Archives de catégorie : Non classé

Disparition de Jean-Claude Hunin, créateur de Challenge

RRB a annoncé sa disparition. C’était un baroudeur. 92.000 kilomètres entre Paris et Nouméa en 4×4 avaient attiré quelques projecteurs sur son exploit. Mais les décideurs calédoniens le connaissaient surtout en sa qualité d’éditeur-journaliste, au travers du magazine Challenge qu’il animait avec beaucoup de courage.

Cette parution, de grande qualité, était en effet le résultat d’un travail presque solitaire, requérant de la ténacité autant qu’un bon sens de l’écriture.

Il s’en est allé discrètement. Une petite pensée tout de même pour lui.

COVID-19 – Jacques Lalié veut porter plainte. Contre qui et pour quelles raisons ?

Jacques Lalié n’est pas content, mais cette fois pour des raisons liées au Covid-19.

Dans un communiqué, il rappelle les mesures prises par la province des Iles. Des mesures adoptées par toutes les collectivités dont c’est d’ailleurs le rôle normal en temps de crise.

Plus original est son désir de porter plainte. L’explication : « Je déplore la gravité des circonstances de ma mise en confinement stricte, lourde de conséquences, durant cette période de crise, alors que d’autres sont confinés à domicile » (LNC du mardi 7 avril). Est donc en cause « la gravité des circonstances » dans lesquelles il a été confiné, d’ailleurs à l’instar d’autres responsables institutionnels, à la suite d’un contact avec un agent porteur du virus.

S’il y a plainte, et donc instruction et enquête, les investigateurs devront examiner les « circonstances » de la mise en confinement du haut responsable, ainsi que leur « gravité ». En d’autres termes, par exemple, aurait-il fallu traiter de manière particulière ce cas ? La gravité de son contact était-elle aussi grave que pour les autres personnes, moins grave, plus grave ? Un dossier épineux.

Le responsable de la province Iles laisse cependant entrevoir une piste pour les enquêteurs possibles, car il poursuit en ces termes … »alors que d’autres sont confinés à domicile« . Qui sont donc les autres, petits malins serait-on tentés d’ajouter, ce que nous ne ferons pas compte tenu de la gravité du contexte ? Soumis aux mêmes risques que l’honorable élu, auraient-ils donc échappé au confinement en hôtel pour bénéficier d’un confinement « à domicile » ? La encore, c’est le travail d’enquête qui l’établira.

Au total, Jacques Lalié se « réserve le droit de porter plainte contre X« . S’il porte finalement plainte, on saura rapidement qui est ce mystérieux (pour l’instant) X. La membre du gouvernement en charge de la Santé ? Le président du gouvernement lui-même (et lui même confiné dans un hôtel) ? Les fonctionnaires de la Dass ? Le personnel médical ? Un inconnu que l’enquête révèlera au grand jour ?

C’est peut être une crise dans la crise qui va s’ouvrir.

Même si, au fond, elle n’intéresse pas grand monde.

Erratum : Païta et pas … Dumbéa

Décidemment Dumbéa s’impose, même dans les articles de noumeaPost ! Sur l’affaire des achats présumés de voix, et la capacité du maire à se représenter en 2020, il s’agit bien sûr, de Paita et non de Dumbéa.

La rectification s’imposait donc. Et quoi de plus naturel ?

ERRATUM : L’AVENIR EN CONFIANCE, MÊME SI L’AVENIR EST ENSEMBLE …

Les lecteurs attentifs auront évidemment corrigé d’eux-mêmes. Dans l’article relatant le départ de Nina Julié et de Nicolas Metzdorf, il s’agit bien d’une alliance envisagée contre l’Avenir en Confiance, et non l’Avenir Ensemble. Cela n’empêche pas que le rétablissement de la confiance puisse nous faire mieux apprécier un avenir ensemble !

La fracture était dans l’air dès vendredi dernier, lors de l’élection de la présidente de l’assemblée de la province Sud. Selon Nina Julié et Nicolas Metzdorf, les deux jeunes élus étoiles montantes de Calédonie Ensemble, il leur avait été proposé de mettre en minorité l’Avenir en Confiance grâce à une alliance avec les autres partis. Cette initiative, « alors qu’aucune réunion de la direction collégiale avait été organisée par la direction du parti », a été refusée par les deux conseillers de province. Avec comme résultat une marche arrière de Philippe Gomes.

LE YAOURT EST DANS LE POTAGE

C’est la page Facebook Radio Cocotier qui l’a publiée : la note, dans  laquelle un magasin de la ville, annonçant que la vente de certains yaourts est suspendue en raison de « l’augmentation de tarif » qui « rend leur vente, à prix mesuré, impossible« .

De nombreuses réactions d’internautes ont immédiatement été enregistrées. Elles appellent au boycott.

D’autres recommandent l’achat de yaourtières, pour produire un yaourt moins cher …