GOUVERNEMENT CALÉDONIEN : LE SUSPENSE CONTINUE

Les observateurs attendaient une avancée majeure ce week end chez les indépendantistes dans le feuilleton de l’élection du président du nouveau gouvernement. A moins d’une annonce surprise dans la journée, rien n’a évolué, si ce n’est quelques déclarations amères. Saison 2 ?

C’est Louis Mapou qui l’avait affirmé sur les ondes de Radio Océane. Le Comité Directeur de l’Union Calédonienne allait sûrement entériner, selon lui, un accord avec les non indépendantistes pour régler l’épineuse question de la présidence du nouveau gouvernement.

Apparemment, rien de cela. Le « Codir » de l’UC s’est surtout attaché à parler du troisième référendum, et surtout, de l’évolution du corps électoral à l’issue.

Quant au séminaire de l’Uni/Palika qui s’est tenu à Koné, il n’a pas plus apporté d’information sur le sujet brûlant.

Pour éviter de parler de la pomme de discorde entre les deux formations indépendantistes, chacun s’est rabattu sur un bouc émissaire : l’Etat. Un Etat coupable, selon elles, d’avoir exercé sa compétence en fixant le date du troisième scrutin au 12 décembre. Du coup, pour manifester sa mauvaise humeur, l’Uni/Palika ne se rendra par à Paris comme initialement envisagé.

Tous regardent le doigt de l’accusé qui montre la lune du gouvernement …