INSCRIPTION AUTOMATIQUE DES NON-KANAK POUR LE RÉFÉRENDUM : L'ASSEMBLÉE NATIONALE DIT "NON"

La majorité présidentielle, le Modem et la France Insoumise ont refusé que les électeurs calédoniens participant au référendum de septembre soient traités de manière égale. L’inscription automatique des citoyens calédoniens « coutumiers », et la non-inscription automatique des autres citoyens calédoniens ont été confirmées par la majorité Larem d’Emmanuel Macron, appuyée, en la circonstance, par le Modem de Bayrou et l’ultra-gauche de Mélenchon.

Ce vote, qui semble logique pour la majorité présidentielle, entérine la position du Premier ministre lors du dernier Comité des Signataires.

La Nouvelle-Calédonie confirme ainsi son rang de collectivité sortant des règles admises dans tous les pays se réclamant de la démocratie.

Ainsi, en premier lieu, de manière unique dans la République, la population de nationalité française est divisée en deux catégories : les citoyens de Nouvelle-Calédonie, admis à voter ou à être candidats aux scrutins locaux, et les autres citoyens français exclus définitivement de ces scrutins. Une discrimination plus radicale que l’accès à une nationalité !

En second lieu, à l’intérieur de la « communauté » des citoyens de Nouvelle-Calédonie, une seconde discrimination est instituée.

Il existe, d’un côté, les citoyens locaux dont l’inscription sur les listes électorales référendaires est automatique, et de l’autre, les citoyens calédoniens dont l’inscription sur les listes électorales référendaires doit être demandée, justifiée, et soumise à une sorte de jury d’agrément.

A quand, dans cette étrange Nouvelle-Calédonie, le retrait du droit de vote aux myopes gauchers ?