RÉACTIONS ET PATAQUÈS APRÈS LES INTERDICTIONS DE SÉJOUR À MARÉ

Après l’interdiction de séjour prononcée par la grande chefferie de Guahma -et prétendument par celle de Penelo- à l’encontre d’Isabelle Bearune et de Charles Washetine, le Palika et l’Union Calédonienne ont réagi au travers de communiqués. Réaction ferme de l’Uni/Palika qui « dénonce » la dite interdiction de séjour, plus molle de l’Union Calédonienne qui « désapprouve totalement les chefferies de Maré dans leur décision d’interdire sur l’île des responsables politiques« .

Le rédacteur de ce dernier communiqué énonce d’ailleurs deux faits inexacts. D’une part, « les » chefferies de Maré sont sont au nombre de 8, alors qu’une seule chefferie, celle de Guahma, a décidé l’interdiction de séjour en cause. D’autre part, l’interdiction ne s’applique pas sur « l’île« , mais sur la seule aire correspondant au district coutumier.

Autre élément : le pataquès entre les deux grandes chefferies : celle de Penelo, dont Isabelle Bearune et Charles Washetine sont les sujets, dément toute prise d’interdiction de séjour à leur encontre, contrairement à ce qui était affirmé.

Ultime complication : le responsable de Dynamique Autochtone dont la lettre a rendu publique l’interdiction prononcée par le Grand Chef de Guahma, et prétendument par celui de Penelo, est lui même … un sujet de la grande chefferie de Penelo !

Il s’ensuit une mise en garde de cette dernière : « la chefferie de Penelo dénonce et condamne fermement l’attitude incongrue du président de Dynamique Autochtone (lui même membre du district de Pénelo) dans ses prises de position à vouloir instrumentaliser nos structures coutumières à des fins politico-politiciennes. » En revanche, elle apporte son soutien aux deux élus.

A ce stade, la grande chefferie de Penelo se montre ferme, mais tolérante : aucune interdiction de séjour n’a été décidée …