Archives de catégorie : Nouméa

NOUMEA : Une dernière séance animée

Il s’agissait de voter le budget 2020, et dans le même temps, la réunion du Conseil municipal de Nouméa était la dernière de la mandature. La maire a du essuyer quelques critiques auxquelles elle n’a évidemment pas manqué de répondre. Une partie de son opposition venait de Calédonie Ensemble, partie de l’ancienne majorité municipale. Cette cassure avait un goût de fin de mandature … précédente.

L’opposition déclarée était celle de Calédonie Ensemble dont la porte parole s’est fendue d’un long réquisitoire, parfois argumenté, parfois contradictoire. Argumenté sur l’état des quartiers nord, pour lesquels la majorité de 2014 élu grâce aux voix de cette partie de la ville, avait pris de forts engagements. Ville encore plus coupée en deux ?  Non respect du programme? Ce sont les électeurs, bien sûr, qui jugeront.

Sur la sécurité dont Calédonie Ensemble dénonce l’insuffisance d’action, les échanges ont pris une curieuse tournure. La maire n’a en effet pas manqué de rappeler que la majorité Calédonie Ensemble à la province, avait, dès 2004, « puni » la capitale en supprimant d’importantes subventions dédiées à la sécurité. Or, elle était elle-même dans la majorité de la province Sud, mais, a-t-elle indiqué, en désaccord avec cette décision. Chaud.

Du côté de feu l’UCF, une conseillère s’en est pris d’une part aux chiffres et aux équilibres du budget, en particulier au niveau d’endettement. Puis, pour faire bonne mesure, à des anciens collègues soutenant la maire, aimablement accusés de trahison. Ambiance.

« La précédente mandature » ayant été, à plusieurs reprises écorchée, un autre conseiller qui, justement, en faisait partie, a jugé utile de rappeler quelques aspects du bilan réalisé sous l’égide de Jean Lèques, histoire de remettre les choses à leur place : terrains de sport, piscine, salle omnisport, médiathèque, centre de musique et de culture à la Rivière Salée, création de la Police municipale, installation des premières caméras, rénovation de la Place des Cocotiers, réhabilitation du Quartier Latin, aménagement de la baie de l’Orphelinat, création de la promenade Pierre Vernier, ou encore lancement de l’assainissement de la Ville. La liste n’est pas exhaustive.

Et puis, finalement, le budget a été voté. En réalité, chacun avait en tête les élections municipales prochaines …

LE BUDGET 2020 EST MARQUÉ PAR :
– en investissements, l’achèvement du nouveau crématorium (124 millions), des aménagements complémentaires du quai Ferry (90 millions), la construction de la passerelle de Ouemo (110 millions), la prolongation de la piste cyclable jusqu’à Tina (45 millions),
– pour la sécurité, de nouvelles caméras (111 millions), de nouveaux éclairages (135 millions)
– pour les trottoirs, la poursuite du programme du centre-ville et la construction d’un trottoir sécurisé jusqu’au sommet du Ouen Toro,
– pour l’assainissement, la réalisation d’un émissaire à l’Anse Vata, la poursuite des travaux d’assainissement,
– pour les voieries, la réfection des routes, la requalification de la route du Port Despointes.

Au total, un budget de 24 milliards dont les dépenses de fonctionnement sont à la baisse, un budget marqué par la baisse des ressources publiques comme l’ensemble des collectivités calédoniennes.

LANCÉ EN 2011, LE PROJET NOVATEUR DU CARRÉ ROLLAND OBTIENT LA « DÉFISC »

Carré Rolland : le projet initial en 2011

C’est en 2011 que le projet avait vu le jour. La ville disposait d’un terrain, au centre-ville, abritant dans le passé la station-service Rolland, puis, en fin des années 70, le marché municipal. 

Plusieurs tentatives de valorisation de ce site avaient déjà été tentées. En 2011, avec l’appui du maire Jean Lèques, Jean-Claude Briault, alors adjoint en charge de l’aménagement de la ville, avait ressorti le dossier des cartons. Objectif : mettre en commun le foncier du public et l’investissement privé pour mettre en oeuvre un projet très ambitieux soumis à un appel à projet.

PARKINGS ET LOGEMENTS POUR LES JEUNES MÉNAGES
Dans le cahier des charges figuraient notamment des parkings souterrains ouverts au public et des logements en accession à la propriété pour des jeunes ménages nouméens.

Le défi avait été relevé par un groupement composé de la société Caillard Kaddour, Promobat, et la Sic alors dirigée par Thierry Cornaille. Un défi gigantesque, à la fois par la taille du projet -des immeubles de près de 20 étages-, et par les difficultés techniques à réaliser des parkings souterrains.

PARKINGS À CONSTRUIRE DANS L’EAU !
La parcelle, en effet, est située sur un remblai -le centre-ville était occupé par la mer à cet endroit-, et c’est pratiquement dans l’eau que les travaux de construction des parkings devront être effectués !

Le dossier a été repris en 2014 par la nouvelle maire, Sonia Lagarde et son équipe. Avec succès. L’obtention de la défiscalisation métropolitaine est en effet un soutien décisif pour cet investissement de 11 milliards.

ÉTAPE DÉCISIVE
Certes, les travaux, qui devraient durer entre 3 et 4 ans, ne sont pas encore lancés. Certes, également, la conjoncture n’est guère propice à une telle prise de risque par les investisseurs. Mais incontestablement, l’étape qui vient d’être franchie est une assurance supplémentaire à la réalisation du « Carré Rolland ».

LE MEILLEUR CROISSANT DE NOUMEA EST DANS CETTE PETITE BOULANGERIE !

Elle ne paie pas de mine. La boulangerie/pâtisserie est presque cachée à Val Plaisance, rue Gabriel Laroque, à côté d’un modeste supermarché. Pourtant, les croissants de « Pains et Délices » sont probablement les meilleurs de la capitale !

Croustillants dehors, moelleux dedans, ils sont effectivement un véritable délice.

Les pains au chocolat valent aussi le déplacement. Mais pour trouver ces petits trésors, il vaut mieux de pas arriver trop tard. Les clients, désormais au courant, passent tôt faire emplette de viennoiseries …

David Baudel, auteur des croissants, « pains et délices »

 

LA PLAGE DE L’ANSE VATA ÉCLAIRÉE

C’est une bien belle initiative qu’a prise la Ville de Nouméa. Désormais, la plage de l’Anse Vata est éclairée la nuit par une série de puissants lampadaires.

Cet éclairage donne un vision esthétique de la plage et de la promenade emblématiques de Nouméa. Elle apporte, en outre, un sentiment de sécurité supplémentaire, d’autant plus réel que les services de police, et même les passants, peuvent facilement observer ce qui s’y passe.

Bravo.

NOUMEA : EFFAÇAGE DES TAGS, CAMÉRAS DE SURVEILLANCE ET EXPÉRIENCE POSITIVE DE « VOISINS VIGILANTS »

Le Conseil municipal de Nouméa a approuvé hier soir deux propositions de son exécutif pour augmenter les interventions d’effaçage de tags et le nombre de caméras de vidéo-protection d’autre part.

115 CAMÉRAS FIN 2019
Les graffitis ont atteint un volume inacceptable qui donne, à tous visiteurs, le sentiment, à la fois, d’une ville crasseuse, et d’une forme d’insécurité. Ce sont 150 millions qui vont être consacrés à restaurer la propreté, au moins sur les grands axes de la ville.

Une nouvelle tranche de 40 caméras va également être installée. Celles-ci viendront s’ajouter aux 75 déjà en place, pour un total de 115 caméras. Les opérations nouvelles devraient être achevées fin 2019.

DÉLINQUANTS ET TAGGEURS INTERPELÉS
Ces caméras ont déjà prouvé leur efficacité, permettant la détection de 11 000 faits en 2017 ! Cambriolages, vols à la roulotte, dégradations de véhicules, intrusions, consommation d’alcool ou tags ont pu ainsi être suivis et filmés, permettant une intervention rapide des forces de l’ordre.

En ce qui concerne les graffitis, de nombreux voyous ont pu être interpelés, et pour les mineurs, les parents convoqués.

La Ville a, en outre, passé une convention permettant l’exécution de peines de Travaux d’Intérêt Général ou de Travail Non Rémunéré, auxquels pourront être astreints les taggeurs.

BAISSE DE 40% DES CAMBRIOLAGES
En ce qui concerne le dispositif « voisin vigilant » mis en place de manière expérimentale à Magenta, un premier résultat est le constat d’une baisse de 40% des cambriolages. Cette expérience a nécessité l’implication lourde de la police municipale, la formation des référents de quartier, et une bonne coopération entre la police et les habitants. Le résultat est probant, et suggère l’extension du dispositif à un autre quartier.