PÉRIODE PAS COOL POUR LUCÉ

Ohé matelots,
Mon conseil : naviguez, souquez ferme quand c’est nécessaire, affrontez les tempêtes, mais gardez-vous des tempêtes politiques. Biscotte pour faire de la politique, faut avoir un méga gosier. Per qué, me demande Carlos, l’espagnol de la Vallée des Colons ? Ben paceque pour avaler des couleuvres, vaut mieux avoir le gosier large, pardi !

Regardez Lucé. Leur président, y a quelques semaines, y déclare la main sur le cœur que dans l’affaire de la présidence du gouvernement, et pour imposer Samuel, il ira « jusqu’au bout ». Ben faut croire que quelqu’un a coupé le bout, biscotte Samuel, y va voter pour Loulou, et pi c’est tout.

Regardez encore. C’est Lucé qu’a pris l’initiative de faire tomber le gouvernement à Santa. Pour placer-gagnant son candidat, un indépendantisse progressisse, ancien patron estimé du Medef, censé faire revenir au bercail les électeurs effrayés par les exactions à l’usine de Goro. 

Patatras. C’est l’arroseur à rosée. Du coup, c’est l’Uni qui ramasse la mise au gouv, et ptète bien que Roch, y va s’envoler du perchoir du Congrès. Si c’est comme ça, Lucé aura perdu toutes ses plumes dans la bataille.

Carton plein, dirait un sportif. Plein pour qui ?

Allez matelots, naviguez, et perdez pas le Nord, hein !

L’Amiral