Archives de catégorie : Humour

WAMYTAN, COMME L’UC, DANS L’EXAGÉRATION EXAGÉRÉE

Ohé matelots, les chapeaux à plume de l’UC nous ont habitué à de régulières exagérations exagérées. Les intellec’ appellent ça de l’outrance. Genre, le pouvoir central c’est comme Poutine, et la Calédonie c’est comme l’Ukraine. Je ponse que Goa n’a pas la télé, biscotte les images de Boutcha avec des cadavres plein les rues, ou de Marioupol, avec les gens enfermés depuis des mois par 60 mètres de fond, pratiquement sans eau et sans nourriture, ou encore des villes presqu’entièrement rasées par les bombardements, devraient suffire à lui montrer la stupiditude de la comparaison. Non, Saint Louis n’est par Marioupol ! Ici, les indépendantisses opprimés du gouv et du Congrès roulent dans des bagnoles neuves à plusieurs millions, et toutes leurs mairies comme leurs provinces ne disent pas «non » aux subventions de l’État que l’honorabe président de l’UC appelle « poutinien » ! 

Et voila que Wamytan, lui aussi, s’y met. A propos de Pons, il utilise le sobriquet de « boucher ». Jamais entendu ! Il a du s’inspirer de Biden qui, en Pologne, a traité Poutine de « boucher ». Ou encore du nouveau général russe, commandant en chef des forces en Ukraine, dont les exploits en Syrie lui avaient valu le surnom de « boucher ». En revanche, le président du Congrès, bien au fait des institutions, n’ignore pas que l’assaut de la grotte d’Ouvéa a été mené par des militaires. Et qui c’est le chef suprême des militaires ? C’est le président de la République, et donc à l’époque de Pons, François Mitterrand. Alors, qui c’est le boucher ?

Bonne recherche, matelots.

L’Amiral

LA FLÈCHE DE 12 DE LECORNU À PÉCRESSE

Ohé matelots,
Ça y est, les marins, la campagne pour les présidentielles a commencé. Au moment où j’écris ces mots de ma cabine arrière de ma frégate, les sondeurs prédisent un face à face Pécresse-Macron au 2e tour. Bon, jusqu’à présent, y se sont plutôt trompés, les sondeurs, mais admettons. Ça n’empêche qu’entre les uns et les zôtes, les dagues sont sorties.

En Calédonie, nous on parle pas de dagues, mais plutôt de chasse sous-marine. Par exemple, on pourrait dire qu’à l’occasion d’une interviou sur reureubeu, Lecornu a planté une flèche de 12 à Pécresse sur son vote présumé de « la réforme électorale », c’est à dire du « gel » du corps électoral en 2007. Ambiance.

Ché pas si Pécresse a voté ou non le « gel », mais c’est sûr qu’elle était députée à l’époque, et chiraquienne. Sûr que tout le monde va fouiller pour savoir si c’est vrai ou pas. Moi je l’aime bien Valérie Anne Emilie, seulement ici, même si les Accords de Nouméa sont kapoute, le gel y fait dresser les poils à pic des loyalisses en général, et des 40.000 essclus en particulier. Et comme les essclus, y votent pour les présidentielles, on pourrait avoir quelques rebelotes sur la flèche de 12. Ce sont les joyeusetés de la politique, matelots.

Nous, on est vaccinés biscotte on a le devoir de réserve. La réserve Merlet, offecorse.

L’Amiral

TEMPÊTE DANS UN VERRE DE DESSINS ANIMÉS

Ohé matelots
Des petites bandes dessinées présentées dans la campagne télévisée sous une forme humoristique seraient « dégradantes » et « racisses ». Calice ! Le racisse, c’est dixit le dictionnaire Le Robert, une « idéologie postulant une hiérachie des races« . Ou encore, une « discrimination ou une hostilité violente envers un groupe humain« .
Moi qui croyais que la Calédonie était composée de gens issus de communautés diverses, de toutes les couleurs, de tous les accents.
Je croyais aussi que le « parler calédonien », et pi surtout chez les jeunes, avait son vocabulaire local, ses essepressions à lui.
Ben non. Il faut parler le français pointu, comme à Paris. C’est tout comme « monne’trer des Mareuseillais avé l’accent », ce s’rait dégradant et racisse. Ou un Français avec une moustache, un béret et un saussiflard.
Bon, en dehors de la participation et la non participation, les hautes juridictions de la Frônce vont trancher entre le dégradant et le non dégradant, le racisse et le non racisse. A ce compte là, Coluche aurait du avoir perpète, Canteloup serait aux travaux forcés et Laurent Gera aux galères.
Allez matelots, ramez … et sans sourire !

L’Amiral

PAS DE KADEAUX ENTRE INDÉPENDANTISSES

Ohé matelots,
Dites donc, on parle régulièrement des bisbilles entre les loyalisses, mais par la barbe du cagou bariolé de la Ouaième, les indépendandisses, entre eux, y se ratent pas !

Y a quelques marées basses, déjà, LKU allumait grave le candidat de l’UC à la présidence du gouvernement en l’accusant de collusion avec l’ennemi, c’est à dire le patronat. Après, ça a été les mecs du Nord qui reprochaient à leurs frères de lutte du Sud de laisser tomber la doctrine nickel. A Aircal, y semble bien que l’ancien PDG, ilé plus que DG alors que qui c’est qu’est responsable des transports ? Quand à Washetine, y s’est pris une douille par les koutumiers qu’ont pas apprécié qu’il les kritik sur la vague cination.

Bon, je vous parle pas des gens de Belep qu’arrêtent pas de se mettre sur la gueule, alors que ceux de Roh, y sont pas prêts à rentrer chez eux après l’Ou-Case de leur grand frère et nez en moins, grand chef.

Je vous la donne en mille, Emile : la dernière, c’est les représentants de la Kalédonie à EnerKal. Adieu les UC, bonjour les Uni. Vous me direz, c’est jamais que comme la belle devise : tous Uni comme au Front (de Libération Kanak et Socialisse). CQFD.

Babaille, matelots.

L’Amiral

BIENTÔT LE DISCOURS DE POLYCLINIQUE GÉNÉRALE

Ohé, matelots,
Ça y est, on va bientôt être fixés sur le devenir à nous autes. Après l’augmentation de la cigarette qui s’est éteinte, la CCS qui va alléger le portefeuille des retraités, voila que le Ruamm malade et les zôpitaux publics sont au bord de rendre l’âme.

Faut dire qu’on commence à s’y habituer : ça fait presque 10 ans que les responsables de la Cafat crient au feu, et presque 3 ans que les fournisseurs du CHT crient à l’aide.

Et en plusse, y a le méchant variant Covid qui gratte à la porte.

Mais pas de pas-nique, matelots. Biscotte bientôt, la parole présidentielle va éclairer les ténèbres actuels de la route qui doit nous emmener sur les sommets radieux de la félicité. Vous z’avez compris que je faisais illusion au discours de polyclinique générale qui va être claqué tantôt. Pourvu que le Ruamm et les zôpitaux, y claquent pas aussi.

Allez matelots, et n’oubliez pas de vous faire vacciner pendant que c’est ouvert.

L’Amiral

UN CHERCHEUR QUI TROUVE !

Ohé matelots,
Y’en a pour l’Université de Nouvelle Calédonie. Enfin, je devrais dire de « Nouville-Calédonie. » Voila-t-y pas que le professeur Bonnabel vient d’être désigné meilleur jeune chercheur Européen de l’année. Alors, nom d’une banane poingot au miel de papaye mûre : que plus personne ne dise qu’on est une bande de terre …

De qui faire mentir le Général avec sa phrase fameuse : « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche !« . Biscotte le professeur Bonnabel, lui, il a trouvé et bien trouvé, scrongneugneu.

D’un aute côté, en cherchant bien, y a pas que des chercheurs à Linque (l’Unc). On a aussi des chercheurs qui cherchent des sous pour boucher quelques trous. Le dernier cherchage en date, c’était à propos du tabac. Mais la fumée blanche n’est pas sortie par la cheminée du « théâtre Vauban », comme disait jadisse l’Affreux Jojo. C’était donc du belge ?

Allez, matelots, cherchez !

L’amiral

OUI-NON:DEUX GROSSES ERREURS DANS LE DOCUMENT DE L’ETAT ?

Ohé matelots,
La sagacité de ma vision prospective va vous surprendre autant que le margouillat peut surprendre le moustique avec la détente fin fulgurônte de sa langue. Woila que je lis le document de l’Etat sur les conséquences du Oui et du Non. Et qu’est-ce que je trouve ? Je vous le donne en mille, Mimille : si le Oui l’emportait, deux grosses erreurs d’appréciation !

A la page 13, il est écrit que Kanaky-Nouvelle Calédonie pourrait bénéficier des « préférences généralisées » de l’Europe, mais zobie, biscotte « il lui faudrait être reconnu, par la Banque Mondiale, comme « pays en voie de développement« , ce qui, compte tenu du niveau de développement actuel du territoire, semble peu probable« .

A la page 20, rebelote : l’AFD ne pourrait pas intervenir biscotte Kanaky-Nouvelle Calédonie aurait un revenu par habitant supérieur au seuil d’éligibilité, comme y disent, et « serait hors du champ d’intervention autorisé de l’AFD en faveur des Etats Etrangers« .

Non, mais les mecs qui ont écrit ça ont une estimation des compétences aussi pertinente que mesurer l’âge du capitaine avec des noix de coco ! Faut qu’y fassent un stage d’insertion approfondi.

Biscotte, vider les caisses et passer d’un pays riche à un pays en voie de développement, mais Kanaky va régler ça en deux coups de cuillère à pot, qu’est-ce que vous croyez ?

Mésestimer cette compétence, je vous le dis, c’est de la condescendance du Kolonisateur. Vous connaissez le dicton fameux : « y z’avaient un crédit illimité. Ben y z’ont réussi à le dépasser !« 

Bon vent matelots

L’Amiral

LES LOYALISSES DISENT « NON » … À LA DIVISION

Ohé matelots,
Bonne nouvelle pour les partisans du maintien du Caillou dans la France : les loyalisses  disent « Non » à la division. Ça, c’est plutôt bien après qu’y se soiyent bouffés le foie pour le perchoir du Congrès. Apparemment, le cerveau n’a pas été atteint : y restent lucides pour affronter le cap du 12 décembre.

Biscotte moi je vous le dis, matelots, ceux qui croivent que c’est gagné d’avance, y se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au bas de l’omo-petit bateau (une plate, en Calédonie). On nous a fait le coup au premier référendum avec le 70-30, on l’a eu dans le baba. Le deuxième, avec cette fois « une vraie campagne loyalisse » qu’y disaient, on l’a eu, cette fois, dans le trognon.

Enfin, pour être clair comme l’eau qui coule à la source du Diahot, faut dire cômême que les loyalisses ont gagné dans les deux K. Y z’étaient jusse un peu trop confiants, et les indépendantisses y progressent.

Alors pour le troisième, le dernier, l’ultime, l’importantissime, çui qu’y doivent pas perdre, les loyalisses ont raison de crier à l’unité. L’important, maintenant, c’est de la faire. Bon, visiblement, y veulent passer à l’acte, comme on dit. Tant mieux, et comme on dit aussi : « si l’oignon fait la sauce, et si le gnon fait mal aux gencives, l’union fait la force ».

Matelots, que la force soit avec vous.

L’Amiral