PREMIER SONDAGE SUR LE DEUXIÈME RÉFÉRENDUM réalisé par I-Scope/Actu nc

Sondage I-Scope réalisé pour Actu nc

Le premier sondage sur le référendum du 6 septembre prochain a été publié par l’hebdomadaire « Actu nc ». Il a été réalisé par I-Scope. Il confirme les tendances constatées lors du premier référendum de 2018, et met en relief une grande part d’incertitude dans l’électorat qui s’était prononcé pour l’indépendance.

Lors du premier référendum, plusieurs sondages avaient été réalisés, et certains ont, à l’issue du scrutin, fait débat. Les Calédoniens ont retenu les chiffres de 70% de « non » et de 30% de « Oui » qui n’ont pas été confirmés par les électeurs. A cette époque, I-Scope avait donné des résultats différents, s’approchant des 60%-40%.

PRUDENCE
A l’issue, les Calédoniens ont exprimé globalement un grand scepticisme à l’égard des sondages. Ceux-ci, cependant, ne font que refléter une opinion à un moment donné, une opinion qui ne peut être une prévision car elle peut évoluer parfois de manière importante, ainsi que le montre le récent sondage I-Scope. S’y ajoute enfin une marge d’erreur, s’agissant d’une mesure d’opinion à un moment précis, et non d’une prévision finale.

STABILITÉ DU NOYAU DUR LOYALISTE
Les personnes interrogées l’ont été au début de février, selon un échantillon représentatif des électeurs concernés.

Au total, le sondage met en relief une incertitude pesant sur l’électorat final favorable à l’indépendance. En effet, s’agissant des inscrits, 55% des personnes interrogées se déclarent en faveur du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République, tandis que 24% sont pour l’indépendance. 15% ne savent pas encore et 5% refusent de répondre.

UN ÉLECTEUR SUR DIX A CHANGÉ D’AVIS
Sur l’ensemble de la population, inscrits et non-inscrits, les chiffres sont dans leur grande masse à peu près similaires, 57% pour la France, 20% pour l’indépendance, ne savent pas 16% et ne veulent pas répondre 7%.

Selon ce sondage, un inscrit sur dix aurait changé d’avis depuis le 4 novembre 2018, et ce changement d’avis affecterait davantage le camp indépendantiste.

Ces résultats amènent naturellement à deux réflexions.

La première, c’est qu’il convient de demeurer prudent sur la perception du résultat final. La mesure d’opinion a été effectuée en février. Elle va évoluer dans les mois à venir dans un bloc d’inscrits d’une importance considérable : 20% qui se décideront plus tard, dont, peut être, une grande partie le jour même du scrutin !

IMPORTANT NOMBRE D’INDÉCIS
Mais en même temps, ce sondage révèle une relative stabilité de l’électorat favorable au maintien de la Calédonie dans la République.

Seconde réflexion : puisque le nombre d’indécis est très important, c’est la campagne électorale qui sera déterminante. En novembre 2018, elle avait été exceptionnellement dense chez les partis indépendantistes, et quasiment inexistante chez les partis loyalistes. Tout laisse à penser que ces derniers en ont tiré les leçons. A preuve, la constitution du Front Loyaliste regroupant l’ensemble des partis loyalistes qui ont accepté de la constituer. Seule Calédonie Ensemble a refusé.

LA CAMPAGNE ÉLECTORALE SERA DÉTERMINANTE
De son côté, par ailleurs, l’Avenir en Confiance a, depuis plusieurs semaines, commencé à mettre en place les éléments d’une importante campagne qui démarrerait immédiatement après les élections municipales.

Dans ce combat électoral qui s’annonce, une fois encore, les loyalistes sont crédités d’une certaine avance. Mais leur pire ennemi est la certitude de gagner et l’insuffisance de mobilisation. Les mois qui viennent montreront si l’expérience de 2018 a produit son lot enseignements.