L’EUROPE COMMENCE À DÉCONFINER

En dehors de la France et de la Grande Bretagne notamment, plusieurs pays européens ont annoncé ou envisagent le déconfinement. Encore ce terme est-il impropre car le « déconfinement » ne sera en aucun cas le gommage pur et simple du confinement. De nouvelles règles, de nouveaux comportements demeureront en vigueur. L’ouverture sera progressive, parfois limitée et, autant que possible, contrôlée.

C’est notamment le cas en Slovénie, Norvège, Autriche, Danemark, Grèce, Portugal et Suisse. L’Allemagne l’envisage sous certaines conditions. Il en est question également en Espagne et en Italie ou cependant, aucune position n’a été rendue officielle.

L’Autriche est le premier pays de l’Union européenne à avoir annoncé, lundi, un calendrier de sortie du confinement. Les petits commerces, notamment bricolage et jardinage, pourraient rouvrir mardi, puis tous les autres magasins début mai.

La Norvège, qui avait pris le 12 mars les mesures « les plus intrusives » de son histoire (fermeture des établissements éducatifs, ainsi que des centres sportifs et culturels, distance minimale d’un mètre entre clients dans cafés et restaurants, quarantaine pour toute personne revenant de l’étranger)va rouvrir crèches et écoles le 20 avril et les lycées le 27.

Crèches et écoles rouvriront le 15 avril au Danemark.  Les collégiens et lycéens patienteront jusqu’au 10 mai. Les rassemblements de plus de 10 personnes demeurent interdits et aucune date n’a été communiquée pour la réouverture des bars, restaurants, salons de coiffures, centres commerciaux et discothèques.

Le gouvernement slovène a annoncé, mardi, qu’il comptait assouplir graduellement les restrictions à partir du 14 avril. 

La Suisse a indiqué mercredi qu’elle présenterait le 16 avril un plan de « premiers assouplissements », qui entrerait en vigueur avant la fin du mois. Le Portugal et la Grèce envisagent un « retour à la normale en mai », sans autres précisions.

En Allemagne, un déconfinement progressif est à l’étude, possiblement après les vacances de Pâques (19 avril), estime le ministre de la Santé Jens Spahn (CDU) – sous réserve que la tendance actuelle, qu’il qualifie de «positive», se confirme. Mais, insiste-t-il, tout dépendra du respect par la population des règles de confinement dans les jours qui viennent, avec ce week-end crucial de Pâques, qui s’annonce particulièrement ensoleillé.