CCAS : LE MATRAQUAGE FISCAL CONTINUE

La majorité indépendantiste du gouvernement a adopté un texte à la majorité pour augmenter le prélèvement fiscal réalisé au travers de la Contribution Calédonienne de Solidarité. C’est la seconde hausse en moins d’un an programmée qui sera soumise au Congrès.

La CCS avait été créée pour financer les allocations familiales de solidarité, le complément retraite de solidarité ainsi que le minimum vieillesse. Il semble bien que l’augmentation envisagée ne serve plus qu’à remplir les caisses du territoire.

Dans cette course à la recette, le gouvernement ne propose aucune réduction de dépenses, aucune mesure de lutte contre les gaspillages budgétaires qui pourtant sont légion. S’il ne s’agit pas, en tout cas, de consacrer les recettes nouvelles prévues à l’équilibre de comptes sociaux, il s’agira simplement d’une ponction sur l’économie sans appréciation de sa pertinence économique et sociale.

Autre aspect de la fiscalité en Nouvelle Calédonie : elle affecte essentiellement les contribuables de la Province sud. Ceux-ci contribuent en effet à 92% à la ressource fiscale, les deux autres provinces en recevant au moins la moitié pour la dépenser.

Les prélèvements de plusieurs milliards destinés à des dépenses publiques ont évidemment pour conséquence d’appauvrir la consommation. Dans le train de mesures fiscales envisagé par le gouvernement Mapou, aucune étude sérieuse d’impact n’a été prise en compte, ce qui fait penser qu’aucune stratégie économique et fiscale n’est actuellement mise en oeuvre en Nouvelle-Calédonie.