REQUINS : la présidente de la province Sud répond au Sénat coutumier, ouverture de l’expo Caroline Degroiselle, prolongation de mesures de soutien aux entreprises

NOUVELLE-CALÉDONIE

ENTRE TOTEMS, REQUINS ET VIES HUMAINES – Le Sénat Coutumier est intervenu cette fois au sujet des prélèvements de requins. Il a mis en cause la province Sud qui a décidé de telles actions à la suite de la tragédie du jeune Antony, et dernièrement, après la disparition du véliplanchiste à la Côte Blanche. En réponse, la présidente de l’institution a souligné la transparence passée et future qui accompagnent ces prélèvements, et s’interroge sur le fait que « nous sommes régulièrement sollicités par des clans pour bénéficier également de dérogation afin de permettre l’abattage de tortues. Si je suis le raisonnement de vos collègues, écrit-elle au président du Sénat coutumier, il me semble que je devrais m’opposer à ces prochaines demandes lorsqu’elles me seront formulées. »

PROLONGATION DE MESURES DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES – La commission permanente du Congrès décidé de prolonger de 3 mois, renouvelables une fois, les mesures de prise en compte du chômage partiel, et du report de charges sociales pour les entreprises des secteurs les plus touchés. Ces secteurs particulièrement seront fixés par arrêté du gouvernement lors de sa prochaine réunion mardi.

EXPOSITION CAROLINE DEGROISELLE – Nouvelle exposition de Caroline Degroiselle, intitulée ‘’Clins d’Œil du Peintre » : une quarantaine de tableaux à la galerie Arte Bello jusqu’au 11 juillet.

TATI DÉMÉNAGE et s’installe du Quartier Latin au centre-ville, sous l’enseigne Gemo.

SEMAINE DE L’ALTERNANCE – Les 3 chambres consulaires feront le tour des collèges et lycées de Nouméa, du Nord et des îles. Le 7 juillet à l’auditorium de la CCI à Nouméa, se tiendra le Stand Up « L’alternance fait son show ».

UN JEUNE GUÉPY AU GOLF – Jules, fils de Jean Louis, ancien champion de France, a remporté l’omnium de Boulouparis. Emilie Ricaud s’est imposée chez les féminines.

Lundi 29 juin : aucun nouveau cas de Covid-19 en Calédonie

En intégral : le Plan de Sauvegarde de l’économie calédonienne du gouvernement calédonien
Cliquer sur l’image pour accéder au contenu

Toutes les mesures qui seront proposées au Congrès

Le Plan de Soutien de l’Etat pour l’économie de la Nouvelle-Calédonie Lire notre article dans noumeaPost.com

POLYNÉSIE FRANÇAISE

Revue de presse –  Deux personnes ont été testées positives au virus du Covid-19 vendredi dernier. Il s’agit de deux passagers, de la même famille, revenus sur le vol de continuité territoriale du vendredi 12 juin. Ils avaient justifié d’un test négatif, effectué 72 heures avant d’embarquer sur le vol Paris-Papeete.  Tahiti Infos
Cliquer sur l’image pour lire l’article de Tahiti Infos

TOUTE L’ACTU EN POLYNÉSIE
Cliquer ci dessous pour accéder à Tahiti Infos

WALLIS ET FUTUNA
0 CAS

AUSTRALIE

TOUTE L’ACTU EN AUSTRALIE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site ABC News

NOUVELLE-ZÉLANDE

TOUTE L’ACTU EN NOUVELLE-ZÉLANDE
ET DANS LE PACIFIQUE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site RNZ

EN MÉTROPOLE
ET DANS LE MONDE

LE BOULEVERSEMENT ÉLECTORAL EN MÉTROPOLE : LES VERTS S’EMPARENT DES GRANDES VILLES
Sur les quatre ministres encore en lice dimanche, seul le premier d’entre eux l’a emporté. Dans les rangs du gouvernement, Édouard Philippe a le monopole de la victoire au second tour des élections municipales et intercommunales : avec 58,83% des voix au Havre (Seine-Maritime), il a battu le communiste Jean-Paul Lecoq (41,17%).

Pas de mandat pour Schiappa et Pannier-Runacher

À Paris, les secrétaires d’État Marlène Schiappa et Agnès Pannier-Runacher, soutiens de la Marcheuse Agnès Buzyn, ne parviennent même pas à devenir conseillères d’arrondissement. Dans le 14e, Marlène Schiappa, ex-conseillère municipale du Mans (Sarthe), deuxième sur la liste La République en marche (LREM), voit sa candidature plonger à la quatrième place. Derrière les listes d’Anne Hidalgo (47,99%), Rachida Dati (30,15%) et Cédric Villani (13,28%). Dans le 16e, Agnès Pannier-Runacher, septième sur la liste soutenue par LREM (23,79%), est battue par Francis Szpiner (76,2%), déjà passé près de la victoire dès le premier tour (47,80%).

Cinq membres du gouvernement l’avaient l’emporté dès le premier tour : Gérard Darmanin (Action et Comptes publics), seul ministre élu maire de Tourcoing (Nord) ; Franck Riester (Culture) élu conseiller municipal à Coulommiers (Seine-et-Marne) ; Sébastien Lecornu (Collectivités territoriales) à Vernon (Eure) ; Geneviève Darrieussecq (Armées) à Mont-de-Marsan (Landes) ; Marc Fesneau à Marchenoir (Loir-et-Cher).

Les résultats du second tour des élections municipales sont tombés, et ils ont réservé quelques (grosses) surprises dans certaines des grandes villes françaises. La vague écolo a emporté Lyon, Bordeaux, Strasbourg, mais aussi Annecy, Besançon et Tours. Le Rassemblement national a réussi à conquérir sa première grande ville, Perpignan. Les Républicains et le Parti socialiste ont conservé de nombreuses préfectures, tandis que La République en marche a échoué à s’implanter localement.

LES VILLES PRISES PAR LES ÉCOLOGISTES
Une vague verte a déferlé sur la capitale des Gaules et elle n’a laissé aucune chance aux autres listes. A Lyon, c’est Grégory Doucet, encore largement méconnu du grand public, qui va occuper l’hotêl de ville. Il met un terme à l’ère Gérard Collomb. Les écologistes remportent par la même occasion la très puissante métropole de Lyon.

Autre belle prise des écologistes : Strasbourg. Malgré l’échec de l’alliance avec le PS, Jeanne Barseghian a réussi à conquérir la ville face au candidat LREM, allié à la droite, Alain Fontanel. Mais l’une des plus grosses surprises de la soirée s’est déroulée à Bordeaux : dans cette ville détenue par la droite depuis des décennies, c’est l’écologiste Pierre Hurmic, allié au Parti socialiste, qui a remporté la victoire face au maire sortant de droite, pourtant allié avec LREM.

L’écologiste Emmanuel Denis, allié avec la gauche, a aussi réussi à récupérer la ville de Tours, perdue en 2014 face au maire sortant (divers centre) Christophe Bouchet. A Besançon, l’écologiste Anne Vignot conquiert la ville – de centre-gauche depuis près de 70 ans – avec 43,83% des suffrages, après avoir rassemblé les socialistes et les communistes. « Je suis la première maire femme, écologiste, de Besançon et j’en suis extrêmement fière », a-t-elle déclaré.

Une victoire d’un cheveu pour les écologistes à Annecy, où François Astorg et sa liste citoyenne proche de la gauche et des écologistes battent le maire sortant de droite Jean-Luc Rigaut, avec seulement 27 voix d’écart. Enfin, Léonore Moncond’huy devient la nouvelle maire de Poitiers à seulement 30 ans.

LES VILLES PRISES PAR LA GAUCHE MAIS INTERROGATIONS À MARSEILLE
La gauche et les écologistes réalisent un exploit dans la citée phocéenne. La liste du Printemps marseillais, menée par l’écolo Michelle Rubirola, arrive en tête à Marseille. Mais cette victoire n’apporte à la gauche qu’une majorité relative au conseil municipal, et la candidate LR Martine Vassal ne s’avoue pas vaincue.

C’est l’autre grosse prise des socialistes : Nancy. Ce bastion de la droite depuis plus de 70 ans a été remportée par le socialiste Mathieu Klein. Autre victoire symbolique : après de nombreuses tentatives, Bruno Piriou est parvenu à mettre fin à vingt-cinq ans de gestion Dassault-Bechter à Corbeil-Essonnes. Le PS signe aussi une belle victoire à Périgeux, où Delphine Labails sera la première femme à diriger la ville.

La ville de Saint-Ouen bascule également à gauche avec la victoire de Karim Bouamrane face au maire sortant de droite William Delannoy. Idem à Bourges, avec le socialiste Yann Galut, à Chambéry, où le socialiste Thierry Repentin sort victorieux face au maire sortant de droite Michel Dantin, et à Quimper, où la socialiste Isabelle Assih bat le maire sortant Ludovic Jolivet. A Bobigny, la gauche reprend son bastion perdu en 2014 avec la victoire du communiste Abdel Sadi, face à Christian Bartholmé, issu de la majorité municipale sortante.

LES VILLES PRISES PAR LA DROITE
Dans l’est de la France, le républicain François Grosdidier offre Metz à la droite, malgré une percée écologiste. La droite conquiert également la ville communiste d’Aubervilliers avec la victoire de la liste UDI de Karine Franclet. La ville de La Seyne-Sur-Mer bascule aussi à droite avec la victoire de la liste de Nathalie Bicais face au maire sortant Marc Vuillemot.

Dans les autres villes qui basculent, le Rassemblement national conquiert sa première ville de plus de 100 000 habitants à Perpignan avec la victoire Louis Aliot, malgré une tentative de front républicain de ses adversaires.

Ancien président de France Télévisions, Patrick de Carolis (divers centre) remporte, lui, la ville d’Arles.

LES VILLES QUI RESTENT À DROITE
Dans l’est de la France, le républicain François Grosdidier offre Metz à la droite, malgré une percée écologiste. La droite conquiert également la ville communiste d’Aubervilliers avec la victoire de la liste UDI de Karine Franclet. La ville de La Seyne-Sur-Mer bascule aussi à droite avec la victoire de la liste de Nathalie Bicais face au maire sortant Marc Vuillemot.

Dans les autres villes qui basculent, le Rassemblement national conquiert sa première ville de plus de 100 000 habitants à Perpignan avec la victoire Louis Aliot, malgré une tentative de front républicain de ses adversaires.

Ancien président de France Télévisions, Patrick de Carolis (divers centre) remporte, lui, la ville d’Arles.

LES VILLES QUI RESTENT À GAUCHE
Le Parti socialiste est toujours en force dans la capitale. A Paris, Anne Hidalgo récolte près de 50% des suffrages grâce à une alliance avec les écologistes. En deuxième position, Rachida Dati (LR) réussit à réunir un tiers des suffrages. Enfin, loin derrière, la candidate LREM, Agnès Buzyn, doit se contenter d’un maigre score de 13%.

Le Parti socialiste sauve l’un de ses bastions d’un cheveu avec la réélection de Martine Aubry à Lille. Une victoire sur le fil, avec seulement 227 voix d’avance sur le candidat écologiste Stéphane Baly. A Rennes, Nathalie Appéré récolte plus des deux tiers des suffrages après une alliance avec les écologistes. Même configuration à Nantes, où cette alliance permet à Johanna Rolland d’être reconduite avec près de 60% des suffrages.

Montpellier, le socialiste Michaël Delafosse, âgé de 43 ans, termine en tête d’un scrutin qui s’est déroulée sur fond de forte abstention et après de nombreux rebondissements. La guerre de gauches de La Rochelle a été remportée par le maire sortant Jean-François Fountaine face au député Olivier Falorni. « Le PS a de l’avenir », a assuré de son côté l’ancien numéro deux du Parti socialiste et ex-ministre de François Hollande, François Rebsamen, qui conserve la ville de Dijon.

Les socialistes s’imposent aussi à Avignon, où la maire sortante PS, Cécile Helle, arrive largement en tête. Ayant fusionné sa liste avec les Verts, le socialiste Cédric Van Styvendael conserve sans problème Villeurbanne à gauche avec plus de 70% des suffrages, face au candidat soutenu par LREM.

Le PS conserve également de nombreuses autres villes, comme RouenBrestLe Mans et Clermont-Ferrand.A Saint-Denis, la ville reste aussi à gauche mais change de parti avec la victoire du socialiste Mathieu Hanotin. Enfin, les écologistes conservent Grenoble, leur première grande ville conquise en 2014.

Une affaire de corruption politique débute devant un tribunal de Vanuatu (RNZ)
M. Salwai comparaîtra en cour aux côtés de l’ancien ministre de l’Agriculture, Matai Seremaia, de l’ancien ministre de la Santé, Jérôme Ludvaune et de l’ancien président du Parlement et actuel ministre de l’Éducation, Seule Simeon.

L’ancien député de l’île extérieure de Tafea, Tom Korr, doit également comparaître.

Les cinq suspects sont accusés de corruption au cours du dernier mandat du gouvernement en offrant des portefeuilles ministériels qui ont abouti à plusieurs motions de défiance.

Le principal plaignant dans cette affaire est l’ancien chef de l’opposition et actuel vice-premier ministre, Ishmael Kalsakau.

FABULEUX : VISIONNEZ CI-DESSUS LE PARCOURS DU COVID-19 AU MICROSCOPE

SUIVRE LA CRISE DANS LE MONDE EN DIRECT