SUSPENSE POUR UNE PRÉSIDENCE DU CONGRÈS

Les non indépendantistes vont-ils parvenir à s’entendre ? Les partisans du maintien de la Calédonie dans la France, déjà quelque peu traumatisés par la « conquête » du gouvernement par les indépendantistes, espèrent que oui. Pour les indépendantistes, et surtout l’Union Calédonienne, l’espoir est inverse. Les deux camps jouent gros, dans la dynamique qui pourrait s’enclencher dans la perspective de l’ultime scrutin d’autodétermination.

Pour les non indépendantistes, ce succès atténuerait l’échec du gouvernement, et poursuivrait les tendances favorables qui résultent de la reprise de l’usine du sud, des tergiversations des indépendantistes pour la présidence de l’Exécutif, et des précisions apportées par l’Etat en cas de victoire du « oui ».

Pour les indépendantistes, le maintien de Roch Wamytan à la tête de la première assemblée du territoire serait porteur de deux bonnes nouvelles. Pour l’Union Calédonienne, d’abord, ce serait la consolation de l’échec de la candidature de Samuel Hnepeune à la tête du gouvernement. Pour les indépendantistes, enfin, l’affichage du contrôle des deux institutions les plus emblématiques de la Nouvelle Calédonie irait dans le sens de ce qu’ils présentent comme l’inéluctabilité de l’indépendance, et pourrait convaincre les indécis.

Hier, pourtant, les discussions entre partis non indépendantistes ont tout de même progressé. Les Républicains Calédoniens et le Mouvement Populaire Calédonien ont indiqué dans un communiqué que plusieurs propositions avaient été formulées, visant à « construire un équilibre politique afin de coordonner l’ensemble des voix du Non ».

La principale avancée réside dans le rapprochement avec Calédonie Ensemble jusque là en conflit permanent avec les Loyalistes.

Le communiqué précise les propositions suivantes :

– un « tandem » entre Annie Qaeze et Virginie Ruffenach pour la présidence du Congrès qui échoirait à l’élue de Calédonie Ensemble pour 2021, et à celle du Rassemblement-LR en 2022,

– la formation d’un intergroupe au Congès Avenir en Confiance/Calédonie Ensemble/Générations NC, intergroupe présidé par le Rassemblement-LR,

– un accord au Congrès et à la province Sud sur les votes concernant les réformes essentielles,

– une campagne référendaire coordonnée.

Ces propositions ont été acceptées par Générations NC et par Calédonie Ensemble. Les Républicains Calédoniens de Sonia Backes et le Mouvement Populaire Calédonien de Gil Brial ont demandé « solennellement au président du Rassemblement » de les accepter et de retirer la candidature de Virginie Ruffenach afin qu’une « dynamique du Non puisse être lancée ».

Lettre-RC-MPC