UNION CALÉDONIENNE : LA FUITE EN AVANT

En réponse à l’échec des partis indépendantistes constaté à l’issue de trois référendums d’autodétermination -une première dans l’histoire des décolonisations-, l’Union calédonienne a annoncé la perspective d’une « pleine souveraineté » du territoire en 2025. C’était la question posée lors des consultations référendaires, et les Calédoniens y ont répondu par la négative. Le parti de Daniel Goa semble donc vouloir se passer des procédures prévues en matière de droit à l’autodétermination « des populations intéressées » prévu dans la Constitution. Pour cela, il indique que des initiatives seront prises afin de « créer les conditions pour y parvenir ». 

Le moyen légal et admis, à la fois par la France et par l’Onu existe : il s’agit d’une consultation menant la « puissance administrante » à prendre les dispositions qui s’imposent en cas de volonté exprimée démocratiquement par « les populations intéressées » d’accéder à la pleine souveraineté. Dans le débat présidentiel, Jean-Luc Mélenchon s’était engagé à promouvoir la prolongation de l’Accord de Nouméa pendant dix ans, avec par conséquent, à nouveau trois référendums d’autodétermination à l’issue. Mais Jean-Luc Mélenchon a été éliminé de la course à la présidence.

L’Union Calédonienne présente donc son nouveau plan d’action. Il faut comprendre que celui-ci comporte notamment l’ouverture de bureaux à Bruxelles, New York « ou encore Canberra ».  Pour renforcer ces moyens, il est envisagé de se rapprocher davantage du groupe Fer de Lance, du Forum des Iles du Pacifique, du mouvement des Pays Non Alignés, et même de l’Organisation des Nations Unies.

Gibert Tyuienon, qui était justement chargé du dossier « Nouvelle-Calédonie 2025 » au gouvernement, annonce même que « la pleine souveraineté n’est pas négociable ».

Ce nouveau plan de l’Union Calédonienne exclut toutefois le recours à la violence. « Nous voulons la pleine souveraineté en 2025 » confirme Mickaël Forrest, cadre du parti et membre du gouvernement Mapou. Mais « nous restons partisans d’une volonté d’avancer dans la paix » précise son collègue.

Comment alors interpréter ces affirmations, après le discours plutôt violent de Daniel Goa comparant l’action de la France en Calédonie à celle de l’Allemagne nazie, le territoire à l’Ukraine tandis que le chef de l’Etat serait semblable à Poutine, et tançant « la communauté » wallisienne pour qu’elle se tienne dans une situation « normalisée » façon UC ?

A l’évidence, la réthorique du parti dérive vers des surenchères oratoires. Sortant des clous de ce qui relèverait d’un discours réaliste, elle choisit l’incantation et dans certains cas, l’outrance. 

En effet, ouvrir des bureaux à l’international et conforter des relations avec le Fer de Lance et le Forum des Iles du Pacifique, affirmer unilatéralement que la Nouvelle Calédonie sera indépendante en 2025 par la seule volonté du parti, et dans le même temps, indiquer que la démarche se fera dans la paix, tout cela interpelle. Avec une évidence : ce dispositif ne peut, en aucune manière, conduire le territoire à la pleine souveraineté. 

Quoi que pense l’Union Calédonienne, tous les processus démocratiques ou pas, ont déjà été utilisés. En 1984, c’est par la violence que les indépendantistes ont essayé d’obtenir la pleine souveraineté. Sans succès, mais avec pour conséquence l’assassinat de Tjibaou et de Yeiwene par des indépendantistes. S’en est suivie la voie démocratique, choisie lors des Accords de Matignon, soldée par trois consultations d’autodétermination et validée par des observateurs de l’Onu.

Que l’Union Calédonienne maintienne et poursuive sa revendication d’indépendance, c’est son droit le plus absolu dans une France respectueuse des opinions, ce qui accessoirement, n’est pas vraiment le cas de la Russie de Vladimir Poutine. Mais pour le reste, il y a de quoi rester coi.

Alors se pose une question : par ces incantations, le parti craindrait-il de présenter à ses partisans la simple vérité sur les conséquences résultant des choix démocratiques opérés en 2018, 2020 et 2021 ?