Emmanuel Macron rend visite au professeur Raoult à Marseille

Dans une France divisée en deux -les pro-Raoult, et les anti-Raoult-, le Président de la République a rendu visite au célèbre professeur défendu ou controversé. Il a pris à contre-pied les détracteurs, notamment parisiens, du traitement hydroxychloroquine/azythromycine, mais l’Elysée se défend de prendre partie.
Emmanuel Macron n’a fait aucune déclaration à l’issue de sa visite. Mais celle-ci a tout de même duré 3 heures 30 …

ÉTUDE SUR 1061 PATIENTS
Le professeur Raoult lui a remis en exclusivité sa dernière étude. Le controversé docteur Raoult aurait cette fois travaillé sur les résultats de traitements administrés auprès de 1 061 patients. Ces derniers auraient tous été traités par hydroxychloroquine et azithromycine. « Vous verrez dans les résultats que la mortalité est de l’ordre de 0,5 % et que le taux de guérison est extrêmement élevé. Ce traitement a déjà été utilisé par d’autres services de l’AP-HM, avec des résultats comparables, indépendamment de notre équipe. Nous mettons en prépublication le résumé de cet article en anglais et un tableau qui résume l’ensemble de nos données pour que ceci puisse servir éventuellement à des décisions politiques », a expliqué le médecin.

TAUX DE GUÉRISON VIROLOGIQUE DE 91%
Pour obtenir ses résultats, le professeur Didier Raoult aurait exploité 59 655 échantillons de 38 617 patients, testés entre le 3 mars et le 9 avril. 3 165 patients ont été testés positifs. Parmi ceux-ci, donc, 1.061 auraient reçu le traitement controversé. Leur âge médian était de 43,8 ans et 46,4 % étaient des hommes ont été testés.

Le professeur Raoult annonce un taux de guérison virologique de 91,7 % et un taux de mortalité de 0,5 %, soit cinq décès. Dix des patients traités auraient été transférés en soins intensifs.

LES COMMENTAIRES DES JOURNALISTES
La visite a immédiatement monopolisé les commentaires des journalistes, chacun y allant de son interprétation. Un chose est certaine : sans prendre parti sur le traitement médical, le Chef de l’Etat a voulu rappeler que le professeur Raoult faisait partie de la communauté scientifique française et, pour certains commentateurs, apaiser le débat.