BUDGET, RELANCE : QUELLES MESURES FISCALES ENVISAGÉES ?

« Il faut se faire mal », avait déclaré un futur membre du gouvernement à majorité indépendantiste. En clair, l’équilibre du budget global de la Nouvelle-Calédonie, celui des collectivités et des établissements publics, va être recherché sur la voies et moyens du budget local. Cela comprend, a priori, d’une part des économies de dépenses -masse salariale, interventions, fonctionnement-, et d’autre part, des recettes supplémentaires, notamment fiscales. Du côté indépendantistes, des propositions ont déjà été formulées. Elles devraient logiquement être mises sur la table de la nouvelle majorité. Sans pour autant être exhaustives.

RÉDUCTION DES DÉPENSES DES ADMINISTRATIONS
Partant du principe que les salariés sont en train de payer leur tribut à la crise, et que les contribuables vont être sollicités, des réductions seraient envisagées pour réduire les dépenses des établissements et des services publics : restructuration, gel des avancements, et à terme, orientations vers une réduction des effectifs.

AUGMENTATION DES RESSOURCES FISCALES
Dans une fiscalité au total peu complexe, les capacités d’augmentation des prélèvements est relative facile à déterminer.

La Taxe Générale sur la Consommation, la TGS, est, en quelque sorte, l’arme atomique budgétaire. Compte tenu de son assiette, une faible augmentation entraîne immédiatement des rentrées fiscales importantes, d’autant que la consommation ne fait que croître en raison, notamment, du « confinement » de la population qui ne peut dépenser à l’extérieur du territoire. Pour limiter l’impact social d’une augmentation, il pourrait être procédé à une extension du nombre de produits exemptés. Par ailleurs, les indépendantistes envisagent sérieusement une augmentation du SMG.

Les dépenses fiscales seraient minorées. Parmi elles, plusieurs crédits d’impôts, des mesures de réductions d’impôt et des charges déductibles, notamment du Revenu Global, seraient dans le collimateur.

Plusieurs autres pistes peuvent également être envisagées. Elles concerneraient des plafonnements d’avantages fiscaux, aussi bien que des réductions d’abattement fiscal, ou de nouvelles taxations comme celle des revenus occasionnels provenant des locations d’hébergements sur la plate-forme internet Airbnb.

Pour ce qui concerne la protection sociale et la santé, avant d’évoquer à nouveau la TGC sociale et une éventuelle réduction de la part salariale de cotisation, la taxe comportementale sur le sucre, l’augmentation du tabac au niveau de l’Australie et la Nouvelle Zélande, ainsi que des mesures d’encadrement de l’alcool devraient voir le jour.

LUTTE CONTRE LA VIE CHÈRE
Les indépendantistes veulent poursuivre ou relancer les actions de lutte contre la vie chère. Il ne serait donc pas étonnant qu’ils se saisissent de l’important rapport de l’Autorité calédonienne de la Concurrence sur le mécanisme de formation des prix des produits de grande consommation en Nouvelle-Calédonie.

RELANCE PAR DES GRANDS TRAVAUX
C’est d’abord sur une politique de grands travaux que s’appuieraient les éléments de relance de l’économie calédonienne. Par quels financements ? Des emprunts sollicités auprès d’organismes comme la BPI (Banque Publique d’Investissement) et la BEI (Banque Européenne d’Investissement).

LA MINE
On connaît les principes de la stratégie minière défendue par le camp indépendantiste. Ils seront appliqués. Et si, pour l’instant figure sur la table les projets de taxation à l’extraction et à l’exportation, les questions urgentes qui demeurent sont celles de la sauvegarde de la SLN, et de la reprise de l’usine du Sud. Curieusement, la production de Kouaoua est annoncée au redémarrage, tandis que le collectif Usine du Sud veut entamer des négociations.

Toutes ces mesures, déjà évoquées, ne constituent évidemment pas le programme du nouveau gouvernement. Celui-ci sera normalement dévoilé lors de la déclaration de Politique Générale. Mais une certitude se fait jour, y compris dans la gestion future des affaires : la campagne pour le troisième référendum est lancée, et il faut s’attendre à ce que toutes les décisions soient pesées et ciblées.