Archives de catégorie : Actu régionale

BRISBANE-GOLD COAST CANDIDAT POUR LES JO DE 2032

Les Jeux Olympiques de 2032 vont-ils à nouveau se dérouler à deux pas de chez nous ? À l’issue de son comité exécutif,  le Comité international olympique vient d’attribuer le statut de candidature préférentielle à la ville australienne de Brisbane pour l’organisation des Jeux olympiques 2032.

Le Président du CIO, Thomas Bach, a en effet indiqué que la commission chargée de retenir les villes « futur hôtes » a recommandé au comité exécutif d’entamer un dialogue ciblé avec Brisbane et le comité olympique australien pour l’organisation des JO-2032. « Le comité exécutif a accepté à l’unanimité cette recommandation », a-t-il précisé.

La candidature australienne est articulée autour des villes de Brisbane et de Gold Coast qui ont l’énorme avantage de disposer d’infrastructures sportives déjà existantes. C’est un point fort aux yeux du CIO déterminé à réduire le montant des Jeux disproportionné ces dernières années comme à Londres pour les JO-2012, Sotchi (Russie) pour les JO-2014 d’hiver et Tokyo en raison du report d’un an à cause de la pandémie de coronavirus.

Gold Coast avait ainsi organisé en 2018 les Jeux du Commonwealth, tandis que Brisbane, déjà candidate à l’organisation des JO-1992, revendique 21 sites sportifs mobilisables.

Le tandem Brisbane-Gold Coast ne sera évidemment pas le seul candidat, et rien n’est pour l’instant acquis. La ville-hôte des JO-2032 pourrait être désignée lors de la session du CIO programmé juste avant les JO de Tokyo (23 juillet-8 août), en juillet prochain, si toutefois, la pandémie ne remet pas une nouvelle fois en cause tous les calendriers.

QANTAS : VOLS INTERNATIONAUX EN OCTOBRE

Qantas demeure dans la tourmente. Depuis le début de la pandémie, la compagnie australienne a perdu 100% de son trafic international et 70% de son trafic domestique. Toutefois, en raison de bons résultats de l’Australie en matière de lutte contre le coronavirus, Qantas anticipe un retour à 60% de ses vols intérieurs au mois de mars, et 80% en juin.

Les pertes sont abyssales. Entre juin et décembre dernier, elles se sont élevées à 80 milliards de FCFP.

Au total, la compagnie a licencié 8500 personnels. 7500 autres sont en suspens dans l’attente de la reprise des vols internationaux.

Initialement programmés en juillet 2021, ils ont été repoussés à octobre de cette année. Tout, évidemment, dépendra de la situation sanitaire de l’Australie et de la région. Mais les campagnes actives de vaccination et les perspectives de mise de médicaments sur le marché ont entraîné un léger souffle d’optimisme.

BULLE DE VOYAGE CALÉDONIE-VANUATU : PAS ENCORE DE DÉCISION

Rien n’a encore été décidé par les autorités calédoniennes en ce qui concerne une éventuelle « bulle » de voyage entre le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie. En fait, une assistance a été sollicitée auprès de la CPS pour conduire une étude sur les risques sanitaires d’une telle ouverture à la circulation entre les deux pays.

L’étude va d’ailleurs également porter sur une « bulle » entre Fidji et notre territoire.

Fidji et le Vanuatu sont actuellement réputés indemnes du Covid-19. Toutefois, l’établissement de relations entre les trois territoires doit évidemment faire l’objet d’une évaluation approfondie pour éviter tout risque de propagation du virus. L’établissement d’un protocole strict -certificat de vaccination, par exemple, et tests sanguins et PCR- devrait voir préalablement le jour.

Ces étapes pourraient être préparatoires à l’ouverture de relations avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande quand le moment sera venu.

WALLIS : QUELLE MOUCHE A PIQUÉ MADAME LA PRÉSIDENTE ?

En prenant position sur l’éviction de Vaimua Muliava du gouvernement, la présidente de l’Assemblée Territoriale de Wallis et Futuna a regretté que l’ex-élu de l’Eveil Océanien n’ait pas été reconduit sur une liste prônant l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Est-ce à dire qu’elle soutient les mouvements indépendantistes ? Personne n’ira jusque là, mais ce commentaire engagé sur la vie politique de la Nouvelle-Calédonie mérite quelques rappels.

DÉJÀ EN 1988
Lors de la réunion dite des « Accords de la rue Oudinot » en août 1988 organisée pour traduire juridiquement les Accords de Matignon, les indépendantistes avaient déposé une sorte de motion préalable : un projet de texte visant à faciliter le retour à Wallis et Futuna des ressortissants de ces îles, avec une aide financière de l’Etat.

La délégation du RPCR s’y était fermement opposée, menaçant d’en faire un casus belli. La péripétie avait été close immédiatement. Il y avait donc déjà des élus soucieux de l’intérêt des Calédoniens d’origine wallisienne et futunienne …

UN ACCORD CONCLU EN 2003
L’accord particulier entre la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna ne date pas d’hier. C’est en 2003 qu’à Paris, Brigitte Girardin, ministre des Outre mer, Pierre Frogier, président du gouvernement calédonien, Simon Loueckhote, Sénateur de la Nouvelle Calédonie, Christian Job, Préfet de Wallis, Victor Brial député de Wallis et Futuna, Robert Laufoaulu, Sénateur, Patalione Kanimoa, président de l’Assemblée Territoriale, et les représentants des 3 royaumes signent « l’Accord particulier entre l’Etat, la Nouvelle-Calédonie et le territoire de Wallis et Futuna ».

Cet accord, il est vrai, a connu des dynamiques diverses.

En 2009, Harold Martin alors président du gouvernement avait effectué un déplacement pour réactiver l’Accord. Plus tard, Philippe Germain avait fait de même, puis Thierry Santa avait pris le relais et Vaimua Muliava s’y était rendu.

LES ÉLUS D’ORIGINE WALLISIENNE ET FUTUNIENNE DANS TOUS LES PARTIS
Dans cette affaire, la présidente de l’Assemblée Territoriale de Wallis et Futuna aurait tort de s’inquiéter. L’Eveil Océanien est loin d’avoir le monopole de la représentation d’origine du territoire voisin.

Ces élus sont d’ailleurs plus nombreux dans l’Avenir en Confiance. Mais ils sont également présents chez Calédonie Ensemble et au FLNKS. Tous ont à cœur de maintenir une coopération avec leur pays d’origine.

UN ACCORD AVEC LA PROVINCE SUD
Tout récemment, un autre accord a été conclu avec la province Sud. Il prévoit diverses interventions de coopération, et même la construction d’une maison de Wallis et Futuna pour conforter les relations entre le territoire voisin et la province.

Pas de quoi s’inquiéter outre mesure, donc. Et si Vaimua Muliava ne retrouvait pas un siège au gouvernement par le jeu d’une démission d’un membre de l’UC, les autres élus des différentes collectivités ne manqueront pas de maintenir allumé le flambeau de l’amitié et la coopération entre les deux archipels.

RIFIFI AU FORUM DES ILES DU PACIFIQUE

C’est une crise sans précédent qui secoue la principale organisation politique des îles du Pacifique. A la suite de la nomination au poste de Secrétaire général du Forum de l’ancien Premier ministre des îles Cook Henri Puna, contre celui de la Micronésie, Gerald Zackios, Nauru, les Marshall, Kiribati, Palau et les Etats Fédérés de Micronésie ont décidé de se retirer.

Le premier à dégainer a été le Président de Palau. Whipps Jr conteste ainsi la suprématie numérique dans le Forum des membres du Pacifique Sud, et défend l’admission d’autres îles du Nord comme Saipan et Hawai.

Selon lui, un nouvel organisme régional doit être mis en place afin de mieux assurer la représentation de l’ensemble des îles du Pacifique. Le Président Whipps a annoncé comme suite à cette protestation, la fermeture de l’ambassade de Palau à Fidji.

Palau, autrefois associé aux USA, est un Etat indépendant peuplé de 21.200 habitants.

Dans la foulée, l’ensemble des députés du Parlement des Iles Marshall avait demandé la « réévaluation » des relations avec le Forum.

Désormais, le mouvement de protestation des « nordistes » comprend également Nauru, Kiribati et les Etats de la Micronésie.

La Nouvelle-Zélande, dont la politique étrangère est essentiellement tournée vers les îles du Pacifique a réagi à cette menace de fracture.

La Première ministre, Jacinda Ardern, a nié l’information selon laquelle son pays avait soutenu le candidat élu. Elle a par ailleurs regretté l’intention des pays ayant déclaré qu’ils quittaient le Forum, soulignant que cette organisation tirait sa force dans sa forte représentation des Etats et territoires du Pacifique.

La diplomatie néo-zélandaise est d’ailleurs à l’œuvre pour tenter de convaincre les dirigeants des 5 Etats en partance de demeurer au sein du Forum.

Le conflit qui oppose désormais les pays du Pacifique Nord à ceux du Pacifique Sud a, en tout cas, mis fin à un « gentleman’s agreement » qui existait pour une telle nomination. Un sorte d’échec de la théorie du consensus.

MATT DAMON À BYRON BAY EN AUSTRALIE

La star du cinéma Matt Damon est actuellement en Australie. Il a exceptionnellement été admis à effectuer sa quarantaine sanitaire à Byron Bay, au sud de Brisbane.

Le site australien News.com révèle que Matt Damon est arrivé sur le territoire en jet privé, avec sa famille, afin de rejoindre le plateau de Thor Love and Thunder, le quatrième opus de la saga de Marvel, qui verra revenir Chris Hemsworth dans le rôle-titre, mais aussi Natalie Portman en Jane Foster ainsi que deux des stars des Gardiens de la Galaxie, Chris Pratt et Dave Bautista.

La vedette pourrait rester plusieurs semaines, voire plusieurs mois en Australie, le temps du tournage. Thor : Love and Thunder est attendu le 6 mai 2022 dans les salles.

Matthew Paige Damon, dit Matt Damon, est un acteur, scénariste et producteur de cinéma américain, né le 8 octobre 1970 à Cambridge. Il est révélé en incarnant les rôles-titres de Will Hunting et Il faut sauver le soldat Ryan. Il est par la suite à l’affiche de la trilogie Ocean’s et de la série de films Jason Bourne.

A QUAND LE RETOUR À GOLCÔSSE ?

Si des milliers d’Australiens sont dans l’attente d’un retour « at home », de nombreux Calédoniens se demandent à quelle date ils pourront retourner en Australie, et pour beaucoup, sur la « Golcôsse ». Les informations sur l’ouverture des frontières du continent voisin, à la suite du lancement des vaccinations, sont l’objet de spéculations. Déclarations.

PAS EN 2021
Les médias australiens semblent unanimes sur ce point : le gouvernement de Scott Morrison n’est pas pressé d’ouvrir les frontières du pays aux visiteurs. Il souhaite disposer d’un recul suffisant pour juger de l’efficacité des vaccins, et de leur capacité à stopper la propagation du coronavirus.

Les variants viennent ajouter de l’eau à son moulin. En particulier, le variant sud-africain semble redoutable de contagiosité. De surcroît, rien de permet encore d’affirmer que les vaccins mis au point sont efficaces contre lui. Toutefois, les laboratoires Pfizer-BioNtech ont affirmé que qu’ils pourraient, le cas échéant, adapter leur vaccin pour conserver son efficacité, en 6 semaines.

Cette semaine, le pape australien des conseils scientifiques et secrétaire du ministère de la santé, le professeur Brendan Murphy, déclaré dans une émission d’ABC, répondant à la question d’une ouverture éventuelle des frontières en 2021 : « Je pense que la réponse est probablement non. Même si nous avons une part substantielle de la population vaccinée, nous ne savons pas si cela empêche la transmission du virus« .

EN JUILLET 2021
Le transporteur national australien Qantas, quant à lui, maintient son programme de vols à partir de juillet 2021. Mieux, il poursuit la vente de billets sur ces vols.

Cependant le patron de la compagnie, Alan Joyce, demeure prudent : «  Cela (le départ des vols) pourrait changer, cela pourrait être un peu plus tard, cela pourrait être à ce moment-là. Et nous avons simplement la flexibilité de gérer ce calendrier et de dépendre de la décision du gouvernement à ce moment-là. »

Les autres compagnies, notamment Singapour Airlines et United Airlines observent dans l’attente de la décision finale du gouvernement australien. En attendant, Emirates a mis fin à ses vols vers Sydney, Melbourne et Brisbane tandis que Qatar Airways a confirmé son engagement sur la marché australien. Philippine Airlines et Air Niugini se sont également récemment retirées d’Australie. Japan Airlines devrait interrompre temporairement ses vols vers l’Australie en février.

SYDNEY, BRISBANE OR NOT ?
Alors que la campagne de vaccination va démarrer en Australie, il est patent que le gouvernement veut capitaliser sur les bons résultats dans la lutte contre le Covid. A l’exception de la flambée du virus à Melbourne au second semestre 2020, le pays affiche une situation sanitaire que pourrait lui envier la France par exemple.

C’est probablement la raison pour laquelle il préfère attendre l’observation des premiers effets de la vaccination dans le monde en attendant de décider sa stratégie de réouverture des frontières. Alors, Golcôsse en juillet ? Wait and see …

COVID : VACCINATIONS EN AUSTRALIE DÈS FÉVRIER

Le déploiement du vaccin contre le coronavirus devrait  être entrepris en Australie le mois prochain, près de six semaines plus tôt que prévu initialement par le gouvernement. Au lieu de la date initialement annoncée pour la fin du mois de mars, les Australiens pourraient – si tout se passe comme prévu – commencer à se faire vacciner de la mi-février.

La phase 1a (qui est la première phase), composée de 678 000 personnes, comprend les agents de quarantaine et frontaliers, les agents de santé de première ligne, le personnel de soins aux personnes âgées et les personnes handicapées et les résidents.

La phase 1b devrait couvrir 6,1 millions de personnes, y compris toute personne âgée de plus de 70 ans, d’autres travailleurs de la santé, de jeunes adultes atteints d’une maladie et des travailleurs à haut risque tels que le personnel des services d’urgence et les employés de la transformation de la viande. Elle comprend également les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres âgés de plus de 55 ans.

La phase 2a concerne les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres âgés de 18 à 54 ans, ainsi que les Australiens de plus de 50 ans et d’autres travailleurs à haut risque.

La phase 2b est le reste de la population adulte.

La phase 3, la phase finale, sera pour les enfants mais seulement «si cela est recommandé» étant donné qu’ils ne transmettent pas la maladie comme les adultes.

COVID : AVEC 83 NOUVEAUX CAS SYDNEY DE NOUVEAU EN ALERTE

A la suite de l’apparition d’une série de nouveaux cas de Covid à Sydney, ce sont les Northern Beaches qui ont été identifiées comme cluster. De 28 cas le 19 décembre, le nombre de personnes infectées reliées à ce cluster est déjà passé à 83.

De nouvelles restrictions ont été décidées pour Sydney jusqu’à la veille de Noël. De leur côté, les Etats du Victoria et du Queensland ont fermé leur frontière aux résidents du Grand Sydney.

L’ACT, la Tasmanie, le Territoire du Nord et l’Australie du Sud exigent désormais que toute personne arrivant de Sydney soit mise en quarantaine pendant 14 jours à l’arrivée. WA a rétabli une frontière imperméable pour l’ensemble de la Nouvelle-Galles du Sud.

Les Nouvelles Galles du Sud ont lancé une campagne massive de tests. Il semble bien que Northern Beaches soit la seule source d’infection.

Les autorités s’appuient sur le logiciel de traçage et enjoignent les Australiens à ne pas télécharger des identifications farfelues comme celles constatées de « Mickey Mouse » ou « Donald Duck » …