Archives de catégorie : Nouméa

PHARAONIQUE ! LE COMPLEXE AQUATIQUE DE MAGENTA

Le terme avait été utilisé pour qualifier le projet de Front de Mer attribué à Gaby Briault. En réponse, ce dernier y avait toujours substitué le terme « d’une ambition à la mesure de Nouméa », en faisant observer qu’il s’agissait d’une perspective à 15 ans. Et surtout, d’un financement essentiellement privé. Ce n’est pas le cas du méga-projet de piscine à vague et d’ensemble aquatique de Magenta, qui sera financé sur fonds publics. Pharaonique.

Une simple piscine avait été envisagée par l’équipe de Jean Lèques. Mais l’idée avait rapidement été abandonnée dès les premières estimations financières. Trop cher ! En lieu et place, la construction d’un Centre Socio-Culturel avait été décidée, en faveur des jeunes, des familles et des associations de Magenta, Ouémo et Portes de Fer.

EXIT LE CENTRE SOCIO-CULTUREL
La nouvelle-majorité en a décidé autrement. Exit le Centre Socio-Culturel, dont les appels d’offres étaient prêts à être lancés, au profit d’une animation très « Gold Coast ». Ce centre était pourtant attendu. Destiné à l’animation jeunesse, à l’action parentale, aux liens de cohésion sociale entre les quartiers périphériques, il avait fait l’objet d’une étude approfondie et partagée avec les habitants des quartiers.

Le complexe projeté est d’une toute autre nature. Sans conteste, il représenterait une animation exceptionnelle pour la ville, puisque son attraction devrait dépasser les frontières des quartiers de proximité. Trois questions se posent cependant.

2 MILLIARDS

Un complexe de 2 milliards au bas mot
Un complexe de 2 milliards au bas mot

La première relève du coût de construction. Lorsque l’on se souvient que la piscine de Koutio, certes de 50 mètres et non de 25 mètres avait coûté 1 milliard, on peut s’interroger sur le coût annoncé de 1 milliard pour ce complexe grandiose. Le double paraît plus réaliste.

La seconde concerne les frais de maintenance. Il est couramment admis qu’ils représentent aux alentours de 10% du coût de l’investissement. Autrement dit, quelques 200 millions par an, réduits des recettes qui devront toutefois servir à l’exploitation du complexe. Car celui ci, en personnel de service, de surveillance, d’encadrement spécialisé, ne sera pas … une goutte d’eau dans les piscines.

La troisième concerne la priorité. Certes, suite de campagne oblige. Et puis, l’avantage de la nouvelle majorité sera par ailleurs d’inaugurer les réalisations lancées par l’équipe de Jean Lèques, comme le prolongement de la promenade Pierre Vernier, le Carré Rolland ou encore le Parc de la Rivière Salée.

QUEL PLAN DE FINANCEMENT ?
Mais malgré tout, dans un contexte de crise économique, et alors que l’équipement des quartiers et la sécurité en dégradation relèvent de plus grandes attentes de la ville, le complexe aquatique de Magenta semble quelque peu déplacé.

Reste toutefois à trouver les financements. Celui de l’Etat paraît plutôt hasardeux, avec 700 millions pourtant annoncés. Les autres communes de l’agglomération ont du probablement s’étonner à la fois du chiffre et de la destination de l’aide nationale.

Le projet de budget 2016 de la ville devrait donc dévoiler le plan de financement du complexe de Magenta. Et, à n’en pas douter, donner quelques grains à moudre à l’opposition municipale.

Sonia Lagarde restera députée

Première conséquence de la scission de Calédonie Ensemble à la mairie de Nouméa, sur les ondes de RRB vendredi midi, la députée-maire, Sonia Lagarde, a annoncé qu’elle ne démissionnera pas et conservera son siège à l’Assemblée Nationale.

searchRappelant qu’elle s’était engagée « les yeux dans les yeux » auprès des Nouméens à démissionner avant la fin 2014, elle a indiqué que plusieurs événements locaux l’avaient dissuadée de le faire.

D’abord, la chute du gouvernement Ligeard, et les conditions de formation du gouvernement Germain. « Les Calédoniens sont inquiets. Ce n’était pas un moment propice ».

Ensuite, à l’issue d’un déplacement à Paris au cours duquel elle interroge le Premier ministre sur le corps électoral, « je me retrouve revenant ici avec le dépôt d’un groupe »(le groupe Calédonie Ensemble à la Mairie – ndlr).

« C’est comme un chewing gomme collé à ma chaussure, cette affaire de députation. Je l’ai dit à un moment, le soir d’un débat et je traîne ça avec des remords » indique Sonia Lagarde au micro d’Elisabeth Nouar, ajoutant « je voudrais dire aux Nouméens qui m’écoutent : franchement, je m’excuse de l’avoir dit ».

Soulignant qu’elle ne cumule en aucune manière ses indemnités de maire et de députée, elle souligne sa liberté de parole et celle de ne pas « être mis au pas », et donc de résister aux pressions qui semblent s’exercer.

Elle met aussi en exergue l’avantage pour la ville de Nouméa d’avoir un maire disposant d’une écoute dans les ministères à Paris.

Elle annonce ainsi, après également que certains de ses collègues députés lui aient déconseillés de démissionner, notamment parce qu’elle est la seule maire UDI d’une ville de 100.000 habitants : « Je ne céderai à rien, je vais résister, et je vais assumer mon mandat de députée jusqu’au bout. »

Police Municipale : 5 ans de rénovation en miettes ?

imagesIl fallait un militaire pour remettre la Police Municipale en ordre. Celle-ci était dans une drôle de situation, il y a 6 ans : appareils de géolocalisation embarqués curieusement défectueux, équipages difficiles à constituer en raison d’absences fréquentes pour maladie, des consignes non suivies d’effets, un accueil discutable, jusqu’à cette soirée où, sur la Place des Cocotiers, à deux pas mais sans qu’une intervention ait eu lieu, il y a eu un drame.

Avec l’appui de Jean Lèques, alors Maire, de l’ensemble de l’Exécutif et de la majorité d’alors, Johann Gognetti s’est mis à la tâche. Et quasiment l’ensemble des syndicats à dos !

« Remise en ordre, vidéo-protection
Ilotage, proximité »

Ce lieutenant-colonel de la Gendarmerie Nationale a été intraitable. Retour à la discipline, réorganisation de la Police, sanctions pour les fautifs. Jusqu’à une procédure inédite dans un corps de fonctionnaires : le licenciement de tout un groupe comprenant également des gradés …

Johann Gognetti a mis en route le dispositif de vidéo-protection, avec immédiatement, des flagrants délits sur la Place de Cocotiers. C’était une première.

Les caméras ont ensuite été étendues à la Rivière Salée et à la Baie des Citrons par Jean Lèques et l’ancienne majorité.

Mieux, si les présences à pied ont eu bien du mal à se mettre en place, le Directeur de la Police a organisé la première expérience de proximité à la Rivière Salée. Bureau dédié à une brigade à demeure, rondes constantes dans le quartier. De l’avis unanime, après des années de sentiment d’abandon, les habitants de la Rivière Salée ont perçu une amélioration de la sécurité et du sentiment de sécurité.

Johann Gognetti avait entretemps proposé à l’Exécutif de Jean Lèques un redéploiement progressif de la Police Municipale dans les autres quartiers.

Le Directeur a également géré les auxiliaires de proximité pour donner un sens à cette présence de jeunes non-professionnels. Après quelques tâtonnements, ces agents ont trouvé leur place dans le dispositif de proximité.

« Coordination avec
la Police Nationale »

Autre évolution à l’actif de ce Directeur : la coordination avec la Police Nationale, peu évidente jusqu’alors. Avec en permanence, cette volonté de préserver le rôle de la Police Municipale : ni force de maintien de l’ordre, ni corps supplétif de la Nationale.

Les syndicats qui préfèrent le retour à « l’ancien régime » n’ont pas ménagé leur peine. Johann Gognetti a même subi une plainte et une instruction, probablement pour avoir été ferme dans ses directives et probablement parce maintenir fermement des instructions, … c’est harceler le personnel.

« Et les Nouméens
dans tout ça ? »

Finalement, tout porte à croire qu’ils ont eu gain de cause auprès de la nouvelle majorité et de la députée-maire. Comme Eric Bellon à la direction générale des services techniques, ou quelques autres fonctionnaires de grande valeur, il semble bien qu’à son tour Johann Gognetti devra partir.

Les syndicats crient victoire, c’est un signe ! Mais les habitants de la ville, dans tout cela ?

Tapages nocturnes réguliers à la Côte Blanche

Avec un peu de vent de sud-est, tous les quartiers au nord immédiat du Ouen Toro en profitent : Val Plaisance, une partie de l’Anse Vata et de Tuband se trouvent sous les décibels de la Côte Blanche en soir de week end.

La Côte Blanche, ces nuits là, c’est un véritable spectacle. Sonore. La découverte est plutôt hallucinante, et pourrait être pittoresque si deux vrais problèmes ne s’y attachaient.

Le premier, c’est que là se dessine une génération de futurs malentendants, déambulant au milieu de milliers de décibels vomis par des méga-chaînes musicales installées dans les camionnettes ou dans des 4×4.

Sur des voitures roulant au pas sur le parking autour de la descente de bateaux, des jeunes et des adultes sont assis quasiment devant des enceintes « crachant » 2000 ou 3000 watts. De quoi altérer durablement une ouïe soumise à un véritable son d’enfer …

Le second, c’est que la production d’un tel bruit, jusqu’à des heures tardives après minuit, pose des questions sur le respect de la tranquillité publique. Surtout quand il atteint des quartiers d’habitation.

Bien qu’il s’agisse des quartiers sud …

Au détour de sa conférence de presse sur les départementales, Jean-Christophe Lagarde confirme que l’UDI ne souhaite pas la démission de la députée-Maire de Nouméa

Au cours de la conférence de presse de l’UDI sur le résultat des élections départementales et le succès enregistré par le parti centriste allié à l’UMP et au Modem, son Président, Jean-Christophe Lagarde, répondant à une question de Jean-Michel Demetz, rédacteur en chef adjoint monde à l’Express, et lui même issu une famille calédonienne bien connue, a indiqué la position de l’UDI sur une éventuelle démission de son homonyme, Sonia Lagarde.

De fait, cette information ne fait que corroborer la rumeur qui circule depuis plusieurs mois, rumeur selon laquelle l’UDI est hostile à un retrait de la députée de la 1ère circonscription de Nouvelle-Calédonie.

Trois raisons militent en faveur de cette position, selon le Président de l’UDI.

La première, c’est qu’au sein de l’UDI, les femmes députées ne sont pas légion. Une députée, de l’Outre-mer, par surcroît, est un excellent affichage.

La seconde, c’est que homme ou femme député et maire d’une ville de 100.000 habitants est une denrée encore plus rare, et pas seulement au sein de l’UDI.

La troisième enfin, c’est que le rapprochement entre l’UDI et l’UMP, et pour tout dire, entre Jean-Christophe Lagarde et Nicolas Sarkozy, n’est pas un « accident de l’histoire », et que cette union devrait perdurer au moins jusqu’aux prochaines élections présidentielles. Or, Sonia Lagarde, au Conseil municipal de Nouméa, fait face à une opposition presqu’exclusivement issue de l’UMP. De quoi alimenter les négociations qui se tressent au niveau national.

Reste que la décision revient d’abord à l’intéressée. Cette dernière doit faire face à son opinion publique elle-même partagée.

Entre les opposants qui invoquent le manque à la parole donnée et les absences fréquentes de la députée pour les besoins de son mandat national.

Et les partisans qui mettent en avant l’avantage considérable pour la ville d’accéder facilement aux ministères parisiens, et d’intervenir au coeur de la décision législative que constitue l’Assemblée nationale.

L’UDI, pour ce qui la concerne, a tranché.