Archives pour la catégorie Solidarité

LES MOTARDS ONT DU COEUR : 140 MOTOS À TOMO POUR AIDER LES ÉVACUÉS SANITAIRES

140 motards avec pour beaucoup d’entre eux, partenaire en selle et accompagnateurs, avaient répondu hier à l’appel du club des motards chrétiens de Tontouta : un déplacement pour apporter une participation financière à l’association des malades évasanés de Boulouparis, l’Ameb.

Près de 250 personnes se pressaient sous les installations de la mairie mises à la dispositions des organisateurs pour d’abord écouter les remerciements du président des motards chrétiens, puis  ceux de la présidente de l’Ameb.

Les remerciements de la présidente de l’Ameb. Pascal Vittori représentait la commune

Les clubs présents affichaient de magnifiques bécanes. Des Harley, des Ducati, des BMW, des Honda, des Kawasaki ou encore une Indian.

Un déplacement pour la bonne cause. Les bikers de Calédonie, contrairement à leurs voisins australiens et néo-zélandais, ont bonne presse. Normal : à de nombreuses occasions dans l’année, ils montrent qu’ils ont du coeur. C’était dimanche le cas à Tomo.

SERVICE D’URGENCE POUR LE PROCHAIN GOUVERNEMENT

Pendant qu’une chamaillerie pour des postes empêche la mise en place du nouveau gouvernement, la Cafat vient de révéler ses résultats pour l’année 2018. De quoi être inquiet. Mais au delà des régimes en péril, comme le Ruamm, ou en difficulté croissante, comme le régime de retraite, c’est la santé qui risque d’être paralysée dans les semaines à venir.

MENACE DE RUPTURE DE PAIEMENTS
Le président du conseil d’administration de la Caisse de prévoyance l’a indiqué : en raison de graves difficultés de trésorerie, les dotations aux hôpitaux ont du être retardées. Mais bien pire, si une solution n’est pas trouvée d’urgence, c’est la cessation de paiement qui menace. Avec à la clé, les salaires -2200 employés au seul Médipole !-, mais également, la multitude de prestataires et de fournisseurs.

LA SANTÉ EN SITUATION D’URGENCE
Le secteur de la Santé est déjà dans une situation d’urgence. Le Médipôle doit fermer de plus en plus de services, faute de médecins ! En souffrance, aussi bien la radiologie que l’ophtalmo ou encore l’oncologie. Et pour la Cafat, c’est la double peine : elle doit verser la dotation prévue à l’établissement, et … augmenter de manière spectaculaire ses remboursements pour les interventions du secteur privé surchargé en raison des lacunes du Médipôle !

LA FUITE DES MÉDECINS
Outre le krach financier qui menace, il est urgentissime de procéder à une réforme du statut des médecins hospitaliers : plus aucun spécialiste ne veut officier dans les hôpitaux calédoniens en raison des conditions défavorables de rémunérations, de gardes et de retraites qui leur sont offertes.

MODE CATASTROPHE
Une pénurie croissante de médecins qui est un comble pour cet équipement d’un coût de 50 milliards, dont quelques exemplaires équivalents seulement, existent en métropole …

En outre, le Médipôle n’est pas la seule structure hospitalière de Nouvelle-Calédonie. Cette situation affecte également les autres établissements.

Le blocage du gouvernement n’est pas qu’un cynique jeu politicien. Il risque de placer la Cafat, la Santé et la Santé en « mode catastrophe ».

RETRAITES EN CALÉDONIE : HOLD UP SUR LA CRE-IRCAFEX ?

Les réflexions du gouvernement Germain sur l’éventualité d’une désinscription de la Calédonie du Régime complémentaire Agirc-Arrco (CRE-Ircafex), et du remplacement de ce régime par un nouveau régime local avaient, en leur temps, provoqué de vives réactions. Cette fois, c’est à l’échelle nationale que se développe une inquiétude liée au projet de refonte des régimes de retraite. Pétition.

C’est l’un des plus gros chantiers du quinquennat Macron : sous la férule de Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire chargé de la réforme des retraites, un rapport sur toutes les options transformant les 42 régimes de retraite français en un régime unique à points sera déposé en juillet prochain.

CRE-IRCAFEX CONCERNÉS
La Cafat, régime local, ne figure évidemment pas dans cette liste. Il en est de même pour la CLR. En revanche, le régime complémentaire obligatoire Agirc-Arrco est concerné, ce qui a, de sa part, suscité une réaction.

Cette réforme est une véritable révolution. Les futurs retraités bénéficieront, comme aujourd’hui, d’un système de retraite par répartition, mais ils cotiseront à un régime unique pour accumuler un certain nombre de points qui généreront les mêmes droits à pension. L’importance de la retraite dépendra ainsi de la durée de cotisation.

EN 2025
Le nouveau dispositif pourrait entrer en vigueur en 2025 ou en 2026. Il serait géré par un établissement public créé à cet effet, et chargé notamment de déterminer, chaque année, la valeur du point et ses critères d’évolution.

PLUSIEURS QUESTIONS
De nombreuses questions demeurent encore en suspens. En particulier, la prise en compte de l’intégralité de la carrière fera-t-elle baisser les retraites des salariés aux revenus modestes ? Y aura-t-il un âge légal de départ à la retraite ? Ou encore, que percevront les veuves ou les veufs ?

LES CRAINTES SUR LES EXCÉDENTS DE L’AGIRC-ARRCO
Les réserves des régimes excédentaires devraient être accueillies par le nouvel établissement public. Celles de l’Agirc-Arrco s’élèvent à 71 milliards d’euros, soit la somme gigantesque de 8 449 milliards FCFP !

Ces réserves sont destinées à garantir la pérennité du régime à l’ensemble des 22,5 millions de cotisants.

Pour le Medef et certains syndicats, le risque existe que cette somme serve à renflouer les régimes déficitaires. Ou soit « pompée » par l’Etat pour réduire les déficits publics.

PÉTITION NATIONALE
Pour s’en préserver, une pétition nationale a été lancée au nom de l’Agirc-Arrco (salariés du privé) et de la CNAVPL (professions libérales) pour « refuser catégoriquement que l’Etat s’empare des réserves du privé » et pour demander au Président de la République, à son gouvernement et à sa majorité parlementaire, de « s’engager solennellement à supprimer les régimes spéciaux du public pour garantir l’équité et la pérennité des retraites de tous les Français« .

BAISSES DES COTISATIONS : BISBILLES ENTRE DUNOYER ET LA CAFAT

Exonération totale des cotisations Cafat pour les salaires entre 1 et 1,5 SMG, c’est la proposition de Calédonie Ensemble formulée par Philippe Dunoyer dimanche soir à la télé. Objectif : redonner du pouvoir d’achat aux salariés.

Coût estimé pour la Cafat par Calédonie Ensemble : 2,4 milliards. Une paille, que le parti politique compte compenser grâce à la lutte contre l’absentéisme …

Réaction immédiate du conseil d’administration de l’organisme de couverture sociale : « les régimes sociaux sont financés à 80,5% par les cotisations sociales, et dans ces conditions, le non paiement des cotisations aura un effet immédiat sur leur situation financière« .

Une menace d’autant plus grave que … tous les régimes sociaux sont en déficit, dont, pour la première fois, le régime de retraite.

Quant aux arrêts maladie, selon la Cafat, leur coût est de 1,8 milliard par an, ce qui ne couvre pas le montant annoncé par le député de la 1ère circonscription.

La Cafat exprime donc les plus expresses réserves sur la dite proposition. Personne, évidemment, ne peut imaginer qu’elle ressortirait d’un genre de démagogie électorale …

LES ZIG-ZAG DES COMPTES DU RUAMM !

Finalement, de combien sera le déficit de trésorerie du Ruamm ? Chiffres fantaisistes, chiffres incertains, ou chiffres progressivement corrigés des « variations saisonniaires » ? 

Selon la membre du gouvernement en charge de la Santé interrogée sur RRB, « ce qui avait été annoncé par la Cafat en début d’année, c’était un besoin de 9 milliards« . A l’époque, affolement général. En fin d’année dernière, vote des lourdes taxes sur les alcools, et prévision de versement au régime du Ruamm.

Entretemps, les choses évoluent. Dixit la membre du gouvernement : «  Au moment où on a fait tous ces travaux de politiques de maîtrise de dépenses, de trouver de la trésorerie, le besoin était de 4 milliards« . Bon. Dont acte.

« Donc il y a eu cette subvention exceptionnelle de l’Agence Sanitaire et Sociale. Il y a également la Cafat, qui a fait des efforts à son niveau puisque son Conseil d’administration a voté une enveloppe d’un milliard 700 millions« .

Conclusion : « Aujourd’hui, le besoin de trésorerie n’est plus que de 2 milliards« . Ben ça !

Avec beaucoup de clairvoyance, la responsable met en garde : « Ça ne veut pas dire pour autant que le problème est réglé« .

C’est peu de le dire. Les inspecteurs de l’Inspection Générale de la Santé ont proposé que soit créée une commission des comptes sociaux, avec un acteur extérieur se portant garant de l’exactitude des chiffres, par exemple, un magistrat de la Chambre Territoriale des Comptes. Bonne idée ?

Vilain Canard

REMBOURSEMENT DE LUNETTES, PROTHÈSES DENTAIRES, APPAREILS AUDITIFS : LA CALÉDONIE FAIT DU SURPLACE !

Emmanuel Macron va mettre en place d’une de ses promesses de campagne : lutter contre le renoncement aux soins et instaurer un remboursement intégral des lunettes, des prothèses dentaires, et des prothèses auditives. Des progrès sociaux considérables pour lesquels la Calédonie se fait distancer par la métropole. Indifférence ou incompétence ?

Les réformes dont les dates de mise en œuvre ont été annoncées visent à permettre à 95% des Français bénéficiant d’une complémentaire santé d’accéder à ces services sans avance de frais

DES LUNETTES REMBOURSÉES A 100% DÈS JANVIER 2020
A partir de janvier 2020, les opticiens devront présenter au moins 17 modèles entièrement remboursés, de différentes couleurs et pour tous les troubles de la vue. Le remboursement intégral s’effectuera jusqu’à 95 euros (verres simples) soit 11 329 FCFP ou 190 euros (verres progressifs) soit 22 658 FCFP avec une monture à 30 euros (3 577FCFP)

Les verres seront tous antireflets, durcis et amincis. Il sera possible de panacher des verres reste à charge zéro avec des montures de marque mais la différence sera à sa charge (ou celle de sa complémentaire). Les prix des lunettes seront plafonnés avec une liste de 24 tarifs, douze pour les lunettes à verre simple, douze pour les lunettes à verre progressif

Enfin il sera possible de renouveler gratuitement ses lunettes tous les deux ans pour les adultes et chaque année pour les enfants.

UN ZERO RESTE À CHARGE POUR LES PROTHÈSES AUDITIVES EN 2021
Pour les oreilles, le remboursement intégral des prothèses sera effectif à partir de 2021 avec un plafonnement de 950 euros (113 294FCFP) par oreille. On pourra les changer tous les quatre ans.

LES COURONNES DENTAIRES SANS FRAIS DÈS 2020
Pour les dents, la couronne céramo-métallique (en moyenne 542 euros soit 64 637FCFP) sera remboursée intégralement dès 2020 et le dentier (1.175 euros soit 140 127FCFP) l’année suivant en 2021.

DES TARIFS VALABLES POUR LA MÉTROPOLE
Bien entendu, les tarifs indiqués, ainsi que les montants de remboursement, sont les prix pratiqués en métropole. Il convient, pour être réaliste, de les corriger des majorations locales liées à l’ensemble du processus d’importation.

QUE PRÉVOIENT NOS GOUVERNANTS ?
Il n’empêche. On se souvient de l’abominable expression de François Hollande pour désigner les pauvres, les « sans-dents », une image qui pourtant caractérise ceux qui n’ont malheureusement pas les moyens de financer correctement leurs besoins en matière de lunettes, de prothèses dentaires ou de prothèses auditives.

Dans cette affaire, la conduite du dossier en métropole où le « trou » de la Sécu n’est pas plus renfloué que celui de la Cafat, associe la Caisse Primaire aux Mutuelles.

En clair, comment améliorer, en Nouvelle-Calédonie, le bien-être des plus modestes sans pour autant créer des taxes et des impôts …