UN HAUSSAIRE QUI PARLE UN LANGAGE CLAIR

Intervention remarquée, hier soir, du Haut Commissaire interrogé sur le plateau de NC1ère. Pas de langue de bois pour Laurent Prévost. Il s’est réjoui, bien sûr, pour les Calédoniens et pour les responsables publics de l’apaisement qui semble intervenir dans les troubles actuels, rappelant que « la logique qui doit prévaloir, c’est celle des discussions, de la négociation, du temps pris pour trouver une solution à cette crise ».

PROFESSIONNALISME ET SANG FROID DES FORCES DE L’ORDRE
Sur ce qui aurait du être fait, le Haussaire a préféré parlé de « ce qui a été fait« . L’action de la gendarmerie et de la police, en concertation, chaque fois que cela était possible ou nécessaire, avec les responsables locaux, et l’accompagnement au retour du dialogue. Le représentant de l’Etat n’a pas manqué, d’ailleurs, de rendre hommage « au professionnalisme et au sang-froid » des forces de l’ordre.

Lui même, d’ailleurs, a du affronter des situations difficiles. Il était en poste à la Région Martinique lors des troubles liés à la cherté de vie dans le département, en début des années 2010. Il a ensuite assuré la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la … Gestion des Crises au ministère de l’Intérieur en 2014. Un parcours pour le moins solide.

PROCÉDURES ET INTERPELLATIONS
Sur le reportage présenté sur les faits de la semaine, le Haut-Commissaire estimant qu’il « mélange beaucoup de choses », a précisé sans détour, et utilement, les principes de l’Etat de droit. … »Oui, le droit de manifester est reconnu »… »Oui le droit de grève est reconnu » … « en revanche, les dégradations, les violences, les blocages, ce sont des faits contraires à la loi et qui donnent lieu à des procédures, à des interpellations quand c’est possible, et ensuite à des enquêtes, quitte à procéder à aller chercher les auteurs des faits plus tard« …

QUALIFICATIONS PÉNALES D’APPELS À LA VIOLENCE
« Le fait de publier sur Facebook » … »des propos qui peuvent s’apparenter à des appels à la violence, ou qui semblent légitimer le recours à la violence comme on a pu le lire ou même l’entendre sur votre antenne il y a peu de temps, les propos qui indiquent qu’on est prêt à la guerre civile qui ont été publiés par des responsables publics il y a quelques jours, tout cela est inacceptable. J’ai d’ailleurs transmis au Procureur de la République l’ensemble des propos, des déclarations, d’où qu’ils viennent, qui émanaient de responsables publics, pour qu’il puissent regarder si certains de ces propos, certaines de ces vidéos, relevaient de qualifications pénales » …

REPRENDRE LES DISCUSSIONS
Concernant « l’assaut » de l’usine de Prony, si la priorité était la protection des personnes, il n’empêche que des procédures seront conduites sur la base, notamment, des documents existants, videos, photos, pour identifier les auteurs.

Sur les usines, « les trois usines ne vont pas bien« , a rappelé le représentant de l’Etat. Indiquant par là-même que celle de Koniambo est également en situation financière difficile. Et que la filière nickel est soutenue massivement par l’Etat et donc « par le contribuable national » …

Plutôt que « la politique du pire« , Laurent Prévost a conclu en appelant tous les responsables, « élus, coutumiers » avec l’Etat, à rechercher les voies et moyens de reprendre les discussions pour sortir de la crise. Un message fort et clair du représentant de la République en Nouvelle-Calédonie.