QUID DU VOTE DES « EXCLUS » ?

Un sujet essentiel des discussions qui suivront le scrutin législatif de Nouvelle Calédonie sera sans conteste celui du corps électoral. Dans les chiffres fréquemment énoncés, il est question de 40.000 personnes qui ne pourraient participer aux élections provinciales en raison du « gel » du corps électoral.

Dans les élections législatives actuelles, en revanche, le vote est ouvert à l’ensemble des citoyens français, sans autres restrictions que celles stipulées dans le droit électoral national.

Bien évidemment, le vote étant personnel et secret, personne ne peut tirer une quelconque conclusion sur la participation, au premier tour des législatives, des inscrits sur les listes « spéciales » et de celles et ceux qui ne le sont pas.

A l’évidence cependant, l’abstention massive intéresse aussi bien les électeurs « citoyens » que ceux qui réclament le droit de voter aux provinciales. La seule addition des deux catégories devrait « faire exploser les compteurs », notamment dans la première circonscription, avec un correctif important : celui résultant du nombre important de départs de Nouvelle-Calédonie enregistrés depuis quelques années.