Tous les articles par noumeaPost

COVID : AGENTS POSITIFS AU CENTRE HOSPITALIER DE POLYNÉSIE

Pour certains syndicats, la propagation du virus est « hors de tout contrôle » depuis l’ouverture des frontières en Polynésie. C’est à présent au Centre Hospitalier de Polynésie Française, l’Hopital Taaone, le « Médipôle » tahitien, que le covid-19 a fait son apparition. Craintes.

Dans une note de service datée du 10 août dernier et envoyée dans tous les services du Centre hospitalier de Taaone (CHPF), pour une diffusion générale, la directrice de l’établissement fustige « des comportements inappropriés dans la sphère privée, en particulier l’absence totale de mesures de précaution lors de rassemblements festifs ou amicaux« . La note précise surtout qu’en conséquence, « plusieurs agents du CHPF ont été diagnostiqués positifs au Covid-19« . Des enquêtes sont en cours pour « identifier et tester d’éventuels cas contacts en population générale et au sein de l’établissement (agents et patients)« .

Il semblerait que c’est au cours de la Fête de Bayonne organisée par le désormais célèbre restaurant de Papeete « Piment Rouge » que la circulation du virus s’est accélérée. Des agents du Centre Hospitalier y sont allés faire la fête, sans respect des recommandations sanitaires comme la quasi-totalité de fêtards.

Selon Tahiti Infos,  » les syndicats affirment qu’aujourd’hui la propagation du virus « est hors de contrôle depuis qu’on a ouvert nos frontières (…). Et cela ne servirait plus à rien de mettre en place le reconfinement car le virus est bien présent au fenua« , affirme la déléguée syndicale de Otahi Madeline Taputu. Seule solution pour la syndicaliste c’est de « renforcer la sécurité » mais elle déplore le fait que  » nous ne sommes pas en sécurité. Nous n’avons que des masques et le gel hydroalcoolique« .

COVID : ESPOIR DE BAISSE À MELBOURNE

Un optimisme discret se manifeste dans la capitale du Victoria, un Etat australien durement affecté par un rebond de l’épidémie de Covid. Hier, le nombre de cas nouveaux s’est situé sous la barre des 300 avec 278 tests positifs.

Avec également 8 décès, la courbe s’infléchit.

En revanche, quatre enfants âgés de moins de 10 ans sont hospitalisés avec le coronavirus, contre zéro mercredi dans cette tranche d’âge.

Le ministre fédéral de la Santé, Greg Hunt, a déclaré que les chiffres de jeudi étaient un signe du « premier optimisme prudent et une véritable cause d’espoir autour de l’aplatissement de la courbe à Victoria. Il y aura des jours de hausse et il y aura des jours de baisse. Ce ne sera pas une progression en ligne droite« .

Les Loyalistes inaugurent leur local de campagne, les antennes du Conservatoire sauvées, un Cyclo Tour du Caillou

Actualité calme en Calédonie, ou presque habituelle. Blocage d’un minéralier à Poum pour cause de conflit interne de la Sonarep dont les petits actionnaires veulent les comptes 2018-2019. Des comptes prévus à la prochaine assemblée générale. Conflit à Bourail entre la mairie et les pompiers accompagnés par une tribu. En jeu : la nomination du chef de la caserne. Après le renoncement à un responsable recruté en métropole, les deux parties s’accrochent sur le nom d’un Calédonien.

Justement, il s’agit d’un ancien coureur cycliste, Danilo Guépy, qui apparait. Le cyclisme affecté par le Covid et privé de Tour Air France cette année. Mais le nouveau comité organise un cyclo-tour qui se déroulera en province Sud.

Côté musique, une solution a été trouvée pour maintenir les antennes décentralisées du Conservatoire de Musique et de Danse. Le gouvernement a même présenté un plan de financement de 3 ans pour maintenir la formation de 700 élèves et l’emploi des intervenants.

Wallis continue sa percée en Nouvelle-Calédonie. Après l’arrivée d’un parti charnière communautaire qui règle la majorité au Congrès, l’intrusion annoncée dans le Conseil d’administration d’Aircalin, les 66 stands du territoire voisin au Jeudi du centre-ville ont attiré de nombreux Nouméens.

Pour le prochain week end, la Foire de Bourail se prépare. Et contrairement aux contraintes subies dans le monde entier par le Covid, les participants et les visiteurs seront libres de circuler, d’échanger, de se toucher sans masque et sans risque. La bonne nouvelle est la Nouvelle-Calédonie poursuit son parcours de pays « covid free ».

Une bonne nouvelle complétée par la victoire du PSG sur Bergame, en foot, et l’accès de l’équipe parisienne aux demi-finales de la compétition européenne.

Une actualité dans laquelle beaucoup pourraient oublier que la Calédonie va devoir choisir dans 7 semaines à peine, si ses habitants seront brutalement plongés dans l’aventure d’une Kanaky indépendante, ou resteront dans l’actualité républicaine, parfois monotone, mais si familière.

Cette échéance, pourtant, se prépare des deux côtés. Les Loyalistes, en inaugurant leur local de campagne hier soir, ont rappelé son imminence.

ÉCONOMIE EN CONCERTATION : CHRISTOPHER GYGES RENCONTRE LES CHEFS D’ENTREPRISE À NOUMÉA

C’est une méthode décidément innovante, poursuivie par Christopher Gyges, « ministre » en charge de l’économie et de la fiscalité, mais pas que, au gouvernement : rencontrer en direct et en public, les acteurs de l’économie calédonienne. Hier soir, dans la salle d’Honneur de l’Hôtel de Ville, la maire de Nouméa qui accueillait l’événement, la présidente de la province Sud, mais également le membre du gouvernement en charge du budget, les président des Chambres Consulaires étaient également au premier rang. « Vous pouvez vous exprimer librement, a indiqué le membre du gouvernement en introduction. Je m’apprête à entendre des choses plus ou moins agréables, mais c’est le but de l’exercice : échanger sur ce qui va, mais surtout sur ce qui ne va pas ». Le public a répondu à ses attentes.

Parmi les plus, le quitus favorable aux mesures prises par le gouvernement, et d’une manière générale, par la province Sud et les autres collectivités ainsi que par l’Etat. Il est vrai qu’un dispositif de soutien, lourd et inédit, a été mis en place pour surmonter la crise. Mais cette dernière n’est pas terminée.

Parmi les moins, les responsables économiques présents n’ont donc pas manqué de pointer du doigt les grains de sable dans les rouages, et les interrogations sur l’avenir.

Plusieurs intervenants, ayant affronté des redites de procédure, de lenteur de réponse, ont appelé à davantage de simplifications administratives. Parmi les réponses apportées : la dématérialisation des démarches dont le développement, en cours, sera poursuivi. Des cas particuliers ont été évoqués : rien de tel que le direct avec un responsable pour faire avancer un dossier délicat ou « en rade ». Traitement immédiat par une prise de contact avec les collaborateurs de Christopher Gyges.

La confirmation que le secteur du tourisme est, dans certains cas, en situation de détresse, est apparue clairement au cours des échanges. Fin de non recevoir de banques, épuisement de trésorerie, absence de visibilité et donc d’espoir, ont été exprimés par plusieurs intervenants.

De son côté, Christopher Gyges a abordé quelques dossiers brûlants, comme l’annulation de certaines charges, ou la simplification de la TGC. Ce dernier item est toujours en discussion avec les organisations intermédiaires et les employeurs. « C’est un engagement de campagne. Il y a un an, tous mes interlocuteurs voulaient une simplification des taux de la TGC. Mais à présent qu’il faut en réduire le nombre, l’accord est moins unanime …« . C’est donc vers une rationalisation progressive que le dossier pourrait évoluer, avec des compensations pour les activités dont le taux serait majoré.

Ainsi, dans le secteur des travaux de rénovation, si le taux pourrait augmenter, cette majoration serait compensée par une incitation fiscale : le plafond des dépenses déductibles passerait de 2 millions à 10 millions, avec un étalement sur 4 ans de la déduction. De quoi, en effet, booster la demande, et diluer l’augmentation du taux de TGC dans ce cas précis.

Les participants à cette séance d’échange en direct et sans langue de bois ont visiblement apprécié l’exercice. Parmi les interrogations, bien sûr, celle relative à la durée de la crise. Le gouvernement local est, comme tous les gouvernements du monde, soumis au calendrier de sortie du médicament pour soigner le Covid, et celui plus aléatoire, de la production de vaccin. Et là, personne ne possède la fameuse boule de cristal …

SÉRIE TV « OPJ » : LA SAISON 4 EN CALÉDONIE

La série « OPJ « , troisième à l’audience des feuilletons de France Télévisions, est aussi une fenêtre ouverte par le groupe français sur les Outre-mer, et sur le Nouvelle-Calédonie pour ce qui concerne la saison 1. C’est également un budget de 200 millions dépensé sur place, et le renforcement d’une filière permettant la montée en compétence de techniciens locaux et des artistes. Pour des raisons liées aux contraintes sanitaires, France Télévisions a finalement décidé de renoncer à tourner la saison 2 sur le territoire. Mais pour Walles Kotra, la saison 4 se déroulera ici.

LA RÉUNION SUCCÈDE À LA CALÉDONIE
La Réunion, ayant déjà bénéficié du tournage de la série « Cut » – « La fierté de la Réunion », avait titré Ouest France en 2015-, s’est immédiatement proposée pour remplacer de la Calédonie. Proposition retenue par France Télévisions qui, pour des raisons pratiques également liées au Covid, y produira deux saisons d’OPJ, la 2 et la 3.

« Nous avons essayé de trouver des solutions avec nos partenaires institutionnels, regrette Walles Kotra, le patron de la filiale France Télévisions en Nouvelle-Calédonie, mais c’était très difficile au plan sanitaire« . Le territoire est en effet inflexible sur les procédures de protection de la population, incluant quatorzaine et tests. A raison, lorsque l’on voit la flambée du Covid en Polynésie, contrainte de rouvrir ses frontières pour cause de survie de sa filière touristique.

« IL NE FAUT PAS BAISSER LES BRAS »
Walles Kotra, pour autant, se projette dans le futur et l’après Covid. « Il ne faut pas baisser les bras« . Pour lui, la construction d’une véritable filière calédonienne capable de se placer pour accueillir des tournages de télévision et de cinéma est toujours possible, et demeure un objectif. « Dans le milieu culturel, cette filière peut être l’équivalent à ce que fut, dans le secteur minier et métallurgique, la construction d’une nouvelle usine« .

S’il ne manque pas d’inviter chacun à venir participer à la Fête de la Pastèque dans sa chère île de Tiga, celui qui a été l’un des membres du Comité de Direction de France Télévisions, conserve son exceptionnel réseau de relations dans le premier groupe audio-visuel français, et même au delà. Son ambition : que la Nouvelle Calédonie soit davantage visible sur les chaînes nationales. Et si France Ô, dont il a été le patron, ferme ses écrans dans un an, le « Pacte de Visibilité » permettra l’affichage des territoires ultra-marins sur les différents médias de France Télévisions.

« La saison 4 d’OPJ sera tournée en Calédonie« , affirme-t-il, en ajoutant que tout sera fait pour que les principaux responsables de France TV viennent chez nous, histoire de le découvrir ou de mieux l’apprécier. Et d’obtenir le tournage de documentaires nouveaux sur le territoire. Entretemps, bien sûr, l’épreuve de Covid aura été surmontée par le monde en général. Et par la Nouvelle-Calédonie en particulier.

ALERTE COVID EN NOUVELLE-ZÉLANDE et lock out à Auckland

 (RNZ) Auckland passe au niveau 3 à midi aujourd’hui pendant trois jours, jusqu’à minuit vendredi. Le reste de la Nouvelle-Zélande entre dans le niveau d’alerte 2 à partir de midi aujourd’hui pendant trois jours, également jusqu’à minuit vendredi.

Il fait suite à l’annonce du Premier ministre Jacinda Ardern selon laquelle il y a eu 4 cas de Covid malgré les procédures d’isolement à Auckland et la quarantaine.

Les habitants d’Auckland devraient rester à la maison du travail ou de l’école. Les écoles et les garderies d’Auckland seront fermées à partir de ce matin, sauf pour les enfants des travailleurs des services essentiels, et les rassemblements de plus de 10 personnes sont à nouveau limités à Auckland.

En savoir plus sur le changement de niveau d’alerte:

La gestion du trafic est en place sur les quatre sites de test d’Auckland, mais les gens devraient s’attendre à des attentes plus longues que d’habitude.

Les centres sont:

  • Northcote – 16-18, chemin College
  • Eden Terrace – 112 New North Road, entrée via Ngahura Street
  • Henderson – Maison Whanau, au coin des rues Edsel Stree et Catherine
  • Wiri – Clinique communautaire Whanāu Ora, 25 Druces Road

Deux centres pop-up seront ouverts à partir de 9h.

L’un se trouve dans le parking Otara Town Center, le second au Health New Lynn.

Les cabinets généraux et les cliniques de soins d’urgence sont également préparés pour un plus grand volume de tests.

Les unités de test mobiles sont en attente d’être déployées rapidement dans des endroits de la ville, conformément aux directives de la santé publique.

COVID : VACCIN DISPONIBLE EN RUSSIE ANNONCE POUTINE

C’est mardi dernier que Vladimir Poutine a annoncé qu’un vaccin contre le coronavirus a été développé en Russie lors d’une réunion du gouvernement. «Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré», a-t-il déclaré en ajoutant : «je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable». 

Il a également indiqué que l’une de ses filles avait reçu le vaccin.

Vladimir Poutine espère que la Russie passera prochainement à la production de masse du vaccin. Le ministre russe de la Santé a déclaré de son côté que le vaccin sera produit par le Centre Gamaleï d’épidémiologie et de microbiologie, où il a été développé en collaboration avec le ministère de la Défense, ainsi que par la société Binnopharm.

La Russie devrait produire plusieurs centaines de milliers de doses assez rapidement, et plusieurs millions en début d’année prochaine.

L’Association des organisations de recherche clinique, qui réunit des entreprises pharmacologiques russes et des structures de recherche, a émis mardi des réserves face à ce vaccin russe, indiquant qu’il n’aurait pas fait l’objet de tests suffisants.

43 NOUVEAUX CAS DE COVID EN POLYNÉSIE

L’ouverture des frontières de la Polynésie le 15 juillet dernier aurait-elle déclenché les feux de l’enfer pour ce paradis du Pacifique ? Le bilan du dernier week end s’établit désormais à 43 nouveaux cas, soit au total 50 nouveaux malades depuis la semaine dernière.

Principalement relevés à Tahiti, les cas ont aussi été enregistrés à Bora Bora, Moorea et Rangiroa.

Lire l’article de Tahiti Infos en cliquant sur l’image ci-dessous

NOUMÉA-PARIS PAR AIRCALIN, sursis pour l’incendiaire du Sénat Coutumier, grosse impasse pour le budget de la Calédonie

PARIS-NOUMÉA PAR AIRCALIN, c’est le vol effectué par la compagnie calédonienne dont un des A330 neo a été affrêté à la suite d’un appel d’offres. L’appareil a transité, à l’aller, par Séoul, et au retour, par Tokyo. Le « Kanuméra » a été également inspecté à Paris dans le cadre d’une opération normal de maintenance, et a été déclaré bon pour le service. Des vols sur Paris par ACI, un jour ?

L’INCENDIAIRE DE LA CASE DU SÉNAT COUTUMIER ÉCOPE DU SURSIS à l’issue de sa comparution devant le Tribunal Correctionnel. Le ministère public avait requis une peine de 3 ans, dont 1 avec sursis. Le Tribunal à jugé que l’incendie de la dite case et l’incendiaire n’en valaient pas cette peine.

LA COUPE DES PINS COLONNAIRE DU MUSÉE SUSPENDUE PAR L’ENCHAÎNEMENT DE FLORENT EURISOUKE, qui dans le passé s’était déjà enchaîné à la Dimenc.

LE BUDGET CALÉDONIEN EXPLOSE avec les dépenses supplémentaires générées par la crise sanitaire. Il passe de 66 milliards pour le budget propre de la Calédonie (hors provinces, communes et établissements publics), à 117 milliards. Une partie de ces dépenses a pu être assurée par le prêt de 29 milliards consenti par l’AFD avec la garantie de l’Etat. Mais pour combler l’impasse, les collectivités locales devront se serrer la ceinture.

MANQUE DE BUDGET POUR L’ANTENNE NORD DU CONSERVATOIRE, et c’est une des conséquences de la crise budgétaire que la Calédonie doit affronter. 40 emplois seraient menacés.

CHRISTOPHER GYGÉS À L’ÉCOUTE DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ce soir à 18 heures dans la salle d’honneur de la Mairie de Nouméa. Le membre du gouvernement en charge de l’économie poursuit sa méthode d’écoute et de concertation en rencontrant les chefs d’entreprises de l’agglomération, après Bourail et Koné.

LA MAIRIE DE NOUMÉA RÉCOMPENSE DES PROJETS AMÉLIORANT LA VIE DES HANDICAPÉS en primant dix propositions déposées dans le cadre d’un appel à projet. Le lauréat est l’association pour la surdité qui réalisera dix boîtes de jeux pour l’apprentissage de la langue des signes.

NOUMÉA ORGANISE UN FESTIVAL DES CULTURES URBAINES au Skate Park de Sainte Marie. Roller, BMX ou Origami sont proposés à plusieurs centaines d’enfants venus de tous les quartiers.

EXPLOIT DE PAUL BARJON EN GOLF : UN CALÉDONIEN À L’US OPEN !

Il l’a fait. Le golfeur calédonien Paul Barjon, en terminant deuxième du du Portland Open à deux coups de l’Américain Lee Hodges, intègre  le top 5 du classement général du circuit et décroche donc une des 5 places réservées à l’élite du Korn Ferry Tour dans le prochain US Open.

Paul Barjon sera aux côtés de Victor Perez, son ancien coéquipier des rassemblements de l’Equipe de France, du 17 au 20 septembre au Winged Foot Golf Club à Mamaroneck dans l’état de New York.

Le Calédonien est actuellement classé 164e joueur mondial. Son aîné, Jean Louis Guépy, avait été n°1 français en 1995 et 50e joueur européen. En 2004, il avait inscrit son nom dans le livre des records avec 10 birdies d’affilée à Marcilly.

Jean Louis Guépy aux côtés de la légende Greg Norman

Paul Barjon a eu en France les honneurs de l’Equipe qui écrit : « Au Portland Open, son 12e tournoi sur le Korn Ferry Tour (l’antichambre de l’élite américaine), Paul Barjon a signé son quatrième top 3 de la saison. Le Français grimpe ainsi dans le top 5 de l’ordre du mérite et a récolté son billet pour le prochain US Open (17-20 septembre), où il retrouvera Victor Perez.

« « C’était mon objectif en début de semaine, a confié l’ex-étudiant de Texas Christian University, qui va vivre son premier tournoi du Grand Chelem. Je cherche toutes les semaines à gagner bien sûr, mais la motivation de cette semaine était encore mieux. » Barjon était même en tête de l’épreuve après trois tours, mais un 73 (+2) dominical l’a laissé à deux coups du vainqueur Lee Hodges. »

Sous le titre « Korn Ferry Tour : Paul Barjon valide son ticket pour l’US Open », le Figaro écrit : Co-leader samedi soir dans la banlieue de Portland (Oregon) au WinCo Foods Portland Open, Paul Barjon a rendu une difficile carte de 73 (+2) et laisse la victoire à l’Américain Lee Hodges à -11 (273). Le Français prend la deuxième place du tournoi à -9 (275) en compagnie des Américains David Lipsky et Chad Ramey ainsi que le Chinois Carl Yuan. C’est la troisième fois de la saison qu’il finit à une deuxième place sur la deuxième division US. En prenant la cinquième place de l’ordre du mérite du Korn Ferry Tour, il valide surtout son ticket pour l’US Open programmé du 17 au 20 septembre à Winged Foot (New York). Il y aura donc deux Français au deuxième tournoi Majeur de l’année : Victor Perez et Paul Barjon ! »

Dans Ouest France, ce titre : « Golf. Kornferry Tour – Paul Barjon, second à Portland, gagne sa place pour l’US Open »

Pour mémoire, l’US Open est l’un des quatre tournois majeurs du golf professionnel masculin avec le Masters, le British Open, et le championnat PGA. Tiger Woods et Jack Nicklaus s’y sont illustrés. Dans la région, l’Australien Geoff Ogilvy et le Neo-Zélandais Mickael Campbell y ont inscrit leur nom. Paul Barjon est un des rares Français à y être admis et, dans la jeune histoire du golf calédonien, le premier du territoire.