UN CLIVAGE SUPPLÉMENTAIRE CHEZ LES NON-INDÉPENDANTISTES

Le budget supplémentaire de la Nouvelle Calédonie a été voté par la majorité installée au gouvernement. Rien d’anormal à ce que ces deux majorités, celle existant au sein de l’Exécutif, et celle en résultant au Congrès, se retrouvent.

Dans ce cas de figure classique, la marge de manoeuvre accordée peut concerner quelques amendements au projet gouvernemental, amendements qui peuvent être issus aussi bien des rangs de la majorité que de ceux de l’opposition. Cette fois, l’intransigeance a été de mise. Certains observateurs estiment que celle-ci est une posture destinée à éviter de donner le bénéfice de la générosité à la minorité loyaliste, afin de proposer ultérieurement des adoucissements à la situation parfois dramatique de ménages, d’entreprises et d’exploitations agricoles.

Une majorité étant en place, le vote du Rassemblement et du RN qui s’y est ajouté a suscité un certain étonnement. Les Nouvelles évoquent une « surprise« , notant « un cas de figure étonnant à une semaine du renouvellement du Bureau du Congrès« .

A l’évidence, en effet, une abstention aurait été une option, à défaut d’un vote « contre » semblable à celui des Loyalistes. Les voix de l’Avenir en Confiance jointes à celles des indépendantistes et de l’Eveil Océanien n’est donc pas un affichage anodin. D’autant qu’il s’est renouvelé dans le refus d’améliorer le taux directeur des hôpitaux. C’est donc, ostensiblement, un clivage supplémentaire des non-indépendantistes après celui des récentes élections législatives. A-t-il une signification, un objectif ? La réponse, peut être, dans les jours et les semaines à venir.