Archives pour la catégorie Nouméa

NOUMEA VOTE SON BUDGET : RENFORCEMENT DE LA SÉCURITÉ, AMÉNAGEMENTS AU NORD ET SUBVENTION À NOUMÉA CENTRE-VILLE

La capitale s’est dotée de son budget 2018 hier soir. Celui-ci avait été renvoyé en commission suite à des amendements déposés par Calédonie Ensemble et le MPC. Finalement, un accord global a été trouvé.

28 MILLIARDS
La section Fonctionnement se monte à 17,3 milliards, celle d’Investissement à près de 11 milliards.

L’ensemble des amendements a fait l’objet d’un consensus.

Calédonie Ensemble a obtenu l’inscription de crédits d’études pour des aménagements dans les quartiers nord.

Après une longue passe d’armes entre le Maire et Charles Eric du MPC, la subvention de 50 millions pour Nouméa Centre-Ville a été rétablie, mais la dotation sera inscrite dans une nouvelle convention.

Gaby Briault, quant à lui, estimant que la sécurité est aujourd’hui la préoccupation n°1 des Nouméens, s’est réjoui de l’inscription de 35 caméras de video-protection supplémentaires qu’il réclamait, d’un important crédit pour effacer les tags et la création d’une brigade canine.

Finalement, le budget a été adopté à l’unanimité, le groupe de l’UCF s’abstenant.

UNE NOUVELLE ÉLUE
Nouvelle élue, mais ancienne conseillère de la précédente mandature, Mireille Lévy a siégé à la place de Francine Beyney, démissionnaire.

DEUX VOEUX : SÉCURITÉ ET POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE
Il a été également déposé 2 voeux :

– l’une émanant de Gaby Briault qui demande que, dans le cadre du Plan Sécurité, la Nouvelle-Calédonie débrousse ses terrains à l’île Nou et lance un programme sur 20 ans de résorption des squats,

– l’autre émanant de Calédonie Ensemble relative à une demande de modification de la loi organique pour doter les maires de pouvoir de police plus étendus.

GABY BRIAULT DEMANDE L’ÉLOIGNEMENT DES DÉLINQUANTS DE QUARTIERS OU DE LA VILLE

« Cette mesure figurait dans mon programme en 2014 »

C’est lors de la réunion du Conseil Municipal de mercredi soir que Gaby Briault a demandé la mise en application d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron et, dit-il, « qui figurait dans mon programme de campagne municipale en 2014 » : l’éloignement des délinquants de quartiers ou de la ville. Rappel.

Dans sa déclaration, il a rappelé que  » Le jeudi 16 février 2017, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a proposé de confier à la police un « pouvoir d’injonction d’interdiction du territoire ». Il <E.Macron> a déclaré : « Je proposerai que les policiers puissent délivrer des injonctions, sous le contrôle du juge de la liberté, interdisant à un individu de fréquenter le quartier, la rue, le groupe d’immeubles où il a l’habitude de commettre ses incivilités » . »

Se félicitant de la proposition de Sonia Lagarde de porter à 130 le nombre de caméras de video-protection à Nouméa, Gaby Briault a poursuivi : « Ces individus n’aiment pas certains quartiers ? Ils n’aiment pas notre ville ? Alors qu’ils en soient éloignés comme l’avait exprimé le candidat aujourd’hui président de la République.

S’ils sont originaires de Nouméa, qu’ils soient interdits dans certains quartiers, et que, dans ce cas, la Ville installe les caméras de video-protection avec reconnaissance faciale, qui sont nécessaires pour débusquer les contrevenants et les punir

S’ils ne sont pas originaires de Nouméa, alors qu’ils soient éloignés de notre ville qui en a assez d’accueillir des crapules, jeunes ou adultes. »

2 ENFANTS « COURSÉS » EN PLEIN JOUR PAR UNE HORDE DE CAPUCHES !

« Les Nouméens n’en peuvent plus« , déclarait mardi soir Gaby Briault au Conseil municipal en proposant un renforcement sans précédent de la sécurité à Nouméa. Ce ne sont pas les parents des deux jeunes dont il est question ci-après qui le contrediront.  Voici les faits survenus ce matin, vers 11h30, à l’extrémité de la route de l’Anse Vata, à la hauteur de la polyclinique.

C’est à cette heure, en effet, qu’une automobiliste a embarqué en catastrophe deux adolescents exsangues qui lui ont demandé de s’arrêter, visiblement affolés.

Il y avait de quoi. A leur trousse, et donc en pleine journée, une horde d’individus à capuche -dont nous tairont l’ethnie par anti-racisme- qui, de toute évidence, voulait leur faire un mauvais sort ou s’en prendre à leurs affaires.

Les deux adolescents ont pu ainsi regagner leur domicile sains et saufs. En fait, ils se dirigeaient à pied vers la base de voile de la côte Blanche. Ils s’imaginaient en sécurité, à Nouméa, en plein milieu de journée. Leurs parents aussi. Et bien non.

La sécurité à Nouméa, ce n’est pas le problème n°1 ?

SÉCURITÉ À NOUMÉA : CAMÉRAS, TAGS, RÉSORPTION DES SQUATS, SDF, ALCOOL, NAKAMALS, STRATÉGIE D’AMPLEUR INÉDITE PROPOSÉE PAR GABY BRIAULT

Parmi les rares interventions, mardi soir, lors du débat d’orientation budgétaire : celle du conseiller Gaby Briault qui propose une nouvelle stratégie Sécurité en 24 actions dans la ville de Nouméa. « Les Nouméens n’en peuvent plus, nos devons agir tous ensemble », plaide l’élu. Ses propositions : 15 actions municipales, l’implication de la Nouvelle-Calédonie, de la province, du Sénat coutumier, de l’Etat et des administrés, une stratégie d’une ampleur inédite pour ramener « la tranquillité » à Nouméa en 5 ans. Priorités.

STRATÉGIE D’AMPLEUR INÉDITE
« Ils ne savaient pas que c’était impossible. Alors ils l’ont fait » a déclaré l’élu en exhortant ses collègues à se mobiliser pendant plusieurs années pour que les Nouméens se sentent à nouveau en sécurité. Il donne acte à la ville des avancées effectuées, sur les caméras qui vont passer à 86 pour 45 an début de mandat, sur de nouveaux éclairages en lumière blanche, sur le lancement de l’opération « surveillance de voisinage », ou encore sur le renforcement des moyens de la Police Municipale. Une Police dont il salue l’action « appréciée des Nouméens » et les « innovations » réalisées.

Pour Gaby Briault, cependant, pour stopper la progression de la délinquance et provoquer son recul, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie d’ampleur, d’une importance inédite : la ville, toutes les institutions, l’Etat et les administrés. Au total, 24 grandes actions coordonnées.

15 ACTIONS MUNICIPALES
ET L’EXPÉRIENCE DE LA VILLE D’ORLÉANS À LA RESCOUSSE
150 caméras, plan anti-tags, résorption des squats sur un programme de 20 ans, partenariat avec Emmaüs pour résorber l’errance des SDF, intensification des lumières blanches dans « les endroits à risque », patrouilles à pied et présence statique des policiers dans les quartiers, débroussage de tous les terrains vagues, réhabilitation des quartiers de Tindu, Pierre Lenquette, Saint Quentin, ou encore technologie de pointe pour protéger les écoles, au total, 15 actions convergentes à mener par la ville elle-même. Certaines ont été lancées, d’autres figurent dans le budget 2018.

Et pour que la ville soit plus performante, Gaby Briault propose un jumelage sécurité avec la ville d’Orléans « qui a fait baisser la délinquance sur son territoire de 80%« .

DÉBROUSSER TOUS LES TERRAINS VAGUES
ET RÉSORBER LES SQUATS EN 20 ANS
L’élu municipal propose en outre que des partenaires viennent épauler la ville, dans cette stratégie. Pour la Nouvelle-Calédonie, « 2 actions tombent sous le sens » : le débroussage de tous les terrains lui appartenant à Nouméa, notamment à Nouville accompagné d’un plan de résorption des squats, et l’adoption d’une réglementation des Nakamals, zones de non-droit.

CONFISQUER L’ALCOOL CONSOMMÉ SUR LA VOIE PUBLIQUE SANS AUTRE FORME DE PROCÉDURE
La Province sud est déjà partenaire de la ville. Le conseiller suggère la création d’emploi temporaires ou pérennes pour les jeunes des quartiers en difficulté et l’accompagnement de la résorption des squats.

Pour l’Etat, « davantage de policiers le week end« , et la mise en place de contrôles systématiques d’alcoolémie « pour rendre crédible la lutte contre l’alcool au volant« .

Plus originale : l’idée de se rapprocher su Sénat Coutumier pour traiter la grave question de la délinquance des jeunes et des SDF « où trop de jeunes et d’adultes Kanak sont impliqués« .

Gaby Briault conclut sur la consommation de l’alcool sur la voie publique « dont la prétendue interdiction, inopérante, fait hurler de rire tous les Calédoniens, sauf les forces de Police« . Rappelant que « l’on tourne en rond depuis 6 ans« , il propose une mesure radicale : le transfert de la compétence relative à la consommation d’alcool, et l’adoption de mesures locales appropriées. « Il faut que nos policiers puissent confisquer l’alcool sans autre forme de procédure lorsqu’il est consommé sur la voie publique« .

«  Impossible de restaurer la sécurité à Nouméa ? » commente l’élu. « Alors, tous ensemble, faisons le« .

DE NOUVEAUX CHARMANTS SQUATTS AU OUEN TORO !

La magnifique forêt sèche de Ouen Toro est décidément une opportunité très attractive pour des squatters en veine d’installation. Après celui du haut de la rue Baumier qui semble avoir été déserté, c’est sur le très beau versant plage du Méridien-Chateau Royal que les itinérants ont jeté leur dévolu.

Dans une forêt sèche très protégée, enrichie par les initiatives du WWF, une cabane est entourée de détritus, marquant un occupation qui n’est pas nouvelle.

Non loin de là, les amis de la forêt ont constaté des « attaques » de gaiacs au sabre d’abattis, des dégradations qui se sont étendues à des rondins de barrière de sécurité.

Il fut un temps où des survols réguliers en hélicoptére de l’ensemble des terrains de la ville permettait une surveillance très efficace des tentatives d’installations sauvages …

L’IMMEUBLE DE « LA FRANCE AUSTRALE » ENFIN RÉNOVÉ

Ce bâtiment est davantage connu sous le nom du quotidien dans lequel il était fabriqué : la France Australe publiée du 2 août 1889 au 24 novembre 1979. Dès les dernières mandatures de Jean Lèques, l’immeuble devait être restauré pour abriter les archives de la Ville.

Mais la volonté de maintenir près des lieux l’accueil des SDF avait fait échouer la mise en œuvre du dossier.

Sonia Lagarde, en impulsant un déplacement des SDF vers Montravel, a réussi à débloquer le projet.

Classé monument historique depuis 2004, l’immeuble fut construit en 1875 par Jacques Ducasse qui en fit un des tous premiers hôtels de Nouméa, l’Hôtel du Pacifique.

En 1882, la Société le Nickel en fit l’acquisition et y logea son quotidien « La France Australe » en 1889.

Au cours de la seconde guerre mondiale, le Consulat des Etats Unis occupa une partie des locaux.

En 1993, le bâtiment fut endommagé par un incendie au premier étage. C’est en 1997 que la ville de Nouméa en fit l’acquisition.

L’immeuble sera donc réhabilité, à la grande satisfaction des Nouméens. Un bâtiment annexe abritera des services administratifs.

UNE NOUVELLE HALLE POUR LES VENDEURS DE SOUVENIRS MARCHÉ-Excellente initiative de la mairie

halle-journaliers

Depuis plusieurs années déjà, le public Nouméen, les touristes et les croisiéristes peuvent acheter des objets souvenirs qui leur sont proposés en grand nombre dans les boutiques extérieures au Marché de la ville.

Ces « stands » sont installés sous tente et connaissent un succès grandissant.

Ces « journaliers » seront abrités dans une nouvelle halle que la mairie va leur construire dans les mois à venir. Une excellente initiative qui améliore le marché, l’un des lieux les plus prisés par les citadins et les touristes.

Dimanche en mode doux : circulation et stationnement perturbés sur l’Anse Vata pour « 2pelés, un pôndu » !

doux-3

Les dimanches en « mode doux », c’est super. C’est super quand le public y répond et que les autres n’en supportent pas les conséquences. Un genre de contrat gagnant-gagnant, quoi.

En ce sens, le « mode doux » à la Place des Cocotiers, c’était super. Mais voilà. La Ville s’est mise en tête de le déplacer -lui aussi- à l’Anse Vata.

Il y a déjà le Nouméa-Plage, qui réduit une partie de la chaussée pendant la plus grande partie des vacances scolaires. Il ne manquait que ce dimanche en « mode doux » qui a deux conséquences : perturber la circulation en réduisant encore plus la chaussée et en instaurant un sens unique, réduire les places de stationnement sur tout l’Anse Vata.

Encore faut-il y ajouter la mobilisation des équipes municipales pour installer les barrières, les surveillants, et bien sûr, la Police Municipale et tout le saint frusquin.

mode-doux

Si encore le public avait répondu nombreux, enfants, adultes, promeneurs. Mais il n’y avait pour ainsi dire pas un chat, ou comme disent des Calédoniens, « deux pelés et un pôndu » !

Le dimanche en « mode doux » à l’Anse Vata, c’est peut être de la « com » super tendance. Mais c’est surtout un en … quiquinnement pour les Nouméens.

Roussette à plume