JACQUES LALIÉ VA-T-IL ÊTRE EXCLU DE L’UNION CALÉDONIENNE ?


Tandis que le blocage du budget de la province des Iles Loyauté commence à porter ses effets auprès des administrés, Jacques Lalié traduit devant la Commission de Discipline de l’Union Calédonienne va connaître la sanction qui aura été recommandée par cette dernière lors du Comité directeur du parti, samedi prochain à Canala.
Pour rappel, il lui est reproché de s’être rendu à l’invitation de la Première ministre pour participer à la première réunion des partenaires à Paris, réunion faisant suite à la clôture des consultations d’autodétermination. L’UC avait prôné le boycott de cette réunion, mais Jacques Lalié s’y était rendu, selon lui, en qualité de président de l’institution province Iles, et parce qu’il avait donné sa parole au ministre Carenco lors de la venue de ce dernier sur le territoire.
Quel pourrait être la sanction infligée ?
En assemblée de province, la démission du président a été demandée par les élus UC qui lui sont hostiles. Et puis, la sanction pourrait avoir valeur d’exemple au sein d’un parti dont la génération vieillissante veut conserver les rênes.
Pourtant, Jacques Lalié a aussi des amis. Au moins ceux qui l’ont soutenu lors de la séance budgétaire. Mais au delà, l’homme sait se montrer habile dans un parcours indépendantiste aux multiples rebondissements ! Beaucoup ont oublié qu’il a d’abord été proche de Nidoishe Naisseline au sein du LKS, parti dont il avait été exclu en 1987. En 1989, il avait mené une liste conjointe avec le Front Uni de Libération Kanak aux élections provinciales. Devenu adhérent de l’UC en 1993, il conduira pourtant une liste dissidente UC Renouveau, concurrente de celle de l’UC menée par Neko Hnepeune en 2004. A la suite de cette incartade, il sera exclu de l’UC.
Ses diverses alliances passeront par une liste commune avec le Palika et le parti de Cono Hamu, ancien de la FCCI, aux provinciales de 2009. Finalement, à l’issue des élections provinciales de 2019, il se retrouvera président de la province Iles Loyauté. Une vraie performance.

Dans ce dédale d’amitiés tressées depuis des décennies au sein du monde indépendantiste des Iles, quel sera la sanction infligée à ce proche de Roch Wamytan ?

L’exclusion, à, théoriquement, un an du renouvellement des assemblées de province, viendrait perturber un peu plus l’influence de l’Union Calédonienne aux Iles. Mais tout autre verdict serait une marque de faiblesse.

On pourrait donc imaginer une demi-mesure, accompagnée d’une forme de repentance de Jacques Lalié, une sorte de rappel à la loi du parti. Le tout, accompagné de quelques gestes coutumiers et de promesses lesquelles, c’est bien connu dans le monde politique, n’engagent que ceux qui les reçoivent …