Archives pour la catégorie Actualités

DAESH DESORMAIS DANS LE PACIFIQUE : ATTENTAT SUICIDE À DJAKARTA REVENDIQUÉ

Capture d’écran 2016-01-15 à 06.18.28Confirmant les craintes de plusieurs chancelleries, dont le ministère des Affaires Etrangères australien, l’Etat islamique réalise une première implantation dans le Pacifique. Selon le JDD, Daesh a en effet revendiqué l’attentat-suicide qui vient de se produire à Djakarta. Vigilance.


Les videos ont été postées sur YouTube

5 terroristes, tous tués, deux civils assassinés,  un ressortissant canadien et un algérien, c’est le terrible bilan de l’attaque lancée avec des explosifs dans le centre de la capitale, dans le quartier de Thamrin qui abrite des centres commerciaux, les bureaux de plusieurs agences de l’ONU et des ambassades, notamment celle de France.

Parmi les assaillants, 3 kamikazes visaient un café Starbuck. A la suite de l’attentat, le groupe américain a décidé la fermeture de toutes ses enseignes dans la capitale.

2 terroristes en cyclomoteurs s sont fait exploser, blessant grièvement 4 policiers actuellement en état critique. Un peu plus tard, un communiqué de l’Etat islamique  en arabe, publié sur Internet, affirmait que plusieurs bombes « ont explosé concomitamment à des attaques par quatre soldats du califat avec des armes légères et des ceintures explosives ».

TELEGRAMME D’ACTU 12 JANVIER 2016

    • Contrakmine et son Président, Max Foucher ont adressé une lettre au Président du gouvernement dans laquelle ils réclament que les acteurs de la mine soient associés à la préparation de la journée nickel prévue au prochain Comité des Signataires. Sans réponse avant le 15 janvier, « des mesures fortes seront préconisées ».
  • Le cyclône Ula s’est évacué par le sud
  • Une trentaine d’individus ont bloqué hier les accès de la Province nord et réclament la réintégration du passeur de la Ouaième, licencié pour faute lourde
  • Les personnels des dispensaires de Kouaoua et Houailou ont été reçus à la Province nord, suite aux agressions et aux dégradations subies pendant les fêtes de fin d’année
  • thL’intersyndicale du CHT Gaston Bourret fera grève jeudi pour protester contre le projet de fixer le taux directeur à 4%, taux qu’elle juge insuffisant au moment où le transfert vers la Médipôle doit s’effectuer
  • A Païta, 220 m2 de locaux neufs et supplémentaires permettront un meilleur accueil du public et de meilleures conditions de travail pour le personnel
  • Accident hier matin du à un aquaplaning vers 9h dans le col de la Pirogue impliquant deux véhicules dont un véhicule médical.
  • Décès du célèbre chanteur anglais David Bowie

ULA SE RAPPROCHE DE MARÉ

Capture d’écran 2016-01-10 à 05.31.46

Selon le dernier bulletin de Méteo France, « le cyclone tropical « ULA » se trouvait par 19.1°S et 172.4°E soit à environ 530 km dans l’est nord-est de Maré. « ULA » se dirige vers l’ouest sud-ouest à environ 10 km/h. Sa pression au centre est estimée à 965 hPa et il génère des vents moyens de 145 km/h avec des rafales à 200 km/h près de son centre. Des vents supérieurs à 55 km/h (rafales à 75/80 km/h) s’étendent dans un rayon de 150 km autour du centre. « ULA » est associé à une mer démontée. »

Evolution prévue : « Le cyclone tropical « ULA » devrait incurver sa trajectoire vers le sud-ouest en accélérant sa vitesse de déplacement. Il peut encore se renforcer dans les 12 prochaines heures. La trajectoire la plus probable l’amènerait dimanche midi à environ 380 km dans l’est nord-est de Maré. Si la trajectoire se confirme, « ULA » devrait passer au plus près de la Nouvelle-Calédonie en tant que cyclone tropical, à environ 200 km dans l’est de Maré et de l’île des Pins, lundi en début de journée, avant de s’évacuer vers le sud. Les principales conséquences attendues lundi matin, seront un renforcement des vents de secteur sud sur Maré et l’île des Pins avec des rafales de l’ordre de 70 à 80 km/h; ainsi qu’une forte houle cyclonique de l’ordre de 3 à 4 mètres de secteur est. La mer pourrait être forte à très forte. « 

Prévision de Windyty aujourd'hui à 22h
Prévision de Windyty aujourd’hui à 22h

Dernière trajectoire du cyclône « ULA » : MARÉ LUNDI A 13H

Prévision à jeudi matin

« Ula » poursuit sa trajectoire capricieuse, qui risque encore de varier dans les prochains jours. Ses dernières caractéristiques lui font atteindre, selon Windyty, l’île de Maré lundi prochain vers 13h. Les vents soufflant sur l’île sont de l’ordre de 45 noeuds.

Lundi 13h

Elle incurve ensuite sa route vers le sud, évitant la Grande Terre, puis passe à l’est de l’Ile des Pins aux alentours de 21h.

"ULA" passe à l'est de l'Ile des Pins vers 21h puis s"évacue dans le sud
« ULA » passe à l’est de l’Ile des Pins vers 21h puis s »évacue dans le sud

« Ula » s’évacue ensuite vers le sud.

Ula change de trajectoire-Elle passerait au sud de la Grande Terre le 11 janvier

ULA passerait au sud de la Grande Terre le lundi 11 janvier
ULA passerait au sud de la Grande Terre le lundi 11 janvier

Suivi de ce jour du déplacement du cyclône Ula par Windyty : selon le site, le phénomène infléchit sa direction vers le sud et passerait au sud de la Grande Terre le lundi 11 janvier

Les rafales prévues près du centre atteignent 65 noeuds soit environ 118 km/h. Mais dans la configuration d’aujourd’hui, l’Ile des Pins n’enregistrerait que des vents de l’ordre de 25 noeuds, de même que l’Ile de Maré.

Cependant, le chemin d’un cyclône est capricieux, et Ula peut encore faire des siennes. Pour l’instant, heureusement, les perspectives se sont infléchies vers seulement un peu de pluie pour la Calédonie. Et peut être, avec la forte houle, de bonnes vagues pour les surfeurs.

De la pluie et peut être de bonnes vagues pour les surfeurs
De la pluie et peut être de bonnes vagues pour les surfeurs

LA CALÉDONIE FRAPPÉE PAR LE CYCLÔNE « ULA » LE 12 JANVIER SELON WINDYDTY

 

Ula sur les Iles Loyauté le 12 janvier
Ula sur les Iles Loyauté le 12 janvier

Le cyclône Ula qui vient de passer sur les Fidji fait pour l’instant route vers le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie.

Capture d’écran 2016-01-04 à 20.23.46

La position de "ULA" ce mardi à 6h02, heure de Nouméa
La position de « ULA » ce mardi à 6h02, heure de Nouméa

Selon le site Windyty, disponible sur noumeaPost, et grâce auquel vous pouvez suivre le phénomène météo en permanence et en temps réel (fenêtre en bas de la colonne de droite), Ula passera au nord des Iles Loyauté le 12 janvier prochain.

Il poursuivra ensuite une trajectoire nord-ouest pour passer sur les Belep le 13 janvier.Les photos qui suivent vous montrent la progression estimée, avec des vents de 74 nœuds.

Capture d’écran 2016-01-04 à 19.49.15

 

 

PATRICK DION : DG DES ENSEIGNEMENTS ET VICE-RECTEUR D’EXCEPTION

imgresTout en rondeur, mais d’une rigueur professionnelle sans faille, il rendait compréhensible cette exigence pour la Nouvelle-Calédonie de bénéficier de spécialistes qu’elle n’a pas encore enfantés. Tel est Patrick Dion, Directeur Général des Enseignements et Vice-Recteur depuis la mise en route effective du transfert du secondaire, et qui vient de regagner la métropole.

« Un exercice d’équilibre difficile entre le ministère central
et le gouvernement local »

Un poste antérieur à Wallis et Futuna lui avait fait connaître quelques spécificités océaniennes. Et cette expérience n’était pas de trop pour une mission très particulière qui lui était assignée : transférer l’enseignement secondaire public, l’enseignement primaire et secondaire privé, la santé scolaire sous l’autorité du gouvernement calédonien, gérer la mise à disposition de 5000 personnels, le tout pour une part de dépenses de l’Etat de 50 milliards FCFP sur les 80 milliards que l’Education Nationale consacre au territoire.

Cerise sur le gâteau, et expérience inédite pour ce haut fonctionnaire : dépendre à la fois du Ministère de l’Education nationale en sa qualité de Vice Recteur, et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie en sa qualité de Directeur Général des Enseignements. Un exercice d’équilibre constant entre le puissant ministère parisien, l’Exécutif local et les 27 syndicats que compte l’enseignement !

Non seulement Patrick Dion a su gérer avec tact cette périlleuse responsabilité, mais il a apporté son savoir –que personne n’égale en Nouvelle-Calédonie-, pour bonifier le transfert des dites compétences au profit de l’enseignement calédonien.

« Inflexible
et profondément humain »

Mieux, connu et respecté dans ce bastion que constitue l’Education nationale, cet ancien directeur général du Centre national de documentation pédagogique (CNDP) a relayé avec une redoutable efficacité les requêtes du gouvernement calédonien et des partenaires sociaux quand ces dernières lui semblaient justes. Il en a été ainsi des budgets d’abord, de la Mise à Disposition Globale et Gratuite de 5000 personnels ensuite, des avantages pour les personnels calédoniens enfin. Du stage de Capes localement, à la réduction à 2 ans du stage en métropole des personnels de direction, en passant par une écoute attentive de l’autorité locale -laquelle nomme aux emplois- pour les mouvements de personnels, il a exercé brillamment toutes ses responsabilités et, je pense, gagné l’estime du plus grand nombre au sein de l’enseignement, au cours de son séjour.

Parmi les 17 priorités tracées dès la mi-2012, nous avons ainsi lancé ensemble le plan de 6 milliards et demi pour la rénovation des lycées et des ALP, un plan au sein duquel les priorités données notamment au Lycée de Touho et au Lycée Jules Garnier sont aujourd’hui concrètement traduites dans les travaux sans précédents réalisés. Ce plan s’est naturellement accompagné d’une modernisation essentielle de l’informatique et de la sécurité qui transforme peu à peu la vie lycéenne.

Auparavant, nous avions aussi, ensemble, affronté la première rentrée scolaire « calédonienne » de 2012 marquée par une « traditionnelle » grève, et mis notre volonté à « pacifier » définitivement ces rentrées. Elles sont, depuis, sereines. Pour le plus grand bien des élèves.

Il m’avait accompagné efficacement pour un dialogue rénové avec les associations de parents d’élèves, réunies pour la première fois avec leurs interlocuteurs politique et administratif. Leur demande de correction du bac à Nouméa, pour le bien de l’enseignement et des élèves et qui n’a malheureusement toujours pas trouvé de réponse concrète,  date de cette époque.

Le secteur public n’était évidemment pas sa seule préoccupation. Il était attentif à la situation de l’enseignement privé. Mieux, il en reconnaissait les mérites, la place légitime ainsi que les performances.

Je me souviens de l’inauguration de l’auditorium de Blaise Pascal, et Patrick Dion me glissant à l’oreille, admiratif : « Ils ont fait quelque chose de remarquable, avec des budgets contraints. Il faut que nous réalisions un tel équipement dans un lycée public ! »

Ce Vice-Recteur d’exception savait être inflexible, mais profondément humain. C’est dans cet esprit qu’il conduisait le difficile dialogue social au sein de l’enseignement.

« Sa volonté de plaider et de défendre en permanence les dossiers calédoniens avait parfois agacé Paris »

Je peux témoigner qu’il attachait du prix à deux questions particulières, liées au transfert. La première était l’enseignement des langues et de la culture kanak. Dans le strict respect de l’esprit des Accords. Il s’est malheureusement heurté à des conflits internes qui ont fait obstacle à l’épanouissement de ce service. La seconde était la construction des nouveaux lycées de Pouembout et du Mont Dore. Pour lui, l’engagement de l’Etat à réaliser ces équipements ne pouvait souffrir d’hésitation. Je crois savoir que sa volonté de plaider et de défendre en permanence ces dossiers avait parfois agacé Paris.

Car Patrick Dion, comble de l’expatriation, tout en demeurant un haut fonctionnaire de l’Etat loyal à son administration centrale, s’était pris au jeu du transfert. L’histoire montrera peut être qu’il aura su mieux défendre les intérêts de la Nouvelle-Calédonie que ne pourront le  faire les Calédoniens eux-mêmes !

« En cas de doute, pour le bien de l’enseignement et des jeunes calédoniens, aucune place ne doit être cédée à la médiocrité. Sous quel prétexte que ce soit. »

Son départ, discret, n’est guère à la hauteur de la reconnaissance que nous devons à son dévouement et de son labeur–Patrick Dion usait d’une capacité de travail peu commune- pour les élèves calédoniens.

Car ce sont les élèves qui sont « au centre du dispositif ». Nous aimions à le rappeler, y compris aux partenaires sociaux.

Fasse que le successeur soit au moins d’un égal dévouement et d’une égale compétence. Mais en cas de doute, pour le bien de l’enseignement et des jeunes calédoniens, aucune place ne doit être cédée à la médiocrité. Sous quel prétexte que ce soit.

Et si d’aventure tel était le cas, la solution la plus sage pour le bien de la prochaine rentrée et de la bonne continuité du service public sera que l’on sollicite une exceptionnelle prolongation de séjour pour ce « patron » d’exception.

Jean-Claude Gaby  Briault
Ancien membre du gouvernement
en charge de l’enseignement

HALLUCINANTE VIOLENCE : UNE CHANTEUSE « MASSACRÉE » DANS UN GRAND HOTEL DE NOUMEA

 

Ils sont venus se produire dans le populaire Gypsy Jazz Festival. Dans ce groupe argentin, la chanteuse est également accordéoniste. Samedi soir, elle est blessée à la bouteille par un individu aviné dans un grand hôtel de Noumea. Ce délinquant vient de surcroît « l’achever » d’un violent coup de poing. Sanctions vraiment fermes attendues.

gypsy-jazz-festival-600x390Plusieurs musiciens avaient regagné leur hôtel après leur ultime prestation samedi soir au Centre Tjibaou. Certains d’entre eux se félicitaient même du climat de sécurité régnant à Nouméa, par opposition à celui de Paris durement éprouvée par les récents attentats de Daech. Ambiance conviviale et fraternelle entre artistes.

Non loin se déroulent deux mariages. Quand arrive un individu, fortement éméché, qui vient chercher « quelque chose à fumer ». L’importun insiste et se heurte à la réponse négative d’un responsable de groupe qui lui indique en anglais qu’il n’y a rien de ce genre, et que les visiteurs s’attachent à respecter les interdictions en vigueur.

Cela a le don d’irriter le colosse qui se saisit d’une bouteille et la lance à la volée. La chanteuse d’un groupe argentin est malheureusement sur la trajectoire. Elle est percutée en plein visage. Le fauteur de troubles éructe et hurle, renversant du mobilier, et s’approche de la jeune femme à terre. Il lui assène un terrible coup de point en plein visage !

L’individu a depuis, fort heureusement été appréhendé.

Dans le contexte d’une délinquance qui ne cesse de progresser, de vols à Nouméa qui deviennent de plus en plus fréquents, il faut espérer que les sanctions pour une telle brutalité sauvage seront exemplaires.

Tant il est vrai qu’au delà des peines de prison, il serait temps de mettre en pratique des peines d’éloignement et d’interdiction de séjour.

3000 personnes défilent contre la violence

Ce sont plus de 3000 personnes qui se sont mobilisées à Nouméa vendredi à partir de 11h pour une marche contre toutes les formes de violence.

Organisée par le syndicat des commerçants et la Chambre de Commerce et d’Industrie, avec le soutien de l’association Nouméa Centre ville, la manifestation pacifique s’est mise en marche de la rue Driant où la commerçante du Quartier Asiatique s’est fait agresser, pour aboutir devant les grilles du Haut Commissariat.

Elle faisait référence également à l’assassinat de Daniel Monteiro.

IMG_0206Dans la foule, l’ensemble de la classe politique était présente. On y a vu le Sénateur Pierre Frogier, le Député Philippe Gomès, le Président du Congrès Thierry Santa, le Président du Gouvernement Philippe Germain, Gael Yanno ou encore le Secrétaire général de l’Union Calédonienne.

Devant l'aquariumUne délégation représentant la famille Monteiro, puis une seconde de la CCI et du syndicat des commerçants ont été reçues au Haut Commissariat.

Gabegie, Irresponsabilité, Mépris : Le gâchis de Gadji

Depuis 7 ans, le problème est grave et pendant, et depuis 7 ans, « on » a laissé perduré le provisoire jusqu’au blocage de ces dernières semaines provoqué par un véritable gâchis. Rappel.

DES CENDRES DESTINÉES À HOLCIM
Tout commence avec la construction par Enercal de la centrale Prony Energie à Prony, destinée à la fois à l’usine Vale et aux besoins domestiques des consommateurs calédoniens. La centrale est à charbon. Et les cendres ? Elles seront recyclées dans la fabrication du ciment par Holcim. Tout est au point, c’est juré.

Sauf que quand l’usine est mise en marche et que les premières cendres sont proposées à l’industriel, rien ne va plus : leur qualité est insuffisante !

Manque de prévision ? Manque de précautions ? Toujours est-il qu’il faut immédiatement se débarrasser de ces cendres inutiles er encombrantes. La solution : les déverser à l’ISD de Gadji.

UNE SOLUTION PROVISOIRE QUI DURE
images-1Cette installation, qui a succédé à l’antique dépotoir de Ducos, a coûté 10 milliards. Elle est aux normes européennes et appartient aux quatre communes de l’agglomération pour le stockage des déchets ménagers. Elle n’est pas prévue pour accueillir des déchets industriels. Mais bon, puisque c’est provisoire !

Un an plus tard, pas de nouvelles d’une solution adaptée à ce problème. Les cendres sont déposées sans traitement particulier, volettent alentour, jusqu’à la tribu de N’Dé et dans toute la mangrove. Le Maire de Paita s’inquiète et interroge les responsables. Rien n’y fait.

En désespoir de cause, il prend un arrêté interdisant le stockage des cendres à Gadji en janvier 2010. Branle-bas de combat dans les toutes les sphères : au bout de 3 jours, montre en main, « l’usine devra fermer ses portes » annonce-t-on à Harold Martin qui revient sur son arrêté.

Mais avec des engagements. Notamment celui de procéder tous les 3 mois à un point de situation et d’engager sans délai l’étude et la mise en œuvre d’une aire de stockage aux normes dans la région de la centrale.

Mais rien n’y fait. Enercal continue à produire des cendres, les services de l’environnement de la Province sud, compétente en matière de déchets industriels et d’installations classées, vaquent à d’autres occupations. 5 ans après,  60.000 tonnes de résidus de la centrale de Prony continuent à se déverser annuellement  à Gadji.

PERSONNE NE S’ÉMEUT DU PROBLÈME
60.000 tonnes par an, c’est tout simplement énorme. Pensez : la production de déchets ménagers de l’agglomération est de 90.000 tonnes par an. De surcroît, le transport coûte une fortune : près d’un milliard par an ! Enercal paie mais ne s’émeut guère du problème …

Finalement, de relances de la mairie en silences d’Enercal et de la province, on aboutit à la grogne des coutumiers de Paîta qui ont le sentiment que tout le monde se moque et d’eux, et de leurs problèmes.

Le summum est atteint en avril dernier lorsque le Maire de Païta sollicite Enercal pour une réunion d’information et d’explication avec les coutumiers, et, aux dires de l’intéressé, « se fait envoyer sur les roses ».

Après, c’en est trop pour les coutumiers qui ne voient qu’un moyen de se faire prendre en considération : le blocage.

Réunions qui traînent, sollicitations sans réponse, on arrive péniblement à mettre les parties autour d’une table.

QUI PRENDRA L’INITIATIVE D’ALLUMER UN BRÛLOT ?
Vient s’ajouter à présent une autre question posées par les gens de Païta et exprimée crûment : « Ils nous envoient leur merde, et empochent l’argent ! ». Référence au juteux marché de transport.

Cette affaire met en lumière quelques disfonctionnements étonnants. D’abord, les cendres : étaient-elles recyclables ou non ? Le résultat constaté frise l’amateurisme. Ensuite, la zone de stockage du sud : un je m’enfoutisme général, à l’exception, cela se comprend, du maire de Païta-alors Président gouvernement qui avait tenté de faire adopter un bail de 13ha à Prony pour installer cette zone.

Aujourd’hui, tout le monde semble motivé …

Il faudra de toute façon, aboutir à une « solution consensuelle ». Certains espèrent en effet qu’en cas de poursuite de blocage, les forces de l’ordre interviennent. Funeste réflexion ! « Les coutumiers de Paita ne sont ni des voyous, ni de délinquants », aime à rappeler leur maire. Mais l’histoire ancienne autant que récente de la Calédonie est pleine d’enseignements.

Facile d’imaginer le passage interdit à N’Dé, les caillassages sur la RT1, quelques maisons brûlées, et par malheur, coups de feu et victimes : qui prendra l’initiative, pour des cendres, d’allumer le brûlot ?