DISCUTER « D’ÉTAT À ÉTAT » !

Ohé matelots,

Calice de Baco, j’ai bien entendu hier soir ? Les bilatérales que les indépendantisses veulent avec l’État, ce serait une discussion «d’État à État», dixit l’intervenant à la petite lucarne. Nom d’une grenouille qui voulait se faire aussi grosse qu’un cochon sauvage, woila que Efélène, y serait devenu un État. Alors ma cervelle d’oiseau a compris le génie de la démarche : pisque le Efélène, y serait déjà un État, plus besoin de référendum, plus besoin de nouveau statut : on-y-est ! C’est l’arôme magie de la télé, en moins de temps qu’y faut à un cerfe pour grimper la biche, Kanaky-Nouvelle Calédonie a eu la pleine sous-verèneté. Ça alors, j’en reviens pas de tant d’intelligence, de sagacithé-au-lait, d’habit-le-thé à la menthe. Pendant que le Biscornu y réfléchit, que le Darmanin y prépare le Comité des Cygnes-à-Terre, tout serait réglé en deux coups de cuillère à pot. Et comme dit Dédé de Koné : c’est ça aussi !

Matelots, préparez vot’ nouveau passeport …

L’Amiral