Archives de catégorie : Humour

ATTENTION SAMEDI DERNIER : DAMAGE DE GUEULE À L’ANSE VATA

Ohé matelots, comme aurait dit Coluche : « c’est l’histoire d’un mec … ».  Mais la suite, c’est pas rigolo, matelots. C’est quelqu’un qui sort un peu tard d’un naïte-cleube avec comême quelques grammes de Johny Le Marcheur. Par prudence, et croyez moi si vous me croyez pas, au lieu de prende sa bagnole biscotte la peur du contrôle des flics, y part en marchant à pied comme on dit chez nous. Erreur, ma sœur ! Voila-t-y pas qu’au beau milieu de la baie belle, y se fait tomber dessus par une bande -de cafards ? allez sawoir !-, y se prend une dégelée, et se retrouve à poil, la tête au carré. Y lui ont tout barboté, le téléphone portable, le portefeuille, les fringues, et même … les godasses ! Un samedi soir comme un autre à Port Moresby, euh, pardon, à l’Anse Vata.

Moralité : quand t’as un coup dans le nez, vaut mieux se faire embarquer par les keufs que de se faire damer la gueule par les frères. C’est comême plus sûr !

Allez matelots, buvez plutôt de l’aqua-simplex, de l’H20, de la bonne cuvée Dumbéa.

L’Amiral

LE KAKOUNE DE LA CÉTÉCÉ SUR LA SOPHIE-NORD ET LA « DOKTRINE NICKEL »

Papillon de Baco, z’avez vu la série de kakounes que la Chômbre des Comptes a enwoyé sur la Sophie-Nord, la « doctrine nickel » et tout le bazard ? J’en ai vu des critiques sur les organisses publics dans ma chienne de vie, mais là, ça dépasse la hauteur du Mont Panié, et même les nuages au dessus ! Alors, on nous aurait pris pour des poulets du jour ? Tout ce qu’on nous a raconté sur les bienfaits des montages financiers super-malins, les retombées pour la province Nord, c’est des histoires à Jheulain ? Ben moi j’vous dis que quand les indépendantisses y vont raconter que Kanaky, c’est plusse meilleur que le Royaume enchanté d’Alice, y faudra quand même se gratter un peu.

Mézaufète, paraît que c’est un ancien directeur de la Sofinor, grand défenseur de la « doctrine nickel » qui va devenir Premier minisse de la Calédonie. Y va prendre le secteur des mines et de l’économie ?

Voyez pas qu’après les 1200 milliards de dettes, les trucs pas clairs dénoncés par les magistrats de la Cétécé, c’est la Calédonie toute entière qui serait victime de la gestion à deux balles CFP des essperts de la province Nord ? Ben nous woila propres !

Y’en a un qui doit bien rigoler, c’est le Samuel. Mais en douce, histoire de pas trop énerver les frères de lutte.

Allez matelots, courage : économisez pour payer vos impôts. Histoire de renflouer les rafiots qui coulent.

L’Amiral

TRAPPARS : LES DENTS DE LA MAIRE

Ohé matelots, Nouméa, en ce moment, c’est « Les dents de la mer ».  Baptiste de Ouegoa ! Chais pas si vous êtes comme moi, mais quand je mets un doigt de pied dans la flotte, je yeute d’abord un coup pour woir si y a rien dessous. Quand j’ai vu les three-athlètes se jeter à l’eau l’aut’ jour à Boulouparis, j’avais des frissons qui me remontaient du p’tit orteil jusqu’au milieu du ciboulot.

Bon, ceci étant, ‘reusement qu’on a des décideurs qui rigolent pas trop avec ça. C’est sûr que les trappars, y z’ont le droit de vivre et que la mer c’est chez eux. Mais nous aussi, on a le droit de vivre et de se baigner en paix, non ? En tout cas, j’ai entendu la maire de Nouméa qui va nous protéger. Elle, les prélèvemonts administratifs, ça lui fait pas peur si c’est pour éviter que d’autres Nouméens se fassent bouloter par les trappars. Et vous savez ce qu’y disent les trappars de not’ maire ? En tremblant, y disent qu’elle, c’est les Dents de la Maire.

Soyez prudents matelots

L’Amiral

SMSP/SOFINOR : QUOI ÇA MODÈLES !

Ohé matelots, la mer est agitée pour les sociétés phares de la province Nord : la Chambre Territoriale des Comptes vient d’envoyer un sikiss sur leur gestion et leurs situations financières. Ce qu’elle écrit sur les sociétés phares m’assis. Autrement dit, pour les soigner, faut un sacré médicament !

On pourrait aussi dire que Sophie perd le nord, mais que SMS paie. Et pi vous verrez qu’au bout du compte, si tous ces montages partent en bouillon de breds, qui c’est qui paie, qui paie ?

Rompez matelots, et couvrez vous bien.

L’Amiral

OHÉ VIGIE, GRÈVES À L’HORIZON

Ohé matelots, ça est, les grèves sont de retour. Sans dec’, ça faisait une paille qu’on n’avait pas connu une bonne grève, avec bâches et tout. Faut reconnaître : c’est comême moins violent que les barrages, les blocages et les brûlages qu’on a connus avec l’usine du Sud. Et pi y’en avait marre de dire que l’usine du Sud, c’était un nouveau modèle, avec Teste-la, et tout et tout. Et pi en plus, l’usine du Nord qui fait la une des journaux avec la centrale qui barre en nouilles. Et la SLN, alors, vous y pensez, vous, à la SLN ?

Alors une bonne grève, ça va rappeler qu’y a pas que l’usine du Sud et l’usine du Nord. Bon, la SLN est au bord de la faillite. Bon, y a les Duval qu’auraient, paraît-il, comme des envies de larguer l’usine, les mines, les syndicats, les dettes, les emmerdes et tout le saint glin-glin. Mais ça, laisse t’aleur : c’est de laisse-brouffe. Sauf, peutête que le nouveau gouvernement, y va shouter la demande d’exportation, et alors ça, c’est peutête plus gênant si y a plus de sous dans les caisses.

Bon. C’est pas vraiment un ‘blème. Pour éviter la faillite, yaka claquer une aut’ grève.

Elle est pas belle, la vie ?

Au boulot, matelots.

L’Amiral

NOUS AUSSI ON VEUT LA BULLE : ON EST COVID-FRIT

Ohé matelots, c’était bon un peu de soleil dimanche, n’est-il pas ? Sousoune a réchauffé les cœurs z’et les corps après les pluies qu’on s’est prises. C’est les gens du tourisse qu’étaient contents aussi : sale temps pour eux, depuis un an, biscotte à part les locaux, les tourisses, y savent plus qui c’est, si y parlent anglais, si y z’ont les yeux bridés, ou si y z’arrivent de Roissy.

A propos du tourisse, les Pokens, eux, y z’ouvrent leur fameuse bulle aujourd’hui. Et nous alors ? Nous, on est Covid-frits, et y’en a quelques uns que ça démange d’aller à Golcôsse. Ce serait au moins ça de pris pour Aircalin qu’est en train de se dessécher sur place. Note compagnie, c’était tout de même 500 emplois, et 500 jobs, par les temps qui courent, c’est pas rien. Sauf qu’en matière de bulle, on a été refroidi avec la bulle trans-calédo-wallisienne. Et là, cette bulle, même le soleil y peut pas la réchauffer !

Allez, bronzez bien matelots

L’Amiral

QUI QUI VA ÊTRE PRÉSIDENT DU GOUV ? FIN AVRIL ?

Ohé matelots, le susse-panse va monter à pic dans les 15 jours qui restent avant la fin du mois : les indépendantisses vont-ils se mettre d’accord sur un président du gouvernement ? Y parait que …

Paraît que des mana-mana ont tout de même été entamés entre les frères de lutte. Et que comme l’élection du président du Congrès approche, l’élection du président du gouvernement approcherait aussi …

Pour les Désunis et les Désunions, ce serait la hânte de se présenter à Paris le manou à la main, sans « premier minisse ». Alors beaucoup poussent chez eux à enwoyer un sikiss pour voter, soit pour Mapou, soit pour Hnepeune.

Foi d’Amiral, moi je vous dis que c’est Loulou qui tient la corde. Mais la corde peutête fini kakser !

Paraît que comême, les mana-mana doivent durer jusqu’au 30 avril, et pas un jour, pas une heure, pas une minute, pas une seconde de plus. Après quoi, le représentant de la puissance koloniale sera invité à réunir tout le monde pour le sacre de l’heureux élu.

Mais si ça se passe pas comme ça, qu’est-ce qu’y restera à faire, nom d’un cagou à poil gris ?

Je vous le donne en mille, Emile : y suffira que le Congrès nomme une commission d’enquête …

Et alors, elle sera pas belle la vie ?

Allez, rompez, moussaillons.

L’Amiral

PRÉSIDENCE : QUI VA KALER ?

Ohé matelots, alors quoi, pour la présidence de ce que vous savez, qui des deux va baisser le manou ? C’est pas une querelle d’ego, pour le Palika, qui demande que Loulou Mapou soit président du gouvernement plutôt que Sam Hnepeune. Sûr que pour Lucé, c’est pas non plus une querelle d’ego. Sauf que pour Daniel Goa, le parti « ira jusqu’au bout ». Faut un peu s’accrocher au cocotier pour comprendre. D’un côté, l’Uni s’appelle … l’union (pour l’indépendance), mais sauf erreur de ma part, les frères de lutte ne le sont pas, unis. De l’autre, Lucé s’appelle aussi l’Union, mais Calédonienne … Or, sauf avis contraire des ZZ (zobservateurs zavisés), entre l’uni et l’union, le comble c’est qu’y a pas d’unité ! Et pourtant, y devraient le savoir : l’oignon fait la sauce.

Et si Lucé va pas « jusqu’au bout », y a de la démission dans l’air ? Promesse pas tenue, présidence déchue. Et militants déçus.

Ah, la politique, c’est terrible ! Faut en avaler des tricots rayés ! Biscotte au bout du compte, y a pas à tortiller : y en a un qui va caler. Enfin, pour rester chez nous, disons qu’y va kaler. Vu comme ça, c’est moins douloureux.

L’Amiral

UNE QUATORZAINE SI-PÉCIALE POUR VACCINÉS ?

Ohé matelots, une question me turlupine (de cheval) depuis que je sais que les dirigeants les plus boulouks du Kayou vont aller faire de grands mana-mana à Paris. Pas que je sois contre biscotte ici, y se bouffent le nez, mais la-bas, comme par peut être la grâce de la fille aînée de l’Eglise, y ‘z’arrivent à s’ecouter.

Nân. Ce qui me turlupine (d’âne), c’est si y vont faire la quatorzaine au retour. Pas cool, le truc. Seulement voila : eux, contrairement aux voyageurs habituels, y z’ont sûrement été vaccinés chez nous. Ça, c’est du béton, du solide comme du chêne-gomme. Pas moyen de tricher. Alors peut’ête qu’on verra, comme chez nos couzes de Tahiti, un régime si-pécial de quarantaine pour les vaccinés de chez nous zautes : test PCR, et pas RPCR comme dit Totor de l’Anse Vata, et pi test sanguin pour woir si les petits anticorps y sont bien là, tout ça en une nuit à l’hotel, et les maniocs sont cuits. C’est bon pour eux, et c’est bon pour tous les vaccinés.

Elle serait pas belle, la vie ?

Matelots vaccinés, rompez.

L’Amiral

« LA » SOLUTION POUR FAIRE FONCTIONNER LE GOUV À NOUS : LE TRIUMVIRAT !

Ohé matelots ! Comme vous savez, les indépendantisses y pédalent dans la chouchoute pour l’élection du nouveau président du gouv à nous, et en attendant qu’y z’accordent leurs toutoutes, j’ai trouvé une solution. Ouais, aussi vrai qu’un curry de cochon sauvage, c’est meilleur qu’une poule sultane cuite au charbon de gaiac, moi, Amiral du Port Despointes, je sais comment remettre en marche la machine du gouv en carafe.

J’avoue humblement avec respect et humidité, en m’inclinant devant vous jusqu’à ce que mon pif traîne par terre, que Jacquot de Lifou, y m’a provoqué le déclic qu’a allumé le phare qu’a éclairé ma cervelle. Je vous promets que sa saillie -je trouve que c’est un belle tournure « sa saillie », et vous ?- sur le gouvernement transitoire, ça a fait tilt dans mon ciboulot comme un flipper qu’on aurait trop secoué.

Gouvernement transitoire, élémentaire, mon cher fils de Watt. Y suffisait d’y penser.

Du coup, j’ai relu les mémoires de Jules César, de Marc Antoine, l’histoire de l’empire ottoman, de la Constituante de 1789 et du coup d’état du 18 fructidor de l’an V.

Je vous essplique en deux coups de cuillère à pot : pour mettre en place le gouvernement transitoire et sortir de la panade dans laquelle on surnage, il suffit de mettre en place UN TRIUMVIRAT (du géniteur génitif latin trium qui veut dire trois, et virum qui signifie homme ; ça vous en bouche un coin, n’est-t-il pas ?). Simple comme bonjour : les minisses, y z’élisent trois présidents, Santa, Mapou et Hnepeune. Un triumvirat, quoi. Et comme ça, tout le monde il est content, les affaires reprennent, et le triumvirat prépare la solution consensuelle.

Elle est pas belle, la vie ?

Repos, matelots, et « enjoy », comme disait Charles 12 d’Angleterre.

L’Amiral