ATTENTION SAMEDI DERNIER : DAMAGE DE GUEULE À L’ANSE VATA

Ohé matelots, comme aurait dit Coluche : « c’est l’histoire d’un mec … ».  Mais la suite, c’est pas rigolo, matelots. C’est quelqu’un qui sort un peu tard d’un naïte-cleube avec comême quelques grammes de Johny Le Marcheur. Par prudence, et croyez moi si vous me croyez pas, au lieu de prende sa bagnole biscotte la peur du contrôle des flics, y part en marchant à pied comme on dit chez nous. Erreur, ma sœur ! Voila-t-y pas qu’au beau milieu de la baie belle, y se fait tomber dessus par une bande -de cafards ? allez sawoir !-, y se prend une dégelée, et se retrouve à poil, la tête au carré. Y lui ont tout barboté, le téléphone portable, le portefeuille, les fringues, et même … les godasses ! Un samedi soir comme un autre à Port Moresby, euh, pardon, à l’Anse Vata.

Moralité : quand t’as un coup dans le nez, vaut mieux se faire embarquer par les keufs que de se faire damer la gueule par les frères. C’est comême plus sûr !

Allez matelots, buvez plutôt de l’aqua-simplex, de l’H20, de la bonne cuvée Dumbéa.

L’Amiral