PRÉSIDENTIELLES : POURQUOI MARINE LE PEN PEUT FAIRE UN « CARTON » EN CALÉDONIE

Que peut penser une Calédonienne honnête et tranquille qui vient de se faire dérober deux voitures, et que les voleurs viennent narguer et insulter … dans sa propre voiture volée ? Et que peut-elle penser en découvrant, le lendemain, ses voitures carbonisées ? Ces délinquant, s’ils sont retrouvés, pourront-ils arguer d’une « bouffée délirante » sous l’empire du cannabis, et être déclarés irresponsables de leurs actes ?

UNE INSÉCURITÉ CROISSANTE
Chaque soir, chaque semaine, dans une société malade de son insécurité, les vols, les passages à tabac, les insultes ont transformé Nouméa, le Mont Dore et bien d’autres communes, en lieu pas vraiment sûrs dès que la nuit est tombée.

Si le troisième référendum est au cœur des inquiétudes d’avenir, la sécurité demeure la première préoccupation des Calédoniens au quotidien, notamment dans l’agglomération et la plupart des communes de la province Sud. Laquelle accueille 75% de la population totale.

COVID : UNE SOLIDARITÉ SANS FAILLE DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE
Certes, la solidarité du gouvernement d’Emmanuel Macron est irréprochable, en ces temps de pandémie :  accord sur le cordon sanitaire de la quarantaine à l’arrivée, aide considérable à l’économie locale ainsi qu’aux finances publiques, fourniture gratuite du meilleur vaccin anti-Covid, le Pfizer/BioNtech. On pourrait y ajouter la fermeté mise en œuvre dans la recherche et la traduction devant les juges des délinquants et des commanditaires des actes répréhensibles qui ont accompagné la contestation indépendantiste de la reprise de l’usine du Sud par Prony Resources.

UNE POPULATION EXCÉDÉE PAR L’INSÉCURITÉ AU QUOTIDIEN
Mais la population est majoritairement excédée par la délinquance quotidienne qui, depuis une vingtaine d’années, ne cesse de se développer. « Autrefois, on laissait la maison ouverte, et les clés sur la voiture« , rappelle ce Calédonien nostalgique d’une époque plus paisible. Les quelques statistiques qui tendraient à démontrer une amélioration n’y font rien. A défaut de quelques informations paraissant dans les médias, blasés, sur des actes délictueux trop fréquents, les réseaux sociaux témoignent de l’insécurité au quotidien. En vain.

UN VOTE DE RAS-LE-BOL
Alors, tout comme la métropole exprime de plus en plus son sentiment de ras-le-bol insécuritaire, jusqu’à des militaires de haut rang, non pas « putchistes » comme le suggèrent quelques commentateurs imbéciles, mais inquiets de la dégradation de l’ordre républicain, une majorité de Calédoniens pourraient emboiter le pas.

Et, à défaut de restauration d’une sécurité acceptable, voter massivement, en protestation, pour Marine Le Pen aux prochaines élections présidentielles. D’autant qu’avec la présidente du Rassemblement National, les loyalistes sont assurés d’une fermeté à l’endroit du séparatisme …