LA FRANCE, À NOS CÔTÉS, ACCEPTE QUE LA CALÉDONIE BÉNÉFICIE DU FONDS DE SOLIDARITÉ NATIONALE

Sonia Backes avait sollicité, le jeudi 23 mars, le Premier ministre sur la possibilité de mobiliser le fonds de solidarité de l’État en direction des entreprises de Nouvelle-Calédonie durement affectées par les conséquences du coronavirus.

L’Etat vient répondre favorablement comme l’annonce un communiqué de la province Sud.

Dans le cadre de la mise en place du plan d’urgence provincial à destination des petites entreprises, la présidente de la province Sud, Sonia Backes, a sollicité, le jeudi 23 mars, le Premier ministre sur la possibilité de mobiliser le fonds de solidarité de l’État en direction des entreprises de Nouvelle-Calédonie confrontées aux conséquences économiques et sociales particulièrement lourdes du Covid 19.

L’État vient de répondre favorablement. Dans un courrier adressé à la présidente de la province Sud et qui démontre bien encore une fois qu’avoir la France à nos côtés est une chance ; le cabinet du Premier ministre soulignant qu’Édouard Philippe est « entièrement mobilisé par la gestion de la crise Covid 19 » , précise que la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid 19 et qui « permet au gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles en constatant l’état d’urgence sanitaire, comporte également des mesures d’urgence en matière économique qui seront prises par ordonnance. »

C’est en ce sens, précise le courrier du cabinet du Premier ministre, que « certaines de ses mesures ont vocation à être mises en œuvre en Nouvelle-Calédonie, en particulier le fonds de solidarité, cofinancé à hauteur d’un milliard d’euros entre l’État et les collectivités, qui vise notamment à aider les petites et moyennes entreprises. »

Le cabinet du Premier ministre précise « que la loi de finance rectificative pour 2020 crée une garantie de l’État de 300 milliards d’euros aux prêts aux entreprises, une garantie qui couvrira les entreprises de Nouvelle-Calédonie. »

Le cabinet indique enfin dans son courrier adressé à la présidente de la province Sud que « l’institut d’émission d’outre-mer, agissant comme banque centrale, a pris des mesures exceptionnelles pour octroyer des liquidités au système bancaire des collectivités du Pacifique et en baisser le coût. »