Archives pour la catégorie Délinquance

IL SE FAIT « CASSER LA GUEULE » EN PLEIN JOUR À LA VALLÉE PAR DEUX CAPUCHES

Tout va bien pour le « destin commun », la « Charte des Valeurs Calédoniennes » et autres fariboles. Les actes d’incivilité, les cambriolages les insultes, les attitudes menaçantes, les agressions ne font qu’augmenter, ce qui donne pleinement le sentiment de « laisser aller » des autorités nationales et locales. Et celui d’impunité des délinquants.

Accessoirement cette violence est le ferment d’une montée de racisme sans précédent qui devient une des caractéristiques de la Calédonie de 2019.

Hier, en tout cas, en plein jour, alors qu’il se trouvait à l’arrêt bus, un jeune homme est abordé par deux jeunes « capuches » dont il n’est pas utile d’indiquer l’origine. L’un deux lui demande d’abord une cigarette, et devant la réponse négative de son interlocuteur -qui ne fume pas-, il lui demande : « tu veux te battre ? »

Le jeune homme, peu enclin à l’agressivité, décline. Et l’autre se précipite sur lui et le frappe violemment au visage à plusieurs reprises.

Heureusement, non loin de là se trouvent les locaux de la DITTT. Plusieurs personnes sont en réunion, et alertés par le bruit, sortent.

C’est, semble-t-il, un ancien policier qui vient défendre la victime et appelle la police. Grâce à lui, les deux individus ont été interpelés.

Question : vont-ils être remis en liberté, histoire de récidiver avec quelqu’un d’autre ? Et peut être avec une issue plus grave.

Une autre question : comment de tels fait sont-ils sanctionnés en Australie ou en Nouvelle-Zélande ? …

« BAISE TA TOMBE » DIT UN JEUNE KANAK À UN VIEUX DE THIO

« Papy Jo » est hémiplégique. Originaire d’un clan bien connu de Thio, ce Kanak de 70 ans ne ferait pas de mal à une mouche. Mais, parce qu’il avait réprimandé un jeune qui faisait un tintamarre insupportable en tapant sur une boîte aux lettres, il a subi des insultes en plein jour accompagnées du jet d’un parpaing ! C’était le 16 décembre dernier, en début d’après midi, alors que le « vieux » était sous le préau de son petit jardin avec sa famille.

Au cours d’un rixe qui s’en est suivie, le jeune voyou a reçu le renfort de deux comparses, tous trois étant originaires des Iles Loyauté.

Le respect ? « Bourre ton clan« , ou encore « Baise ta tombe, demain je vais te tuer« , c’est apparemment la nouvelle conception coutumière de ces jeunes.

 » C’est ça la Kanaky de demain ?? J’ai honte !! Notre famille a honte !!! », a écrit l’épouse du vieux monsieur, révoltée.

Au total, les voyous ont été mis en fuite, et « corrigés » pour certains.

 » – Où est le respect envers les vieux et les vieilles quelque soit leurs ethnies ?
 » – Où se trouve l’autorité parentale ?
 » – Où est l’autorité coutumière kanak ?
 » – Où est l’autorité clanique kanak ? »,
interroge la maman qui a porté plainte et saisi -à toutes fins utiles …-, le Sénat Coutumier. Une maman qui passe une partie de son temps à aider les jeunes de ce quartier en déshérence … Sa lettre, en forme de cri de révolte, parcourt les réseaux sociaux.

Ces incidents sont malheureusement l’illustration d’une société calédonienne « qui part en vrille » en raison du laxisme accumulé de toutes les autorités. Les incivilités se poursuivent, les agressions verbales se multiplient, les cambriolages ne ralentissent pas, les tags couvrent les murs de Nouméa, la Baie des Citrons, coeur d’animation nocturne de la capitale, est la proie des bandes de capuches passé minuit, et les accidents de la route continuent de tutoyer les critères du record du monde

Pourtant, les « Plans », les « Grandes Causes » sont légion. Contre l’alcool, contre la délinquance, contre les accidents de la route, contre les incivilités.

Sans effets, ni grands, ni petits. Juste de la « com » ?

IL VOLE DEVANT LES EMPLOYÉS ET LE VIGILE !

Avec la délinquance des jeunes et des mineurs, Nouméa est entrée dans une espèce de Far West. Il n’y a en effet plus de freins pour certains individus : pour eux, dans les magasins, il suffit de se servir et de partir … sans payer ! Ce fut le cas, par exemple, de ce jeune, mercredi en fin d’après midi. Course poursuite.

IL PREND LES JAMBES À SON COU
Dans le libre-service d’une station service de Nouméa, une bande d’encapuchonnés traîne. Tranquillement, l’un deux se saisit se quelques friandises et se dirige vers la sortie sans passer par la caisse. Visiblement, il confond « libre-service » avec « servez-vous gratos ». Un responsable le rejoint et lui demande quelques explications. Détail : un vigile est en poste, les personnels sont en place.

Soudain, l’individu prend les jambes à son cou et s’enfuit avec le produit du larcin.

POLICE MUNICIPALE
Un responsable de la station service lui part aux trousses. Le fuyard et le poursuivant traversent les rues, arrivent à bout de souffle à la Place des Cocotiers qu’il franchissent … jusqu’à un fourgon de Police municipale qui faisait une ronde.

Fin du sketch. Le jeune malandrin est « coxé » et plainte a été déposée.

Il y a encore du boulot avant que les choses redeviennent à peu près normale en matière de tranquillité publique à Nouméa …

LES ASSURANCES VONT « RECOMMANDER » DE NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS DE SÉCURITÉ

Depuis plusieurs années, la Nouvelle-Calédonie coûte de plus en plus cher aux assurances … qui répercutent naturellement ces coûts sur les contrats. Plus grave, certaines compagnies peuvent se poser la question de leur maintien sur le territoire.

Devant la hausse vertigineuse des cambriolages et vols en tout genre, et plus particulièrement, ceux des locaux commerciaux, des « recommandations » visant à renforcer les équipements de sécurité vont être dispensées.

Il s’agira, par exemple, de remplacer les rideaux en aluminium par des rideaux en acier, assortis de fixations renforcées. Ou encore de systématiser les installations « anti-voitures-bêliers ».

Certaines assurances, en métropole, refusent d’assurer des clients jugés trop à risque. Arme ultime contre d’éventuelles intrusions : le nuage aveuglant à bas de glycol qui empêche l’intrus de se déplacer autrement qu’à tâtons, laissant le loisir aux forces de l’ordre de l’interpeler en flagrant délit.

DES TRIBUS DÉCIDENT LE COUVRE FEU POUR LES JEUNES

Pour décider un couvre-feu excluant toute divagation de jeunes le soir, des tribus de la côte Est n’ont pas attendu de longs débats dans les assemblées : elles l’ont décidé pour elles-mêmes.

Excédées par les exactions de certains jeunes, et en accord avec les autorités coutumières et municipales, deux tribus au moins de la côte Est ont résolu ce problème à leur manière. En décidant que tout le monde devait rester chez soi à partir de la soirée.

« On voit les mamans le soir aller chercher les enfants s’ils ne sont pas rentrés« , déclare l’un des responsables.

D’autres moyens commencent à être mis en oeuvre contre les jeunes voyous. La chronique a récemment été défrayée par cet adulte qui a tiré sur une voiture volée effectuant un rodeo à Nakéty. D’autres actions, un peu moins violentes, se seraient déroulées en d’autres lieu. Un peu moins violentes, mais, paraît-il, très efficaces.

ESCALADE DANS LA VIOLENCE : UNE JEUNE FEMME AGRESSÉE EN VILLE EN PLEIN JOUR !

 

Il est midi. On est au centre-ville, et même à proximité d’un lieu de culte. Alors qu’une jeune femme rejoint son véhicule, un individu (dont nous tairons l’ethnie par souci d’anti-racisme) s’approche d’elle et demande d’un ton menaçant « Donne moi ton argent« .

Effrayée, et ne voyant personne autour d’elle, la jeune femme s’exécute. Le voyou exige alors son téléphone, et alors qu’il appelle probablement un comparse, réitère sa demande d’argent.

La victime arrive à s’assoir dans son véhicule et tend quelques pièces.

Pendant que l’individu fait mine de s’éloigner, elle tente de fermer sa portière. Mal lui en prend. Le délinquant revient, la saisit par la tête et la menace de sévices, et même de mort !

Finalement, il prend la poudre d’escampette avec le sac à main et la jeune femme peut appeler de l’aide. La Police est avertie. Elle fait diligence, arrive à appréhender le voyou et à récupérer le téléphone et le sac.

De jour comme de nuit, Nouméa devient le champ de bataille des délinquants !