LA PROVINCE DES ILES VEUT LEVER SON CONFINEMENT

La province des Iles veut la levée de son confinement. Va-t-on voir 3 régimes de lutte contre le Covid-19 en Calédonie, illustration du clivage du territoire entre le Nord, les Iles et le Sud, mis en évidence par le premier referendum ?

Voila qui vient en tout cas compliquer une décision qui demeure difficile, pour ne par dire périlleuse : la décision de lever le confinement ou non en Nouvelle-Calédonie.

Cette hypothèse régionale a d’ailleurs été évoquée en métropole, à côté des mesures privilégiant les classes d’âge, ou encore une ouverture progressive à l’autrichienne.

Dans une société qui exige de plus en plus de transparence, la prise de position du président de l’institution des Loyauté mériterait cependant d’afficher le consensus qu’elle recueille : celui des autorités coutumières, lesquelles avaient tenu le langage le plus ferme au début de la crise sanitaire, celui des communes concernées, celui des membres de l’assemblée de province, et, à toutes fins utiles, celui du corps médical.

Au delà, et en l’absence de toute information sur l’implantation ou non du virus dans la population des Iles -les tests ne sont pas fiables à 100%, et les malades asymptomatiques, porteurs de la maladie, ne sont pas détectables en l’absence de tests sérologiques-, la levée du confinement dans la province des Iles devra, le cas échéant, respecter la santé des habitants des autres provinces.

Jacques Lalié affirme en tenir compte. Le déconfinement qu’il envisage ne concernerait que la circulation interne aux 3 îles Loyauté, et ne rétablirait pas la liberté de relations avec la Grande Terre.

Il faut, en revanche, être conscient que l’introduction -ou la présence- d’un seul porteur aux Iles provoquerait, compte tenu du mode de vie ilien, une véritable flambée de la maladie, et quelques ravages chez les personnes âgées et celles souffrant de facteurs de comorbidité, notamment de diabète, d’obésité et d’hypertension.