côtes d’Armor a failli épingler le géant Paris Saint Germain le dernier week end. Bien sûr, il y a quelques regrets sur un penalty que certains jugent généreux pour le PSG, mais malgré cela, c’est la première fois que le club aux milliards du Qatar est tenu en échec sur sa pelouse.

Par un équipe vaillante et talentueuse. Et par un entraîneur d’exception, véritable héros de Guingamp : Kunié, Kanak et Calédonien.