DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRES « PAYS » : QUELQUES QUESTIONS DÉRANGEANTES …

Lorsque dans un texte, par 4 fois et à quelques pages d’intervalle, des paragraphes entiers sont repris in extenso, deux réflexions viennent à l’esprit : soit le rédacteur craint de n’être pas bien compris et martèle l’argument pour bien le faire rentrer dans la tête du lecteur, soit le document a été rédigé à la va-vite, s’exonérant d’une relecture attentive. Or le document dont il s’agit n’est pas une dissertation d’un élève de 6ème. C’est dans le rapport sur le débat d’orientations budgétaires pour l’exercice 2022 !

On y lit en effet, à quatre reprises, que « en 2022, les coûts liés à la crise sanitaire et sociale s’établissent à 3,1 milliards dont 1,17 milliard pour les dépenses de crise, etc … ».

Pour être objectif, les dits paragraphes figurent dans un chapitre intitulé « les scénarios financiers retenus pour la période 2022-2024 ». Alors il est vrai que le copier/coller est plus pratique qu’un effort nécessaire de littérature budgétaire …

Pour le reste, l’impression se confirme. Les 26 pages consacrées aux « Perspectives budgétaires 2022-2024 » ne sont qu’une compilation de chiffres et de tableaux qui expliquent surtout qu’il convient d’augmenter la pression fiscale.

Dans ce document qui rappelle la déclinaison à la Prévert de ce qui avait été présenté comme une « réforme fiscale », on oublie que le budget annuel n’est pas un simple exercice comptable, où les chiffres se bornent à succéder aux chiffres.

Le budget annuel d’une collectivité est un acte prévisionnel qui va conditionner la bonne exécution des Politiques Publiques, c’est à dire tous les aspects des actions qui, au long de l’exercice budgétaire, vont rythmer le quotidien des administrés, des entreprises, des élèves, des services publics. Il est aussi l’outil par lequel les élus vont tenter de mettre en œuvre leurs ambitions pour les Calédoniens.

En quelque sorte, l’utilisation des finances publiques vont contribuer, en 2022, à façonner la Société Calédonienne au sortir des trois consultations d’autodétermination, et, il faut l’espérer, à l’aune de la sortie de la pandémie. Les chiffres n’en sont que l’instrument. Dans le rapport d’orientations budgétaires, rien de tout cela. Mais sait-on encore ce que signifie « Politiques Publiques » ?