LIBERTÉS RÉPUBLICAINES OU COUTUME ? Les inquiétantes orientations d’une hypothétique Kanaky

Une structure formée des instances coutumières régionales et du Comité Rheebuu Nuu veut interdire l’installation de New Century Resources, la compagnie australienne actuellement en négociation avec Vale dans la perspective d’une reprise de l’entreprise qui a décidé de se retirer de Nouvelle-Calédonie. Baptisée Ican, elle porte un jugement sur les capacités techniques de la société australienne et sur son assise financière. Verdict selon les experts de l’Ican : incompétence en matière hydrométallugique, et assise financière dérisoire …

Sur quelles informations reposent ces appréciations de l’Ican ? La réponse vient évidemment de l’objectif de cette intervention à quelques heures de l’échéance de l’exclusivité des négociations accordée à New Century Resources et ses partenaires. « L’instance » somme Vale de choisir des Coréens plutôt que des Australiens. La différence entre les deux candidats est que la partie coréenne est associée à la SMSP, en l’espèce le bras armé de la province Nord en matière de nickel.

Les partenaires de « l’Instance » ont-ils, en revanche, été informés de la situation d’endettement de la SMSP, et le risque d’appropriation des domaines miniers calédoniens par des entités étrangères qui en résultent ? Cette menace ne pèse nullement sur les domaines miniers du Sud pour lesquels aucune collectivité ne s’est engagé financièrement auprès d’une société commerciale. Jusqu’à aujourd’hui.

Fort heureusement, la province Sud conserve sa compétence en matière de gestion des domaines miniers.  C’est la raison pour laquelle l’Union Calédonienne souhaite le dessaisissement de l’assemblée loyaliste de cette capacité. L’opposition de la majorité de la province Sud permet, de fait, de se prémunir contre une véritable prise de pouvoir de la province Nord sur le Sud.

La vision de « l’Instance » permet cependant de se faire une idée sur la restriction des Libertés dans une hypothétique Kanaky. Il apparaît clairement, dans ces prises de position, que la République est aujourd’hui garante de ces Libertés, et en particulier, celles d’entreprendre et de commercer. On voit bien que, sous couvert de « l’intérêt pays », des schémas économiques et sociaux improbables peuvent mettre la Calédonie sous des coupes réglées étrangères, ne servant localement que quelques intérêts de pouvoir et d’argent.