SPORT : DEUX CALÉDONIENS AU FIRMAMENT

Dans le paysage calédonien, englué dans les affres des référendums à répétition et dans une crise économique et sociale qui dure, deux Calédoniens ont apporté de la lumière par leurs performances exceptionnelles. Maxime Grousset, dans la discipline reine de la natation, et Paul Barjon, présent dans le circuit de golf le plus relevé au monde. Exploits.

MAXIME GROUSSET ROI DU 100m NATATION ET DEVANT MANAUDOU AU 50m


Maxime Grousset a littéralement explosé ses chronos, à la veille des Jeux Olympiques de Tokyo. Le sociétaire du Cercle des Nageurs Calédoniens, en remportant vendredi le championnat de France du 100m nage libre, se hisse au sommet de la hiérarchie française dans la discipline reine de natation.

Dans les médias, c’est l’Equipe qui le sacre : « Maxime Grousset est bien le nouveau roi français du 100 m. Le nageur de l’Insep, cinquième des Championnats d’Europe à Budapest en mai, a battu son record personnel d’un centième, 47 »89 pour s’offrir le titre national et la qualification olympique ce vendredi soir à Chartres. »

Et le jeune Calédonien poursuit dans le 50m. « Florent Manaudou a subi sa première défaite face à un Français sur 50m depuis 2012. Et Mehdy Metella a décroché sur 100m papillon son ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo », écrit aujourd’hui le même journal.

PAUL BARJON À L’US OPEN


Paul Barjon poursuit avec sérieux sa carrière de golfeur aux Etats Unis, la filière la plus difficile et la plus prometteuse. Grâce à ses résultats sur le Korn Ferry, le Calédonien a participé pour la seconde fois à l’US Open de golf. Certes, après un départ prometteur, il a rendu une carte insuffisante au second jour pour passer le cut et demeurer dans la compétition dans la phase finale.

Lui-même avait fixé ses objectifs raisonnables avant ce tournoi mondialement suivi. Une préparation, un comportement, un affinement  stratégie à un tel niveau.

Nul doute qu’il continuera à s’améliorer. Le journal de la Fédération Française de Golf a écrit de lui : « Paul Barjon, ce pionnier du golf français« .

« Il s’est lancé à fond dans cette aventure américaine,
ce qu’il réalise aujourd’hui au PGA Tour est fabuleux »

Le média poursuivait, en mai dernier : « Au-delà de ses performances récentes et à venir, c’est surtout l’exemple proposé par Paul Barjon qui fait l’admiration de ses pairs, et suscite l’espoir pour le reste du golf français. « Il s’est lancé à fond dans cette aventure américaine, et ce qu’il réalise aujourd’hui en accédant au PGA Tour est fabuleux. Les États-Unis, il ne faut pas en avoir peur, ce n’est pas injouable : oui, le niveau est plus haut, mais tu as de meilleures installations pour t’entraîner, donc c’est possible. Je pense que sa victoire va lui permettre de passer un nouveau cap, et qu’on va avoir un super représentant sur le PGA Tour l’an prochain », a déclaré Thomas Levet.

Le champion français parle sûrement d’or, lui qui était venu jouer le Masters de Tina, à Nouméa, en milieu des années 90 avec les meilleurs golfeurs tricolores, à l’invitation de la province Sud et du Gie touristique Destination Nouvelle-Calédonie.