LE FLNKS CONDAMNE LES SACCAGES DE LUNDI … MAIS PAS CEUX D’AVANT ?

Alors que le FLNKS a repris contact avec le ministre des Outre mer à l’invitation de ce dernier, le regroupement indépendantiste condamne les récentes exactions par la voix du porte-parole de son Bureau politique.

Une nouvelle réunion avec Sébastien Lecornu devrait avoir lieu vendredi. La réouverture d’un dialogue avec le représentant du gouvernement français peut-il être le prélude à un compromis pour régler les troubles actuels ?

Victor Tutugoro a, en tout cas, pris le contrepied des actions « de terrain » menées ces derniers jours. « Le mot d’ordre du FLNKS n’est pas celui d’aller incendier ou saccager ! Brûler des bureaux, le bâtiment des scouts… Ce sont des pratiques de voyous ! ». Et même d’ajouter : « Cela ne peut que nuire au combat que l’on porte. Nous condamnons ».

L’auteur du fameux « tant pis », à l’évocation de la mise en chômage de 3000 salariés, -mais il se défend en affirmant que sa déclaration avait été coupée-, ne condamne pas pour autant tout ce qui s’est passé avant l’incendie de lundi dernier à Goro …

Ainsi donc, « le mot d’ordre du FLNKS » n’était pas « celui d’incendier ou saccager« . Mais alors, que constituaient l’assaut et les exactions commises sur l’usine, l’incendie de la station Mobil au Mont Dore, les saccages et les incendies de voiture à Nouméa, les caillassages des automobilistes, les entraves à la liberté de circuler ?

Quant à un éventuel compromis, le FLNKS a déjà avancé la couleur : rien de ce qui est annoncé dans « Prony Resources », et rien d’autre que ce qu’exige la Sofinor ! Une bonne base de dialogue.

Pour autant, toute déclaration d’apaisement est évidemment la bienvenue, dans le contexte actuel. Mais quel crédit accorder à la volonté de trouver un accord ? Ce sont les faits, et non les déclarations, qui apporteront une réponse.