Archives de catégorie : Covid-19

3 NOUVEAUX CAS DE COVID À AUCKLAND

Chris Hipkins, ministre néo-zélandais en charge du Covid

Un couple et leur fille demeurant à Auckland ont été testés positifs au coronavirus. Le ministre néo-zélandais en charge de la question du Covid-19, Chris Hipkins, a indiqué que des recherches étaient effectuées pour déterminer si le virus est un variant hautement contagieux.

La femme de la famille infectée travaille pour une société de restauration aérienne, principalement dans la buanderie.

Le pays reste toutefois au niveau d’alerte 1 pour le COVID-19, qui est son niveau le plus bas.

« Aucune autre considération du changement des niveaux d’alerte n’a été prise à ce stade. Nous collecterons plus d’informations avant de prendre une telle décision« , a déclaré Mr Hipkins.

COVID : UN PILOTE D’AIRCALIN TESTÉ POSITIF

Un pilote d’Aircalin a été testé positif au retour de son vol à Tokyo. Conformément à la procédure, il a été admis à l’unité Covid-19 du Médipôle. Les « cas contacts », 8 personnes de son entourage familial et 7 membres d’équipage du vol ont été placés en quatorzaine. Ils ont tous été testés et le résultat a été négatif.

Le gouvernement a rappelé que les personnels navigants sont tous astreints à un confinement à domicile durant 14 jours à l’issue du tout vol qu’ils effectuent.

UN MÉDICAMENT FRANÇAIS POUR TRAITER LE COVID

Nantes est décidément leader français dans la lutte anti-Covid : alors que Valneva, start-up franco-autrichienne basée à Nantes, est en train de finaliser les premières phases d’essais cliniques de son vaccin anti-Covid, mais que … les premiers vaccins seront livrés au Royaume Uni qui a devancé la France pour leur financement, la société Xenothera, également installée à Nantes, annonce la dernière phase des essais cliniques avant la mise sur le marché d’un médicament pour atténuer les effets le Covid.

Il ne s’agit donc pas d’un vaccin, mais bien d’un médicament destiné à porter assistance à un malade du Covid-19 avant toute aggravation de son état.

Selon la présidente de la biotech française, Odile Duveaux, elle-même médecin, le Xav-19 protègerait pendant plus de 10 jours, en particulier de toute pneumonie dans les poumons. Cela éviterait ainsi l’aggravation des pneumonies légères et le risque de passage en réanimation.

Autre avantage, et non des moindres, du Xav-19 : le médicament basé sur la fabrication d’un anticorps polyclonal similaire à la réponse naturelle de l’homme, permet de demeurer efficace quasiment à 100% contre un variant du Covid qui déjouerait l’anticorps monoclonal du vaccin.

L’Agence Nationale de Sécurité vient de donner son accord pour des essais cliniques élargis. 400 patients seront ainsi testés dans une quarantaine de centres hospitaliers de France, dans le cadre de cette série d’essais baptisée Polycor, et conduite par le CHU de Nantes

Ces essais cliniques du Xav-19 vont se poursuivre et s’achever au plus tard dans le courant du second trimestre de cette année. Le médicament pourrait ensuite être à la disposition de la population après les agréments règlementaires.

COVID : SUSPENSION DES DÉPLACEMENTS VERS LA MÉTROPOLE

Si la Nouvelle-Calédonie est indemne de Covid-19, ce n’est pas le cas de la métropole. Confronté à une aggravation de la situation sanitaire, à une montée des contagions due aux variants anglais et sud-africain, l’hexagone a été contraint d’adopter des mesures de restrictions de circulation.

Le Premier ministre Jean Castex a ainsi annoncé que « Tous les déplacements en provenance et en direction de tous nos territoires ultramarins seront soumis désormais à la production de motifs impérieux« .

Cette disposition touche également la Nouvelle-Calédonie dans le sens Calédonie vers la métropole.

Pour ce qui le concerne, le territoire conserve le dispositif de quatorzaine imposé aux arrivants, dispositif qui a prouvé son efficacité.

Combien de temps dureront ces restrictions ? Nul ne le sait pour l’instant, et la seule question qui se pose aux Français de métropole est de savoir si le confinement total pourra être évité à l’issue.

MODERNA ANNONCE QUE SON VACCIN EST EFFICACE CONTRE LES VARIANTS DU COVID

Le vaccin de Moderna est efficace contre les nouveaux variants du coronavirus qui ont émergé en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, a annoncé la société qui le produit. Et s’il semble être moins protecteur contre le variant découvert en Afrique du Sud, la société développe une nouvelle forme de vaccin qui pourrait être utilisée comme injection de rappel contre ce virus.

Plusieurs nouveaux variants du virus sont apparus. Une forme détectée pour la première fois en Grande-Bretagne est environ deux fois plus contagieuse que le virus identifié en Chine il y a un an, et les chercheurs évoquent une létalité plus grande.

D’autres variants avec différentes mutations sont apparus en Afrique du Sud et au Brésil, et des études préliminaires en laboratoire ont suggéré que ces formes pourraient avoir un certain degré de résistance à l’immunité que les gens développent après guérison de l’infection, ou après avoir été vaccinés avec le Moderna ou Pfizer-BioNTech vaccins.`

Le cas échéant, la nouvelle version du vaccin Moderna, destinée au variant sud-africain, pourrait être utilisée si nécessaire comme rappel, un an après que les personnes aient reçu le vaccin original.

COVID : IMMUNITÉ DE 8 MOIS APRÈS UNE CONTAMINATION

Des chercheurs australiens affirment que les patients contaminés par le Covid-19 restent immunisés contre la maladie pendant au moins huit mois.  Selon une étude parue dans la revue Science Immunology, l’immunité à la CoVid-19 dure au moins 8 mois. Des chercheurs australiens (Alfred Health Human Research and Ethics Committee Numbers, Monash University) ont analysé des échantillons de sang prélevés sur 25 patients positifs au SARS-CoV-2. Ces échantillons ont été comparés à un groupe contrôle en bonne santé. Les chercheurs ont ensuite introduit des morceaux de virus, pour voir comment le sang réagissait. Dans le système immunitaire, ce sont les lymphocytes T et les lymphocytes B mémoires – qui font partie des globules blancs – qui permettent une mémoire immunitaire de longue durée. Cette étude montre que même 8 mois après un première infection, les lymphocytes B à mémoires se souviennent du virus et produisent rapidement des anticorps protecteurs.

Autre bonne nouvelle, chez les patients contaminés, les chercheurs ont également constaté une autre forme d’immunité. « Même si les anticorps disparaissent peu à peu, l’immunité mémoire reste très présente même plusieurs années après la contamination, détaille le chef du département d’immunologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Cela signifie que si des patients sont à nouveau exposés à la maladie, une réaction immunitaire aura lieu. En cas de recontamination, les formes graves se feront donc plus rares. »

Cette immunité n’est pas une contre-indication à la vaccination. « Le vaccin ne génère pas les mêmes réponses immunitaires. Il empêche de tomber malade et de déclencher une forme grave. Il faut donc que tout le monde se fasse vacciner, en premier lieu les personnes à risques et les soignants, exposés en permanence au virus« , plaide le co-directeur du centre d’Immunologie et des Maladies Infectieuses.

TESTS COVID ANTIGÉNIQUES : UNE CALÉDONIENNE AU TOP FRANÇAIS

C’est en 2011 que deux chercheurs issus de l’Institut Pasteur, Yves Germani et Evelyne Begaud, fondent BioSpeedia et installent leur équipe de Recherche et Développement sur le campus Santé Innovations de Saint-Etienne Métropole. La start up y travaille en partenariat avec le CHU stéphanois, ainsi qu’avec des équipes de recherche de l’université Jean-Monnet et de l’Ecole des mines. La Biotech est spécialisée dans le développement de tests diagnostics rapides pour la détection d’agents pathogènes et affiche vouloir « participer à la reconquête de la souveraineté industrielle et sanitaire » voulue par le gouvernement.

Particularité qui nous concerne : Evelyne Bégaud est une Calédonienne, et Yves Germani a été en poste à l’Institut Pasteur de Nouméa.

BioSpeedia a déjà commercialisé plusieurs millions de tests en Malaisie, et veut à présent se positionner sur le marché français. Elle présente son test rapide (résultat au bout de dix à quinze minutes) comme « le premier véritablement français ».  « Il se caractérise par son niveau élevé de fiabilité, avec une spécificité de 99,5 % à 99,8 %, et une sensibilité de 97,4 % », affirme Julien Tizot, directeur général de BioSpeedia.

L’entreprise a investi, au côté de Delpharm, le laboratoire de Lyon sous-traitant la production des tests, dans une « ligne de production flexible », dont la capacité pourra monter jusqu’à 3 millions d’unités par mois courant 2021.

D’ores et déjà, un million d’unités seront mis sur le marché dès le mois de janvier. La ville de Saint Etienne ambitionne d’ailleurs, d’être la ville de France en tête des populations testées.

Les tests de BioSpeedia vont contribuer à la reprise économique. Un nombre croissant de secteurs (transports aériens, croisiéristes, monde du spectacle, sport professionnel, etc.) les attendent pour accélérer la reprise de leurs activités. 

Pour que cette perspective ne soit pas entravée par le développement de faux certificats, ou de certificats de complaisance, BioSpeedia s’est associé à SICPA, premier fournisseur mondial de technologies d’authentification et de traçabilité sécurisée, pour développer un certificat de santé sécurisé et infalsifiable. 

Afin de financer son développement, la jeune société a finalisé au début de l’été une levée de fonds de plusieurs millions d’euros en cédant environ 20 % de son capital à Forepont Capital Partners. Forte d’une prévision de très forte croissance dans les mois à venir, elle négocie actuellement avec deux unités de production de façonniers dans d’autres régions du monde.

MACRON TESTÉ POSITIF AU COVID 19, le Premier Ministre en isolement

L’Elysée a indiqué dans un communiqué ce jeudi 17 décembre qu’Emmanuel Macron, régulièrement dépisté ces dernières semaines compte tenu du nombre de personnes qu’il est amené à contacter chaque jour, a été testé positif au Covid-19 ce matin.

Le président de la République a sollicité un test PCR à l’apparition des premiers symptômes du Covid-19, a précisé l’Elysée. Emmanuel Macron a par ailleurs fait savoir, via les services de communication de l’Elysée qu’il allait se mettre à l’isolement 7 jours. Il « continuera de travailler et d’assurer ses activités à distance », a fait savoir la présidence. L’agenda politique, toutefois, est déjà bousculé.

Contacté par RTL, un conseiller du président de la République assure que « ses symptômes ne l’empêchent pas de poursuivre son travail ». Une information qui a son importance puisque cela laisse entendre qu’Emmanuel Macron a développé, pour l’heure, une forme non grave du Covid-19. Le chef de l’Etat, jeune quarantenaire, ne figure pas parmi les personnes à risque, il est désormais surveillé de près par son équipe médicale.

Le Premier ministre Jean Castex, a été testé négatif au Covid-19 ce matin, suite à un dépistage en urgence. Le chef du gouvernement reste toutefois à l’isolement. Il avait rencontré plusieurs fois Emmanuel Macron ces dernier jours.

Brigitte Macron, cas contact, est aussi placée à l’isolement.

Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale était avec Emmanuel Macron la veille. Il est également cas-contact.

NOUVEAU VACCIN ANTI-COVID : EFFICACE À 94,5% !

Après le vaccin Pfizer/BioNTech, c’est le laboratoire américain Moderna, présidé par un Français, qui annonce la possible mise sur le marché de son vaccin. Celui-ci présenterait deux avantages : d’une part, une efficacité à 94,5% contre 90% pour Pfizer, et une conservation du vaccin à -20°C contre -70°C pour Pfizer, soit dans un simple congélateur.

Pour l’heure, tous les essais cliniques ne sont pas terminés, mais il existe une quasi-certitude qu’un -ou plusieurs- vaccin anti-Covid sera disponible en début de l’année 2021.

JDD – « Un deuxième vaccin en bonne voie. Après Pfizer la semaine dernière, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé hier que son vaccin était efficace à plus de 90%. Selon une analyse préliminaire, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné. Autre bonne nouvelle, aucun malade grave du Covid-19 n’a été enregistré parmi les personnes vaccinées, contre 11 dans le groupe placebo. Si Moderna espère une mise sur le marché avant la fin de l’année, la France doit se préparer à gérer logistiquement l’arrivée de ces vaccins.

« Une logistique compliquée à gérer. Le vaccin de Pfizer, basé sur une technologie utilisant de l’ARN messager, doit être stocké à très basse température. Il doit être gardé à environ -80°C, une température bien plus basse que les congélateurs standards. Face à cette difficulté, Olivier Véran, le ministre français de la Santé, a annoncé jeudi l’achat de 50 « super-congélateurs ». De son côté, le vaccin de Moderna, également basé sur une technologie utilisant de l’ARN messager et composé de deux doses, doit être transporté à -20°C, soit la température d’un congélateur classique ».

Lire aussi l’article du Monde

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/16/covid-19-moderna-annonce-que-son-candidat-vaccin-est-efficace-a-94-5_6059931_3244.html

Intégration réussie : 2 Allemands d’origine turque ont mis au point le vaccin anti-Covid de BioNtech

Ils font la Une partout dans le monde depuis lundi. Elle, Özlem Türeci et lui, Ugur Sahin, sont les co-fondateurs de la petite entreprise allemande de biotechnologie, BioNTtech à laquelle le géant pharmaceutique américain Pfizer a acheté un brevet de vaccin efficace à 90%.

Ugur Sahin, est né il y a 55 ans en Turquie, près de la frontière syrienne. Lorsqu’il n’est âgé que de 4 ans, son père trouve un travail dans une usine Ford à Cologne et y emmène toute la famille. Özlem Türeci, elle, est née en Allemagne, en Basse-Saxe, il y a 53 ans. Son père, médecin à Istanbul, avait déjà fait le chemin. Tous deux sont des enfants de ce que les Allemands appellent « l’immigration invitée », choisie, celle qui ne jure que par l’excellence.

Chacun de leur côté, ils font médecine, puis se rencontrent à la fin de leurs études, à l’hôpital universitaire. Coup de foudre immédiat : Sahin et Türeci ont la même envie de chercher, de savoir, la même passion pour la biologie et l’oncologie, l’étude des cellules cancéreuses.

En 2001, ils fondent la société Ganymed Pharmaceutical avec l’immunologiste Christophe Huber, s’engagent dans la recherche contre le cancer, puis la revendent en 2016 à une multinationale japonaise. 

Le couple crée en 2008 le laboratoire BioNTech, société d’environ 1500 employés pesant aujourd’hui 2,4 milliards d’euros (et jusqu’à 21 milliards de dollars lundi, après l’annonce de Pfizer !). Ugur Sahin en est le PDG et Özlem Türeci, le médecin en chef. Ils ont mis au point, avec la technologie de l’ARN Messenger, le vaccin anti-Covi. Mais leur objectif demeure le même : révolutionner le traitement du cancer.