Archives de catégorie : Actu régionale

Rencontre avec Marie Gittard: au service des Calédoniens et Français bloqués en Australie (Le Courrier Australien)

Photo Le Courrier Australien

Elle a été l’une des chevilles ouvrières du rapatriement des Calédoniens bloqués en Australie par la crise du coronavirus, une des interlocutrices des institutions locales. Bénévole infatigable, cette action n’était pas une nouveauté pour elle : assistance aux malades, aux enfants évacués, Union des Français de l’étranger, Chambre de Commerce, Légion d’Honneur. Le Courrier Australien a réservé une longue interview à cette Calédonienne hyperactive. Extraits.

« Marie Gittard est calédonienne. A Sydney depuis plus de trente ans, c’est une figure incontournable du milieu associatif français en Australie. Dès le début de la crise du Covid-19, elle s’est mobilisée jour et nuit pour venir en aide aux Français, et plus particulièrement aux Calédoniens bloqués en Australie. Elle nous fait part de son expérience.

« Le 20 mars dernier, le gouvernement néo-calédonien interrompait toutes les liaisons aériennes. Comment avez-vous réagi à cette annonce ?

… « Avec un groupe d’une vingtaine de bénévoles, nous avons donc décidé de nous mobiliser pour faciliter le relais des informations du Consulat Général et de l’Ambassade de France. Il fallait avant tout trouver des solutions pratiques d’hébergements et de transports pour venir en aide aux milliers de français, de France et de Nouvelle-Calédonie qu’ils soient touristes, étudiants ou Working Holiday Visas. Notre action fut aussi large que possible pour venir en aide à tous les français en difficulté en Australie. Mais elle a été adaptée de manière spécifique à chaque groupe.

…  » Nous avons été contactés par des familles, des personnes âgées, des jeunes backpackers, qui faisaient face à des problèmes divers et variés. La première chose à faire consistait à mettre en place un relai d’informations. Etant moi-même originaire de Nouvelle-Calédonie, je me suis naturellement concentrée sur l’assistance aux retours vers Nouméa. Avec mon mari, nous avons aidé à recouper les informations et à consolider les listes de rapatriement pour élaborer une base de données avec le délégué de la Nouvelle-Calédonie, Yves Lafoy, basé à l’ambassade de France à Canberra et le Service de la Coopération Régionale et des Relations Extérieures (SCRRE). L’équipe de bénévoles s’est alors concentrée sur les milliers de questions relatives aux vols, visas, emplois, rapatriements…

Y-a-t-il encore aujourd’hui des Calédoniens bloqués sur le sol australien ?

« Des Calédoniens sont toujours en Australie, certains par choix (étudiants, binationaux) et d’autres en attente d’une reprise de vols commerciaux entre la Nouvelle-Calédonie et l’Australie « …

… « Les groupes WhatsApp sont toujours ouverts. S’il y a toujours des échanges sur les groupes des différents Etats, il n’y en a que peu aujourd’hui sur les groupes spécifiques pour la Nouvelle-Calédonie, maintenant que les rapatriements sont terminés. Je reçois encore des demandes directes qui sont gérées au cas par cas » …

… « Cette expérience fut très riche en contacts et enseignements. Bien entendu, je n’avais jamais fait face à une telle situation et j’ai beaucoup appris sur les difficultés politiques et logistiques engendrées. Le réseau d’entraide et de solidarité mis en place est maintenant solide et soudé. Les chaleureux remerciements exprimés par beaucoup nous ont beaucoup touchés. A mon tour, je profite de cette communication pour remercier notre Ambassadeur, notre Consule Générale et leurs équipes pour leur confiance et la collaboration très positive durant toute cette période difficile. Du fond du cœur, je remercie aussi tous les bénévoles qui se sont lancés dans cette aventure avec moi ! »

QANTAS SUPPRIME 6000 EMPLOIS

La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé jeudi la suppression de 6.000 emplois et le maintien au sol d’une centaine d’appareils, et ce afin d’économiser plus de 9 milliards d’euros et de traverser la crise du coronavirus. Pas de régime de chômage partiel, comme en bénéficient les salariés calédoniens chez notre grand voisin. Le coup est très dur pour ces milliers d’employés et pour l’économie australienne.

«Nous devons nous mettre en position pour plusieurs années où le chiffre d’affaires sera bien moindre. Et cela signifie de devenir une plus petite compagnie à court terme», a affirmé dans un communiqué le directeur général Alan Joyce, commentant la suppression de plus d’un poste sur cinq. 

Selon lui, ce plan de restructurations sur trois ans vis à sauver le fleuron de l’aviation australienne de « la pire crise jamais essuyée par le secteur ».

« Cette année était censée être une année de célébrations pour Qantas, celle du centenaire », a indiqué M. Joyce dans un communiqué. « Clairement, les choses ne se passent pas comme prévu » s’est-il désolé. C’est le moins que l’on puisse dire.

La chute de la demande a déjà contraint Qantas à suspendre jusqu’en octobre tous ses vols internationaux.

15 000 SALARIÉS EN CHÔMAGE TECHNIQUE
Les suppressions d’emplois concerneront Qantas et sa filiale « low cost » Jetstar. Au total, sur les 29 000 employés de la compagnie, 15.000 salariés sont au chômage technique depuis mars. Le groupe espère que la moitié d’entre eux auront repris le travail d’ici à la fin de l’année.

Le Conseil australien des syndicats (ACTU), principale organisation syndicale du pays, a dénoncé le plan de Qantas en appelant M. Morrison à prolonger le programme d’aide « JobKeeper » qui permet aux entreprises de continuer à verser une partie des salaires en dépit de la baisse d’activité liée au coronavirus.

Sur les 150 appareils cloués au sol par Qantas en mars, 100 le resteront pendant une période allant jusqu’à un an, y compris tous les A380 de la flotte, a annoncé Qantas. La compagnie a également reporté les nouvelles commandes d’Airbus A321neo et de Boeing 787-9 Dreamliners.

LA POLYNÉSIE VA REPRENDRE SES VOLS INTERNATIONAUX SANS QUARANTAINE LE 15 JUILLET

Le gouvernement de la Polynésie décidé la reprise des vols internationaux à compter du 15 juillet, et dans le même temps, la suppression de la quarantaine aux arrivées.

Le test avant le vol demeurera toutefois obligatoire. Des test aléatoires seront pratiqués sur les arrivants quelques jours après leur entrée.

Potentiellement, seuls quelques pays seront cependant visés par cet allègement, parmi lesquels la Nouvelle Calédonie, Hawai et les Etats Unis, ainsi que l’Europe.

La bonne situation sanitaire de la Polynésie, et l’urgence à sauver l’industrie du tourisme, vitale pour notre voisin, ont été les principales raisons à cette décision prise conjointement par les autorités du territoire et de l’Etat.

Lire l’article de Tahiti Infos en cliquant sur l’image ci-dessous.

LICENCIEMENTS PROBABLES AU MÉRIDIEN BORA APRÈS CEUX DE L’INTERCONTINENTAL DE MOOREA

Après le licenciement annoncé de 190 personnels de l’Intercontinental Moorea (ex-Beachcomber) et sa fermeture, c’est au tour du Méridien de Bora Bora d’entrer dans la tourmente.

L’hotel du groupe Wane a en effet annoncé à ses représentants du personnel la réunion d’un comité d’entreprise. Objet : la suppression de 149 emplois pour travaux de rénovation et d’agrandissement.

La Polynésie entre ainsi dans une véritable tourmente économique. Aucune annonce de cette nature, pour l’instant, en Nouvelle-Calédonie, si ce n’est la procédure judiciaire de sauvegarde de Nord Avenir dont la situation de l’activité tourisme est en grande difficulté.

Cliquer sur l’image pour lire l’article de Tahiti Infos

LE VANUATU A REÇU SES PREMIERS TESTS COVID-19

Photo RNZ

Le Vanuatu va pouvoir effectuer des test sur place pour les personnes soupçonnées d’être affectées par le Covis 19.

Jusqu’à présent, les prélèvements étaient expédiés en Australie. C’est un avion de l’armée australienne qui a acheminé les 200 premiers test sur les 8400 commandés.

Ces tests ont été financés par l’Australie et la Nouvelle Zélande. Leur transport a été organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé et par la Communauté du Pacifique.

C’est la Chine qui a pris en charge et réalisé l’extension de l’hopital central de Port Vila. Les tests seront mis à la disposition de ses personnels qui ont reçu une formation à cet effet.

Ils pourront être effectués à partir de la semaine prochaine.

AIR NEW ZEALAND LICENCIE 300 PILOTES

La compagnie aérienne Air New Zealand a annoncé le départ de 300 pilotes en conséquence de la pandémie de Covid-19, les 900 autres voyant leurs salaires réduits de 30%.

Compte tenu des bons résultats enregistrés par ce pays dans la lutte contre la pandémie, les vols intérieurs devraient reprendre progressivement.

Par ailleurs se profile un accord sur une « bulle aérienne » entre l’Australie et la Nouvelle Zélande qui impliquerait la reprise des relations aériennes entre les deux pays, ainsi que la relance du tourisme et des relations entre les familles.

Selon le président du syndicat New Zealand Airline Pilots Association (NZALPA) Adrew Ridling,  les pilotes ayant quitté Air New Zealand volontairement ou non « seront les premiers à être rappelés lorsque le secteur se serait rétabli » ; et la durée des congés sans solde choisis par certains « peut durer jusqu’à 10 ans dans certains cas ».

CRISE DU COVID dans la région : LICENCIEMENTS … ET EMBAUCHES

Woolworths embauche 20 000 personnes !

DES MOINS …

Qantas Airways prévoit de mettre 20 000 travailleurs en congé jusqu’à la fin mai au moins.

Virgin Australia supprimera 8 000 employés jusqu’à la fin du mois de mai.

Air New Zealand devrait licencier près d’un tiers de ses employés, environ 3 500, au cours des prochains mois, et a déclaré qu’il s’agissait d’une hypothèse «prudente».

L’opératrice de grand magasin Myer Holdings licenciera temporairement 10 000 personnes sans salaire.

Kathmandu Holdings Ltd, le détaillant de vêtements de plein air propriétaire de Rip Curl, a déclaré que la plupart de ses magasins mondiaux étaient fermés et que presque tout son personnel en Australie serait suspendu pendant quatre semaines sans salaire. Elle compte environ 4 000 employés dans le monde.

ALH Group, le groupe de pubs et d’hôtels détenu majoritairement par Woolworths, licenciera environ 8 000 personnes.

Flight Center réduit ou met en congé un tiers de ses 20 000 employés.

… ET DES PLUS

Woolworths, la plus grande chaîne de supermarchés d’Australie, embauchera 20 000 personnes le mois prochain. Certaines des nouvelles embauches seront celles redéployées à partir de son activité de pubs et hôtels, ALH Group. Woolworths prévoit également d’offrir des postes de courte durée à 5 000 employés de Qantas mis en congé.

Coles a ajouté 7 000 personnes à ses rangs et a annoncé son intention d’en embaucher 5 000 autres pour répondre à la demande croissante dans ses supermarchés et ses magasins d’alcools.

Telstra, la plus grande entreprise de télécommunications d’Australie, gèrera une élimination de 6 000 employés et en embauchera 1 000 en raison de l’augmentation des volumes dans les centres d’appels.

Le groupe BHP, le plus grand mineur du monde, dit qu’il embauchera 1 500 travailleurs temporaires, dont certains se verront offrir des postes permanents après six mois.

AÉRIEN ENTRE AUSTRALIE ET NOUVELLE ZÉLANDE BIENTÔT RÉOUVERT – Extension vers les Iles du Pacifique ?

Une première depuis la fin de la deuxième guerre mondiale : la Première ministre de Nouvelle-Zélande a été invitée à participer au Conseil des ministres australien. La participation s’est effectuée par video.

Au menu, la création d’une « bulle de voyage » permettant les voyages entre les deux pays sans obligation de confinement. Pas de calendrier pour l’heure, mais cette levée de restrictions se ferait dès que les conditions sanitaires le permettraient en toute sécurité.

75.000 Australiens vivent en Nouvelle Zélande, et un demi-million de Kiwis en Australie. Le trafic touristique est également important entre les deux pays : 1,2 millions de Néo Zélandais visitent l’Australie, et 1,6 millions d’Australiens se rendent en vacances en Nouvelle Zélande.

Scott Morrison et Jacinda Ardern voient, dans cette reprise, un grand intérêt mutuel, à la fois pour leurs compagnies aériennes, mais également pour toute la filière tourisme, les relations entre les familles et les échanges sportifs.

Par ailleurs, des experts pressent les deux pays d’inclure des Iles du Pacifique dans cette « bulle de voyage ». Parmi les pays cités, le Vanuatu, Cook ou encore Niue. Beaucoup, cependant, exhortent à la prudence. Certaines de ces îles sont peu immunisées et pourraient être infectées gravement.

Avec une situation sanitaire préservée et un solide système de santé, la Nouvelle-Calédonie pourrait peut être avoir l’ambition de candidater à la « bulle ».

Mais pour l’heure, les deux chefs des Exécutifs anglo-saxons veulent se consacrer aux liaisons trans-Tasman, et s’assurer que la sécurité sanitaire y sera effective. Jacinda Ardern s’est bornée à souligner le « risque énorme » que représenterait l’introduction du Covid-19 dans des pays du Pacifique qui en sont, pour l’instant, indemnes.

la polynésie choisit le cable sous-marin HAWAIKI

A l’issue d’un appel d’offres lancé en septembre dernier, Onati, filliale de l’OPT, a signé la semaine dernière le marché de la connectivité internationale de son second câble sous-marin à fibre optique Manatua pour 15 ans avec Hawaiki. Le second raccordement à l’international pour la connexion internet de la Polynésie passera donc par le nouveau câble qui relie l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Hawaii et la côte Ouest des Etats-Unis.

Lire l’article de Tahiti Infos ci-dessous

COUP DE TONNERRE AÉRIEN : LA COMPAGNIE VIRGIN AUSTRALIA AU TAPIS

Coup de tonnerre dans le paysage aérien australien : Virgin Australia est en cessation de paiement. Quatre experts du cabinet Deloitte ont été nommés administrateurs de la compagnie. Ils ont déclaré avoir comme objectif  » de mettre en œuvre un processus de restructuration et de refinancement de l’activité et sortir de la phase d’administration le plus vite possible ».

8.000 EMPLOYÉS EN CHÔMAGE TECHNIQUE
En choisissant cette procédure, Virgin Australia compte poursuivre ses vols. Toutefois, 8000 des 10.000 employés sont déjà en chômage technique.

La compagnie avait sollicité un prêt de l’Etat australien de près de 100 milliards FCFP, un prêt qui lui a été refusé. L’Etat a déjà dépensé 105 millions de US$ pour que soient maintenus les vols domestiques australiens.

QUI SONT LES PROPRIÉTAIRES DE VIRGIN AUSTRALIA ?
Le groupe Virgin de Richard Branson ne possède que 10% de la compagnie. Le solde est détenu par Etihad  (21%), Singapore Airlines (20%), une compagnie chinoise d’Etat (20%) et China’s HNA Group(20%). Cet actionnariat majoritairement étranger a probablement été un frein à l’acceptation d’un aide australienne.

A L’ORIGINE, COMPAGNIE LOW COST
Nommée à l’origine « Virgin Blue » et opérant comme compagnie low cost, la société est devenue en 2012, un transporteur classique. Sa croissance a suivi, avec une flotte d’une centaine d’avions, et un staff de 10.000 employés.

Son système de fidélité Velocity Frequent Flyer, désormais société séparée de Virgin, compte 10 millions d’adhérents.

QANTAS POURRAIT DEVENIR LA SEULE COMPAGNIE
Si aucun repreneur n’est trouvé, et si les créancier ne souhaitent pas utiliser leurs dettes pour prendre le contrôle de la compagnie, l’Australie se retrouvera avec un seul porteur Qantas, comme ce fut le cas jadis lors de la disparition d’Ansett. Virgin détient cependant  une flotte conséquente, ainsi que des créneaux horaires. Lorsque la situation économique de l’Australie s’améliorera, il ne fait pas de doute qu’une nouvelle compagnie prendra alors sa place.

LE SIÈGE DE VIRGIN INTÉRESSE DEUX ETATS
En attendant, Virgin continue à susciter un intérêt, au moins dans deux Etats. Le Queensland, d’abord, a proposé 127 millions US$ à la compagnie pour qu’elle maintienne son quartier général à Brisbane. Et le New South Wales a offert une somme substantielle … pour que Virgin déplace son siège à Sydney.