L’OPPOSITION AUSTRALIENNE DEMANDE LE RÉTABLISSEMENT DES BONNES RELATIONS AVEC LA FRANCE

Dans la crise entre la France et l’Australie provoquée par les conditions dans lesquelles le Premier ministre australien a annulé le contrat de fourniture de 12 sous marins à propulsion classique de conception française, l’opposition australienne dit comprendre les motivations géostratégiques.

Toutefois, elle s’est déclarée opposée à une « nucléarisation » de l’Australie, notamment en matière civile. Sur le plan militaire, il n’est pas prévu que les futurs sous marins embarquent des armes nucléaires. Mais cette affirmation, à terme, et en matière de dissuasion, n’est guère crédible.

La ministre des Affaires Etrangères du »Shadow Cabinet », Penny Wong, n’a pas été tendre avec le Premier ministre. « Ce n’est pas la première fois que M. Morrison a pris au dépourvu un partenaire international ou n’a pas réussi à faire le travail diplomatique avant une annonce« , a-t-elle déclaré.

L’opposition australienne a clairement exprimé le souhait que l’Australie prenne des initiatives pour « réparer » sa relation avec la France. « Le gouvernement Morrison-Joyce doit décrire les mesures qu’il prend pour réparer cette relation importante.« 

La perte de confiance entre les deux nations est prise au sérieux dans les milieux commerciaux australiens, et la presse relève que « la France est un élément clé du bloc européen des 27 pays » et qu’elle a la réputation d’être « profondément protecteur de ses industries agricoles, un domaine qui était toujours susceptible d’être le plus grand obstacle à la conclusion d’un accord ».