EN MÉTROPOLE, LE PIC D’OMICRON A ÉTÉ DÉPASSÉ

C’est probablement le 25 janvier dernier que la métropole a atteint le pic de contamination d’Omicron, variant majoritaire dans 99% des cas de covid. Si l’on observe le taux d’incidence à l’échelle nationale, on constate un recul constant depuis le 25 janvier, même si le nombre de contaminations reste très élevé . Le taux de positivité, qui s’est envolé à plus de 33 %, voit également sa croissance ralentir, alors que le nombre de patients testés diminue.

En revanche, pas encore de pic à l’hôpital où les admissions continuent de croître à un rythme important, sans montrer de signes d’une inflexion. Plus de 31.500 patients Covid sont actuellement hospitalisés, au plus haut depuis fin novembre 2020.

Le nombre de patients est toutefois en recul dans les services de réanimation. Cela s’explique notamment par le fait que le variant Omicron produit moins de formes graves que les variants connus jusqu’ici. Par ailleurs, la durée moyenne du passage des patients Omicron en réanimation est inférieure à celle des patients Delta.

Dès aujourd’hui, les premières restrictions sanitaires devraient être levées en France. Les obligations de télétravail et les jauges pour les grands rassemblements vont être levées. Bonne nouvelle pour le gouvernement : ce qui semblait un pari il y a deux semaines est aujourd’hui conforté par la situation épidémique : le pic de la 5e vague semble dépassé.

En Nouvelle Calédonie, la vague est en retard par rapport à la métropole. Le taux d’incidence poursuit sa courbe ascendante, mais le nombre d’admission au Médipôle reste modéré. Des modélisations prévoient un pic de contamination dans 2 mois. Désormais, les tests antigéniques sont payants ce qui provoque une grogne chez les ressortissants des Iles Loyauté où la pression des coutumiers a conduit à imposer un test obligatoire pour les voyageurs.