LA CHERTÉ DE VIE : UN DOSSIER CHAUD POUR LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

Si le président du nouveau gouvernement n’est pas encore élu, et si les secteurs de responsabilité ne sont pas encore répartis, on sait déjà quel dossier prioritaire viendra s’ajouter à celui du budget, des comptes sociaux, de la Santé et du Covid : l’augmentation du coût de la vie en raison du surenchérissement du frêt maritime. Un dossier économique ultra-sensible, pour lequel l’idéologie risque de reprendre le dessus.

LA PÉNURIE DE CONTAINERS
Le fret maritime reste sous tension : les navires sont pleins sur la quasi-totalité des routes commerciales et notamment les USA / Amérique Centrale / Amérique du Sud cote Ouest. A cela s’ajoute le manque d’équipements la pénurie de conteneurs, entraînant une hausse des tarifs venant s’ajouter à une augmentation des surcharges constatée depuis plusieurs mois !

Le secteur a de surcroît été totalement perturbé par le blocage du canal de Suez le 23 mars dernier, entraînant l’arrêt de 400 navires.

Si la Nouvelle-Calédonie, client presque marginal dans le frêt international, s’en est jusqu’à présent assez bien sortie, les responsables importateurs annoncent une inévitable répercussion de la hausse des tarifs. La conséquence sera évidemment une hausse des prix à la distribution.

HAUSSE DE MATIÈRES PREMIÈRES
La reprise de l’économie chinoise, la faiblesse du dollar et une dose de spéculation ont provoqué une poussée de fièvre sur plusieurs métaux, le pétrole ou encore des produits agricoles. Au point que certains évoquent un nouveau « supercycle » de hausse.

Depuis l’automne 2020, les cours des matières premières ont commencé à s’enflammer. Et la tendance se poursuit en 2021. Du cuivre, à l’étain, en passant par le blé, le maïs, l’huile de palme ou le soja, sans oublier le pétrole ou le fer, tous ces produits sont affectés. Le coût du bâtiment et des travaux publics également.

UN DOSSIER CHAUD POUR LE PROCHAIN GOUVERNEMENT
En Nouvelle-Calédonie, pays dont les prix figurent parmi les plus chers du monde, ces hausses de coût vont avoir un effet désastreux sur l’économie et la situation sociale des ménages les plus modestes. Le futur président et son équipe ne peuvent manquer d’agir rapidement.

Ses choix pencheront-ils plutôt en faveur d’une intervention à caractère idéologique, ou plutôt en faveur de mesures pragmatiques ? Ce dossier sera peut être sa première empreinte.

En son sein indépendantiste, deux tendances vont probablement s’exprimer : celle de Louis Mapou, plus enclin aux « doctrines », et celle de Samuel Hnepeune, plus proche de l’économie entrepreneuriale. Avec Calédonie Ensemble qui s’attachera à défendre les vertus de la stratégie d’encadrement de l’économie et des prix qui avait été mise en œuvre par Philippe Germain.

Le résultat sera un des révélateurs pour la suite, au delà des paroles toujours belles des Déclarations de Politique Générale.