UN NOUVEAU GOUVERNEMENT AVANT LE 15 JUILLET DÉCLARE TUKUMULI

ea

Interrogé par Nadine Goapana dimanche soir sur le plateau télé de NC1ère, le président de l’Eveil Océanien a livré ses sentiments et quelques indications après son retour de Paris. Election des présidents du gouvernement et du Congrès, choix de nationalité en cas d’indépendance.

UN NOUVEAU GOUVERNEMENT AVANT LE 15 JUILLET
Sur l’élection du président du nouveau gouvernement, Milakulo Tumuli indique que son parti qui fait partie du groupe UC/FLNKS/Nationalistes/Eveil Océanien au Congrès, a été en contact avec ses partenaires de l’Union Calédonienne au cours de la semaine écoulée.

Cette semaine, ce sont les responsables de l’Uni que l’Eveil Océanien devrait rencontrer. Précision de l’élu : « Etant donné que la date (du référendum Ndlr) est fixée, on n’est plus dans un gouvernement dans un choix politique« , une situation qui, selon lui, impose de régler notamment l’affaire pendante du Ruamm. Dans la foulée, il annonce un nouveau gouvernement en place « avant le 15 juillet« .

UN PRÉSIDENT LOYALISTE AU CONGRÈS
« Nous ne formons pas de majorité, nous mettons en place des présidents, au gouvernement et au Congrès« , affirme le président du parti océanien. Dans cette logique, et après avoir rappelé que, grâce aux voix de l’Eveil, les indépendantistes disposent d’une majorité au gouvernement pour la première fois depuis fort longtemps, il déclare à propos de la présidence du Congrès : (…) « normalement, on devrait mettre un président loyaliste à la tête du Congrès » (…)

JE SUIS AVANT TOUT WALLISIEN ET FUTUNIEN
Sur la question de Nadine Goapana relative à la nationalité que Milakumo Tukumuli choisirait en cas d’indépendance, et dans l’hypothèse où, comme indiqué par les autorités françaises à Paris, le régime de double nationalité serait à écarter a priori, l’intéressé a précisé : « Je suis avant tout Wallisien et Futunien. Ensuite, je suis Calédonien. Et après, je me sens Français. Donc je choisirais la nationalité du nouvel Etat parce que je me sens foncièrement Calédonien« .

Pour mémoire, les indépendantistes ont indiqué dans leur projet que la nationalité envisagée pour Kanaky-Nouvelle Calédonie serait kanak. Il résulte des précisions apportées à Paris que dans l’hypothèse de l’indépendance, les Wallisiens et les Futuniens auraient le statut d’étrangers dans le nouvel Etat, tandis que les nationaux de ce dernier auraient, eux, le statut d’étrangers à Wallis et Futuna.