Tous les articles par noumeaPost

ERRATUM : SOLUTION GAZ POSSIBLE POUR LA NOUVELLE CENTRALE ÉLECTRIQUE

Dans l’article consacré à l’appel à manifestation d’intérêt pour la construction de la nouvelle centrale électrique lancé par NCE, nous avions indiqué que la filière gaz était abandonnée.

Ce n’est pas le cas. Le communiqué de NCE spécifie d’ailleurs « Les entreprises sont donc fortement incitées à répondre avec une proposition incluant des énergies renouvelables. A noter que les combustibles fossiles polluants tels que le charbon et le fioul lourd ne sont pas recevables.« 

Si donc le charbon et le fioul lourd sont écartés, le gaz ne l’est pas. Dont acte.

NOMBRE DE CAS RECENSÉS, NOUVEAU TEST SÉROLOGIQUE FRANÇAIS, rachat de masques sur le tarmac en chine …

NOUVELLE-CALÉDONIE
Pas de nouveau cas au mercredi 1er avril à 20 h sur les 129 tests effectués au cours de la journée.
L’un des 16 patients hospitalisés au Médipôle à la suite d’un diagnostic positif au Covid-19 est désormais guéri. Il a été autorisé à rejoindre son domicile aujourd’hui.
-Parmi les 16 cas confirmés en Nouvelle-Calédonie depuis le début de l’épidémie, 15 sont liés à des voyageurs. Un seul cas n’avait pas voyagé hors de la Nouvelle-Calédonie au cours des derniers mois.
23 personnes sont au centre de quatorzaine de Dumbéa.
1 734 personnes  sont en autoconfinement (à domicile ou dans des hôtels). La DASS a pris en charge l’analyse sanitaire des personnes confinées dans les hôtels. Les sorties sont en cours.

POLYNÉSIE
37 cas confirmés
1 hospitalisaton
0 décès
Le couvre-feu est en vigueur

Cliquer ci dessous pour accéder à Tahiti Infos

WALLIS ET FUTUNA
0 cas

AUSTRALIE
4864 cas confirmés
21 décès
341 personnes guéries
(Le Courrier Australien) D’après les chiffres du Ministère de la Santé de l’Australie, la classe d’âge la plus concernée par le coronavirus est celle des 25-29 ans, qui compte 11,3% des cas du pays. Les experts expliquent cela par leur tendance à voyager et à sortir faire la fête avec des personnes revenant de l’étranger plus souvent que les autres classes d’âge.

La deuxième classe d’âge la plus touchée par le covid-19 est celle des 60-65 ans, avec 9,5% des cas, car ils sont les publics cibles des croisières en bateau, véritables nids de contamination comme l’a montré l’exemple du Ruby Princess. 10% des cas en Australie sont reliés à ce bateau de croisière. Ils sont suivis par les 20-25 ans, qui représentent 9,3% des cas.

Cliquer ci dessous pour accéder au site ABC News

NOUVELLE-ZÉLANDE
647 cas confirmés
1 décès le 01 avril 2020 en Nouvelle-Zélande (Aucun décès supplémentaire par rapport au 31 mars 2020)

Cliquer ci dessous pour accéder au site RNZ

VANUATU
Etat d’urgence et couvre-feu.
Les déplacements sur l’île d’Anatum ne sont plus autorisés, tous les ports d’entrée de l’île sont désormais fermés jusqu’à nouvel ordre afin de réduire les risques d’épidémie de Covid-19.

EN MÉTROPOLE
4.032 personnes sont mortes du Covid-19 dans les hôpitaux français, soit 509 de plus en une journée. Deux TGV médicalisés, avec à leur bord 36 malades du coronavirus, ont quitté Paris pour la Bretagne.

Cliquer ci dessous pour accéder au contenu

UNE SOCIÉTÉ BRETONNE LANCE DES TESTS DE DÉPISTAGE ULTRA-RAPIDE

Les Américains ont racheté des masques commandés par la France, directement sur le tarmac d’où partent les avions en Chine, a dénoncé ce mercredi le président de la région Grand Est, Jean Rottner.

« C’est compliqué, on se bat 24 heures sur 24 » pour que les masques soient livrés, a déclaré à ce sujet Jean Rottner au micro de RTL. « Moi, j’ai une petite cellule au niveau de la région qui travaille d’arrache-pied pour, avec les commanditaires, pouvoir gagner ces marchés. Et effectivement, sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre. Et moi, j’ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir », a-t-il ajouté.

BAC EN MÉTROPOLE : « Je ne crois pas que le Bac 2020 puisse se passer dans des conditions normale« , a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe.

DÉCONFINEMENT : « Il n’y a pas de méthode à suivre sur le déconfinement. Il va dépendre d’éléments dont nous ne disposons pas aujourd’hui entièrement. (…) Il est probable que nous ne nous acheminons pas vers un déconfinement qui serait général, le même partout et pour tout le monde ». Le gouvernement devrait présenter des stratégies de déconfinement dans les prochains jours ou semaines, a ajouté Edouard Philippe.

TENNIS : Wimbledon annulé.

ETATS UNIS : Le nouveau coronavirus a tué un nombre record de 865 personnes aux États-Unis au cours des dernières 24 heures, selon le comptage mardi soir de l’université Johns Hopkins, qui fait référence
Avec cette forte accélération, les États-Unis dépassent la barre des 4000 morts depuis le début de la pandémie, avec un total de 4076 décès liés au Covid-19 recensés par cette même source. Ce nombre a doublé en seulement trois jours.
Selon les autorités sanitaires, le covid-19 pourrait faire 100.000 morts aux USA.

Cliquer ci dessous pour accéder au site de RTL


LEVÉE DU CONFINEMENT OU NON EN CALÉDONIE ? POURQUOI LA DÉCISION EST DIFFICILE

Alors que le territoire est pour l’instant plutôt épargné par la pandémie de covid-19, le délai de confinement de 15 jours fixé par les autorités arrive bientôt à échéance. Selon le dernier communiqué du gouvernement, «  Le président du gouvernement et le Haut-commissaire de la République réuniront le conseil scientifique jeudi 2 avril pour faire le point sur le confinement strict de la population et son éventuelle prolongation ». En clair, le confinement sera-t-il prolongé ou, au contraire, les Calédoniens pourront-ils à nouveau circuler librement et les élèves reprendre le chemin de l’école ? Décision bien plus difficile et plus périlleuse qu’il n’y paraît, et que ne résume certainement pas à une simple question de délai. C’est la santé de toute une population qui est effectivement en jeu. Cette question fait déjà débat pour la métropole, et un expert britannique a publié une étude qui semble faire autorité. Et qui est saisissante. Débat.

UNE SITUATION INÉDITE qui apporte chaque jour son lot de questionnement et de leçons, telle est la crise du coronavirus. Plusieurs questions sont au centre de toutes les interrogations : qui est contaminé, qui ne l’est pas, qui est immunisé, et qui ne l’est pas ? Autrement dit, en cas de levée du confinement, comment garantir que l’épidémie ne connaîtra pas un « rebond », et, en Calédonie, se répandra au sein de toute la population alors qu’un seul cas « autochtone » a, jusqu’à présent, été constaté ?

LA PRESSION DU SECTEUR ÉCONOMIQUE est prégnante, car des milliers de salariés et des centaines d’entreprises ne savent pas comment vivre, au delà du 31 mars, et parfois, survivre. Le dispositif de soutien, par les collectivités locales et l’Etat, sera sans précédent. Sera-t-il soutenable ? Probablement si la France s’engage comme elle l’a promis, mais la casse économique sera de toute façon, terrible.

Faut-il pour autant, comme l’a décidé Donald Trump pour les Etats Unis, privilégier l’économie par rapport à la santé de la population ? Cornélien, et peu probable, dans une collectivité française.

L’ÉQUIPE DE CHERCHEURS DU BRITANNIQUE NEIL FERGUSON est considérée comme l’une des meilleures équipes d’épidémiologistes au monde. C’est Neil Ferguson qui a convaincu Boris Johnson de décider, dans un second temps, les mesures de confinement pour la Grande Bretagne. Dans le cas contraire, l’expert avait avancé le chiffre de 510.000 morts en Grande Bretagne, et de 2,2 millions de morts aux Etats Unis.

L’étude de Neil Ferguson a récemment été présentée à Emmanuel Macron. Il ne fait pas de doute que ses modèles vont peser sur les conditions dans lesquelles va s’effectuer la sortie du régime de confinement. Il peut être question, non pas de semaines, mais de mois …

LE CONFINEMENT « APLATIT » LA COURBE DES INFECTIONS, mais ne stoppe pas définitivement l’épidémie, souligne cette étude. Elle étale la contamination sur une période plus longue. Plus inquiétant, les auteurs indiquent que  » plus cette stratégie sera efficace pour une neutralisation temporaire, plus importante sera l’épidémie à venir en l’absence de vaccination« .

Et de rappeler que pour la grippe pandémique de 1918, le fameuse « grippe espagnole », le monde entier a été touché en 3 phases. Et c’est la seconde phase qui a été de loin la plus mortelle …

LA FIN DE LA PANDÉMIE n’interviendra que lorsque suffisamment de personnes seront immunisées. Un norme est admise : stopper l’épidémie, c’est faire en sorte que chaque personne infectée contamine moins d’une personne en moyenne.

Pour atteindre ce résultat, il n’y a pas 36 solutions: il faut, soit avoir été infecté par le virus du Covid-19 et être guéri, soit avoir été vacciné.

POUR « SORTIR DU BROUILLARD », ET EN ATTENDANT LE VACCIN, LA SÉROLOGIE appliquée à grande échelle pour savoir qui a développé des anticorps et se trouve immunisé, et qui risque encore d’être contaminé, est le moyen avancé par de nombreux spécialistes.

La rapidité du test, sa précision par la mise en évidence d’anticorps ou non, est probablement la solution, non pas pour guérir de la maladie, mais pour aider à prendre la décision de sortie du confinement. Et décider de tout un dispositif de surveillance et d’accompagnement. Dans cette hypothèse, il faut d’abord disposer des tests qui ne sont pas encore sur le marché.

Cliquer sur l’image pour lire le contenu

DANS L’INTERVALLE, CERTAINES MESURES DEVRONT ÊTRE PROLONGÉES, notamment les gestes barrière et la distanciation sociale. Mais pas que.

Toujours en l’absence de vaccin, et si les mesures de confinement étaient partiellement ou intégralement levées,  poursuit l’étude de Ferguson, il serait nécessaire d’appliquer par intermittence pendant de longs mois ces différentes mesures auxquelles s’ajouteraient celles allant de l’isolation de cas à la fermeture d’écoles. Au moindre signe de retour d’un pic épidémique, des fermetures et autres confinements devraient être à nouveau mis en place pour, encore une fois, endiguer la progression de l’épidémie. En attendant d’avoir un vaccin pour en finir véritablement avec le nouveau coronavirus.

LA CALÉDONIE A LA CHANCE D’ÊTRE UNE ÎLE, et de surcroît, le gouvernement et le Haut-Commissaire ont su, en temps et en heure, prendre les bonnes décisions.

Mais pour une éventuelle levée des mesures de confinement, les questions déjà évoquées s’imposeront aux décideurs. Dans le « package » de décisions, l’ouverture ou non du ciel sera une donnée importante.

La Chine comme la Corée du Sud, déjà, après avoir claironné un quasi-endiguement de l’épidémie, doivent faire face à un regain d’infections probablement lié à des retours nombreux de citoyens. Les deux pays adoptent actuellement une stratégie consistant à effectuer un grand nombre de tests, ainsi qu’une mise en quarantaine et une distanciation sociale plus ciblées, mais de nombreuses mesures d’urgence sont encore en place.

Et rien ne dit que Pékin et Séoul ne devront pas mettre en place des mesures plus contraignantes dans les mois à venir.

Cliquer sur l’image pour lire le contenu

Windyty : DÉPRESSION AU NORD DU VANUATU SAMEDI

Selon le site météo Windyty, une dépression se formerait lentement au sud de la Papouasie et prendrait forme à partir de vendredi prochain au sud d’Honiara.

Samedi, elle se rapprocherait de Santo puis se stabiliserait entre Santo et Port Vila.

A partir de lundi soir, elle perdrait se son intensité, puis se disloquerait à partir de mardi.

L’ÉVOLUTION DE CETTE DÉPRESSION SELON WINDYTY

La situation ce jour mercredi 1er avril
Formation de la dépression vendredi au sud d’Honiara
Samedi, la dépression serait au nord ouest de Santo
Dimanche, la dépression serait à proximité de Santo, à l’ouest. Près de son centre, des vents de l’ordre de 55 noeuds prévus par Windyty
La dépression resterait quasi stationnaire à l’ouest de Santo et de Efate
Lundi, notamment, les pluies devraient intéresser la Nouvelle-Calédonie
Mardi, la dépression se comblerait à l’ouest du Vanuatu

NOUVELLE CENTRALE ÉLECTRIQUE : C’EST PARTI

Si la Nouvelle-Calédonie se trouve au début de la crise du Covid-19, cela n’empêche pas qu’un grand projet structurant, la nouvelle centrale électrique de 150 à 200 MGW destinée notamment à alimenter l’usine Doniambo au meilleur coût et selon les technologies les plus modernes, franchisse une étape.

LANCEMENT D’UN APPEL À « MANIFESTATION D’INTÉRÊT »
Nouvelle Calédonie Energie, établissement public constitué par le territoire au travers de l’Agence Calédonienne de l’Energie (ACE) qui possède 50% du capital, par Enercal (40%) et la SLN (10%), vient de lancer, comme prévu, un « appel à manifestation d’intérêt pour la Centrale pays ».

En quoi consiste un appel à manifestation d’intérêt ?

Il s’agit de permettre aux entreprises nationales et internationales spécialisées et expertes en matière de production d’énergie, de candidater pour la réalisation de la centrale. Point supplémentaire d’importance :  » Il est attendu que l’entreprise retenue puisse devenir aussi l’actionnaire principal de la Centrale Pays« .

APPEL D’OFFRE TECHNIQUE AVANT LA FIN DE L’ANNÉE
Les Manifestations d’Intérêt des entreprises seront reçues jusqu’au 30 juin 2020. Elles seront analysées et les entreprises retenues se verront soumettre un appel d’offre technique détaillé auquel elles pourront répondre. Le lancement de cet appel d’offre devrait être effectif avant la fin de l’année 2020.

PAS DE COMBUSTIBLE FOSSILE
Les entreprises sont donc fortement incitées à répondre avec une proposition incluant des énergies renouvelables. A noter que les combustibles fossiles polluants tels que le charbon et le fioul lourd ne sont pas recevables.

RECHERCHE DE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL LE PLUS BAS
Dans le même temps, NCE en lien avec notamment SLN et Enercal va analyser tous les moyens de répondre aux besoins énergétiques en cause avec l’impact environnemental le plus bas. Dans cette démarche, les évolutions technologiques actuelles et à venir seront prises en compte pour fournir « une électricité fiable, durable et économiquement performante, sur le long terme.« 

ETAPE IMPORTANTE ET CHANGEMENT DE CAP
C’est donc une étape importante de ce dossier essentiel pour l’avenir de la SLN et précurseur pour la Calédonie en matière de production d’énergie électrique, qui est lancée. Elle s’inscrit dans une évolution fondamentale décidée par le gouvernement issu des élections de mai 2019 et constituée de deux éléments essentiels :
– la diversification des sources d’énergie « propres », en dehors de la seule solution gaz. Rappelons qu’une première tranche de 50 MW alimentée par l’énergie solaire est sérieusement envisagée,
– l’intégration d’investisseurs privés dans cet investissement lourd de plusieurs dizaines de milliards FCFP, probablement majoritaires, et de fait, l’abandon de la prise de risque des pouvoirs publics dans de grands projets industriels pour lesquels l’expertise de la technique et de la gestion relèvent à l’évidence du secteur privé.

TROP PERÇU DE 4 MILLIARDS REMBOURSÉ AUX ENTREPRISES : PAROLE TENUE

Dans le milieu politique, il est fréquent de souligner que bien souvent, « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent », ou pire, que « les promesses rendent les couillons joyeux » ! Ce n’est pas le cas pour l’engagement de restituer par anticipation aux entreprises calédoniennes l’avance sur droits et taxes de 4 milliards qui leur avait été imposée lors de l’instauration de la TGC, un engagement formulé par l’Avenir en Confiance pendant la campagne pour les élections provinciales. Inscrit par Christopher Gyges dans le projet de loi de relance présenté par le gouvernement Santa en fin d’année dernière, puis voté par le Congrès, ce remboursement a fait l’objet d’un accord de prêt de la BCI et de la BNC pour son financement, accord signé le 18 mars dernier. Les versements sont en cours. Parole tenue.

Lors de la période de mise en marche de la TGC, les entreprises calédoniennes avaient été taxées … par deux fois en raison d’une période de superposition des régimes fiscaux ancien et nouveau touchant à leurs stocks. L’ancien gouvernement avait remboursé une moitié du trop perçu, et s’était engagé à restituer le solde sur plusieurs exercices, en utilisant notamment une procédure de crédit d’impôt.

Ainsi, dans une conjoncture déjà difficile, le monde économique calédonien avait du subir une importante dépense de trésorerie, alors que déjà, les recours bancaires devenaient plus hypothétiques.

Annoncé par l’Avenir en Confiance lors de la campagne pour les élections provinciales, puis inscrit et voté dans la loi de relance économique fin 2019, ce remboursement anticipé est très important : pratiquement 4 milliards qui sont progressivement versés à 1100 entreprises.

Un processus infiniment plus souple que des déductions fiscales ou même que le processus administratif de mandatement a été choisi compte tenu des circonstances. C’est l’Agence pour le Remboursement des Taxes à l’Importation (Arti) qui a effectué l’emprunt (BCI 2,5 milliards, et BNC 1,5 milliard) et qui assure les remboursements aux entreprises.

Quant au prêt contracté, ses échéances seront assurées sur les recettes de la TGC à raison de 1 milliard 350 millions par an.

Depuis, la crise du Covid-19, la situation des entreprises calédoniennes s’est considérablement dégradée. Nul doute que dans un paysage économique de désolation, cette injection de fonds, inespérée il y a quelques mois, sera particulièrement appréciée.

ANCIEN PRÉSIDENT DE L’OM Pape DIOUF EST MORT DU CORONAVIRUS

L’OM est en deuil : son ancien président Pape Diouf, à la tête du club entre 2005 et 2009, est mort ce mardi 31 mars du coronavirus. Son décès a été confirmé par la RTS, la chaîne de télévision publique du Sénégal.

Pape Diouf avait été hospitalisé dans la capitale sénégalaise, touché par le coronavirus et placé sous assistance respiratoire. Il devait être rapatrié de Dakar à Nice en avion sanitaire mais son état s’est dégradé, l’avion n’a pas pu décoller et il est décédé sur le sol sénégalais selon une source familiale.

DES JEUNES DÉCÈDENT DU COVID-19

Le Covid-19 atteint mortellement des jeunes, même si les proportions dans l’échelle des âges sont moindres. En métropole, Julie, décédée récemment avait 16 ans. Au Portugal, un jeune de 14 ans, Vitor, a été lui aussi victime du virus. Toutefois, Ce jeune souffrait « d’une situation clinique complexe, avec d’autres pathologies graves », a indiqué le directeur général de la santé portuguais.

A Londres, Un adolescent britannique de 13 ans est mort lundi après avoir été testé positif au nouveau coronavirus, ont annoncé mardi l’hôpital où il est décédé et sa famille, selon laquelle il n’était atteint d’aucune pathologie sous-jacente.

En Belgique, une adolescente de 12 ans est décédée des suites du Covid-19.

L’ÉPIDÉMIE EN FRANCE
Le Covid-19 a causé 3 523 morts dans les hôpitaux français, dont 499 depuis lundi, la plus forte hausse quotidienne constatée jusqu’à présent. Le bilan français dépasse, mardi, les chiffres officiels communiqués par Pékin, qui font état de 3 305 morts en Chine.

22 757 personnes sont hospitalisées, dont plus de 5 565 cas lourds admis en réanimation – 458 patients de plus qu’hier. 52 128 personnes ont été testées positives par PCR au Covid-19, soit 7 578 depuis le dernier bilan de Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, lundi

L’ÉPIDÉMIE EN EUROPE
En Italie, pays qui enregistre le record mondial de décès (12 428, pour plus de 105 000 cas recensés), le confinement commence à produire des résultats encourageants après trois semaines.

Deuxième pays le plus touché au monde avec 7 340 décès, l’Espagne a battu mardi son triste record de morts journalier, avec 849 nouveaux décès enregistrés en 24 heures, et ce malgré un ralentissement de la contamination constaté ces derniers jours

Aux Etats-unis, qui recensent le plus grand nombre de cas confirmés (160 000 et plus de 3 400 morts), la propagation du virus s’accélère dans la région de New York.

COVID-19 : UN SEIZIÈME CAS EN CALÉDONIE

Au point de situation sanitaire de ce mardi 31 mars à 18h, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie annonce un seizième cas de coronavirus.

84 tests ont été effectués ce jour. La personne infectée aurait été en confinement au Cise de Koutio.

Il demeure que sur les 16 cas enregistrés, 15 sont liés à des voyages, un seul est « autochtone ».

Le répit de 3 jours sans nouveau cas s’interrompt donc. Le gouvernement a renouvelé son appel à respecter les règles de confinement ainsi que les gestes barrière.